Dijon - Gap (Ligue Magnus, demi-finale, match 3)

Entre des supporters gapençais surmotivés et des tribunes dijonnaises toutes parées de ballons jaunes et bleus, c'est une belle ambiance qui s'annonce ce soir à Trimolet.

Dijon est, certes, en délicatesse après deux défaites à l'Alp'Arena, mais il serait présomptueux de croire la série bouclée pour autant. Les Ducs ont prouvé de belle manière qu'ils avaient de la ressource en remontant un retard équivalent au tour précédent.

Le round d'observation dure bien... une demi-seconde, avant que les deux équipes ne sortent l'artillerie lourde et le patinage supersonique. Buysse est sollicité, alors que Briand, en réponse, ne peut cadrer. Aucune équipe ne parvient à dominer l'autre malgré un nombre de shoots gapençais probablement supérieur. Romain Gutierrez s'illustre dans une percée lumineuse au milieu de la zone gapençaise, Buysse est encore sollicité. Ce n'est pas une surprise que de constater que les Rapaces protègent mieux leur gardien des tirs. Mais voilà que survient la première supériorité, et elle est bourguignonne. Une passe manquée de Mielonen offre une échappée à Gap. Le défenseur dijonnais en doit une à son cerbère qui s'impose magistralement sur un shoot de Golicic. La pénalité alors sifflée contre Gap semble sévère. À cinq contre trois, évidemment, les Ducs ne font pas de cadeaux. Anthony Rech, encore et toujours métamorphosé, met toute sa hargne à crucifier Fouquerel (1-0, 10'53").

GOLICICbostjan20141202074Gap est déstabilisé ; en dépit d'une échappée, c'est la panique pendant quelques instants dans le camp haut-alpin. Quessandier est alors sanctionné, la situation s'inverse. Buysse, pourtant masqué, bloque un premier shoot. Dijon, comme à son habitude, tient. C'est plus chaud sur la seconde infériorité, un peu sévère elle aussi, mais Riton ne faillit pas à sa réputation. Le tiers se termine alors que Gap est à nouveau en infériorité. Quel match !

Le tiers reprend avec des Dijonnais toujours en supériorité pour une grosse minute mais Gap, ambitieux et déterminé, ne laisse que peu d'espace aux locaux. Dijon se retrouve finalement plus à l'aise à égalité numérique. Preuve en est faite par Briand, qui sert parfaitement Rech. Même punition pour Fouquerel. Dijon exulte (2-0, 24'28").

Gap n'est pas à terre pour autant, et travaille fort. On reconnaît d'ailleurs le coup de patte de Basile dans le jeu des visiteurs. Dijon, en face, est serein, mais force est de constater que c'est un peu Fort Alamo sur la cage de Buysse quand Dijon se retrouve en infériorité. Rebelote quand Mulle écope de 2'+2'. C'est là aussi un peu sévère. Heureusement, Riton veille encore.

La pression haut-alpine est énorme en cette fin de tiers, et alors que le chrono défile, on en vient à rêver d'une pause salutaire. L'échappée de Bergin apporte quelques secondes de répit et, ouf ! on y est. Sirène de fin de tiers.

À la reprise, les Bourguignons obtiennent le premier engagement de la dernière période. Gap ne domine pas comme en fin de deuxième tiers. Plutôt de bon augure, même si, clairement, essayer de juste tenir ne suffira pas. Dijon a compris la leçon et conserve la maîtrise du palet, pour la perdre seulement sur une faute de Mielonen. En infériorité, Mulle fait des miracles. La pénalité s'achève sur un gros ouf de soulagement des tribunes dijonnaises. Le score est resté vierge pour les visiteurs.

BUYSSEhenricorentin20141004018Fouquerel est obligé de répondre, et le fait avec un certain brio sur la supériorité dijonnaise. À dix minutes de la fin du match, Dijon a toujours ses deux buts d'avance, mais que c'est dur ! Il ne fait aucun doute que la belle équipe gapençaise a toute sa place dans le dernier carré.

La fatigue se faisant peut-être finalement sentir, les Rapaces sont un peu moins incisifs. Côté dijonnais, on s'arrache sur tous les palets pour obtenir non seulement une première victoire dans la série, mais une première victoire tout court en demi-finale de play-offs. Et franchement, les Ducs le méritent.

À trois minutes de la fin, Gap n'a plus vraiment la niaque. Deux minutes restantes, Basile sort Fouquerel. Les tribunes se lèvent. Une minute trente. Gap demande son temps mort. Buysse reste concentré. Les Bourguignons s'appliquent depuis leur zone à réduire à néant les derniers espoirs des visiteurs par Bergin (3-0, 58'59").

Fouquerel se fend d'un dernier arrêt spectaculaire pour éviter le 4-0. Gap est blanchi, Riton est grand.

Réaction d'après-match :

Jonathan Paredes (coach assistant, DHC) : "Je trouve qu'on a défensivement très bien joué, et on s'est appuyé sur un gardien de gala ce soir. J'espère qu'on va rééditer la même chose. De toute façon, on sait que contre Gap qui est une très bonne équipe, on va devoir être discipliné et très bon défensivement."

 

Dijon - Gap 3-0 (1-0, 1-0, 1-0).
Vendredi 13 mars à 20h00 à la patinoire Trimolet. 748 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Jimmy Bergamelli assistés de Pierre Dehaen et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Dijon 12' (4x2', 1x2'+2') ; Gap 10' (5x2').
Tirs : Dijon 27 (7, 8, 12) ; Gap 47 (11, 23, 13).

Évolution du score :
1-0 à 10'53" : Rech assisté de Gascon et Gauthier (double sup.num.)
2-0 à 24'28" : Rech assisté de Briand
3-0 à 58'59" : Bergin assisté de Gascon et Buysse (cage vide)