Épinal - Gap (Ligue Magnus, finale, match 6)

Plus que jamais, l'orange est de mise à Poissompré, encore noire de monde pour ce duel au sommet. Peut-être l'ultime affrontement d'une saison qu'Épinal, en cas de succès, verrait couronnée d'un premier titre de champion. Chose à laquelle se refusent les Gapençais (toujours en sursis après leur victoire de mardi)... mais dont rêvent les 2 500 "privilégiés" (14 000 demandes de billets ayant été formulées selon le manager spinalien Anthony Maurice !) entassés dans ce véritable "chaudron" brûlant d'envie de voir "ses" Gamyo s'approprier le plus prestigieux trophée du hockey français !

Une ambiance qui pourrait faire la différence, mais surtout on observera en détail la prestation des gardiens des deux équipes qui ont soufflé le chaud et le froid depuis le début de la série.

une coupe pour deux coachsUn début de match un peu frustrant du coté des spectateurs devant L'Equipe21, le match démarrant avec un léger différé à cause d'une course hippique en direct de Vincennes... Sans compter un problème de son décalé, puis absent...

Bref, ce match commence sur un gros rythme. Les joueurs patinent fort dès les premières secondes et on est tout de suite mis dans le bain d'une finale de Ligue Magnus. Et d'un match peut-être décisif. Quelques tirs bien placés, mais rien de vraiment dangereux. Sauf peut-être ce palet reçu dans la figure par Karel Richter après trois minutes de jeu. Plus de peur que de mal sur cette action puisque le joueur gapençais revient tout de suite dans la partie.

Nicolas Arrossamena réussit une action magnifique avec Pérez et teste Hocevar d'un revers côté bouclier, mais le gardien est bien en place. Gap pousse beaucoup à partir de la cinquième minute (Kevin Da Costa puis Baridon). La réponse est donnée par Pierre-Charles Hordelalay qui est superbement stoppé par Fouquerel de la crosse.

VALHAR et MOISANDC'est sans temps mort que cette partie se déroule et un temps fort pour Épinal se conclut par un bon shoot de Baazi directement sur le gardien gapencais. Sur l'action suivante, Ryan Ruikka est sanctionné pour avoir fait trébucher, un peu en retard sur le jeu. Épinal tente de se poser dans la zone offensive, sans pouvoir placer beaucoup de tirs. Et c'est juste à la sortie de prison, un moment toujours dangereux, que Vincent Kara dévie un lancer de la bleue de Plch dans la cage de Gap (1-0, 09'22").

Une action litigieuse voit une égalisation refusée à Mickaël Pérez pour avoir vu la cage d'Hocevar bouger juste avant. Et les arbitres décident d'une prison pour Épinal plutôt qu'un but pour Gap. Les Rapaces s'installent assez facilement dans la zone pendant cette supériorité numérique et c'est Radim Valchar qui trouve la lucarne des Gamyo côté mitaine (1-1, 11'31"). Finalement, l'action litigieuse est rattrapée par Gap, il n'y aura pas de débat et c'est tant mieux.

Épinal répond tout de suite à ce but en tentant plusieurs fois sa chance (Beron, Kuralt puis Valier sur une contre-attaque...) à sept minutes de la sirène. Les actions s'enchaînent et de chaque coté de la patinoire dans un rythme soutenu.

but refusé GapRyan Ruikka retourne en prison en faisant obstruction sur Hordelalay. Jan Plch tente sa chance directement sur un lancer depuis le milieu des oreilles, mais Clément Fouquerel encore fait un arrêt de grande classe de la mitaine. Comme prévu, les gardiens sont présents et à leur meilleur niveau.

Épinal s'installe ensuite, et met beaucoup de pression sur la cage des Rapaces. On y voit Beron se blesser, visiblement à cause de sa visière sur une grosse charge. Il reviendra heureusement quelques minutes plus tard.

Chaque équipe se lâche complétement en attaque et on sent que chacune peut marquer à tout moment vu les quelques largesses laissées en défense. Nicolas Leonelli complique cependant les choses pour Épinal à 50 secondes de la fin du tiers avec un accrocher sûrement peu apprécié par Philippe Bozon. Mais Gap n'arrive pas à s'installer chez les Spinaliens et les joueurs peuvent aller se reposer dans les vestiaires après ce tiers très accroché mais dominé légèrement par Gap.

valier golicicOn reprend donc en infériorité pour Épinal pour un peu plus d'une minute. Chad Langlais tente sa chance tout de suite de loin puis encore Golicic bien placé. Hocevar ayant laissé un rebond dangereux. Mais Épinal dégage bien le palet et se met a l'abri.

Après deux minutes de jeu, Ograjensek semble prendre un coup mais personne n'a vu l'action. Ce qui provoque quelques discussions entre les arbitres alors que le ralenti télé (qu'ils ne peuvent voir) montre un léger coup de crosse au niveau du visage d'un joueur de Gap rentrant au banc.

