Épinal - Gap (Ligue Magnus, finale, match 4)

Aux portes du paradis

Comme le dit si bien Vosges Matin, une nouvelle victoire d'Épinal mettrait les Gamyo sur la voie royale dans leur quête d'un premier titre national. Mais les hommes de Luciano Basile, plombés la veille par la fébrilité de leur portier (2-8), aspirent à rebondir. Même s'ils y ont laissé quelques plumes vendredi (Vondráček, touché à l'épaule, est forfait), les Rapaces comptent tout faire pour égaliser dans cette finale cristallisant toute l'attention du hockey français.

KLoz et Hocevar deux des héros d ela soirée

Ce soir encore, toutes les lumières sont braquées sur Poissompré, où règne une atmosphère très particulière. La meilleure ambiance de France selon les plus fervents partisans, qui lanceront leurs chants plus d'une heure et demi avant le coup d'envoi (en étroite collaboration avec le petit kop des supporters gapençais, qui ont également donné de la voix).

La température est donc rapidement montée dans les travées de Poissompré, toutes emmaillotées d'orange.... et une nouvelle fois pleines à craquer ! Des tribunes surchargées, rapidement parcourues d'un premier frisson. Gap se montre dangereux dès sa première incursion, avec un Boštjan Goličič servant Radim Valchař au premier poteau... qui enlève trop son lancer (00'14") !

Cette première alerte est aussitôt suivie d'une échappée. Anže Kuralt file côté gauche pour expédier une frappe détournée, de la crosse, par Clément Fouquerel (00'45"). Une intervention plus importante qu'il n'y paraît pour le gardien gapençais qui, durant sa jeune carrière, n'a jamais vraiment brillé à Poissompré.

Les premières minutes, qui se disputent sur un rythme élevé, laissent présager une rencontre pleine d'intensité. Il faut dire que ça patine fort des deux côtés, où l'on ne lésine pas sur l'échec-avant. Un pressing comme toujours très agressif chez les Gamyo, où l'on exploite pleinement la vitesse et la ténacité des Kara, Ograjenšek et autres Offret, qui ne laissent aucun répit au porteur du palet. La palme revient certainement à Nicolas Leonelli, ailier survitaminé qui se donne à fond et monte très haut pour presser l'adversaire, sans jamais manquer de rapidement se replacer.OGRAJENSEK finale Gap

Cet engagement de tous les instants, qui rend le jeu très attrayant, n'empêche pourtant pas les Rapaces de se montrer menaçants. Arrossamena gratte un palet derrière la cage d'Hočevar avant de servir Perez, qui pivote pour adresser une frappe bien bloquée par le gardien spinalien (04'40"). Une récupération de Matthieu Frecon débouche sur un contre repoussé par la jambière du cerbère (04'29") avant que Dominik Kramár ne fasse parler son lourd lancer (5e). Mickaël Perez profite d'un mauvais renvoi de Vojtěch Kloz pour se frayer un chemin jusqu'au but vosgien. L'assistant-capitaine gapençais ne se fait que très tardivement subtiliser le palet (05'55")...

FOUQUEREL finale 4Autant d'avertissements sans frais pour les Gamyo, qui continuent à presser très haut. Un forecheking qui s'avère payant. Brett Bartman, après avoir temporisé derrière sa cage, transmet à Nicholas Pard, qui part pour accélérer côté droit mais pousse un peu trop loin son palet. Anže Kuralt, monté aux avant-postes, parvient à le bloquer pour provoquer un revirement. Le puck revient dans l'axe sur Grégory Beron... qui ne tremble pas au moment d'ajuster la lucarne gauche, côté bouclier (1-0 à 06'24").

Habitués à marquer les premiers dans leur fief de Poissompré, les Spinaliens y ont toujours gagné après avoir ouvert le score. Et sur leur lancée, ils vont progressivement prendre l'ascendant sur des Rapaces qui subissent de plus en plus dangereusement. Un shoot d'Alain Goulet, difficilement repoussé, induit un énorme cafouillage devant la cage (11'19"). Ograjenšek trouve quant à lui la déviation de Beron, qui met en plein sur le gardien (11'59"). Un Fouquerel qui bouche parfaitement son angle droit sur une reprise de Kuralt (12'16") avant qu'un slap dévié de Goulet ne lui fasse passer quelques suées (12'56"). Et que dire de cette remise d'Hordelalay libérant Charpentier devant le filet, qui va faire se coucher le gardien sans parvenir à totalement le contourner. Clément Fouquerel, en très mauvaise posture, sort l'arrêt qu'il fallait (15'57").

