Wasquehal - Dunkerque II (Division 3, groupe B)

Pour cette dernière soirée de la saison régulière, Wasquehal cherche à assurer une deuxième place en vue du huitième de finale pour lequel son adversaire est encore inconnu à l’heure du coup d’envoi. À peine dix jours après une victoire aussi large que longue à se dessiner à Raffoux, la troupe de Frédéric Nilly retrouve son voisin dunkerquois, par où a transité une partie importante de l’effectif des Lions, dont certains éléments habitent encore la cité portuaire.

Les amitiés sont mises de côté pour soixante minutes et un ancien de la maison maritime, Benjamin N’Guyen, croit donner le ton de la rencontre d’un premier lancer dangereux. Mais, lors d’une entame peu hachée par les arrêts de jeu, Pierrick Boudot, l’unique portier de visiteurs venus en effectif très restreint pour le plus court déplacement de la saison, est épargné jusqu’à deux missiles de Benjamin Louf captés de la mitaine.

Les bons placements de Frédérick Brodin ou de Pingret, au contre sur le lancer de Canaguier, épargnent le dernier rempart dunkerquois. Le premier trio  local, intégré par Thibault Verschaeve, remet ensuite le couvert par le polyvalent Belge et N’Guyen. Qui, déjoué sur un lancer haut et par un plongeon salvateur, reprend son rôle de passeur pour Thomas Fauchart (1-0 à 08'09").

La recrudescence d’intensité se ressent en outre par une série de charges dans le coin droit, ayant pour premiers protagonistes Derepper et Louf, ex-compères, et soldée par des sanctions à l’encontre de Thomas et Pichon. Avec quatre éléments dans chaque camp, la meilleure occasion est wasquehalienne, une accélération de Canaguier conclue par une reprise de Boschetti, annihilée par une nouvelle détente de Boudot.

Au complet, les visiteurs emploient enfin Fabien Chardon, par Alexandre Delmotte, auteur au préalable d’un bon mouvement dans la neutre, et semblent en mesure d’inquiéter un peu plus leurs voisins car Verschaeve commet un cinglage. Las, Pingret, pressé par deux Lions devant sa ligne bleue, concède une échappée à Alexis Thomas, le capitaine venant ajuster Boudot de près (2-0 à 17'32"). Sorti de prison, Thibault Verschaeve, dans un angle difficile, donne un peu plus d’ampleur à la marque peu avant la première pause (3-0 à 18'55").

À la reprise, deux défenseurs dunkerquois d’expérience tentent de redresser la barre sur autant de montées incisives. Alors que Clément Derepper, de la ligne rouge, trouve la poitrine de Fabien Chardon, Frédérick Brodin pivote sur lui-même côté droit, se démarquant pour chercher la lucarne dans un angle très restreint. Ces deux actions ne pèsent pas lourd face à l’archi-domination des Lions, subie par un Pierrick Boudot très employé. Sa botte s’oppose à Robin Morvan, sa mitaine à Axel Canaguier, la paire Morvan-Boschetti profitant d’un pressing intense pour faire trembler la cage. Un accrocher de Christophe Eichenholc témoigne de la peine rencontrée par les hommes de Patrice Chassin. Sur ce premier avantage numérique, Canaguier décale N’Guyen au deuxième poteau (4-0 à 31'34").

La tempête s’amplifie car les Wasquehaliens maintiennent un rythme élevé, trop pour les deux seuls blocs alignés par les bleus et blancs. Sur cinq lancers, la marque s’amplifie de trois nouvelles unités : Maxime Boschetti conclut tout d’abord la montée de son capitaine (5-0 à 34'00"), puis Anthony Kiffer, entré en jeu depuis quelques minutes, ouvre son compteur sur une accélération de Turpin (6-0 à 36'04"), enfin Thomas Fauchart efface Pingret pour s’ouvrir le chemin du but, logeant la rondelle sous la barre (7-0 à 37'52").

Les rouges, qui ont lancé deux fois plus au deuxième tiers-temps que leurs adversaires en quarante minutes, assurent le 100% en supériorité numérique par Benjamin N’Guyen, décalé par Thomas à la ligne bleue, sans contrôle à mi-hauteur (8-0 à 39'18").

