Slovaquie – Suède (Euro Hockey Challenge 2015, match 1)

Avril en Slovaquie est traditionnellement synonyme d’orgie « hockeyistique » et 2015 ne déroge pas à la règle. Alors que l’équipe nationale entame la dernière ligne droite de sa préparation « pré-Mondiaux » contre la Suède dans le cadre de l’Euro Hockey Challenge, a commencé la veille la finale de l’Extraliga opposant le tenant du titre Košice à Banská Bystrica. Oceliari et « Béliers » remettront le couvert dès le Slovaquie-Suède terminé. Le fan de hockey slovaque a depuis longtemps marqué d’une pierre blanche cette soirée intégralement retransmise sur STV, la chaîne publique locale.

Mais l’actualité du hockey sous les Tatras n’est pas que sportive. Dans les coulisses, des voix s’élèvent de plus en plus alors que se profilent en juin les élections pour reconduire ou non la direction de la Fédération slovaque. Igor Nemček, le président sortant, s’est déclaré candidat à sa propre succession et fait mine de ne rien savoir au sujet du mouvement dissident bien résolu à moderniser en Slovaquie le sport roi des Jeux d’hiver et à en terminer avec les pratiques occultes qui sont monnaie courante dans le microcosme slovaque. Ce vent de révolte, mené par le néo-retraité et ancien champion du Monde Richard Lintner, a séduit d’autres membres de la Zlatá generácia. Et non des moindres : Miroslav Šatan, Peter Bondra et Jozef Stümpel. Coup de Trafalgar ou coup d’épée dans l’eau ?

En attendant une éventuelle révolution, la Double-Croix se charge de redorer un blason fortement terni en 2014 par ses déroutes successives à Sotchi puis aux Mondiaux. Si elle a offert des signes convaincants de rétablissement – notamment offensifs – lors de la Slovakia Cup, en février, il convient toutefois de confirmer cette embellie contre une « Tre Kronor » rajeunie faute de renforts toujours occupés en NHL et KHL.

Déjà en supériorité numérique après une minute, les hommes de Vůjtek pilonnent Joel Lassinantti, le gardien scandinave, mais ce dernier remporte ses deux face-à-face avec Radoslav Tybor (1'38) puis Mário Bližňák (2'49). Sur cette dernière action, l’attaquant de Plzeň est accroché par Calle Anderson, et si les arbitres ne daignent siffler le tir de pénalité, ils envoient le fautif en prison. Les blancs sont donc en double power-play pendant quatorze secondes avant d’enchaîner à cinq contre quatre. Ils ne font pourtant pas mieux que trouver la barre sur une frappe de Peter Podhradský déviée dans le slot par Marek Viedenský (4'48).

Pour autant, les Slovaques ne baissent pas d’intensité offensive et trouvent enfin la faille. Marcel Haščák effectue un tour de cage vers la gauche avant d’adresser le palet à Rastislav Dej, démarqué entre les deux cercles ; le joueur de Hradec Králové loupe sa reprise, trop molle, mais Patrik Lušňák, qui s’est entre temps placé devant la cage, poursuit le mouvement et ouvre le score malgré le rush de la défense adverse (1-0, 11'27).

La Double-Croix fait même le break après que Ladislav Nagy a contourné le but et trompé le portier d’un revers de palette (2-0, 15'38).  

Ce coussin confortable est pourtant réduit à néant avant même la demi-heure de jeu sous l’effet d’une pression offensive scandinave qui contraste avec le manque d’ardeur affiché en première période. Ján Laco croit contenir de la mitaine l’assaut de Niclas Andersén dans le cercle gauche, mais lorsqu’il s’aperçoit que la rondelle est en fait dans sa jambière, il est déjà trop tard : Anton Bengston est plus prompt que le reste de la meute et parvient à pousser au fond (2-1, 23'59). En power-play, Per Aslund, posté sur la ligne de but à droite, sert à l’opposé Andre Petersson qui profite du retard de placement de Laco pour égaliser (2-2, 28'42).

La partie est agréable à suivre, le jeu se déplaçant d’un camp à l’autre sans réel temps mort et sur un rythme soutenu. Les Slovaques ne se laissent donc pas abattre par la perte de leur pécule et ils ont l’occasion de repasser devant au score lorsque Ján Sýkora, échappé, hérite d’un tir de pénalité. Excellent dans ce genre de situation, l’ailier de Plzeň réussit à mettre hors-service le portier suédois mais sa tentative embrasse toutefois le poteau gauche (28'44). Qu’à cela ne tienne, Libor Hudáček, perdu dans le trafic, trouve la faille et redonne l’avantage aux siens (3-2, 32'15). 