VALCHAR FinaleLa "bande à Basile", malmenée, peut ce soir compter sur son jeune portier, qui répond parfaitement présent à l'instar d'un Andrej Hočevar s'érigeant (comme très souvent ces derniers temps) en muraille infranchissable devant le filet. L'international slovène, qui est de loin le meilleur gardien de ces play-offs, maintient à flots les Gamyo quand il le faut. N'allez pourtant pas imaginer que l'intéressé est livré à lui-même par ses coéquipiers, qui se défendent parfaitement en infériorité. Mais lorsque les pénalités pleuvent et que l'orage fait rage devant sa cage, l'intéressé sait garder la porte fermée. Et si l'obstruction de Moisand (14'12") permet à Ritz de s'y reprendre à deux fois (14'48"), l'emprisonnement de Kloz (15'09") le verra multiplier les arrêts. De près (Valchař, 15'20") comme de loin (Bartman, 15'54")... avec l'involontaire complicité d'un Chad Langlais expédiant son slap surpuissant sur la baie vitrée (15'47") !

Hočevar, actuellement au sommet de son art, dégage une forte impression d'invulnérabilité. Qu'il paraît loin le temps (pourtant pas si lointain) où ce gardien endossait une grande part de responsabilité dans la mauvaise passe traversée par les Gamyo entre la mi-novembre et la fin janvier. Laps de temps durant lequel les boys du Boz' ne furent que l'ombre d'eux-mêmes, à l'image d'un Peter Valier longtemps apparu comme un soliste invétéré, mais que les play-offs auront totalement transfiguré. On ne compte plus ses échappées, comme ce break obtenu durant cette double infériorité, qui le verra se rattraper à la limite de la régularité. Valier, pris dans son élan, emporte tout son passage avant d'aller s'empaler contre la bande, derrière la cage (16'04") !

HOCEVAR Gap finale 4La pénalité de Moisand tuée, il reste quelques secondes aux Gapençais pour saisir leur seconde opportunité. Mais ni Kramár (16'17"), ni Ritz (16'43" et 16'54") ne verront leurs lancers couronnés de succès. Andrej Hočevar n'en finit plus d'impressionner Poissompré, emballée par le jeu alerte et rythmé proposé. Le moindre espace est exploité par des Spinaliens toujours prompts à contre-attaquer. Comme sur cette ouverture d'Ograjenšek lançant Beron dans la profondeur, sans que Fouquerel, solide au poste, ne soit véritablement inquiété (17'35"). Pas plus, d'ailleurs, que sur les premiers instants d'une supériorité née d'un superbe accrocher de Radim Valchař (agrippé telle une sangsue durant de longues secondes à Ograjenšek, 18'43").

Le deuxième tiers débute comme s'est terminé le premier : Gap tue sans trembler son reliquat de pénalité. Les Rapaces, toujours bien en place (avec un attaquant chargé de presser au-devant de ses coéquipiers, bien regroupés en zone neutre pour empêcher l'ICE d'accélérer le jeu), changent même de braquet, travaillant d'arrache-pied pour se faire encore plus pressants offensivement. Une domination territoriale, mais stérile, surtout qu'Épinal ne leur concède que très peu de lancers. Et à force de se livrer, les Haut-Alpins finissent par se faire contrer. Petrák lance Leonelli loin devant, d'une longue ouverture plein centre mettant l'Helvète sur orbite. Un break bien emmené par l'ancien "Servettien", qui fixe le gardien et frappe sur la gauche du portier... dans la mitaine d'un Fouquerel très inspiré (26'30") !

TRABICHETCette occasion manquée, les Spinaliens vont rapidement la regretter. Richter, d'un crochet intérieur, se recentre pour adresser un lancer bien bloqué par Hočevar (28'24"). Un arrêt donnant lieu à une remise au jeu en zone offensive, au cercle d'engagement droit. Un face-off remporté par Nicolas Ritz, qui remet aussitôt la rondelle à droite, sur Teddy Trabichet. Le capitaine gapençais, d'un tir aussi lointain qu'excentré, expédie le palet dans le haut du filet... par-dessus la mitaine d'un Hočevar masqué au départ du lancer (1-1 à 28'29").

