Valenciennes - Dunkerque II (Division 3, Groupe B)

Les Diables Rouges de Valenciennes jouent leur avant-dernière rencontre à domicile, face à leur voisin dunkerquois qui leur a bien réussi à l’aller sur les bords de la Mer du Nord avec un carton 8-0 à la clé. Cette saison a vu la deuxième formation des Corsaires souffler le chaud et le froid, n’empochant des points que face aux équipes mal classées, hormis un nul sur la glace de Deuil/Garges, obtenu notamment avec le renfort du défenseur Benjamin Bataille.

23 joueurs ont porté les couleurs de la troupe encadrée par Patrice Chassin, parmi lesquels un certain Marc Leroux, coach de l’équipe première il y a peu, ou encore Frédérick Brodin, qui était à la tête du hockey mineur jusqu’en fin d’année. Pour ce court déplacement, certains noms bien connus des habitués de Michel Raffoux sont présents : Karl Dewolf, Clément Derepper, Antoine Houque, Christophe Eichenholc ou encore Antoine Vanwormhoudt.

Valenciennes pousse d’entrée, deux lancers de Cvejn emploient Bruce Oblin, contraint sur l’un d’eux de concéder un rebond dangereux alors que rôde De Gubernatis, mais impeccable du gant devant Grenier. Une détente sur sa droite empêche ensuite Van Desteene, servi par Harmegnies, d’ouvrir la marque. Jusque-là recroquevillé, Dunkerque guète une relance de Selin, non contrôlée par De Gubernatis, pour employer Glevanak, défié par Debucquet et Argiolas. Autre ancien pensionnaire de l’équipe première, Antoine Houque remporte une mise au jeu, s’infiltre dans la défense et bute sur le portier slovaque, dont la plaque détourne un essai de Caballero pour mettre fin à la bonne séquence des Maritimes.

Les choses se gâtent vite pour les visiteurs, pris à revers par une longue passe vers Benjamin De Gubernatis, seul face à un Oblin vigilant. Une passe de Derepper n’arrive pas Eeckhoudt, dos au jeu, ce dont profite Thomas Van Desteene pour trouver la lucarne droite (1-0 à 08'37"). Le break est proche dans la foulée, Wagret et Clancy voyant leurs velléités contrariées par l’armature de la cage. L’accélération de Brayden Clancy met encore à mal une défense secourue par son dernier rempart, vainqueur du face à face avec le Canadien avant d’écarter le rebond échu à Anthony Wagret. Le capitaine Clément Derepper, parti à l’abordage effacer deux adversaires et employer un Glevanak refroidi, tente bien de rééquilibrer les débats, une charge incorrecte de sa part remet les siens en mauvaise posture.

Les Diables campent dans la zone pendant près de deux minutes, marquées par des tirs hors cadre et un jeu de passes moins alerte. Elles s'achèvent par un contre d’Antoine Vanwormhoudt, repris illégalement par Cvejn après avoir effacé Janos. Camille Argiolas provoquant une deuxième faute trente secondes plus tard, c’est en double avantage que Karl Dewolf rappelle à Valigloö la force de son lancer, repoussé en catastrophe par la mitaine de Milan Glevanak vers Alexandre Delmotte (1-1 à 15'25"). Il reste aux locaux une pénalité à effacer quand Lageard revient à temps confisquer la rondelle à Antoine Houque, servi au centre par Antoine Vanwormhoudt. Le défenseur Pingret tente d’imiter son illustre aîné par deux tirs puissants, repoussés par Milan Glevanak, tout aussi vigilant lorsque Debucquet déborde son arrière-garde.

Le premier trio des rouges est à l’origine d’une faute de Victor Vanwormhoudt dans la dernière minute, et du deuxième but, le palet parvenant vite à Clancy, décalé sur la gauche, d’où il ajuste Bruce Oblin entre les bottes (2-1 à 19'39"). Servi par Marek Matej, patient derrière la cage, l’Ontarien signe le doublé dès la reprise (3-1 à 20'29") et poursuit sa bonne prestation en supériorité numérique, accompagné de son coach Wagret auteur d‘un slalom.

