Slovaquie – Suisse (Slovakia Cup 2015, Journée 3)

Tous deux vainqueurs de l’Allemagne sur le score de 4-1, la Slovaquie et la Suisse s’affrontent lors de ce qui s’apparente à une finale du tournoi. L’avantage de la glace et la qualité de l’effectif font pencher la balance des pronostics en faveur de la Double-Croix, qui a offert contre les hommes de Pat Cortina une solidité défensive rarement appréciée ces derniers mois. La jeune équipe helvétique sait, en outre, qu’elle devra faire avec un public certes restreint mais chaud bouillant dans la petite patinoire de Banská Bystrica qui aura fait le plein durant les trois jours de compétition.

La Confédération n’aura même pas le temps de faire illusion au cours de la rencontre. Comme contre la Mannschaft deux jours avant, l’entame des Slovaques, qui jouent en bleu, est tonitruante et ils ouvrent déjà le score après un jeu de billard devant la cage que conclut Marek Viedenský au corps-à-corps avec Tim Wolf, le portier suisse qui honore sa première sélection (1-0, 1'40). Après un « une-deux » développé avec Ján Sýkora (qui décale du patin droit) à la suite d’un engagement dans le cercle gauche, Vladimír Dravecký fait le break d’un joli revers au second poteau (2-0, 7’45).

Les ouailles de Glen Hanlon sont clairement dépassées dans le premier tiers-temps et sont réduites au quasi néant offensif par la défense locale. Le capitaine Tristan Scherwey s’échappe en zone neutre mais rate de peu son face-à-face avec Július Hudáček, excellent sur sa sortie, alors que la Suisse évolue en infériorité suite à un surnombre (19’04). Cela constituera la seule et unique grosse alerte suisse de toute la rencontre.

Le deuxième opus est à l’instar du premier : les bleus récitent leur hockey à des blancs acculés dans leur zone et incapables de porter le danger dans le camp adverse. Pour autant, les Slovaques n’aggravent pas – encore – la marque et l’on assiste dès lors à un festival d’occasions ratées. On pense notamment à celles de Michael Vandas (27’06), de Patrick Lušňák (30’52), ou encore celles, plus marquantes, de Michel Miklík (32’17) et Dravecký (35’10) dont les frappes embrassent le poteau. Il faut dire que le portier helvète, souvent, n’est pas étranger aux loupés des attaquants slovaques.

La Double-Croix est bien plus efficace au retour des vestiaires. À l’image de l’ouverture du score, le trafic s’installe devant Wolf et le palet passe de crosse en crosse avant que Sýkora ne transforme dans le slot (3-0, 41’49).

Il ne reste qu’aux Suisses l’option du tout pour le tout, et s’ils se montrent légèrement plus présents en attaque, ils s’exposent évidemment aux contres. Ainsi, Sýkora déborde sur la droite et, déséquilibré par trois défenseurs au moment d’armer en haut du cercle, il parvient toutefois à se retourner et passer à Tomáš Surový qui conclut l’action au centre (4-0, 58’28). Miklík ajuste le score en reprenant, sans préparation dans le cercle droit, le puck que lui a adressé Viedenský dans le coin (5-0, 59’28).

Evoluant sur la glace qui l’a forgé, Ján Sýkora a été, avec un but et trois assistances, le joueur-phare de la débâcle infligée à la Suisse qui concède son plus lourd revers contre la Slovaquie depuis avril 2002. 

Désignés joueurs du match : Ján Sýkora (Slovaquie) et Dean Kukan (Suisse)

Réactions d’après-match (www.hokejportal.net

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « On a joué un bon hockey. Les joueurs étaient en très bonne forme, on peut donc être satisfaits. Beaucoup d’entre eux ont demandé à être des championnats du Monde. Je dois dire que les deux matches m’ont réjoui, on a joué avec responsabilité, sans fautes inutiles et avec du mouvement. Je ne m’attendais pas à une si large victoire sur les Suisses car ils sont toujours tenaces et déploient un hockey solide. On a produit cependant de belles combinaisons, on s’est même créé beaucoup d’occasions en deuxième période, mais ce qui me satisfait par dessus tout c’est qu’on a joué toute la rencontre, à savoir soixante minutes, sur un bon tempo. C’est, de notre côté, le meilleur tournoi depuis que je dirige l’équipe, mais on avait quand même (dans notre effectif) plus de qualité que chez nos adversaires. » 