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette égalisation, tant désirée, n'est pas imméritée. Et sur leur lancée, les Rapaces bénéficient d'une nouvelle supériorité, un retenir d'Alain Goulet (29'11"). Ils cherchent longtemps la faille sans la trouver à l'image d'un Chad Langlais ne sachant, par moments, plus trop quoi faire du palet. Le danger finit toutefois par arriver. Perez trouve Arrossamena derrière la cage, qui sert Valchař démarqué dans la zone de vérité. Le Tchèque prend le temps de contrôler, tout en se décalant au second poteau, où il tente de lever son revers... qui termine dans la mitaine d'un Hočevar en grand écart (31'11").

Une parade venue d'ailleurs. Un arrêt très important à bout portant. Une intervention d'autant plus décisive qu'elle sera immédiatement suivie d'une très grosse occasion... qu'Ograjenšek va mettre au fond ! L'ailier slovène, à l'origine de l'action, empêche Da Costa de ressortir le palet, qui revient derrière la cage. Sébastien Rohat, qui est le premier dessus, voit Ken Ograjenšek arriver lancé. Une pression qu'il esquive d'une petite "pirouette". Mais dans son mouvement, l'ex-Briançonnais perd le contrôle du palet, ce qui profite à Kuralt qui sert aussitôt son compère, replacé sur la gauche du portier. Ograjenšek tire sur réception pour marquer d'une belle reprise croisée (2-1 à 31'55").

BUT2Déçus, mais pas abattus, les Rapaces repartent aussitôt à l'assaut des Gamyo. Maxime Ouimet, après s'être couché devant sa cage pour bloquer la tentative de Valchař (32'33"), se fait sanctionner d'un retard de jeu (32'51"). En découle une infériorité numérique parfaitement négociée par les favoris de Poissompré, menacés par un slap puissant de Langlais (33'02") et vraisemblablement sauvés par Goulet, bien avisé de se mettre sur un genou pour contrer le centre de Perez destiné à Arrossamena, sur un deux-contre-un gapençais (33'57").

Cette pénalité, tuée avec beaucoup d'aplomb, est suivie d'une supériorité spinalienne. Teddy Trabichet, pris de vitesse par Vincent Kara, a déséquilibré l'ancien Chamois (35'43"). Mais là encore, il ne sera pas question de feu nourri sur Fouquerel en dépit d'un centre de Valier dévié, de très près, par Ograjenšek (36'54"). Sébastien Rohat, parvenu à s'échapper, voit lui le cadre se dérober (37'28") avant que Petrák, aux prises avec Bartman, ne passe à doigts de glisser le palet au ras du montant droit (37'49")...

BAAZZi Gap finaleLes Rapaces, qui n'ont plus qu'un tiers pour se refaire, reviennent très mordants au retour des vestiaires. Un slap de Perez, consécutif à une belle entrée en zone d'Arrossamena, sera toutefois non cadré. Une action pas anodine puisque le rebond glisse le long de la bande... et profite à Kuralt, plus rapide que Langlais ! Le Slovène parvient à s'échapper, utilisant Bartman comme écran avant de lancer... à côté (40'46").

Redoutables contres-attaquants, les Spinaliens exploitent chaque opportunités, à l'image de Ján Plch qui s'engouffre côté gauche. Pas de quoi toutefois tromper Clément Fouquerel (41'13"), qui doit ensuite parer du bouclier la lointaine tentative d'Aziz Baazzi (41'26"). Le troisième but spinalien ne passe vraiment pas loin sur ce décalage d'Ograjenšek libérant totalement Beron au second poteau, qui a une cage grande ouverte... mais envoie sur le montant gauche d'un acrobatique Fouquerel (qui aura tenté un lancer de bottes désespéré, 43'07").

Gap, qui ne s'en laisse pas conter, riposte sur un contre mené par Da Costa, dont le centre sera un peu trop fuyant pour Pard (45'04"). Le danger revient rapidement devant la cage d'Hočevar, inquiété par un Valchař s'étant emparé du rebond (suite à une première frappe repoussée, 46'05").

