Dijon - Gap (Ligue Magnus, demi-finale, match 4)

Avec un premier shoot gapençais dans les dix premières secondes, et un but à la vingtième, pas le temps pour une introduction !

VALCHARradim20141202355Buysse, héros de la veille, a été cueilli à froid par Golici (0-1, 0'20"). Dur dur, mais les Ducs ne se démobilisent pas pour autant. Quelque part entre la fin de saison régulière et les playoffs, ils ont appris à faire la guerre. Buysse, lui, se rassure d'un ou deux arrêts plus ou moins importants. C'est insuffisant. Les Rapaces, intraitables, doublent la mise à la faveur de la fébrilité du camp bourguignon. Il s'est écoulé moins de trois minutes de jeu (0-2, 2'26").

Dame-Malka, pas prêt à faire mentir sa récente mauvaise réputation, est le premier sanctionné pour un geste d'une élégance moyenne, et peut remercier ses collègues d'avoir fait le job sur l'infériorité. Gascon s'essaie à tromper Fouquerel, sans succès. Les Ducs sont incisifs, mais plus lents que leurs adversaires. La grosse performance de la veille a peut-être laissé des traces. Dijon subit le jeu des visiteurs, et éprouve en particulier des difficultés à entrer en zone adverse proprement, perdant ainsi de nombreux palets. Dans ces conditions, impossible d'espérer la victoire, sauf à voir Fouquerel craquer - pièce maîtresse parfaitement intégrée à sa nouvelle équipe. Disons le tout net, pour Gap, la perte de Lavigne est une fausse perte, tant les Hauts-Alpins ne sont pas perdants au change.

En fin de tiers, Dijon est toujours dominé mais la pression adverse s'est amoindrie. Briand puis Bergin s'insèrent dans les lignes ennemies mais, au moment du shoot, l'armada gapançaise, entièrement resserrée devant son cerbère, bloque toute tentative de tir. Basile a réussi la belle performance de proposer une équipe à la fois ultra-défensive et offensivement intéressante.

GAUTHIERsebastien20141004120Rapidement, à la reprise, Dijon est sanctionné. Une décision sévère au regard de l'arbitrage de très bonne qualité du premier tiers. Les Ducs négocient l'infériorité avec leur vista habituelle ; si Buysse est souvent laissé à lui-même à égalité numérique, force est de constater qu'en infériorité l'histoire est toute autre. Dans la foulée, Dijon met la pression sur Fouquerel. Arrossamena joue les trouble-fêtes, faisant gronder Trimolet. On sent le piège ; aux Ducs de ne pas tomber dedans. Le tiers est, en tout cas, nettement plus équilibré.

Les entrées en zone des locaux sont plus propres, et de fait plus fertiles et, sur un shift particulièrement bien négocié de la troisième ligne, Gutierrez trompe enfin Fouquerel, trop avancé devant sa cage (1-2, 27'05"). Le jeu s'interrompt quelques longues secondes quand un Gapençais se retrouve au sol, touché à la lèvre ou à une dent. Les arbitres restent muets, et Gap subit même logiquement, ensuite, sa première pénalité sur une obstruction sur Rech évidente. Dijon joue sa meilleure supériorité depuis deux jours, mais les tentatives locales ne suffisent pas à remettre les équipes à égalité.

Gap convainc beaucoup moins qu'au premier tiers, sans être toutefois à la rue, et on commençait à penser que l'énergie de la première période était un coup de bluff réussi, avant que Valchar vienne rappeler aux locaux qu'aucune inattention n'est permise en playoffs (1-3, 36'19"). Les visiteurs sont évidemment galvanisés, alors que la fin du deuxième tiers approche. Pour le moral, il faudrait que Dijon inscrive un but avant la pause, mais tromper Fouquerel relève de l'ouvrage d'art. Rien qui effraie pourtant Gauthier, qui signe là son premier but des séries tout en étant le meilleur assistant des Ducs. Il restait vint-cinq petites secondes à jouer (2-3, 39'35").

