Grenoble - Épinal (Ligue Magnus, 26e journée)

Grenoble premier sans briller

Pour s'assurer la première place de la saison régulière, il suffisait aux Brûleurs de Loups de remporter un match sur les deux derniers du calendrier. Mais ils ont brûlé un joker mardi à Gap en s'inclinant (3-1) face à leurs dauphins au classement. Désormais sous la menaces des Rapaces en déplacement ce soir à Amiens (seulement un point d'avance), les Grenoblois n'ont plus vraiment le choix : ils doivent s'imposer sur leur glace de Pôle Sud pour éviter de dépendre du résultat de Gap en Picardie.

Une tâche a priori abordable face à une équipe de milieu de tableau mais les Gamyos d'Épinal ont par le passé donné du fil à retordre aux leaders du championnat, notamment lors d'une demi-finale de coupe de la ligue extrêmement disputée (Grenoble vainqueur 3-1 à Poissompré alors qu'Épinal s'imposait 5-4 lors du retour à Pôle Sud). Sans leur coach Philippe Bozon, suspendu, ni Kuralt et Offret, tous deux blessés, les Spinaliens ont eux aussi un objectif : reprendre la huitième place à Strasbourg et par la même récupérer l'avantage de la glace dans le barrage qui se dessine entre les deux voisins du Nord-Est.

2015 02 13 Grenoble Epinal1D'ailleurs, Épinal donne le ton dès le coup d'envoi avec un gros lancer d'Ograjenšek repoussé par la jambière de Zajkowski. Puis c'est au tour d'Hordelalay de tester le gardien suédois de Grenoble. Étonnamment, les Brûleurs de Loups subissent en ce début de match. Une configuration qui n'est pas sans rappeler les rencontres précédentes entre les deux équipes au cours desquelles les Isérois avaient souvent laissé l'initiative du jeu à leurs adversaires.

La (timide) réaction grenobloise vient de Perret puis Lafrance. Mais c'est bien Épinal qui contrôle la rondelle et les Brûleurs de Loups se retrouvent acculés dans leur zone défensive. Zajkowski est encore présent sur un lancer de Baazi et les Grenoblois peuvent enfin souffler après un surnombre spinalien. Une première supériorité numérique qui réveille les hommes de Richard Martel : Hočevar frustre Sam Roberts pourtant en excellente position avant de s'imposer dans la foulée face à Chouinard.

Ce double arrêt clé du portier slovène empêche Grenoble de concrétiser un power-play dans l'ensemble bien mis en place. Lorsque Baazi retient Baylacq, les Grenoblois ont une nouvelle opportunité mais cette fois rien de bon n'est à signaler. Le box play spinalien se sort sans dommage de ces quatre minutes d'infériorité et Grenoble a manqué une belle occasion d'ouvrir le score. En fin de tiers, une pénalité est appelée contre Lessard et les esprits s'échauffent entre Bouchard et Petrak. Les Gamyos terminent le tiers en supériorité numérique mais se font une belle frayeur sur un 2 contre 1 emmené par Treille et Chouinard mais heureusement pour eux, Hočevar s'impose de nouveau face au capitaine grenoblois.

2015 02 13 Grenoble Epinal2La seconde période débute par une pénalité de Lafrance, ce qui permet à Épinal d'enchaîner avec une deuxième supériorité numérique consécutive. La pression est logiquement spinalienne avec un tour de cage de Kara puis un lancer de Valier, à chaque fois neutralisés par Zajkowski. Les Grenoblois attendent les contres mais négocient mal un 2 contre 1 entre Chouinard et Lafrance. Zajkowski est encore mis à contribution sur un lancer d'Ograjenšek.

Épinal a clairement plus de facilité pour porter rapidement le jeu en zone offensive. Cette vitesse de jeu oblige les Brûleurs de Loups à enchaîner les fautes : cette fois c'est Gustafsson qui fait trébucher Petrak. Nouvelle supériorité numérique pour Épinal, la troisième de suite et cette fois c'est la bonn : en dix secondes, Ograjenšek conclut à bout portant une action d'école à cinq contre quatre (0-1, 27'22").

2015 02 13 Grenoble Epinal3L'ouverture du score des visiteurs est assez logique au vu de la physionomie de la première partie de la rencontre. La tension est présente entre Valier et Roberts, tous deux invités à se calmer en prison. À quatre contre quatre, Grenoble se montre plus offensif, notamment sur des lancers lointains à l'image de Gervais qui manque de peu le cadre ou de Jalbert qui échoue sur Hočevar.

