Grenoble - Dijon (Ligue Magnus, quarts de finale, match 5)

Le rêve vire au cauchemar pour Grenoble

Il y a une semaine, les Brûleurs de Loups remportaient sur leur glace le deuxième match de leur quart de finale contre Dijon. Une victoire étriquée qui mettait Grenoble en position confortable pour se qualifier avec une avance de deux matchs à zéro dans la série.

Une semaine plus tard les deux équipes retrouvent la glace de Pôle Sud pour un cinquième match de tous les dangers. Entre temps, Dijon a remporté ses deux matchs à domicile pour recoller au score (3-1 et 6-2) et Grenoble a perdu son entraîneur principal, Richard Martel, dans le collimateur après une fin de match houleuse lors du quatrième match à Dijon au cours de laquelle il aurait donné l'instruction à Quentin Scolari d'aller bousculer le gardien dijonnais Henri-Correntin Buysse. Une action disciplinaire a été lancée par la fédération à l'encontre de l'entraîneur grenoblois dont la direction du club a hâtivement annoncé le départ jeudi soir « d'un commun accord ».

2015 03 07 Grenoble Dijon1L'entraîneur-adjoint Jean-François Dufour a été désigné pour prendre les rênes de l'équipe jusqu'à la fin des play-offs. À noter que suite aux incidents de mercredi, Olivier Dame-Malka et Quentin Scolari sont suspendus et ne joueront donc pas ce soir.

Le gardien Michal Zajkowski, sorti sur blessure mercredi à Dijon après un contact avec Roberts poussé par Gutierrez, tient finalement sa place. Une bonne nouvelle pour Grenoble qui enregistre les retours de blessure de Petit et Gervais alors que Kevorkian est de retour dans l'alignement du côté des Ducs.

Alors que le climat de la rencontre peut s'annoncer houleux, c'est surtout la réaction des Grenoblois qui sera suivie avec intérêt, le départ de l'entraîneur-chef en pleins play-offs créant une situation inédite à la veille d'un match décisif.

Les Brûleurs de Loups semblent pourtant débuter par le bon bout : Treille prend un premier lancer avant que Perret ne se montre dangereux avec une subtile déviation entre les jambes. Dufour est revenu à du classique dans sa composition de lignes avec Sivic-Petit-Chouinard et Perret-Lafrance-Bouchard, deux associations qui ont bien fonctionné cette saison.

2015 03 07 Grenoble Dijon2Une pénalité de Simonneau vient casser l'élan grenoblois mais Zajkowski rentre bien dans le match avec une belle mitaine sur un lancer de Mielonen. Les Dijonnais n'arrivent guère à se montrer dangereux sur le power-play. La première vraie occasion grenobloise vient d'Éric Chouinard, mais le capitaine grenoblois temporise trop et ne parvient pas à feinter Buysse, très vigilant. Les gardiens ont le dessus dans cette première période assez fermée avec des défenses resserrées. Une combinaison entre Petit et Sivic aurait pu conduire à l'ouverture du score mais une imprécision dans le dernier geste fait échouer l'action.

Étonnamment, cette rencontre décisive se joue sur un tempo relativement lent avec très peu d'intensité. Les mises en échec sont rares pour ne pas dire inexistantes, comme si les acteurs craignaient de voir les arbitres sévir à la moindre charge après les débordements du match 4. Du coup le spectacle n'est pas au rendez-vous et le public reste un peu sur sa faim. Buysse se montre de nouveau décisif sur un lancer de Perret dévié puis en tendant sa jambière face à Treille. Dijon se montre plus offensif en fin de tiers avec notamment une tentative de Mulle repoussée par Zajkowski, mais le tiers s'achève sur un score nul et vierge qui témoigne bien de la crispation entourant ce match.