Au cours de deux minutes disputées à quatre contre quatre, Oblin est encore défié par Matej et Cvejn, au rebond, mais le plus beau geste technique est l’œuvre de Derepper, un contrôle de la poitrine au centre de la glace. Au complet, les Corsaires reviennent même à une unité quand Antoine Deschodt prend de vitesse la paire Janos-Mathieu, feinte Glevanak sur sa droite et loge le palet, du revers, au fond des filets (3-2 à 26'51").

Piqués au vif, les Hennuyers remettent vite la pression. Anthony Wagret prend tout le monde de vitesse et contraint Grégory Pingret à la faute. Le tir de pénalité consécutif n’est toutefois pas converti par Clancy, qui se déporte trop à droite et ne peut surprendre Oblin (27'16"). Ce dernier, sauvé par le poteau gauche sur un coup de semonce signé Janos (28'17), se rend coupable d’un retard de jeu en voulant geler un palet loin de sa cage. Posté à la bleue, Lukas Janos trouve cette fois la faille (4-2 à 33'04"), imité rapidement par Lageard (5-2 à 33'25").

Et si une nouvelle salve de Karl Dewolf fait perdre ses appuis à Milan Glevank, ce sont bien les Diables Rouges qui scellent peu à peu le sort de la rencontre, en marquant deux nouveaux buts espacés d’une vingtaine de secondes : Matej isole Wagret au second poteau (6-2 à 38'59") puis Jérôme Stachowiak, entré en jeu, redirige un tir de Van Desteene hors de portée du nouvel entrant Pierrick Boudot (7-2 à 39'18").

Passé ce deuxième acte difficile où ils n’auront proposé qu’une demi-douzaine de lancers, les Corsaires se montrent assez actifs à la reprise. Clément Derepper initie un rush depuis sa zone, perce sur l’aile droite et repique vers la cage afin de cueillir à froid le nouvel entrant Romain Drouin (7-3 à 42'09"), bien placé sur un palet perdu par Rémi Lageard et repris en force par Maxime Caballero. La première ligne, emmenée par Clancy (désigné homme du match), remet toutefois Valenciennes sur les rails. Alexandre Delmotte est à son tour puni pour une obstruction contestée. La charge de travail est bien plus importante pour Pierrick Boudot, dont le plongeon aux devants de David Selin et la parade face à un missile de Janos retardent un temps l’échéance.

Un lancer balayé d’Allan Harmegnies en lucarne a raison de la vigilance de l’ancien back-up de Marc-André Martel à l’époque du titre de Champion de France de Division 2 (8-3 à 49'44"), par ailleurs abandonné sur un tir de Lageard repris par François Marchal (9-3 à 50'51"). Un gros travail de Marek Matej sème le trouble dans la défense et ouvre la brèche à Anthony Guerra venu en soutien causer de nouveau le grabuge, ce dont profite Anthony Wagret (10-3 à 52'30"). Le quatrième point du coach permet aux siens d’atteindre la dizaine mais Valenciennes semble peu rassasié et poursuit son travail de harcèlement. Un peu trop parfois, Thomas Van Desteene devant rejoindre la geôle, signe d’un peu de répit pour Pierrick Boudot, vers qui vingt tirs auront été dirigés lors du dernier acte.

Dunkerque profite de cette dernière supériorité pour adoucir la note, par son meilleur élément du match Antoine Deschodt, oublié sur la gauche du but (10-4 à 56'15") et Alexandre Delmotte, d’un lancer croisé à mi-hauteur (10-5 à 58'59"). De quoi se donner du cœur à l’abord du prochain bal du Carnaval et de la réception d’un autre voisin, Wasquehal, chez qui ils termineront ensuite leur saison.