Au retour de la pause, Dijon a pris l'ascendant. La deuxième ligne est à l'attaque, soutenue par les pralines de Dame-Malka, mais Fouquerel tient le choc. La supériorité qui intervient dans la foulée est une opportunité à ne pas manquer. Dijon shoote de tous les côtés, cherche les rebonds. La forteresse Fouquerel est assiégée. Gascon, marqué à la culotte, peine à rentrer en zone gapençaise. Salmivirta y va en force. Dijon a obtenu une deuxième supériorité d'affilée, mais rien ne semble vouloir rentrer.

ARROSSAMENAnicolas20141202365Gap a été boosté par cette bonne séquence d'infériorité, et se retrouve à trois face à Buysse qui assume parfaitement son statut de pièce maîtresse. S'ensuivent deux séquences de jeu à 4 contre 4, dans lesquelles Dijon se montre particulièrement à l'aise. Revenus à 5 contre 5, ce sont les Gapençais qui imposent cette fois leur jeu et qui marquent juste sous la transversale par Perez. C'est la première fois depuis le début des playoffs que Buysse encaisse plus de quatre buts, mais le tir était joli (2-4, 52'08").

Cette fois, Dijon est durement touché. La combativité des Ducs s'est évanouie. Difficile de leur en vouloir au regard du chemin parcouru et de l'énergie mise en oeuvre. Arrossamena, lui, ne fait pas de cadeau, et anéantit les espoirs locaux (2-5, 55'41"). Remonter trois buts contre une équipe aussi solide que les Rapaces relève tout bonnement de l'impossible. Les Ducs craquent même en infériorité, pourtant leur point fort le plus notable. Il faut boire le calice jusqu'à la lie, semble dire Valchar (2-6, 56'45").

Bergin puis Dame-Malka, eux, ne peuvent toujours pas tromper Fouquerel dans un dernier effort au courage. La première défaite d'une telle ampleur fait forcément mal, même si toutes les équipes en connaissent de semblables. Mais, quelque soit le score, ne nous y trompons pas : Dijon a quand même tenu la dragée aux Hauts-Alpins.

Réactions d'après-match :

Alexandre Mulle (attaquant, DHC) : "Déçu. Cela aurait été pas mal qu'on revienne à deux matchs partout avant d'aller là-bas. On n'a pas eu le départ qu'on aurait voulu, on a vite été menés 2-0. Après, je pense qu'on est bien revenu. On a poussé au début du troisième, mais il y a eu pas mal de pénalités. On a joué à 4 contre 4, ça a un peu coupé le rythme, et après on prend ce but à 4-2 et c'est compliqué de revenir derrière. Je pense qu'on n'était pas si loin, mais on n'a pas réussi à recoller au score assez rapidement, et après, le match a défilé, et voilà..."

 

Dijon - Gap 2-6 (0-2, 2-1, 0-3)
Samedi 14 mars à 20h30 à la patinoire Trimolet. 854 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Damien Bliek assistés de Yann Furet et Gwilherm Margry.
Pénalités : Dijon 14' (7x2') ; Gap 22' (5x2', 1x2'+10').
Tirs : Dijon 40 (11, 11, 18) ; Gap 37 (13, 12, 12).

Évolution du score :
0-1 à 00'20" : Golicic assisté de Richter
0-2 à 02'26" : Valchar assisté de Arrossamena et Trabichet
1-2 à 27'05" : Guttierrez assisté de Mulle et Quessandier
1-3 à 36'19" : Valchar assisté de Arrossamena et Perez
2-3 à 39'35" : Gauthier assisté de Dame-Malka et Salmivirta
2-4 à 52'08" : Perez assisté de Valchar et Arrossamena
2-5 à 55'41" : Arrossamena assisté de Valchar et Langlais
2-6 à 56'45" : Valchar assisté de Arrossamena et Trabichet (sup. num.)