2015 03 07 Grenoble Dijon4Les Ducs abordent le deuxième tiers avec plus de vigueur. Deux tirs non cadrés sonnent l'alerte. Cette fois, Grenoble subit et Dijon attaque. Favarin se retrouve pénalisé. Dijon installe sa deuxième supériorité numérique du match mais n'arrive pas à trouver de position de tir dangereuse et l'absence de Dame-Malka se fait cruellement sentir à la ligne bleue. L'avantage numérique dijonnais se termine même par un contre de Chouinard qui conclut son action en ne cadrant pas son tir. À peine revenu de prison, Favarin y retourne. Mais une nouvelle fois le power-play dijonnais se montre inoffensif même si un frisson parcourt Pôle Sud sur un tir dévié juste devant Zajkowski.

Grenoble procède essentiellement par contre-attaque avec Sivic notamment qui vient échouer sur Buysse. À la mi-match, la situation finit par se décanter lorsqu'Anthony Rech se saisit du palet en zone neutre, traverse la zone défensive et vient ajuster Zajkowski d'un tir à mi-hauteur sans être inquiété (0-1, 30'32").

2015 03 07 Grenoble Dijon3Désormais au pied du mur, les Brûleurs de Loups tentent de réagir. Mais Félix Petit rate une belle occasion alors qu'un palet contré lui avait ouvert la cage dijonnaise. Les Isérois ont toutes les peines du monde à hisser leur niveau de jeu et à se mettre réellement au niveau d'intensité physique exigé par les play-offs. Le seul à vraiment surnager, Zajkowski, doit encore sortir des arrêts miraculeux pour éviter à son équipe de prendre l'eau comme sur un lancer de Roussel dévié in extremis de la jambière.

Gustafsson sonne la révolte grenobloise après une bonne présence. Les Brûleurs de Loups se remettent à faire le jeu et finissent pas égaliser sur un lancer de Sivic venant de la gauche. Buysse est sur la trajectoire mais ne peut que freiner la rondelle avec sa mitaine (1-1, 38'13")

Cette égalisation regonfle le moral des Grenoblois qui pressent en fin de tiers. Zajkowski se retrouve sur la glace après un contact avec un défenseur bousculé par un attaquant grenoblois. Une situation qui n'est pas sans rappeler l'action de jeu qui lui avait valu de sortir à Dijon lors du match 4. Mais curieusement vu le contexte de la rencontre, les arbitres ne sifflent aucune pénalité sur l'action.

2015 03 07 Grenoble Dijon15Il reste vingt minutes aux deux équipes pour se départager sur l'ensemble de la série. Bouchard lance au-dessus de la cage dijonnaise. Mais une nouvelle fois, l'élan grenoblois est coupé par une pénalité, cette fois contre Treille. Rech essaie de faire la différence sur le power-play mais Zajkowski s'illustre en repoussant un gros lancer de Sedlak puis en frustrant Salmivirta à bout portant. Cette supériorité numérique permet à Dijon de prendre clairement l'ascendant dans ce tiers.

Grenoble est acculé dans sa zone défensive et a toutes les peines du monde à en sortir. Sur une des rares occasions grenobloises, Baylacq manque le cadre alors qu'un gros tir de Mielonen est repoussé par Zajkowski... du casque. Le portier suédois est sonné quelques instants avant de reprendre sa place. Dijon continue de dominer les débats avec Gutierrez qui teste de nouveau le gardien.

2015 03 07 Grenoble Dijon6Grenoble se contente de subir le jeu et de procéder par contre-attaques. Sur l'une d'entre elles, Baylacq s'échappe sur l'aile gauche et bat en deux temps Buysse en reprenant son propre rebond (2-1, 53'10"). Les Ducs prennent un gros coup derrière la tête avec ce deuxième but grenoblois.

Les Brûleurs de Loups essaient alors de contrôler le jeu jusqu'à la fin de match, en repoussant autant que possible les Dijonnais dans leur zone. Un exercice qui leur a réussi plutôt bien aux troisièmes tiers-temps cette saison. Mais sur un palet mal dégagé dans  la zone défensive, Mielonen arrive à pleine vitesse pour expédier depuis la ligne bleue un gros lancer à ras de glace qui passe au ras du poteau de Zajkowski (2-2, 57'58"). Le défenseur dijonnais fête son but en allant narguer les supporters grenoblois, une provocation largement inutile compte tenu du contexte....

