Gap - Épinal (Ligue Magnus, finale, match 2)

Le ciel semble être la seule limite actuellement pour Épinal. Cette équipe, simple huitième de la saison régulière, mène dans sa première finale de Ligue Magnus de son histoire. C'est presque trop beau. Les jambes des hommes de Philippe Bozon pourraient-elles se mettre à flageoler dans cette situation inédite ? Lors des tours précédents à Rouen et à Angers, ils avaient été blanchis au premier match.

Mais, à domicile, c'est bien sûr Gap qui a la pression. Les Rapaces ne s'attendaient peut-être pas à ce que les nouvelles ambitions nées de l'arrivée de Luciano Basile se concrétisent si vite. Champions de France, les Gapençais l'ont certes été, mais en 1977 et 1978, avant que le hockey ne descende vers la plaine. Cette année, l'occasion paraît exceptionnelle : ils n'ont pas eu d'exploit à réaliser puisqu'ils n'ont battu que des équipes bien moins classées. Sauf que la hiérarchie semble ne plus rien signifier pour les Spinaliens.

GOLICICbostjan20141202338Gap passe à l'attaque dès le coup d'envoi, par Roman Vondracek. La domination locale est nette, mais la pression est encore loin d'être insoutenable. Le match commence avec plus d'intensité qu'hier, mais sera-t-elle suffisante pour les Rapaces ?

La réponse arrive avec un mauvais changement de ligne spinalien, dont profite Karel Richter pour envoyer le palet à l'aile opposée vers Bostjan Golicic. L'ailier slovène reçoit la passe à la ligne bleue, s'avance sans opposition et ajuste un lancer puissant sous le bras droit de son compatriote Andrej Hocevar (1-0).

On retrouve les mêmes protagonistes slovènes un peu plus tard : Hocevar arrête du gant un tir en angle fermé de Golicic et fait bouger la cage par ce mouvement. La mitaine contient bien le palet mais est un peu cachée : les Gapençais ont pu penser que le palet était passé entre le gardien et le poteau, et ont cru au but pendant une fraction de seconde.

Épinal n'a pas eu d'occasions à 5 contre 5, mais dispose de la première supériorité numérique, pour un surnombre local. Elle commence par une frayeur, un palet perdu en zone défensive face à Kevin Da Costa, qui se présente seul face au but mais manque de précision. Dans la suite du jeu de puissance, Vincent Kara hérite d'un palet traînant face à la cage, sans pouvoir conclure. Le défenseur américain Ryan Ruikka commet une obstruction à la ligne bleue et part en prison à son tour, mais le gardien-joker Clément Fouquerel repousse toutes les tentatives vosgiennes.

BAAZIaziz20140916397À une minute de la pause, Anze Kuralt fait trébucher Sébastien Rohat en zone neutre dans un repli tardif. Hocevar prend un lancer dans la casque, et reste sonné un bref laps de temps avant de se replacer. Vondracek n'en profite pas et tire dans ses jambières. Sur l'engagement, cependant, Mickaël Perez fait se coucher le gardien et passe derrière la cage pour passer en retrait à Radim Valchar : Hocevar n'a donc pas le temps de se replacer sur le tir du Tchèque dans le haut du filet. Gap rentre aux vestiaires sous les applaudissements et avec deux buts d'avance.

Après l'exhibition des pom-pom-girls patineuses de Gap, un numéro qui sied sans doute mieux à une pause de hockey que des mouvements de danse sans patins, le deuxième tiers-temps commence par un coup de tonnerre : un vrai tir de sniper de Nicolas Arrossamena, juste sous la barre. Mieux encore, l'attaquant de 20 ans Paul Schmitt, révélation de ce début de finale, résiste à la charge du défenseur Aziz Baazi et marque en déséquilibre, dans le haut du filet, un but en angle aussi étonnant que spectaculaire (4-0, 21'42").

On se demande si le match n'est pas déjà fini. Épinal, qui dispute son 9e match en l'espace de 16 jours, pourrait être tenté de souffler avant la troisième rencontre qui aura lieu dès après-demain. Le Gamyo gâche une supériorités numérique jouée avec peu de conviction... sauf celle que met Michal Petrak à réclamer auprès de l'arbitre, ce qui lui vaut dix minutes de méconduite. La meilleure occasion est pour Gap en infériorité, avec un centre du revers de Bartman que Wahl ne peut reprendre au second poteau.

LANGLAISchad20141202216Les arbitres épargnent aux Spinaliens les interrogations sur l'opportunité de continuer à jouer à donc en envoyant Leonelli et Ouimet en prison. À 5 contre 3, le lancer de Chad Langlais porte le score à 5-0. Comme ça, c'est clair.

En dernière période, Moisand donne un mauvais coup dans le dos de Perez dans le coin, en s'excusant aussitôt car le match reste dans le bon esprit. Toujours est-il que le powerplay gapençais gonfle encore ses compteurs quand Radim Valchar dribble le gardien. La quatrième ligne de Gap marque son deuxième but de la soirée à la faveur d'un repli défaillant de Baazi : Paul Schmitt - qui a déjà marqué autant de points durant ces deux jours de finale que depuis le début du championnat (3) - délivre une passe transversale pour la reprise de Sébastien Rohat en pleine lucarne (7-0, 42'45").

