Dijon - Chamonix (Ligue Magnus, play-offs, premier tour, match 3)

2-0 pour Dijon dans la série, à l'extérieur. Qui l'eût cru une semaine encore auparavant ? Et pourtant. Le travail dijonnais, longtemps mis en avant par les joueurs eux-mêmes, a fini par payer. Ce soir, Dijon peut finir.

Pour cela, convertir la première pénalité sifflée contre Chamonix dès les premières secondes serait un incontestable atout. Les Chamois, acculés, ne se laisseront pourtant pas faire ; le contrôle du palet sera capital, et Dijon ne se tire pas trop mal de ce premier powerplay, sollicitant régulièrement Clément Fouquerel. Les Ducs, globalement, ont le jeu à leur compte, Chamonix ne pouvant guère plus que des contres pour le moment.

Un ou deux palets qui traînent ne manquent toutefois pas de rappeler au public bourguignon les heures les plus sombres de Trimolet, heureusement sans conséquences dramatiques. C'est un jeu pas déplaisant qui s'est établi, dans lequel les Dijonnais démontrent toujours leur efficacité en infériorité, aidés par un Buysse concentré. Le duel dans le duel, comme pour chacun des matchs de la série, se fera bien sûr entre les deux dauphins ex-aequo d'Aubin, le portier angevin aux meilleures stats de saison régulière.

BUYSSEhenricorentin20141004156Sept minutes à jouer dans le tiers, et la partie s'anime réellement : Dijon vient de se créer quelques belles occasions, mené par un Rech et un Gascon retrouvés. Chamonix ne répond que timidiment : les visiteurs sont vifs mais ne construisent pas. Beaudry offre néanmoins une vraie opportunité aux siens, mais Riton veille. Salmivirta se heurte lui à Fouquerel ; le but aurait eu du panache. Buysse se met à nouveau à l'honneur ; le round d'observation est bel et bien terminé. Rebelote onze secondes avant la fin du tiers : le public scande le nom de son gardien, et il a bien raison.

Au retour du vestiaire, Dijon est à l'attaque. Pas pour longtemps. Les visiteurs sont beaucoup plus incisifs qu'au premier tiers. Un peu trop, peut-être, puisque Dijon obtient un powerplay. Cet avantage est pourtant loin d'en être un : la copie locale est brouillonne, et même une sortie hasardeuse de Buysse s'avère dangereuse. Dijon est déstabilisé. Dijon courbe l'échine. Chamonix attaque, mais ne peut créer le danger, et Briand vient rendre aux locaux leur confiance sur une échappée joliment conclue par un tir de Rech.

Les Savoyards sont à nouveau pénalisés ; le palet circule nettement mieux parmi les Ducs, qui cherchent une vraie ouverture face à un gardien solide. Au final, Dijon tire peu. Une décision sensée face à une équipe de contres. Les locaux sont à leur tour sanctionnés ; les Chamois attaquent leur powerplay sur un rythme d'enfer que Dijon encaisse sans broncher. Briand se paye un nouveau contre, cette fois tout seul. Clément Fouquerel est toujours là, mais au moins la pénalité est tuée. Cela n'empêche pas les visiteurs de continuer à porter le danger vers la cage dijonnaise.

Bissonnette MattC'est dans ce moment délicat que les Ducs subissent une double infériorité, que Chamonix ne tarde pas à mettre à profit d'un tir net de Bissonnette (0-1, 36'51"). Ce n'est qu'un petit coup sur la tête des Dijonnais, qui tuent l'infériorité restante sereinement, Gascon imitant son collègue de ligne en échappée. La fin de tiers n'est toutefois pas une mauvaise chose pour autant : les deux équipes ont dépensé beaucoup plus d'énergie que sur les vingt premières minutes.

La reprise se fera avec deux minutes d'infériorité pour Dijon, Bergin ayant été sanctionné sur le buzzer du deuxième tirs. Le jeu s'installe donc logiquement en zone dijonnaise. C'est beaucoup plus calme qu'au deuxième tiers, et Mulle, constamment efficace en penalty kill, dégage le shoot le plus dangereux du powerplay montagnard. Il n'y a pas le feu à la maison Trimolet, si ce n'est dans la cage de Clément Fouquerel. Sur un tir de Rech, servi par Gascon qui rentrait au banc, le portier chamoniard cède, et les tribunes exultent (1-1, 42'47"). Cette entente enfin trouvée sur la première ligne fait inconstestablement plaisir, alors que le jeu se durcit à peine : il y a de l'enjeu.