GOLICIC BostjanLe rythme est effréné mais l'égalisation semblent à portée de main des joueurs haut-alpins, qui ne lâchent absolument rien et profitent, bientôt, d'une énième supériorité numérique. Une faute de Vojtěch Kloz sur Radim Valchař (en zone défensive gapençaise, 49'18") permet l'installation d'un powerplay arrivant rapidement à ses fins. Matt Wahl cherche la reprise de Boštjan Goličič dans le slot, qui rate complétement un palet filant sur Nicolas Ritz. L'ex-Dijonnais feinte le shoot et se recentre pour faire parler ses poignets, d'un tir qu'Hočevar dévie du bouclier. S'ensuit un rebond aérien revenant sur Goličič, qui parvient à le volleyer dans un angle très fermé (49'32"). Un but presqu'aussitôt refusé par les référés, pour une crosse jugée trop haute au moment de "smasher" le palet...

Les Rapaces, dans l'incompréhension, ravalent leur déception et repartent au charbon. Le jeu de puissance est ainsi rapidement réinstallé, avec un palet circulant jusqu'à la pointe, où opère Chad Langlais. La passe de Ritz, qui arrive dans les patins du virevoltant défenseur américain, empêche ce dernier de tirer directement. Un mal pour un bien : Langlais voit Goličič démarqué sur la gauche, qu'il trouve au moyen d'une passe tendue que le Slovène parvient à dévier. Hočevar, légèrement en retard, n'a pas eu le temps de se replacer pour fermer son angle droit, dans lequel file la rondelle (2-2 à 50'07")...

PETRAK Gap finale 4Boštjan Goličič, aussitôt félicité par ses coéquipiers, peut exulter. Mais ce n'est pas du goût des "zébrés", qui jugent cette "exaltation trop excessive"... et lui infligent une méconduite suscitant l'indignation (sinon la colère) de Luciano Basile ! L'Italo-canadien, furieux, perd l'une de ses pièces maîtresses pour les dix dernières minutes de jeu...

Loin de s'en préoccuper, les Spinaliens tentent, pour leur part, de reprendre la main, sous l'impulsion d'un Ján Plch prenant un lancer que Fouquerel détourne à côté (51'22"). Moisand, aux prises avec Da Costa, réussit à s'emparer du palet et à le transmettre au vétéran, qui passe derrière la cage pour remiser sur Kloz. Le grand défenseur tchèque, posté au cercle gauche, reprend instantanément. Son tir (devant lequel Frecon se sera vainement couché) nettoie le petit filet, côté bouclier (3-2 à 51'30"). Rageant pour les Gapençais, qui venaient d'égaliser...

Poussés par leur public, les Gamyo tentent d'enfoncer le clou. Le coup de grâce manque d'ailleurs d'être asséné par Maxime Ouimet mais le défenseur québécois, tout surpris de se retrouver si bien placé dans la zone de vérité, contrôle avant de frapper. Un manque de spontanéité annulant le décalage crée par Beron... et qui aura permis à Fouquerel de se replacer (52'41"). Le gardien chamoniard (devenu gapençais le mois dernier) garde les siens dans la partie en poke-checkant parfaitement Kuralt, qui s'est engouffré dans la brèche ouverte par Ograjenšek (55'18").

DUELSMais plus de peur que de mal pour les troupes de Luciano Basile, qui jettent leurs dernières forces dans cette bataille âprement disputée. Un allant coupé par une crosse haute de Chad Langlais (56'46") qui les pousse, durant deux minutes, à plus défendre qu'attaquer.

Un précieux temps perdu pour les Rapaces, qui sortent leur portier sitôt la pénalité tuée, prenant tous les risques pour arracher l'égalité. Ce forcing va néanmoins rester vain, à l'image de cette relance hasardeuse de Langlais, qu'Ograjenšek va intercepter... sans parvenir à marquer dans une cage désertée (59'17").

Rien ne peut maintenant plus empêcher l'ICE de s'imposer. Rien, sauf peut-être une dernière poussée des Gapençais. Langlais bloque la sortie de zone avant d'expédier une frappe que Wahl, puis Perez sont tout près de répercuter au fond des filets (59'52"). Une dernière frayeur avant ce buzzer libérateur délivrant Poissompré, patinoire devenue chaudron le temps d'une soirée, qui accueillera encore de nombreux supporters mardi pour la diffusion sur écran géant d'une cinquième manche pouvant potentiellement couronner le futur champion. Une seule victoire manque désormais aux Gamyo pour atteindre la consécration...

