Ligue Magnus (26e journée) : l'heure du verdict

Appelez-ça comme vous voulez. La dernière ligne droite, le sprint final, le money-time. Peu importe, dans le fond. Cinq mois après son coup d’envoi, la saison régulière va rendre son verdict ce soir. Et beaucoup de choses restent encore à décider. Faites vos jeux…

 

Que dit le règlement ? Les cas d'égalité au classement risquent d'être nombreux, ce soir, une fois la saison régulière terminée. Et il faudra bien départager tout ce petit monde. Comment faire ? On regardera d'abord les résultats des matchs entre les équipes concernées (nombre de points acquis). En cas de nouvelle égalité, c'est le goal-average particulier qui fera la différence. Puis viendra le goal-average général, suivi du quotient général (nombre de buts marqués divisés par le nombre de buts encaissés). Toujours à égalité ? La formation possédant la meilleure attaque générale obtiendra le meilleur classement. Si tous ces critères s'avèrent insuffisants, il faudrait alors avoir recours à un match supplémentaire disputé sur glace neutre. Mais on ne devrait quand même pas en arriver là ce soir...



Qui remportera la saison régulière ? Deux équipes peuvent encore espérer finir sur la plus haute marche du podium. Pour le moment, c'est Grenoble qui tient la corde (1er avec 39 points) devant Gap (2e avec 38 points). Rouen (3e) et Angers (4e), relégués à trois longueurs des Brûleurs de Loups, ne peuvent plus revenir. Leaders depuis l'automne, les Grenoblois sont en ballotage favorable. Et cela même s'ils reçoivent Épinal, un adversaire qui les a toujours battus au moins une fois par saison depuis l'exercice 2010/2011. Seulement, les Vosgiens vivent un début d'année difficile. Depuis le 2 janvier, ils n'ont gagné qu'à trois reprises en huit sorties. Ils restent surtout sur sept défaites de suite loin de leurs bases, leur dernière victoire à l'extérieur remontant au 14 novembre (1-4 à Dijon). Bref, Grenoble attend les Gamyo de pied ferme. Mais avec, aussi, sérénité. Gap, de son côté, se rend à Amiens. Un déplacement compliqué pour les joueurs de Luciano Basile. Qui ne s'y sont imposés qu'une seule fois en saison régulière depuis la création de la Ligue Magnus (1-4 en 2009/2010). Les Haut-Alpins viennent quand même d'enchaîner neuf succès d'affilée. Et c'est remontés comme des coucous que les Rapaces débarquent en Picardie. En cas d'égalité entre Grenoble et Gap, les confrontations directes ne permettraient pas de les départager (une victoire de chaque côté, un goal-average particulier de +2 pour les deux équipes). Et ce sont les BDL qui, pour le moment, ont l'avantage à la différence de buts générale (+28 pour les Isérois, +22 pour les Haut-Alpins).



Qui dans le top 4 ? Occupés par la lutte pour la plus haute marche du podium, Grenoble et Gap n'ont pas à se soucier du top 4. Leur place y est assurée. Reste à savoir quelles seront les deux autres équipes à se qualifier dès ce soir pour les quarts de finale. Pour Rouen (3e, 36 points) et Angers (4e, 36 points), c'est bien engagé. Pour Briançon (5e, 34 points), en revanche, c'est fini. Les Rouennais, qui récupèrent leur capitaine Marc-André Thinel remis de sa luxation à l'épaule, reçoivent Strasbourg. Un adversaire qui ne s'est imposé qu'une seule fois à l'île Lacroix (3-4 ap en 2011/2012). En cas de succès face à l'Étoile Noire, les Normands, toujours invaincus cette saison à domicile, pourraient doubler Gap sur le fil. Si les Haut-Alpins s'inclinent dans le temps réglementaire à Amiens, et si Angers s'impose contre Lyon, les trois équipes se retrouveraient à égalité au nombre de points (38). Rouen sortirait alors vainqueur de ce mini-championnat à trois (6 points pour le RHE, 5 pour Gap et 3 pour Angers). En revanche, si l'égalité ne concerne que Gap et Rouen, alors Gap sauverait sa 2e place (une victoire de chaque côté dans les confrontations directes, mais une défaite en prolongation pour les Haut-Alpins).