Glen Hanlon (entraîneur de la Suisse) : « Je félicite la Slovaquie. Notre adversaire nous a clairement surpassés, il a dominé sur la glace et il a gagné de façon méritée. Il avait également de meilleurs joueurs que nous, il peut de fait se réjouir de la victoire finale. Ce sera pour l’entraîneur Vůjtek les derniers championnats du Monde, j’aimerais lui y souhaiter beaucoup de chance. À Banská Bystrica, nous avons trouvé d’excellentes conditions et le public s’est chargé de créer une atmosphère exceptionnelle pendant nos deux matches. »

Július Hudáček (gardien de la Slovaquie) : « On joué admirablement pendant soixante minutes. Et lorsque notre adversaire a eu quelques tirs, ils découlaient du fait que l’on a gardé inutilement le palet ou que l’on a mal assuré certaines passes. Sinon, mes coéquipiers ont bien joué, c’était du hockey moderne, rapide vers l’avant, ils ont réalisé de belles passes et ont pressé sur le but. J’ai eu un arrêt difficile à effectuer à 2-0 et je suis content d’avoir réussi à me concentrer sur cet unique arrêt-clé. (…) Le gardien suisse a stoppé cinq énormes occasions, les poteaux l’ont parfois aidé, le score aurait pu être plus conséquent. Ce match a fait aussi que j’ai dû rester concentré pendant soixante minutes. Quand le match s’est terminé, j’ai pu être en liesse dans une atmosphère exceptionnelle, similaire à celle de Örebro. Je me suis vraiment régalé. »

 

Slovaquie – Suisse 5-0 (2-0, 0-0, 3-0)
Samedi 7 février 2015 à 17h00 à Banská Bystrica. 2720 spectateurs.
Arbitrage de Vladimír Baluška et Daniel Konc assistés de Martin Korba et Peter Šefčík (tous SVK)
Tirs : Slovaquie 35 (12, 12, 11) ; Suisse 14 (4, 3, 7)
Pénalités : Slovaquie 4' (2', 2', 0') ; Suisse 8' (6', 2', 0')

Evolution du score :
1-0 à 01'40" : Viedenský assisté de Sýkora et Tybor
2-0 à 07'45" : Dravecký assisté de Sýkora et Lušňák
3-0 à 41'49" : Sýkora assisté de Viedenský et Tybor
4-0 à 58'06" : Surový assisté de Sýkora et Cehlárik
5-0 à 59'28" : Miklík assisté de Viedenský
 

Slovaquie

Attaquants :
Ladislav Nagy (A, 2') – Marcel Haščák – Michael Vandas
Radoslav Tybor (+3) – Marek Viedenský (+3) – Ján Sýkora (+4)
Vladimír Dravecký (+1) – Patrik Lušňák (2', +1) – Michel Miklík (+1)
Peter Cehlárik (+1) – Tomáš Surový (A, +1) – Libor Hudáček 

Défenseurs :
Adam Jánošík – Michal Sersen
Juraj Mikuš (+3) – Marek Ďaloga (+1)
Dominik Graňák (C, +1) – Peter Čerešňák (+3)
Lukáš Kozák (+1) – Christián Jaroš (+1)

Gardien :
Július Hudáček

Remplaçant : Ján Lašák (G). Non utilisé : Martin Réway (A, malade).

Suisse [2' pour surnombre]

Attaquants :
Alessio Bertaggia (2', -1) – Reto Schäppi (A) – Juraj Simek (-1)
Lukas Sieber (-1) – Gaëtan Haas (-2) – Christoph Bertschy (-2)
Gregory Hofmann (-3) – Etienne Froidevaux (A, 2', -3) – Inti Pestoni (-2)
Tristan Scherwey (C) – Nolan Diem – Mike Künzle

Défenseurs :
Dean Kukan (-1) – Cédric Hächler (-1)
Joël Genazzi – Dominik Schlumpf (-2)
Samuel Kreis (-4) – Romain Loeffel (2', -2)
Lukas Frick – Samuel Erni 

Gardien :
Tim Wolf

Remplaçant : Benjamin Conz (G). Non utilisé : Mauro Jörg (A)