Mondial féminin Élite : le point avant les quarts

Les seizièmes Championnats du monde féminins Élite sous l'égide de l'IIHF ont débuté le week-end dernier à Malmö, en Suède.

WWC LogoDix ans après Linköping, la Suède accueille une deuxième fois le gratin du hockey féminin. En 2014, la cité de Scanie avait décroché un record européen pour l'organisation du Mondial Junior avec 144.268 visiteurs. On ne s'attend pas à un tel déferlement. L'enceinte principale de la ville, la Malmö Arena, n'a pas été mobilisée, l'équipe locale des Redhawks bataillant d'ailleurs toujours pour une place en SHL. L'organisation suédoise n'a donc pas voulu avoir les yeux plus gros que le ventre mais espère une belle fête durant cette semaine.

La formule est désormais un grand classique. Huit équipes sont réparties en deux groupes, les quatre meilleures dans le groupe A et les quatre autres dans le groupe B. Les deux premières équipes du groupe A accèdent directement aux demi-finales, les deux autres et les deux premières équipes du groupe B jouent les quarts de finale. Les deux dernières équipes du groupe B sont condamnées au tour de relégation.

L'éternelle rivalité

Tant aux Championnats du monde qu'aux Jeux Olympiques, aucune équipe n'a jamais pu contrarier le Canada ou les États-Unis qui se sont toujours partagés les médailles d'or. Les Américaines ont obtenu cinq des sept derniers titres mondiaux alors que les Canadiennes ont décroché l'or à Sotchi pour la quatrième fois de suite aux Jeux olympiques. Une dernière finale olympique, épique, qui demeure en travers de la gorge des Américaines : Marie-Philip Poulin avait égalisé à la dernière minute avant d'inscrire le but en or en prolongation pour le Canada.

Marie Philip PoulinLes deux équipes sont arrivées à Malmö avec quelques absentes. La légende canadienne Hayley Wickenheiser a dû déclarer forfait en raison d'un pied cassé alors que ses compatriotes Jayna Hefford et Shannon Szabados sont également restées à la maison. En l'absence de Wickenheiser, c'est justement Poulin, considérée par beaucoup comme la meilleure joueuse au monde, qui assure le capitanat.

Côté US, Julie Chu, seule joueuse de la sélection âgée de plus de 30 ans à Sotchi, n'a pu répondre présent. Du coup, la moyenne d'âge, déjà basse chez les féminines, l'est encore moins. Autour des stars Hilary Knight et des sœurs Lamoureux, dix joueuses ont disputé dernièrement le Frozen Four NCAA, la grande phase finale du championnat universitaire américain.

Les deux équipes rivales ont commencé leur tournoi par un premier affrontement direct, finalement à l'avantage des Américaines (4-2) qui sont parvenues à marquer trois buts en première période. Le Team USA a terminé logiquement en tête par la suite. Hilary Knight, qui a eu le privilège de s'entraîner avec les Duck d'Anaheim en début de saison, s'est offert un match à 3 points face aux Finlandaises, bombardées de 53 lancers, pour un succès 4-1. C'est ensuite la Russie qui a pris l'eau, pulvérisée par les États-Unis 9-2. Jocelyne Lamoureux a réalisé un triplé alors que Hilary Knight a marqué un doublé pour la deuxième fois en quarante-huit heures.

Derrière les États-Unis, on retrouve logiquement le Canada qui termine donc deuxième et bénéficie d'un break jusqu'à vendredi, jour de la demi-finale. A 21 ans, la gardienne de l'Université du Wisconsin Ann-Renée Desbiens a réalisé un début parfait en sélection en blanchissant la Russie (4-0). Le Canada s'est ensuite chargé de la Finlande (6-2), l'attaquante de Toronto Natalie Spooner trouvant la cible par deux fois.

Grâce à sa victoire aux tirs au but contre la Russie grâce à un un essai placé sous la barre de Minttu Tuominen, la Finlande termine à la troisième place du groupe. Privées de leur rempart numéro 1, Noora Räty absente pour raisons de santé, les Lionnes tenteront de conserver leur originalité : elles ont toujours atteint le dernier carré. Avec 10 victoires en bronze en 15 éditions, parviendront-elles à renouveler cette performance ?

Classement groupe A

1.États-Unis 9 pts
2.Canada 6 pts
3.Finlande 2 pts
4.Russie 1 pt

Surprenantes Japonaises

JIHF logoLes Japonaises sont de retour parmi l'élite mondiale pour la première fois depuis 2009. Elles n'avaient jusqu'à maintenant remporté que deux joutes dans un Mondial Élite, deux fois contre la Chine, et elles avaient terminé à la dernière place aux Jeux Olympiques de Sotchi. Et pourtant, le Japon a totalisé 5 points au classement en deux jours, surprenant la Suède (4-3) et l'Allemagne (2-0). Ces succès, le Japon les doit avant tout à Nana Fujimoto. Face à la Suède, la gardienne de Sapporo a repoussé 31 lancers suédois et n'a rien cédé lors de la séance des tirs au but. Le lendemain face à l'Allemagne, elle a réalisé un blanchissage alors que les Allemandes s'étaient imposées à l'issue des quatre rencontres précédentes entre les deux nations.

Mais Fujimoto a trouvé meilleure qu'elle à l'occasion de la dernière journée du premier tour. Élue meilleure joueuse du dernier tournoi olympique, Florence Schelling a résisté face aux vaillantes Japonaises, bloquant leurs 36 lancers. Vaincue par le pays du Soleil-Levant en préparation, la Suisse a assuré sa place en quart de finale grâce à ce succès 3-0. Les Suissesses étaient parvenues à battre l'Allemagne (5-2) en ouverture avant de s'incliner de justesse face à la Suède (3-2), les Helvètes marquant deux buts dans les deux dernières minutes.

Erika GrahmLe Japon demeurait malgré tout en position de force. Les 4 buts en 2 matches d'Erika Grahm n'avaient pas permis à la Suède de caracoler en tête de sa poule et la "Damkronorna" négociait un match décisif face à l'Allemagne, déjà condamnée à la phase de relégation. Et les Suédoises ont assuré leur qualification. Deux coéquipières de l'internationale tricolore Betty Jouanny à Brynäs se sont mises en évidence : la gardienne Sara Grahn devant les filets pour son quatrième blanchissage en carrière aux Championnats du monde et l'attaquante Anna Borgqvist, auteure d'un coup du chapeau. L'intenable Erika Grahm a porté l'addition finale à 4-0. Pour un point, la Suède, à la recherche d'une médaille depuis 2007, remporte son groupe.

Triste sort pour les Japonaises qui ont fait les frais d'un groupe serré et surtout d'une formule mondiale à huit équipes. Il ne leur reste plus qu'à assurer leur survie en élite face à l'Allemagne pour une série au meilleur des trois matches.


Classement groupe B

1.Suède 7 pts
2.Suisse 6 pts
3.Japon 5 pts
4.Allemagne 0 pt

Les quarts de finale :
Finlande - Suisse
Russie - Suède

Les États-Unis et le Canada sont qualifiés directement pour les demi-finales.

Meilleures marqueuses :

1.Hilary Knight (USA) 7 pts (5+2)
2.Anna Borgqvist (SUE) 7 pts (3+4)
3.Brianna Decker (USA) 6 pts (1+5)
4.Erika Grahm (SUE) 5 pts (5+0)
5.Jocelyne Lamoureux (USA) 5 pts (4+1)