Angers, de son côté, accueille donc Lyon. Qui a beaucoup à perdre. Un revers en Anjou, et le promu pourrait finir sa saison en play-down. Bref, les Lions vont vendre très chèrement leur peau. Paradoxe de cette rencontre, si Angers s'appuie sur la troisième meilleure défense de la ligue à domicile (29 buts encaissés), Lyon, de son côté, compte la quatrième attaque à l'extérieur (43 buts inscrits). En cas de nouvelle égalité avec Rouen, Angers ne pourra pas doubler la formation normande puisque les Dragons ont remporté leurs deux confrontations directes (3-2 à Rouen, 3-5 à Angers). Les Ducs pourraient en revanche passer devant Gap. Si les deux équipes finissent la soirée avec 38 points, les Angevins seront favorisés par le goal-average particulier (+2 pour Angers, -1 pour Gap). Quid de Briançon ? Mathématiquement, les Diables Rouges ne peuvent plus finir dans le top 4. Ils se déplacent à Chamonix pour affronter des Haut-Savoyards qui ont une sixième place à défendre. Les champions de France en titre restent tout de même sur trois victoires de suite face aux Chamois. S'ils s'imposent de nouveau, et si Angers et Rouen s'inclinent, ils compteront alors 36 points, soit autant que le RHE et l'ASGA. Mais quoi qu'il arrive, ils resteront derrière Rouen (une victoire de chaque côté dans les confrontations directes, mais un goal-average particulier nettement à l'avantage du RHE). Et aussi derrière Angers. Avec un succès et une défaite en prolongation, les Ducs mènent au petit jeu des confrontations directes (3 points contre 2).

 

Un premier tour à domicile. Les équipes classées 5e, 6e, 7e et 8e profiteront de l’avantage de la glace au premier tour des play-offs. Là aussi, beaucoup de choses peuvent encore se passer. Le 5e, pour le moment, c’est Briançon. On l’a vu, les Diables Rouges ont perdu tout espoir de remontée. Ils sont, en plus, à l’abri d’une mauvaise surprise puisque les Chamois de Chamonix, leurs premiers poursuivants, sont relégués à trois points. Les Haut-Savoyards, en revanche, doivent encore défendre leur 6e place, menacée par Amiens. Pour le moment, un seul petit point sépare les deux équipes. En cas d’égalité, c’est Amiens qui passerait devant. Les Gothiques ont battu le CHC lors de leurs deux confrontations (4-2 le 11 octobre en Picardie, 3-6 le 9 janvier en Haute-Savoie). Strasbourg (8e, 24 points) ne peut plus améliorer son classement. Mais doit toujours se méfier d’Épinal (9e, 23 points). Pour gagner une place, les Spinaliens doivent s’imposer à Grenoble. Et miser sur une défaite dans le temps réglementaire des Alsaciens à Rouen. Si les deux voisins terminent avec le même nombre de points, l’avantage reviendra à Strasbourg qui dispose d’un meilleur goal-average particulier.

