Publicité

La victoire après la pub

16 452 spectateurs ont pris place dans la O2 Arena de Prague pour cette grande répétition des prochains championnats du monde, face aux tenants du titre. La confrontation traditionnelle a une ambiance à sa hauteur.

Sauf que les Russes sont venus avec une jeune équipe, qui n'a pas fait le poids au premier match, défaite 3-0. Après six défaites consécutives, les Tchèques ont au contraire battu le rappel des anciens pour renouer avec la victoire.

SALAK Alexander-140509-474Le second match prend le même chemin. En dix minutes, la République Tchèque marque deux fois. Michal Vondrka transforme un 2 contre 1 avec Tomas Zohorna, puis ce dernier double la mise sur une passe parfaite au second poteau d'Ondrej Roman (2-0).

Cet avantage ne dure que trente secondes. Pour tromper enfin Salak invaincu depuis 70 minutes, il faut un palet volant qui rebondit sur l'épaule d'Anton Slepyshev ! Le gardien tchèque a ensuite une faiblesse sur un tir d'Anton Lazarev, profitant d'un oubli défensif. Ce n'était que le troisième lancer russe, mais ça fait déjà 2-2...

Les vétérans tchèques font alors parler leur expérience : ils gardent le palet pour essayer de calmer le jeu. Il y a toujours pas mal d'espaces entre deux équipes qui peinent à couvrir leurs arrières. Les défenseurs trouvent de longues passes pour envoyer leurs attaquants en échappée : Nakladal provoque un 2 contre 0, puis c'est Martin Sevc qui met en orbite Michal Vondrka pour son doublé personnel, avec un tir du poignet parfait au ras du poteau (3-2). Il passera même tout près du triplé en troisième période, mais son tir finira dans l'extérieur du filet...

Les Russes égalisent une dernière fois par Andrei Popov, jeune attaquant de Chelyabinsk, sur passe de derrière la cage de son homonyme expérimenté Aleksandr Popov (3-3). Čáslava a le palet de la victoire, mais ne frappe que le poteau.

KOLAR Jan-140509-522La décision se fait à cinq minutes de la fin, quand Jan Kolar lance en contre-attaque Vladimir Svacina qui se fait accrocher par Fishchenko. L'arbitre siffle un tir de pénalité, pour lequel le suspense est maintenu par la pause publicitaire, programmée après une longue séquence sans temps mort. Svacina convertit joliment sa tentative, d'une feinte sur la droite et d'un tir dans le haut du filet (4-3).

Les Tchèques ont donc fait la meilleure publicité aux championnats du monde qu'ils organisent dans trois mois, même si leurs maux sont loin d'être résolus.

La défaite étant toujours mal perçue en Russie, il est peu probable qu'une telle expérimentation juvénile se reproduise de sitôt. Quelques joueurs en ont tout de même profité pour se montrer, en particulier le grand défenseur de Yaroslavl, Vladislav Gavrilov, très solide dans les duels.

Commentaires d'après-match

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Notre hockey a besoin d'engager la nouvelle génération, mais il faut partir de quelque chose. Martin Rucinsky a été un joueur incroyable, sur la glace comme dans le vestiaire. Il montre que les anciens ont quelque chose à donner. Je l'admire pour ce qu'il a dit sur l'équipe nationale. Les jeunes devraient ouvrir un journal et lire ce que Rucinsky dit. S'ils ne sentent pas la même chose en eux, c'est qu'il y a un problème."

Vladimir Svacina (attaquant de la République Tchèque) : "J'avais un lactate terrible parce que c'était la fin du match. La pause publicitaire m'a sauvé, sinon j'aurais probablement vomi pour ce pénalty. Je n'avais pas décidé, je voulais lancer directement au premier mouvement ou feinter. Le gardien était grand, je suis parti sur le côté et le haut de la cage était ouvert. C'est un rêve qui devient réalité : marquer mon premier but en équipe nationale contre les Russes... Que demander de plus ?"

 

République Tchèque - Russie 4-3 (2-2, 1-0, 1-1)
Samedi 7 février 2015 à 13h00 à la O2 Arena de Prague. 16452 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Sjöqvist et Tobias Björk (SUE) assistés de Jiri Gebauer et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : République Tchèque 12' (4', 6', 2') ; Russie 10' (4', 6', 0').
Tirs : République Tchèque 31 (12, 12, 7) ; Russie 20 (5, 6, 9).

Évolution du score :
1-0 à 07'38" : Vondrka assisté de Zohorna et Koukal
2-0 à 09'52" : Zohorna assisté de Roman et Zatovic
2-1 à 10'22" : Slepyshev assisté de Grigoriev
2-2 à 11'16" : Lazarev assisté de Loktionov
3-2 à 29'32" : Vondrka assisté de Sevc et Kempny
3-3 à 45'41" : An. Popov assisté de Al. Popov et Glinkin
4-3 à 55'33" : Svacina (tir de pénalité)


République Tchèque

Attaquants :
Martin Ručinský (-1) - Vladimír Sobotka (-1) - Milan Gulaš (-2, 2')
Radek Smoleňák (C, -1, 2') - Jiří Novotný (-1) - Dominik Simon
Martin Zaťovič - Ondřej Roman (+1) - Vladimír Svačina (2')
Michal Vondrka (+2) - Petr Koukal (+1) - Tomáš Zohorna (+2, 2')

Défenseurs :
Rostislav Klesla (-2, 4') - Jakub Nakládal (-2)
Petr Čáslava - Jakub Krejčík
Jan Kolář - Adam Polášek
Michal Kempny (+2) - Martin Ševc (+2)

Gardien :
Alexander Salák

Remplaçants : Simon Hrubec (G), Lukáš Radil. En réserve : Ondrej Nemec (raisons familiales), Jan Kovář (malade), Martin Adamský (blessé), Petr Zámorský.

Russie

Attaquants :
Anton Glinkin - Aleksandr Popov (A) - Andrei Popov (+1, 2')
Dmitri Kugryshev (-1) - Sergei Andronov (4') - Anton Slepyshev
Anton Lazarev (+1) - Andrei Loktionov (A, +1) - Nikita Soshnikov (+1)
Pavel Kraskovsky (-1) - Vladimir Tkachev (-1) - Evgeni Timkin (-1)
Ivan Fishenko

Défenseurs :
Dmitri Vishnevsky - Bogdan Kiselevich
Egor Yakovlev (C, -2) - Igor Ozhiganov (-2)
Vladislav Gavrikov (+2) - Mikhaïl Grigoriev (+2, 4')
Pavel Koledov - Dennis Barantsev

Gardien :
Aleksandr Sharychenkov [sorti à 58'38"]

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En réserve : Maksim Tretiak (G), Dinar Khafizulin.