La construction quasi inexistante du jeu grenoblois donne une impression très brouillonne. La solution vient de contre-attaques comme celle de Chouinard qui se présente seul face à Hočevar mais le portier spinalien remporte le duel. Une pénalité de Béron donne pourtant une chance à Grenoble de revenir dans la partie. Après avoir démontré une certaine fébrilité dans les passes, les Brûleurs de Loups trouvent finalement la faille à une seconde de la fin de la supériorité grâce à Perret, présent au rebond et qui bénéficie du trafic devant la cage (1-1, 34'08").

2015 02 13 Grenoble Epinal4Cette égalisation semble indiquer que les Grenoblois sont sur la bonne voie, même s'ils oublient Maxime Martin tout seul face à Zajkowski. Bouchard et Šivic testent tour à tour Hočevar mais suite à une échappée sur l'aile droite de Baazi, Ograjenšek se trouve présent au rebond et inscrit un doublé à l'issue d'une contre-attaque parfaitement exécutée (1-2, 36'20"). C'est le début du naufrage grenoblois.

Jan Plch fait à peu près ce qu'il veut au milieu de la défense grenobloise et permet à son équipe de faire le break (1-3, 37'09"). K.O. debout, les leaders du championnat sont méconnaissables et laissent Nicolas Leonelli inscrire un troisième but en deux minutes d'un tir de près du revers qui laisse Zajkowski sans réaction (1-4, 38'26).

À l'issue de ce tiers bien difficile (4 buts encaissés !), les Brûleurs de Loups sont raccompagnés au vestiaire par les sifflets du public de Pôle Sud, passablement agacé par l'absence totale de réaction de ses protégés et par la médiocrité du spectacle proposé par les leaders du championnat qui ont beaucoup de mal à se faire respecter sur leur glace.

2015 02 13 Grenoble Epinal14Au début de la troisième période, Richard Martel change ses lignes, espérant provoquer un déclic psychologique parmi ses joueurs. Et surtout un sentiment de révolte enfin visible sur la glace. Grenoble presse enfin dans la zone spinalienne et Roberts est accroché par Kara. Cette fois le power-play isérois ne met pas longtemps à se montrer efficace : une subtile déviation de Treille sur un centre de Petit et le palet finit au fond (2-4, 42'10").

Grenoble met clairement plus de pression dans cette troisième période. Les rôles sont inversés, cette fois ce sont les Spinaliens qui ne sortent plus de leur zone. Gervais échoue sur Hočevar alors que Šivic met de peu le palet à côté : ça chauffe sur la cage spinalienne ! Un accrochage entre Goulet et Treille donne le ton d'une rencontre qui prend enfin des allures de répétition générale avant les play-offs. Un rebond de Bouchard est détourné in extremis par Hočevar, excellent ce soir. Mais une pénalité d'Ograjenšek vient compliquer la tâche des visiteurs. La pression est énorme sur la cage spinalienne avec un Yorick Treille intenable devant le slot. Hočevar ne peut rien voir lorsque Šivic prend le rebond dans le trafic et ramène les siens à un but (3-4, 47'20").

2015 02 13 Grenoble Epinal5La tension continue de monter avec ce troisième but grenoblois. Une charge d'Hordelalay sur Gervais provoque un début de bagarre entre les deux joueurs. Le défenseur grenoblois (et ex-spinalien) est pénalisé pour avoir réagi. Sur la supériorité numérique spinalienne, les Gamyos ont peu d'occasions de marquer. Chouinard a même une belle opportunité sur une contre-attaque.

Le momentum est grenoblois en cette fin de partie mais les minutes défilent à l'avantage d'Épinal. Grenoble est plus énergique mais ni Gervais ni Gustafsson ne trouvent la solution. Gervais repart même en prison. Mais à part un tir de Baazi, bien détourné par Zajkowski et une occasion de Kara, les Brûleurs de Loups maîtrisent cette situation. Bouchard aurait même pu mieux négocier un 2 contre 1.

Martel n'a d'autre solution que de sortir son gardien dans la dernière minute pour faire entrer un joueur supplémentaire. Pendant longtemps, les Grenoblois sont acculés contre la bande et ne parviennent pas à se trouver en position de tir. Finalement, le palet est ressorti par Perret pour Chouinard qui arrache l'égalisation à trois secondes de la sirène d'une splendide lucarne (4-4, 59'57").

