Gap - Épinal (Ligue Magnus, finale, match 1)

C'est une finale inédite, tout le monde est d'accord là-dessus ! Les Rapaces de Gap contre les Gamyo d'Épinal, personne n'aurait parié sur cette affiche en début de saison. Et inédite aussi car c'est la première confrontation en playoffs entre ces deux équipes. Pas vraiment de recul donc pour essayer de lancer les concours de pronostics a ce niveau de la compétition. 16 rencontres de Ligue Magnus : 7 victoires pour Épinal, 9 pour Gap. Ça risque donc de d'être une confrontation serrée si on se fie aux chiffres, même si Épinal n'a plus gagné à Gap depuis la saison 2009-2010 !

LANGLAIS Chad

Et pourtant quelques signes pouvaient être interprétés. L'arrivée sur les bancs de Luciano Basile après son titre la saison passée à Briançon ainsi que de la légende Philippe Bozon du côté d'Épinal pouvait augurer d'une belle saison pour ces outsiders. Et ils ont bataillé pour en arriver là ! Les favoris étaient plutôt Grenoble, Rouen ou Angers avec leurs recrutements XL. Mais il semble que le niveau de la Ligue Magnus s'est resserré encore cette année, plusieurs équipes pouvaient prétendre à une présence en finale sans que cela soit vu comme un scandale par les observateurs.

Le match est précédé par une minute de silence suite au crash de l'Airbus A320 GermanWings dans les Alpes-de-Hautes-Provence. Un lieu assez proche du match ce soir. Cette minute de silence a été respectée de belle façon par le public, venu très nombreux ce soir à presque 3 000 spectateurs.

La première mise en jeu est gagnée par Épinal après quelques longues minutes à réparer les cages. Le premier tir cadré arrive après une minute grâce à l'inévitable Mickaël Perez que l'on verra beaucoup ce soir. Hocevar s'emploie ensuite sur 2 tirs successifs, et le portier spinalien montre qu'il est bien un pilier de cette équipe et rassure ses coéquipiers. Les deux formations s'observent et ne prennent pour l'instant pas de gros risques, bien que le jeu reste agréable à regarder car sans temps mort. À la quatrième minute, les Rapaces de Gap accélèrent et arrivent à dévier un palet devant la cage des Gamyo mais Hocevar est sur la trajectoire. S'ensuit une nouvelle déviation de Kévin Da Costa qui retentera encore sa chance 30 secondes plus tard.

Gap se projette très vite en attaque, plus vite qu'Épinal qui semble attendre dans sa zone pour mieux lancer ses attaquants de loin. Même si Hordelalay tente sa chance à la 5e minute en accélérant, il perd trop vite le palet en passant la ligne bleue, ce qui provoque un contre gapencais finalement sans danger.

À la 7e minute, grosse occasion de Gap pour Da Costa encore lui, oublié seul devant la cage des Gamyo, mais Hocevar réalise l'arrêt. Un double arrêt même puisque le palet avait fait le tour de la cage suite au premier shoot. Beron réplique ensuite pour Épinal. Des actions qui résument un peu ce match. Gap pousse fort et Épinal exploite chaque opportunité pour se projeter vite vers l'avant et porter le danger devant la cage de Fouquerel pour le moment peu sollicité. Les premières échauffourées dans les coins permettent de ressentir la pression qui monte un peu. Les charges sont maintenant plus appuyées, on se regarde moins jouer. Mais on a du mal à s'installer des deux cotés pour trouver de réelles chances de marquer.

Il reste cinq minutes avant la fin du tiers, Clément Fouquerel reste concentré, et heureusement car la passe de Kuralt pour Beron aurait pu facilement terminer au fond. C'est ce qui ressemble à la première vraie occasion pour les Spinaliens, ils ont mis plus de 10 minutes à se lancer offensivement. Gap reste pourtant dominateur dans le jeu, mais Épinal peut amener rapidement le danger sur quelques contres grâce à sa défense bien en place et un patinage de l'ensemble de ses quatre lignes assez impressionnant. Et sur un contre justement, Gregory Beron marque pour Épinal du coté de la mitaine de Clément Fouquerel pourtant bien placé (0-1). Gap était pourtant mieux entré dans le match, mais Épinal a bien su profiter de cette opportunité et du repli défensif raté de Gap sur cette action. À 22 secondes de la pause, Vincent Kara laisse traîner sa crosse et prend la première pénalité de ce match très propre jusque là. Gap tente tout de suite sa chance avant le coup de sirène, mais c'est à côté. Épinal rentre aux vestiaires avec un but d'avance, dominé mais bien en place.