Ça bataille pour le maintien. Le plus gros suspense de cette fin de saison régulière ? On le trouve dans le bas de tableau. Où quatre équipes peuvent encore boucler l’année en play-downs. Des cinq derniers, seul Morzine/Avoriaz/Les Gêts (10e, 21 points) a assuré son maintien. S’ils s’imposent face à Caen, les Pingouins peuvent même encore revenir sur Épinal, à condition que les Spinaliens soient battus dans le temps réglementaire. Les Gamyo garderaient malgré tout leur 9e place grâce à un meilleur goal-average particulier. Restent Dijon, Lyon, Caen et Brest. Seuls deux d’entre eux participeront au tour préliminaire des play-offs. Avantage, pour le moment, à Dijon (11e, 20 points) et Lyon (12e, 18 points) aux dépens de Caen (13e, 18 points) et Brest (14e, 18 points). Des quatre, c’est Lyon qui a le programme le plus chargé avec son déplacement à Angers. Caen affrontera le HCMAG à la Skoda Arena de Morzine, où les Drakkars ne se sont jamais imposés. Brest et Dijon se retrouveront en Bretagne dans une confrontation qui, la saison passée, avait été à la fois la moins (1 but à l’aller) et la plus prolifique (16 buts au retour) de l’exercice. Les Ducs de Jarmo Tolvanen n’ont cette fois-ci besoin que d’un tout petit point pour se sauver. Ils pourraient même, en cas de défaite du HCMAG, chiper de justesse la 10e place aux Pingouins. En cas d’égalité entre les deux équipes, l’avantage reviendrait à Dijon, vainqueur de leurs deux oppositions (9-1 puis 1-4). En fait, un seul scénario enverrait le DHC en poule de maintien : celui où les quatre se retrouveraient à égalité avec 20 points. Autrement dit, celui où se combinent défaite bourguignonne et succès de Caen et de Lyon. Dans un cas d’égalité à trois entre Caen, Lyon et Brest, c’est Lyon qui se sauverait.  


Le programme :

Grenoble
(1er, 39 pts, 18 v, 2 dprl, 1 dtab, 4 d) – Épinal (9e, 23 pts, 11 v, 1 dprl, 0 dtab, 13 d), ce soir à 20 heures. Match aller : victoire de Grenoble (1-4). La cote : Grenoble 70 % / Épinal 30 %.
Rouen (3e, 36 pts, 18 v, 0 dprl, 0 dtab, 7 d) – Strasbourg (8e, 24 pts, 11 v, 2 dprl, 0 dtab, 12 d), ce soir à 20 heures. Match aller : victoire de Rouen (5-6). La cote : Rouen 70 % / Strasbourg 30 %.
Amiens (7e, 30 pts, 13 v, 3 dprl, 1 dtab, 8 d) – Gap (2e, 38 pts, 18 v, 2 dprl, 0 dtab, 5 d), ce soir à 20 heures. Match aller : victoire de Gap (5-2). La cote : Amiens 40 % / Gap 60 %.
Angers (4e, 36 pts, 16 v, 2 dprl, 2 dtab, 5 d) – Lyon (12e, 18 pts, 8 v, 1 dprl, 1 dtab, 15 d), ce soir à 20 h 30. Match aller : victoire d'Angers (2-3 ap). La cote : Angers 70 % / Lyon 30 %.
Brest (14e, 18 pts, 7 v, 3 dprl, 1 dtab, 14 d) – Dijon (11e, 20 pts, 9 v, 0 dprl, 2 dtab, 14 d), ce soir à 20 h 30. Match aller : victoire de Dijon (5-2). La cote : Brest 55 % / Dijon 45 %.
Chamonix (6e, 31 pts, 13 v, 3 dprl, 2 dtab, 7 d) – Briançon (5e, 34 pts, 16 v, 2 dprl, 0 dtab, 7 d), ce soir à 20 h 30. Match aller : victoire de Briançon (5-3). La cote : Chamonix 45 % / Briançon 55 %.
HCMAG (10e, 21 pts, 11 v, 0 dprl, 0 dtab, 14 d) – Caen (13e, 18 pts, 6 v, 4 dprl, 2 dtab, 13 d), ce soir à 20 h 30. Match aller : victoire du HCMAG (4-5 ap). La cote : HCMAG 45 % / Caen 55 %.

LES CHIFFRES.- Huit joueurs disputeront ce soir leur 50e rencontre en saison régulière de Ligue Magnus. Il s'agit des Brestois Sébastien Delemps et Vladimir Holik, des Strasbourgeois Anthony Goncalves et Sébastien Trudeau, des Gapençais Nicholas Pard et Étienne Chiappino, du Chamoniard Henric Andérsen, ainsi que du Lyonnais Kevin Gadoury. Danick Bouchard (Grenoble) franchira lui le cap des 100 matchs.  Dans les rangs de Strasbourg, on fêtera les 150 parties de Tarik Chipaux et David Striz. Quant à Arnaud Hascoët (Chamonix), il passera la barre de 250 titularisations.