Àeux minutes près, les Brûleurs de Loups tenaient leur qualification pour les demi-finales. Au lieu de cela, tout est à refaire donc pour les deux équipes qui devront se départager pendant la prolongation après une dernière occasion de Gascon qui ne cadre pas son tir.

2015 03 07 Grenoble Dijon5Dix minutes en mort subite pour départager deux équipes toujours à égalité après cinq rencontres ! Les Ducs débutent mieux le temps supplémentaire avec notamment une occasion de Rech, contré in extremis par Zajkowski et un bon lancer de Sedlak repoussé par le portier grenoblois.

Dijon continue pendant la prolongation de bénéficier de l'indulgence du corps arbitral qui refusera obstinément de siffler la moindre pénalité à l'encontre des Ducs ce soir malgré plusieurs accrochages nets tout au long de la partie. C'est donc à égalité numérique que doit passer le salut des Brûleurs de Loups dont la pression s'accentue sur la cage dijonnaise au fil de la prolongation. Treille est tout près de conclure mais Buysse sort un arrêt de grande classe. En fin de prolongation, Salmivirta aurait même pu donner la victoire à son équipe mais il était dit que le suspense irait jusqu'au bout du bout dans cette série.

2015 03 07 Grenoble Dijon7Place donc à la séance de tirs au but qui voit les gardiens sortir le grand jeu. Chouinard et Bouchard perdent le contrôle de la rondelle avant même de pouvoir déclencher leur tir. Gascon ne cadre pas son tir alors que Salmivirta voit le sien repoussé par la jambière de Zajkowski. Pas plus de réussite pour Treille ni Mielonen, qui aurait sans doute bien aimé marquer le tir au but victorieux après le but de l'égalisation.

Il faut donc poursuivre la série mais Rech trouve la mitaine de Zajkowski et Gervais la jambière de Buysse. Finalement, Salmivirta tente une nouvelle fois sa chance, avec plus de réussite cette fois puisque son freinage surprend Zajkowski et lui ouvre le but. Chouinard y va pour une deuxième tentative mais Buysse arrive à bloquer le palet avec le corps.... Dijon est en demi-finales !

2015 03 07 Grenoble Dijon11Les Brûleurs de Loups, leaders de la saison régulière, tombent donc ce soir face au onzième. Pas grand monde n'aurait pu prévoir pareille issue il y a une semaine, mais cette rencontre est un peu à l'image de cette série pendant laquelle Grenoble n'a jamais réussi à prendre réellement le dessus malgré le statut de favori.

Après deux matchs gagnés laborieusement à domicile, les deux défaites à Dijon ont remis le doute dans les esprits grenoblois. Des Isérois touchés par les événements qui ont suivi le match 4 et l'éviction de leur entraîneur, sanctionné et plus vraiment en phase avec son groupe, sans compter toutes les zones d'ombre qui entourent encore son départ.

Un contexte pesant, des perspectives pas forcément évidentes et des lacunes qui ressortent au grand jour : une intensité physique clairement insuffisante pour un match 5 de play-offs, une incapacité à générer durablement du jeu offensif et des individualités qui ne répondent pas présents, à l'image de Chouinard ou Bouchard, recrutés pour apporter un plus offensif mais non décisifs dans un match clé. Seul Zajkowski a vraiment donné satisfaction ce soir, montrant qu'il est sans doute la meilleure recrue des Brûleurs de Loups cette saison.

Mais visiblement un ressort s'est cassé chez les Grenoblois qui n'ont jamais pu retrouver la dynamique qui leur avait permis de réaliser cette incroyable série victorieuse à l'automne. Alors qu'ils semblaient sur la voie royale après leur première place en saison régulière, les Brûleurs de Loups voient leur saison se terminer brutalement et leurs perspectives d'avenir s'inscrire en pointillés avec la nécessité de recruter un nouveau coach qui devra encore tout reconstruire. Un bien beau gâchis.