Le dernier acte ne perd pas de l’attrait offensif proposé jusqu’ici, mais les occasions se font moins évidentes. Le suspens est total lorsque la « Tre Kronor » parvient de nouveau à niveler la marque sur une bombe du capitaine Staffan Kronwall déviée dans l’enclave par Calle Ridderwall (3-3, 52'09). Alors que l’on s’oriente vers la prolongation, les Slovaques se risquent trop ardemment vers Lassinanti et se font prendre en contre ; Lucas Wallmark repique au centre puis décale en aveugle pour Kronwall qui utilise l’écran de son équipier pour offrir le succès à la Suède une poignée de secondes avant la sirène (3-4, 59'47). La Double-Croix, qui n’a plus battu les Scandinaves depuis 2011 et le 5-1 de Košice, aura encore l’occasion de mettre un terme à cette disette le 4 avril à Bratislava.

Désignés joueurs du match : Ladislav Nagy (Slovaquie) et Filip Sandberg (Suède)

Réactions d’après-match

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Plusieurs joueurs ont disputé leur premier match après une longue période d’arrêt, et à ce stade de préparation, le hockey déployé a été bon. On a eu une bonne entame, on a mis deux buts. On a cependant perdu notre rythme au début du deuxième tiers-temps et notre adversaire a égalisé. Après on a réussi a rehaussé le ton, la partie a été équilibrée et indécise jusqu’au bout. C’est dommage d’avoir encaissé le dernier but sur une erreur un peu bête treize secondes avant la sirène. Les spectateurs ont dû quand même bien en profiter aujourd’hui. »

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : « Nous sommes venus en Slovaquie avec une équipe jeune, il y a beaucoup de joueurs sans expérience en sélection nationale. Une nouvelle génération arrive, et elle a besoin de s’habituer à un autre hockey que celui qui se joue à la maison. Au niveau international, c’est plus physique et plus rapide. On était certes mal embarqués mais on est parvenus à inverser la tendance. Cette victoire contre un adversaire de qualité ne peut que nous réjouir. »

 

Slovaquie – Suède 3-4 (2-0, 1-2, 0-2)

Jeudi 2 avril 2015 à 16h30 à la patinoire Pavol Demitra de Trenčín. 5680 spectateurs.   

Arbitrage de Vladimír Baluška et Róbert Müllner assistés de Peter Šefčík et Roman Výleta (tous SVK).

Pénalités : Slovaquie 6' (2', 2', 2') ; Suède 4' (4', 0', 0')

Tirs : Slovaquie 29 (12, 9, 8) ; Suède 29 (10, 13, 6)

 

Evolution du score :

1-0 à 11'27'' : Lušňák assisté de Dej et Haščák  

2-0 à 15'38'' : Nagy assisté de Hudáček 

2-1 à 23'59'' : Bengtsson 

2-2 à 28'42'' : Peterson assisté de Aslund et Wallmark (sup. num.)

3-2 à 32'15'' : Hudáček assisté de Švarný 

3-3 à 52'09'' : Ridderwall assisté de Kronwall et Andersson (sup. num.) 

3-4 à 59'47'' : Kronwall assisté de Wallmark et Petersson

 

 

Slovaquie

 

Attaquants :

Ladislav Nagy (A, +2) – Tomáš Marcinko (+2) – Libor Hudáček (+2)

Radoslav Tybor – Marek Viedenský – Ján Sýkora 

Milan Bartovič (A, -1) – Mário Bližňák (-1) – Michel Miklík (-1)

Rastislav Dej – Patrik Lušňák – Marcel Haščák 

 

Défenseurs :

Ivan Švarný (+2) – Karol Sloboda (+2)

Ivan Baranka – Peter Podhradský (2') 

Dominík Graňák (C, -1) – Milan Jurčina (-1)

Lukáš Kozák (2') – Peter Čerešňák (2') 

 

Gardien :

Ján Laco

 

Remplaçants : Branislav Konrád (G), Dávid Gríger (A). Non-utilisés : Július Hudáček (G), Christián Jaroš (D), Michal Sersen (D), Peter Cehlárik (A), Andrej Šťastný (A), Michael Vandas (A). 

 

Suède

 

Attaquants :

Andre Petersson (2') – Lucas Wallmark – Daniel Zaar 

Martin Johansson (-1) – Calle Ridderwall (-1) – Daniel Viksten (-1)

Per Aslund – Patrik Carlsson – Joakim Nygard 

Marcus Sörensen – Anton Bengtsson – Filip Sandberg 

 

Défenseurs :

Staffan Kronwall (C, -1) – Calle Andersson (2')

Viktor Ekbom (-1) – Johan Motin (-1)

Niclas Andersén (A, +1) – Daniel Gunnarsson 

Andreas Thuresson (A) 

 

Gardien :

Joel Lassinantti

 

Remplaçant : Frederik Pettersson-Wentzel (G).