Commentaires d’après-match :

Christophe Eichenholc (attaquant de Dunkerque) : "Au premier tiers-temps, nous avons essayé de jouer discipliné. Les cinq premières minutes étant déterminantes face à un adversaire rapide et dangereux dans le jeu de transition. Nous avons quelques occasions avant un gros passage à vide et de l’indiscipline, où nous avons baissé la garde. La course aux play-offs étant terminée, nous continuons à jouer sérieusement, dans un bon état d’esprit, face à des équipes d’un bon niveau. En début de saison, il fut difficile de jauger les adversaires, le niveau s’améliore, de même que les exigences et la qualité des joueurs. Valenciennes a été très bon ce soir, avec une bonne organisation sur une grande glace. Le changement d’entraîneur a compliqué les choses, on n’y peut rien et on subit. Il convient de remercier Patrice Chassin, coach très dévoué. Des anciennes gloires ont rejoint l’équipe, avec qui on essaie de faire bonne figure et d’aider les plus jeunes à opérer la transition avec l’équipe première, en l’absence d’équipe U22. C’est une volonté de tout le club de permettre aux jeunes d’intégrer le haut niveau."


Valenciennes – Dunkerque II 10-5 (2-1, 5-1, 3-3).
Samedi 7 février 2015 à 18h40 à Valigloö. 853 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Picard et Geoffrey Yssembourg.
Pénalités : Valenciennes 24' (4', 6', 4'+10'), Dunkerque II 18' (4', 10', 4').
Lancers : Valenciennes 47 (13, 14, 20), Dunkerque II 28 (13, 6, 9).

Évolution du score :
1-0 à 08'37" : Van Desteene
1-1 à 15'25" : Delmotte assisté de Dewolf et A. Vanwormhoudt (double sup. num.)
2-1 à 19'39" : Clancy assisté de Wagret et Lageard (sup. num.)
3-1 à 20'29" : Clancy assisté de Matej et Selin
3-2 à 26'51" : Deschodt assisté d’A. Vanwormhoudt et Pingret
4-2 à 33'04" : Janos assisté de Wagret
5-2 à 33'25" : Lageard assisté de Cvejn (sup. num.)
6-2 à 38'59" : Wagret assisté de Janos et Matej (sup. num.)
7-2 à 39'18" : Stachowiak assisté de Van Desteene
7-3 à 42'09" : Derepper assisté d’Argiolas
8-3 à 49'44" : Harmegnies assisté de Cvejn et Van Desteene (sup. num.)
9-3 à 50'51" : Marchal assisté de Lageard
10-3 à 52'30" : Wagret assisté de Clancy et Guerra
10-4 à 56'15" : Deschodt assisté de Pingret (sup. num.)
10-5 à 58'59" : Delmotte assisté de Houque


Valenciennes

Gardien : Milan Glevanak puis Romain Drouin à 40'00"

Défenseurs : David Selin (A) - Anthony Guerra ; Louis Camurat - Lukas Cvejn ; Lukas Janos - Ludovic Mathieu.

Attaquants : Anthony Wagret - Brayden Clancy - Marek Matej ; François Marchal - Rémi Lageard (A) - Benjamin De Gubernatis ; Allan Harmegnies - Vincent Grenier - Thomas Van Desteene ; Jérôme Stachowiak (C), Maxime Steenkiste.

Dunkerque II

Gardien : Bruce Oblin puis Pierrick Boudot à 33'25".

Défenseurs : Clément Derepper (C) - Grégory Pingret (A) ; Pierre Bouchez - Karl Dewolf ; Corentin Rigaut.

Attaquants : Victor Vanwormhoudt - Antoine Vanwormhoudt - Antoine Deschodt ; Alexandre Delmotte - Antoine Houque (A) – Christophe Eichenholc ; Maxime Caballero - Camille Argiolas - Antoine Debucquet ; Camille Eeckhoudt.