Dijon r2015 03 07 Grenoble Dijon12éalise donc l'exploit de ces quarts de finale après avoir sorti Chamonix lors des barrages. Les Ducs, passés à un cheveu des play-downs, renaissent pendant ces play-offs au cours desquels ils démontrent un moral à toute épreuve comme en témoigne cette égalisation à deux minutes de la fin alors que les Dijonnais étaient menés contre le cours du jeu. Malgré l'absence de Dame-Malka, la défense a fait corps et a réalisé un match solide et surtout discipliné (malgré quelques fautes « oubliées » ici et là). Buysse aussi a été décisif, aussi solide dans le jeu que pendant la séance de tirs au but.

Même si Rech n'a pas été aussi dominant que lors de la série des barrages contre Chamonix, il reste l'arme offensive n°1 des Dijonnais. L'inefficacité du power-play n'a pas eu de conséquences néfastes mais il  faudra rectifier le tir pour la suite. Les Ducs retrouveront en demi-finale les Rapaces de Gap et leur gardien joker Clément Fouquerel... gardien prêté par Chamonix ! Des retrouvailles qui s'annoncent prometteuses.... L'aventure continue pour les Ducs.

Désignés meilleurs joueurs du match : Julien Baylacq (Grenoble) et Anthony Rech (Dijon)

(Photos Philippe Crouzet - www.ipernity.com/doc/182273/album et Emmanuel Giraudeaux)

Commentaires d'après-match :

2015 03 07 Grenoble Dijon14Stéphanie Carrel-Magnan (présidente de Grenoble) : « Les événements de la semaine ont un peu joué mais ce n'est pas une excuse, on est professionnel. Je m'en tiens aux objectifs qui étaient les nôtres cette année et ils ont été atteints puisqu'on a gagné un titre et qu'on est rentré dans le top 4 avant les play-offs. Après je suis compétitrice et l'équipe avait vraiment à cœur de gagner la Magnus, on voulait aller au bout. On aura le temps de faire le bilan, mais on ne peut pas dire que c'est une équipe qui ne gagne pas. Ce soir ça s'est joué sur la glace, les conditions ont été créées, j'ai acté des décisions il y a quelques jours. C'était ma responsabilité et mon travail de le faire. C'était dans le cadre de la protection du club et de ce groupe-là. Ils l'ont bien compris, on a énormément échangé. Ils se sont très vite concentrés sur ce qu'ils avaient à faire ce soir. Après c'est un cinquième match de play-offs, ça se joue aux pénos... L'ancien coach des Brûleurs de Loups a été suspendu. On a anticipé une sanction qui aurait pu au dernier moment être plus impactante que ma décision prise jeudi. Je remercie Jean-François Dufour qui a dû prendre les rênes à 48h du match 5. Il avait assisté Richard Martel tout au long de la saison. Il n'y avait pas d'autre choix, je ne le pense pas, et on a tout fait pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions malgré tout. Les gars ont tout donné. C'est une saison inachevée, je suis frustré. »

2015 03 07 Grenoble Dijon8Jean-François Dufour (entraîneur par interim de Grenoble) : « On a été surpris par Dijon qui a abordé le match de manière totalement différente que lors de leurs matchs à domicile. Leur système très fermé nous a posé des problèmes mais nous avions su réagir. Dijon a une bonne équipe, ils jouent très bien depuis le début des play-offs. Ils ne donnent pas énormément de chances, on savait que ça serait serré. À la fin, ça se joue à pas grand-chose, aux pénos. Même si je pense qu'ils ont été meilleurs en grosse partie que nous sur le plan offensif, ils ont créé quand même plus de lancers, mais avec deux minutes et demie à faire, on les devance de un but. On prend ce deuxième but qui fait mal mais on essaie de s'en relever. En prolongation, on a eu deux petites chances ici ou là. C'est dommage que ça finisse aux pénos. Ça aurait été mieux que ça finisse à quatre contre quatre ou en prolongation mort subite. J'ai senti le groupe y aller vraiment au maximum ce soir, soudé, solidaire comme il l'a été tout au long de la saison. On finit premier, on fait une belle saison mais c'est le hockey, ce sont des choses qui arrivent. C'est une grosse déception, on ne voulait pas que ça s'arrête. On croyait fort en cette équipe, on voulait aller jusqu'au bout même eux y croyaient énormément, ça n'a pas été le cas. »