Le dernier acte s’apparente à un nouveau cavalier seul. Les Lions, avec sept nouveaux buts, ne peuvent égaler les huit filets inscrits à Raffoux une dizaine de jours plus tôt. La faute peut-être à Thibault Verschaeve, dont l’essai de la gauche est repoussé par la cage, avant qu’il ne trouve l’ancien portier de Roanne sur son passage. La paire Boschetti – Morvan a finalement raison de ce dernier (9-0 à 41'21"), parti pour un nouveau tiers-temps difficile, que son vis-à-vis, autre ancien Clermontois, observe du banc. Entré en effet en cours de jeu, Jean-Christophe Rohart intervient de la botte devant Deschodt, sur une montée de Christophe Eichenholc, mais est à peine plus employé que son prédécesseur. La présence au sol d’un défenseur n’empêche pas Robin Morvan, à l’affût d’un palet non dégagé, de signer le doublé (10-0 à 47'48"), son compère Boschetti redirigeant ensuite un essai de Louf dans la cage (11-0 à 48'28").

Les Corsaires se consolent sur un tir en force de Grégory Pingret depuis le centre de la glace. Si le caoutchouc ne trouve pas le chemin du but, la faute à une crosse cassée sur le coup, le défenseur voit sa palette terminer sa course au fond des filets. L’occasion de célébrer ce "but" et de redonner le sourire à son banc (50'50"). Quant à Christophe Eichenholc, oublié dans l’enclave, il finit par tromper Rohart du revers (13-1 à 56'06"), et évite ainsi à ses partenaires d’être blanchis pour la troisième fois de la saison.

Comme à Courbevoie en janvier, Wasquehal donne un peu plus d’ampleur à la marque, sous la houlette d’Axel Canaguier, nullement rassasié et toujours vif en fin de rencontre, d’une reprise sans contrôle (13-0 à 52'45") et d’un tir en lucarne (15-1 à 59'33"), réussites entrecoupées d’un revers de Thomas Fauchart (12-0 à 51'33") et d’un rebond exploité par Turpin (14-1 à 58'51").

Cette mise en jambes, à quelques jours du huitième de finale, aura satisfait le public, ravi de voir ses protégés atteindre les 119 buts en quatorze joutes. La confrontation à venir avec le troisième d’une poule A très serrée en dira plus sur le potentiel de Lions ayant affronté jusqu’ici des équipes au niveau très hétérogène.


Wasquehal – Dunkerque II 15-1 (3-0, 5-0, 7-1)
Samedi 21 février 2015 à 18h45 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 280 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Picard et Quentin Candelier.
Pénalités : Wasquehal 14' (4’, 0’, 10’), Dunkerque II 6' (2’, 4’, 0’).
Tirs : Wasquehal 64 (16, 22, 26), Dunkerque II 17 (8, 3, 6).

Évolution du score :
1-0 à 08'09" : Fauchart assisté de N’Guyen et Fronty
2-0 à 17'32" : Thomas (inf. num.)
3-0 à 18'55" : Verschaeve assisté de Fronty et Fauchart
4-0 à 31'34" : N’Guyen assisté de Canaguier et Thomas (sup. num.)
5-0 à 34'00" : Boschetti assisté de Thomas
6-0 à 36'04" : Kiffer
7-0 à 37'52" : Fauchart assisté de Dubois et N’Guyen
8-0 à 39'18" : N’Guyen assisté de Thomas et Canaguier (sup. num.)
9-0 à 41'21" : Morvan assisté de Boschetti
10-0 à 47'48" : Morvan assisté de Canaguier et Thomas
11-0 à 48'28" : Boschetti
12-0 à 51'33" : N’Guyen assisté de Dubois et Fauchart
13-0 à 52'45" : Canaguier assisté de Morvan et Thomas
13-1 à 56'06" : Eichenholc assisté d’Argiolas
14-1 à 58'51" : Turpin assisté de Thomas
15-1 à 59'33" : Canaguier assisté de Boschetti et Morvan


Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon puis Jean-Christophe Rohart à 40’00"

Défenseurs : Grégory Dubois - Sébastien Fronty ; Albin Terrenoire - Jakub Mencik ; Alexis Thomas (C) - Benjamin Louf.

Attaquants : Thibault Verschaeve - Benjamin N’Guyen - Thomas Fauchart (A) ; Simon Angielczyk - Benjamin Turpin - Nicolas Hamoudi puis Anthony Kiffer à 32’25" ; Robin Morvan - Maxime Boschetti (A) - Axel Canaguier.

Absents : Benjamin Lejeune (suspendu), François Piquet (ligaments), Valentin Vienne.

Dunkerque II

Gardien : Pierrick Boudot.

Défenseurs : Pierre Bouchez - Clément Derepper (C) ; Grégory Pingret (A) – Frédérick Brodin (A).

Attaquants : Victor Vanwormhoudt – Maxence Pichon - Antoine Deschodt ; Camille Argiolas - Christophe Eichenholc - Alexandre Delmotte.