RUIKKARéactions d'après-match (dans Vosges Matin) :

Luciano Basile (entraîneur de Gap)  : "Je suis très fier de l'effort de l'équipe. On a fait le match qu'il fallait même s'il n'y a pas le résultat au bout. On a eu une bonne réaction et on a payé cash deux erreurs. Cela s'est déjà vu de revenir de 3-1. On pense juste au prochain match. Je ne dis jamais rien contre les arbitres et on accepte les décisions. D'ailleurs, on est l'équipe la plus fair-play, mais je suis révolté par les dix minutes à Goličič parce que l'arbitre juge qu'il manifeste une exaltation trop excessive."

Grégory Beron (attaquant d'Épinal)  : "C'est encore un moment incroyable que l'on vient de vivre. On a eu la chance avec nous car Gap a sorti un très gros match. Maintenant, ce sont eux qui vont avoir la pression et on va tout faire pour essayer de prendre le prochain match."

Philippe Bozon (entraîneur d'Épinal) : "On a vu un vrai match de play-off. Gap a travaillé très fort et a mis une très grosse intensité. En deuxième période, cela a été très compliqué pour nous car nous avons fait quelques erreurs. On a essayé de bien défendre pour avoir ensuite des contres. Cela ne s'est pas joué à grand chose et cela a tourné en notre faveur. Il faut féliciter toute l'équipe car ce cinquième match, que l'on vient de jouer en peu de temps, a été très dur. On s'y attendait. Maintenant, rien n'est fait et tout peut arriver. On a juste fait un break. Dans ma carrière de joueur, j'ai perdu des séries en menant 3-1."

 

Épinal - Gap 3-2 (1-0, 1-1, 1-1)
Samedi 28 mars à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 2 500 spectateurs environ.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Jimmy Bergamelli, assistés de David Courgeon et Yann Furet.
Pénalités : Épinal 10' (4', 4', 2') ; Gap 16' (2, 2', 2' + 10')
Tirs : Épinal 37 (14, 8, 15) ; Gap 31 (14, 7, 10)

Évolution du score :
1-0 à 06'24" : Beron assisté de Kuralt
1-1 à 28'29" : Trabichet assisté de Ritz
2-1 à 31'55" : Ograjenšek assisté de Kuralt
2-2 à 50'07" : Goličič assisté de Langlais et Ritz (sup. num.)
3-2 à 51'30" : Kloz assisté de Plch et Hordelalay

 

Épinal

Attaquants :
Vincent Kara - Matthieu Le Blond - Peter Valier
Anže Kuralt - Grégory Beron - Ken Ograjenšek
Nicolas Leonelli - Michal Petrák - Ján Plch (A)
Yannick Offret (A) - Pierre-Charles Hordelalay - Martin Charpentier

Défenseurs :
Maxime Ouimet (C) - Alain Goulet
Vojtěch Kloz - Maxime Moisand
Gašper Sušanj - Aziz Baazzi

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Anthony Rapenne, Peter Slovák. Absents : Maxime Martin, Nathan Ganz (choix de l'entraîneur).

Gap

Attaquants :
Radim Valchař - Boštjan Goličič - Karel Richter
Nicolas Arrossamena - Nicolas Ritz - Mickaël Perez (A)
Kevin Da Costa - Sébastien Rohat (A) - Nicholas Pard
Paul Schmitt - [alternance de centres] - Matthieu Frecon

Défenseurs :
Brett Bartman - Chad Langlais
Dominik Kramár - Matt Wahl
Ryan Ruikka - Teddy Trabichet (C)

Gardien :
Clément Fouquerel (sorti de sa cage de 59'04" à 59'23", puis de 59'35" à 60'00").

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Alexandre Cornaire, Jérémy Baridon, Loïc Chapelier. Absents : Roman Vondráček (clavicule), Charles Lavigne (G, arrachement du tendon commun du long adducteur droit), Matt Carter (suspendu pour contrôle positif à l'éphédrine), Aurélien Bertrand (G, blessé).