Le deuxième tiers commence vite, avec une équipe d'Épinal toujours en infériorité numérique, mais opportuniste. 30 secondes de jeu, et contre rapide sur une mauvaise relance de Nicolas Ritz, mais Clément Fouquerel réalise l'arrêt sur Mathieu Le Blond. Hocevar laisse bien un rare rebond durant cette infériorité, mais les Rapaces n'en profitent pas. Le powerplay est tué par Épinal relativement facilement.

Épinal pousse ensuite fort, mais c'est Gap qui égalise par Paul Schmidt sur un palet perdu par Épinal à la ligne rouge. Il ajuste longuement Hocevar et marque côté mitaine a 2 contre 1, avec un coéquipier lui aussi bien placé a sa gauche (1-1, 23'12").

La rencontre s'emballe, les tirs sont maintenant plus nombreux, et il y a plus de vitesse de la part des protagonistes, ce qui donne un match plus plaisant et plus intense. Gap tente toujours beaucoup et Andrej Hocevar est très sollicité en ce milieu de deuxième tiers. Mais les Vosgiens marquent encore un peu contre le court du jeu par l'intermédiaire de Pierre-Charles Hordelalay qui trainait devant la cage (1-2, 29'29"). Mais est ce bien lui qui a marqué ou le défenseur de Gap ?

Épinal continue à pousser. Pourtant l'équipe vient de jouer 7 matchs contre Angers dont le dernier était dimanche, pour ensuite venir a Gap aujourd'hui. Ce qui représente une dépense d'énergie non négligeable ! Mais on sent qu'Épinal monte son niveau de jeu d'un cran à ce mi-match. Nous verrons dans les prochains matchs si Épinal garde assez de réserve pour aller au bout.

Les spectateurs voient une belle opportunité pour Schmidt arrêté illégalement. Il est en effet déséquilibré par Alain Goulet qui part donc au cachot pour deux minutes. Dur cependant pour Gap de percer la muraille spinalienne qui est impressionnante dans cet exercice. Quelques grosses mises en échec du côté des Gamyo réveillent un peu l'Alp Aréna, mais les Rapaces n'arrivent pas à s'installer correctement dans la zone. Quelques décisions arbitrales discutables (charge en retard de Susanj, Vondracek crocheté lors d'un contre) finissent de réveiller la patinoire avant le coup de sirène, mais c'est bien Épinal qui rentre encore aux vestiaires avec l'avantage d'un but.

HOCEVAR AndrejLe troisième tiers commence par une belle percée d'Arrossamena qui passe en revue l'ensemble des Spinaliens mais Hocevar se couche bien sur le palet. Épinal réplique tout de suite, puis un tir à mi-distance de Roman Vondracek que l'on voit de plus en plus. Ce tiers commence à 100 à l'heure, et c'est finalement concrétisé par Chad Langlais qui perce la muraille Hocevar (2-2, 22'04"). Il a été laissé seul par les joueurs d'Épinal, un peu lents à remonter défendre sur lui. Ce match répond bien a toutes les attentes, le suspense risque de durer longtemps dans cette série.

Deux minutes plus tard, Mickaël Perez met encore le feu devant la cage des Gamyo en dribblant plusieurs joueurs mais bute encore sur leur dernier rempart. C'est un temps fort pour Gap qui pourrait en profiter pour prendre le large. Mais une crosse haute de Vondracek dans le visage de Le Blond l'envoie pour 4 minutes en prison (2'+2' car saignement) et donne une bonne opportunité à Épinal de reprendre le large. Moisand, puis Baazi et Petrak tentent chacun leur chance sans succès durant les deux premières minutes. La seconde pénalité ne donnera rien, Épinal n'arrivant plus à s'installer devant la cage des Rapaces.

Il reste maintenant 10 minutes pour forcer la décision. Chaque équipe tente d'accélérer, mais Gap continue de dominer légèrement, ce qui se traduit par plus de tirs sur Hocevar. Déjà 25 tirs contre 19 à ce moment. Et le scénario des deux premiers tiers se reproduit, Gap domine, mais Épinal ne lâche rien et marque son troisième but par l'intermédiaire d'une déviation de Gaspr Susanj (2-3, 54'09").