Philippe Bozon avait choisi de ne pas changer de gardien à la pause et de maintenir son équipe dans le match, mais cette fois, il n'a plus le choix. Il fait rentrer Pierre Mauffrey dans les cages, mais aussi le reste de son banc avec Anthony Rapenne.

Mauffrey a un lancer idéal pour entrer dans la partie, un tir de la bleue sans écran qu'il capte de la mitaine, mais il est ensuite confronté à une percée de Golicic et surtout à une double infériorité numérique. Il résiste mais finit par céder pendant que Susanj est en prison pour une crosse haute sifflée à retardement, après conciliabule arbitral, et commise en fait par Jan Plch : c'est Radim Valchar qui marque ce but sur un palet qui retombe dans la cage (8-0, 48'07"). Un triplé pour le Tchèque, et un triplé aussi pour Bostjan Golicic, sur une passe de derrière la cage de Richter (9-0, 58'07").

BASILEluciano20141202017Tout irait bien pour Gap si seulement ce dernier tiers-temps sans en jeu s'était aussi déroulé sans blessures : or, Nicholas Pard a quitté la glace sans pouvoir y poser le genou... Le sort semble s'acharner sur l'équipe de Luciano Basile.

Un Basile qui est trop expérimenté pour prêter une attention excessive au score final de ce match. Épinal a déjà acquis assez de vécu ces dernières semaines pour se remettre de cette défaite. En play-offs, le résultat exact importe peu, et la seule chose qui compte, c'est qu'on en est à une victoire partout. La série pourrait durer plus longtemps et être plus disputée que ce match-ci.

En tout cas, Gap a cette fois conquis son public, qui sait maintenant qu'il la retrouvera dans une semaine. Sera-t-elle dos au mur ou aura-t-elle repris l'ascendant ? Réponse après les rencontres de vendredi et samedi à Épinal. Il faudra surtout aux Gamyo, battus sans appel, retrouver les ressources physiques et mentales dont ils avaient fait preuve jusqu'ici.

Désignés joueurs du match : Paul Schmitt pour Gap et Aziz Baazi pour Épinal.

 

Gap - Épinal 9-0 (2-0, 3-0, 4-0)
Mercredi 25 mars 2015 à 20h30 à l'Alp Aréna de Gap.
Arbitrage de Damien Bliek et Geoffrey Barcelo assistés de Yann Furet et
Gwilherm Margry.
Pénalités : Gap 14' (4', 8', 2') ; Épinal 18' (2', 8', 8')
Tirs : Gap 46 (9, 8, 12) ; Épinal 18 (4, 6, 8)

Évolution du score :
1-0 à 06'48" : Golicic assisté de Richter
2-0 à 19'52" : Valchar assisté de Perez et Trabichet (sup. num.)
3-0 à 20'06" : Arrossamena
4-0 à 21'42" : Schmitt assisté de Frecon et Rohat
5-0 à 32'16" : Golicic assisté de Langlais et Bartman (double sup. num.)
6-0 à 42'01" : Valchar assisté de Pard et Hordelalay (sup. num.)
7-0 à 42'45" : Rohat assisté de Schmitt et Frecon
8-0 à 48'07" : Valchar (sup. num.)
9-0 à 58'07" : Golicic assisté de Richter


Gap

Attaquants :
Mickaël Perez (+1, 2') - Radim Valchar (+2) - Nicolas Arrossamena (+1)
Bostjan Golicic (+3) - Nicolas Ritz (+1) - Karel Richter (+2)
Kevin Da Costa (+1, 4') - Roman Vondracek (+1) - Nicholas Pard
Paul Schmitt (+2) - Sébastien Rohat (A, +2, 2') - Matthieu Frecon (+2)
puis Alexandre Cornaire (C) à 50'

Défenseurs :
Brett Bartman (+3, 2') - Chad Langlais (+3)
Ryan Ruikka (+2, 2') - Matt Wahl (+2)
Jérémy Baridon - Teddy Trabichet (A)
Dominik Kramar (+2)

Gardien :
Clément Fouquerel

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Chad Lavigne (arrachement du tendon commun du long adducteur droit), Matt Carter (suspendu pour contrôle positif à l'éphédrine), Aurélien Bertrand (G).

Épinal

Attaquants :
Vincent Kara (-1) - Matthieu Le Blond (-2, 2') - Ken Ograjenšek (-1)
Anže Kuralt (-1, 4') - Grégory Beron (-2) - Peter Valier (-1)
Nicolas Leonelli (-1, 2') - Michal Petrák (10') - Ján Plch (-1)
Pierre-Charles Hordelalay (-1) - Yannick Offret (-1) - Martin Charpentier (-2) puis à 42'45" Anthony Rapenne (-1)

Défenseurs :
Vojtěch Kloz (-2) - Maxime Moisand (2')
Maxime Ouimet (-3, 2') - Alain Goulet (-3, 2')
Aziz Baazzi (-2) - Gašper Sušanj (-1, 2')
[puis Charpentier à 42'45"]

Gardien :
Andrej Hočevar puis Pierre Mauffrey à 42'45"

Remplaçant : Peter Slovák.