Le point de la prolongation acquis, les Brûleurs de Loups vont se lancer à l'abordage pour aller chercher la victoire en mort subite. Une posture un peu trop offensive et à quatre contre quatre cela ne pardonne pas : sur une contre-attaque lancée par Moisand, Zajkowski fait l'arrêt de la jambière mais Plch avait suivi et donne finalement le deuxième point de la victoire à son équipe (4-5, 60'46").

2015 02 13 Grenoble Epinal7Contrat rempli pour Épinal qui revient de son deuxième déplacement à Grenoble cette saison avec une deuxième victoire. Si la première n'avait pas permis aux Gamyos de se qualifier pour la finale de la coupe de la ligue, celle-ci revêt son importance puisqu'elle leur permet de dépasser Strasbourg (battu à Rouen) et d'arracher ainsi in extremis la huitième place. Épinal pourra débuter sa série de barrage à domicile.

Séduisants la plupart du temps offensivement avec un excellent Ken Ograjenšek, auteur d'un doublé, les Spinaliens se sont détachés en fin de deuxième tiers, validant ainsi un début de match sérieux et efficace. L'inépuisable Jan Plch, auteur également d'un doublé, a finalement mis fin au suspense. À noter également l'excellente prestation d'Andrej Hočevar qui a vraiment réussi à frustrer les attaquants grenoblois pendant tout le match. Seule ombre au tableau, un troisième tiers difficile où les Gamyos ont beaucoup subi et se sont fait remonter leur avance de trois buts. Malgré tout Épinal semble bien armé pour aborder les play-offs dès mardi.

2015 02 13 Grenoble Epinal8Les Brûleurs de Loups ont mis quarante minutes pour se mettre dans le rythme d'une rencontre censée être le dernier test avant les play-offs. Longtemps plus spectateurs qu'acteurs, les Grenoblois ne sont pas comportés comme un leader de Ligue Magnus évoluant à domicile et qui doit dicter son jeu. Visiblement pas concernés par l'enjeu (et bien aidés par la large défaite de Gap à Amiens), ils ne sont remobilisés qu'au pied du mur en début de troisième tiers alors qu'ils accusaient un retard de trois buts et qu'ils frôlaient le ridicule. Un scénario de « come-back » déjà vu par le passé, face à Lyon et Dijon en coupe de la ligue notamment. Dès lors, on peut se demander pourquoi l'équipe grenobloise n'arrive pas à mettre la pression d'entrée sur son adversaire au lieu de la subir et de se retrouver menée au score ? Le troisième tiers sera donc la seule chose positive à retirer de cette rencontre avec des blocs remaniés et percutants et un mode « combat » plus approprié aux play-offs qui s'annoncent. De quoi donner à réflexion pendant la longue période de préparation sans match avant les quarts de finale où les Grenoblois pourraient bien retrouver... Épinal (si la logique est respectée) !

Désignés meilleurs joueurs du match : Yorick Treille (Grenoble) et Ken Ograjenšek (Épinal)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album et Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d'après-match :

2015 02 13 Grenoble Epinal12Richard Martel (entraîneur de Grenoble) : « C'est malheureux parce qu'on avait tout réglé pour chercher la victoire (en prolongation). Les joueurs avaient des bonnes intentions mais cela a tourné de l'autre côté. Mais le come-back qu'on a fait, c'était quelque chose. On ne s'attendait pas à un début de match comme ça. Les joueurs étaient nerveux, ils n'avaient pas de jambes, comme coincés. L'avantage numérique n'a pas capitalisé en comptant des buts. On n'a pas bien joué en deuxième période mais en troisième période, les joueurs se sont regroupés pour sauver la mise et ils l'ont fait. La période supplémentaire aurait été la cerise sur le gâteau. On a changé les joueurs sur les trios en début de troisième, nos défenseurs se sont mis à patiner avec la rondelle ce qu'ils ne faisaient pas en première période. Ils donnaient la rondelle constamment, ils ne bougeaient pas les jambes. J'ai été surpris (des sifflets) mais il faut apparemment vivre avec ça à Grenoble.

On voulait terminer en première place mais pourquoi se chicaner sachant qu'on allait terminer dans les deux premiers ? C'est pour la fierté mais pas question de s'engueuler après le deuxième tiers avec la saison que les joueurs nous donnent. On est quand même resté à la première place tout le long, on est tombé à la deuxième place seulement le fait d'un match. Cela faisait cinq ans que Grenoble n'avait pas terminé pas dans les quatre premiers.