Dijon est sanctionné, Dijon doit tenir. Dijon tient, et maintenant, Dijon est en supériorité. Clément Fouquerel, lui, ne tient pas quand Rech dévie la passe de Sedlak (2-1, 48'30"). Sans triomphalisme exagéré, on savoure, et si le retard de jeu sifflé sur l'engagement agace, les actions de bravoure ducales qui en découlent apportent le juste frisson d'excitation nécessaire à une bonne soirée de hockey. Le suspense est là aussi, Chamonix n'est pas fini. Sur un cafouillage devant la cage de Buysse, les visiteurs égalisent par Beaudry, récompensé de ses efforts (2-2, 54'34").

Un petit tour au sol de Andersen le temps de sactionner Dijon, mais le corps arbitral ne se laisse pas tromper : Chamonix prend ses deux minutes aussi, on joue à 4 contre 4. Gros tire sur la corde dans son style habituel, et les Chamois écopent d'un retard de jeu supplémentaire. Trimolet y trouve matière à se réjouir : le coach chamoniard jouit en Bourgogne d'une impopularité notable. Avec tout ça, on a à peine vu défiler le chrono, qui approche pourtant de la fin du temps réglementaire...

RECHanthony20141004188Dijon a le palet en début de prolongation, rendu à Chamonix à la faveur d'une attaque avortée. Retour du jeu en zone chamoniarde, mais c'est Buysse qui signe le premier arrêt notable, suivi de peu par Fouquerel. Dijon est à l'aise sur la glace délestée d'un joueur de chaque côté, et Cacciotti offre au public sa première victoire depuis le 29 novembre. Ca valait le coup d'attendre. C'est sans doute le plus beau ban bourguignon du public depuis un 29 janvier 2012 inoubliable dans le coeur des Archiducs.

Réactions d'après-match :

Anthony Rech (attaquant, DHC) : "On est contents d'avoir gagné ce troisième match le plus vite possible. On voulait terminer la série raiment rapidement, parce qu'on veut déjà se préparer pour la prochaine série, et ça nous laisse un peu de repos. On ne voulait pas leur donner une chance ou espoir de revenir dans cette série. Je pense qu'on a fait un bon match, il y a quelques trucs encore à améliorer, c'est normal, mais on progresse de jours et en jours. On a vraiment passé une grosse étape, on s'est mis en mode play-offs et ça nous réussit."

Olivier Dame-Malka (défenseur, DHC) : "On a joué une grosse partie, comme les trois parties de la série. C'était difficile, ça a pris beaucoup d'efforts. On joue complètement différemment de ce qu'on a joué avant que la saison termine. Ça s'est joué avec la persévérance, et c'est grâce au soutien qu'on a eu la victoire."

Henri-Corentin Buysse (gardien, DHC) : "Heureux. Heureux. On a montré qu'on était solidaire. On arrive à faire ce qu'on voulait faire depuis trois ou quatre mois déjà, ça fait du bien de gagner. Heureux que ça se termine en trois, comme ça on peut bien se reposer avant les quarts de finale."

 

Dijon - Chamonix 3-2 (0-0, 1-0, 2-1, 1-0).
Vendredi 20 février à 21h00 à la patinoire Trimolet. 718 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Damien Bliek assistés de Pierre Dehaen et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Dijon 20' (8x2', 1x2'+2') ; Chamonix 16' (6x2', 1x2'+2').
Tirs : Dijon 35 (16, 8, 7, 4) ; Chamonix 37 (12, 13, 11, 1).

Évolution du score :
0-1 à 36'51" : Bissonnette assisté de Masson et Andersen (sup. num.)
1-1 à 42'47" : Rech assisté de Gascon et Quessandier
2-1 à 48'30" : Rech assisté de Sedlak (sup. num.)
2-2 à 54'34" : Beaudry (sans assist.)
3-2 à 63'19" : Cacciotti assisté de Gauthier et Mielonen