Tout est encore à refaire pour les Gapençais. Ils courent après le score depuis le début et doivent faire le jeu face à de vaillants Spinaliens bien placés défensivement et très dangereux en contre. À 3 minutes de la fin, Perez aurait pu mettre les deux équipes à égalité en se retrouvant encore seul devant Hocevar, mais il ne peut maîtriser le palet qui passe devant la cage sans que ni lui, ni le portier spinalien ne le touche. Épinal tente bien ensuite quelques contres, on remarque tout particulièrement une tentative de Plch mais qui ne pourra pas se mettre dans une position de tir après avoir dribblé plusieurs adversaires. Gap tente de marquer à 6 joueurs de champs, mais Andrej Hocevar, toujours lui, reste concentré et il est souvent bien secondé par ses défenseurs comme Ouimet par exemple qui dégage le palet hors de sa zone à 30 secondes de la fin. Cela passe toujours très près mais malheureusement pour les Rapaces, pas dans la cage. Fin du match, Épinal gagne 2-3 et mène la série avec un premier point.

Chad Langlais est désigné homme du match coté Rapaces. Andrej Hocevar coté Gamyo. Deux joueurs incontournables de ce match.

Épinal réalise donc un nouvel exploit en allant chercher ce premier match à l'extérieur. Et lance de façon idéale cette finale de Ligue Magnus. Cependant, Gap aurait pu tout aussi bien gagner ce match sans un Hocevar encore excellent dans ses cages et un peu plus de réussite. La domination aux tirs (29/21 au total et 12/6 dans le dernier tiers) des Rapaces mais aussi dans le jeu où Épinal a été un peu plus attentiste devrait donner encore des matchs accrochés dans les jours à venir.

 

Gap - Épinal 2-3 (1-0, 1-1, 1-1)
Mardi 24 mars à 20h30 à la patinoire de Gap (Alp Aréna). 2926 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Nicolas Barbez assistés de Pierre Dehaen et David Courgeon.
Pénalités : Gap 4' (0', 0', 4') ; Épinal 6' (2', 2', 0')
Tirs : Gap 29 (9, 8, 12) ; Épinal 21 (6, 9, 6)

Évolution du score :
0-1 à 16'33" : Beron assisté de Kuralt et Ograjensek
1-1 à 23'12" : Schmidt assisté de Langlais
1-2 à 29'29" : Hordelalay assisté d'Offret et Susanj
2-2 à 42'04" : Langlais assisté de Rohat
2-3 à 54'09" : Susanj assisté de Kara et Le Blond

 

Gap

Attaquants :
Nicholas Pard - Mickaël Perez - Nicolas Arrossamena
Bostjan Golicic (-1) - Nicolas Ritz (-1) - Radim Valchar
Roman Vondrácek (-1, 4') Kevin Da Costa (-1) - Karel Richter (-1)
Paul Schmitt (+1) - Sébastien Rohat (+1) - Matthieu Frecon (+1)

Défenseurs :
Brett Bartman (+1) - Chad Langlais (+1)
Dominik Kramar (-1) - Matt Wahl (-2)
Jérémy Baridon - Teddy Trabichet (C, -1)
Ryan Ruikka (-1)

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Loïc Chapelier, Alexandre Cornaire.

Absents : Chad Lavigne (arrachement du tendon commun du long adducteur droit), Matt Carter (suspendu pour contrôle positif à l'éphédrine), Aurélien Bertrand (G).

Épinal

Attaquants :
Vincent Kara (+1, 2') - Matthieu Le Blond (+1) - Peter Valier (+1)
Anže Kuralt - Grégory Beron - Ken Ograjenšek
Nicolas Leonelli - Michal Petrák - Ján Plch
Pierre-Charles Hordelalay - Yannick Offret - Martin Charpentier

Défenseurs :
Vojtech Kloz (+1) - Maxime Moisand (+1)
Maxime Ouimet (-2) - Alain Goulet (2')
Aziz Baazzi (+2) - Gašper Sušanj (+1)
Peter Slovak (-1)

Gardien :
Andrej Hocevar [sorti à 59'15"]

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Anthony Rapenne.