Épinal a très bien joué ce soir. Ils nous ont bien neutralisés. Il faut apprendre de ce match là aussi. Je préfère avoir un match difficile avant d'enchaîner les deux semaines. Si on avait eu un match facile, on aurait eu un peu de mal à revenir sur terre. Dans le fond, ce n'est peut-être pas si mal de gagner la première position en étant un peu déçu du résultat final et de la performance d'aujourd'hui. Il y a des joueurs qui ne sont pas contents à 100%.

Il n'y aura pas de match amical pendant deux semaines, on va pratiquer, on va faire nos affaires à nous. Le but sera d'arriver prêts mentalement et physiquement pour ce match là. »

2015 02 13 Grenoble Epinal6Toby Lafrance (attaquant de Grenoble) : « Des petites erreurs ont coûté cher. Ça arrive, mais on en a payé le prix. Il faut qu'on fasse attention à cela. Il faut être vraiment concentré pendant soixante minutes. En play-offs, on ne pourra pas se permettre ce genre de choses. Il faudra faire le moins d'erreurs possibles. On essaie de créer plus de choses, de pousser mais ce n'est pas bon. Il faut plus se calmer, revenir aux bases et faire des choses simples. Il faut aussi être plus relax, tout recommencer à zéro et jouer comme on sait le faire habituellement. Combien de fois est-on revenu au score comme cela pendant l'année dans le troisième tiers ? Avoir trois buts de retard ne nous faisait pas peur. On savait qu'on pouvait revenir. On s'est beaucoup parlé mais de manière positive. On ne lâche jamais. Les matchs où on était menés au score, on est toujours revenu. On a toujours fait peur à l'adversaire. Je pense qu'on peut retenir qu'il y a du caractère dans le vestiaire. Il faut aussi le prouver dans les play-offs. »

 

Grenoble – Épinal 4-5 après prolongation (0-0, 1-4, 3-0, 0-1)

Vendredi 13 février 2015 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de David Courgeon et Gwilherm Margry
Pénalités : Grenoble 14' (4', 6', 4'), Épinal 14' (6', 4', 4')
Tirs cadrés : Grenoble 36 (11, 14, 11, 0), Épinal 27 (6, 16, 3, 2)

Évolution du score :

0-1 à 27'22" : Ograjenšek assisté de Valier et Hordelalay (sup. num.)
1-1 à 34'08" : Perret assisté de Lafrance et Jalbert (sup. num.)
1-2 à 36'20" : Ograjenšek assisté de Leonelli et Baazi
1-3 à 37'09" : Plch assisté de Petrak
1-4 à 38'26" : Leonelli assisté d'Ograjenšek
2-4 à 42'10" : Treille assisté de Petit et Šivic (sup. num.)
3-4 à 47'20" : Šivic assisté de Chouinard et Roberts (sup. num.)
4-4 à 59'57" : Chouinard assisté de Perret et Lessard
4-5 à 60'46" : Plch assisté de Moisand

 

Grenoble

Gardien : Michal Zajkowski (sorti de 59'29'' à 59'57'')

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard (2') – Stéphane Gervais (4') [puis Roberts à 40'00''] ; Dominic Jalbert – Sam Roberts (2') [puis Gervais à 40'00''] ; Pierre-Antoine Simonneau – Nicolas Favarin.

Attaquants : Mitja Šivic [puis Treille à 40'00''] – Felix Petit – Eric Chouinard (C) ; Hampus Gustafsson (2') – Jordann Perret [puis Tartari à 40'00''] – Yorick Treille (A) [puis Perret à 40'00''] ; Danick Bouchard (2') – Christophe Tartari (A) [puis Lafrance à 40'00''] – Toby Lafrance (2') [puis Šivic à 40'00''] ; Julien Baylacq – Romain Chapuis – Aubin Lamirault.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Arnaud Faure, Quentin Scolari.

Épinal

Gardien : Andrej Hočevar (2')

Défenseurs : Gašper Sušanj – Alain Goulet ; Maxime Ouimet (C) – Peter Slovak ; Vojtěch Kloz – Maxime Moisand ; Martin Charpentier.

Attaquants : Grégory Béron (2') – Michal Petrak (A) (2') – Jan Plch (A) ; Ken Ograjenšek – Aziz Baazi (2') – Nicolas Leonelli ; Peter Valier (2') – Matthieu Le Blond – Vincent Kara (2') ; Anthony Rapenne – Pierre-Charles Hordelalay – Maxime Martin.

Remplaçant : Pierre Mauffrey (G). Absents : Yannick Offret (côte cassée), Anže Kuralt (oreille interne).