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « Ça s'est joué à rien. On avait l'impression d'avoir fait le plus dur avec ce deuxième but. Et au final, on sort sur les tirs au but. La plus grande déception et de ne pas avoir fait honneur à notre public. On sait que le championnat se nivelle sur l'année et que la difficulté commence à monter en play-offs. C'est un choc. »

Yorick Treille (attaquant de Grenoble) : « Impossible de trouver les mots ce soir. On est des compétiteurs et l'échec est immense. Il n'est pas encore temps de parler de la saison prochaine, on fera le bilan demain, mais je suis fier de cette équipe. »

Jarmo Tolvanen (entraîneur de Dijon) : « On a réalisé quelque chose de génial. Dans le jeu, l'écart était mince, et on a su garder la tête froide et rester disciplinés. La défense a été exceptionnelle. On doit savoir progresser de match en match dans ces play-offs, et je sais qu'on est capable de créer la surprise. »

Sébastien Gauthier (attaquant de Dijon) : « C'est une immense joie. Le contexte était difficile, on craignait le leader de la saison. On savait qu'il y avait du talent de partout à Grenoble et qu'il fallait défendre groupés, ne pas les laisser s'organiser. On a su les faire douter, et derrière, on se qualifie sur un coup de dés. »

 

Grenoble – Dijon 2-2 (0-0, 1-1, 1-1, 0-0). Dijon vainqueur aux tirs au but 1-0.
Samedi 7 mars 2015 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Alexandre Bourreau assistés de David Courgeon et Yann Furet.
Pénalités : Grenoble 8' (2', 4', 2'), Dijon 0' (0', 0', 0')
Tirs cadrés : Grenoble 25 (9, 6, 5, 5), Dijon 38 (10, 10, 15, 3)

Évolution du score :
0-1 à 30'32" : Rech assisté de Gascon et Buysse
1-1 à 38'13" : Sivic assisté de Lafrance et Lessard
2-1 à 53'10" : Baylacq assisté de Chouinard et Petit
2-2 à 57'58" : Mielonen assisté de Gascon et Rech

Tirs au but :
Grenoble : Chouinard (raté), Bouchard (raté), Treille (raté), Gervais (raté), Chouinard (raté).
Dijon : Gascon (raté), Salmivirta (raté), Mielonen (raté), Rech (raté), Salmivirta (réussi)
 

Grenoble

Gardien : Michal Zajkowski

Défenseurs : Pierre-Luc Lessard – Stéphane Gervais ; Sam Roberts – Dominic Jalbert ; Nicolas Favarin (4') - Pierre-Antoine Simonneau (2').

Attaquants : Mitja Sivic [puis Baylacq] – Felix Petit – Eric Chouinard (C) ; Danick Bouchard – Toby Lafrance – Jordann Perret [puis Sivic] ; Yorick Treille (A) (2') – Christophe Tartari (A) – Julien Baylacq [puis Perret] ; Hampus Gustafsson – Romain Chapuis.

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Arnaud Faure, Victor Orset, Aubin Lamirault. Absent : Quentin Scolari (suspendu).

Dijon

Gardien : Henri-Corentin Buysse

Défenseurs : Thomas Roussel – Juho Mielonen ; Benoît Quessandier (A) – Adam Sedlak ; Quentin Mahier.

Attaquants : Anthony Rech – Mathieu Briand – Martin Gascon (C) ; Ilpo Salmivirta – Sébastien Gauthier – Steven Cacciotti (A) ; Alexandre Mulle – Kevin Bergin – Romain Gutierrez ; Aram Kevorkian.

Remplaçants : Julian Barrier-Heyligen (G), Mathis Chiappino, Arthur Montenoise, Bastien Lardière. Absent : Olivier Dame-Malka (suspendu).