Le match reprend sans prison et Gap repart directement à l'attaque pour mettre la pression sur Épinal sur deux actions très chaudes. Il faut ensuite presque cinq minutes pour les Gamyo pour enfin mettre un peu la pression sur Fouquerel par Ograjensek. Mais c'est pourtant bien Bostjan Golicic qui permet à Karl Richter de marquer (1-2, 25'30"). Il profite d'un rebond sur le lancer de son coéquipier pour donner l'avantage à son équipe.

Les Gapençais prennent donc la tête assez logiquement dans ce deuxième tiers où ils sont plus tranchants que les Spinaliens. Nicholas Pard, très en vue ce soir avec Golicic, tente lui aussi sa chance quelques minutes après, mais Hocevar reste concentré et arrête cette tentative.

Gap continue à pousser très fort et Épinal a du mal à se dégager, plusieurs tentatives des Rapaces passent à côté ou bien trouvent Hocevar sur leur chemin. ça sent un peu le KO pour Épinal qui peine à retrouver le bon sens de la patinoire. Cela ne calme pourtant pas du tout les supporters qui remplissent la patinoire et qui font un bruit assourdissant. Cette ambiance qui ne retombe pas semble relancer un peu les joueurs d'Épinal qui tentent enfin quelques tirs et se montrent plus dangereux en ce milieu de tiers.

À la treizième minute, Maxime Moisand fait trébucher Perez, celui-ci lui rend la pareille à terre et l'accompagne au cachot. Le 4 contre 4 ouvre encore plus le jeu qui est plus instinctif que stratégique ce soir. Gap met la pression tout de suite, Chad Langlais tout particulièrement qui se trouve seul à la droite d'Hocevar et qui voit le poteau gauche le contrarier.

but Le Blond

Les Spinaliens sont plus spectateurs qu'acteurs dans ce tiers, et on sent les Rapaces plus dangereux même si Kuralt perd un duel presque seul face à Fouquerel à cinq minutes du terme. Clément Fouquerel, un gardien vraiment excellent ce soir qui permet à son équipe de rester dans le match. Mais finalement, même lui ne peut rien sur la belle déviation de Le Blond qui permet aux Gamyo de se relancer (2-2, 35'41").

Tout est à refaire pour les deux équipes. Épinal a laissé passer la tempête et a retrouvé son jeu pour gêner beaucoup plus Gap. Luciano Basile demande d'ailleurs un arrêt de jeu à 50 secondes de la fin du deuxième tiers, sentant sûrement que son équipe lâche un peu depuis quelques minutes. Le dernier tiers repart donc à 2-2. Grosse tension dans les travées de Poissompré et une fin de match qui s'annonce alléchante!

Le troisième tiers débute avec un petit souci de glace. Un peu d'eau pour combler les trous et le match peut reprendre toujours dans une très grosse ambiance et un mur orange tout autour de la patinoire. Maxime Moisand tente un premier tir après une minute, et dans l'autre sens directement, Hocevar réussit un énorme arrêt devant Perez de la mitaine. Cela va vite de chaque côté, Épinal semble repartir avec de meilleures intentions mais Gap reste toujours aussi dangereux. On est reparti sur le même rythme que la fin du tiers précédent, on imagine aussi que Philippe Bozon a demandé à ses hommes de pousser fort afin de forcer la décision. Arrosamena répond au Gamyo à la quatrième minute en tentant sa chance depuis le point d'engagement mais Hocevar sort bien le palet de l'épaule. Mais ce fut juste ! Chaque équipe accélère et tente des tirs mais les gardiens sont bien en place et gardent le fort de belle manière. On sent que le KO pourrait arriver au prochain but marqué mais c'est un match un peu fou et ça devrait être serré et indécis jusqu'à la fin.

but gagnant de Pard

C'est aussi un match qui devient plus physique et il faut faire attention aux pénalités qui pourraient couter cher. Teddy Trabichet aurait d'ailleurs pu être pénalisé sur cette charge sur Leonelli qui a ensuite du mal à reprendre ses esprits derrière sa cage. Mais rien ne sera sifflé sur cette action. Et c'est peut-être la déconcentration qui explique que Nicholas Pard va chercher le palet au fond sur un contre très rapide et remet en retrait à Paul Schmitt qui dévie entre les jambes d'Hocevar (2-3, 47'15"). Ceci quelques secondes après la charge sur Nicolas Leonelli. Un peu contre le cours du jeu, Épinal était pourtant bien rentré dans ce tiers avec de bonnes intentions. Gap a sûrement fait le plus dur !

Anze Kuralt s'empale ensuite sur Fouquerel qui semble sonné sur l'action. Le Slovène a en fait été poussé par Dominik Kramar, ce qui explique l'absence de prison. Dix minutes à jouer encore, Gap se replie logiquement en défense et attend maintenant Épinal dans sa zone. Le jeu est maintenant moins ouvert et les Spinaliens vont devoir trouver la faille. Aziz Baazi d'ailleurs donne un cadeau a Schmitt qui n'en demandait pas tant. Il joue finalement assez mal le 3 contre 1 en se faisant contrer au dernier moment par Susanj.

Épinal monopolise le palet, mais c'est compliqué d'aller chercher une bonne relance et de se placer dans la zone adverse. Gap propose un mur au niveau de la zone neutre. Alain Goulet n'aide pas son équipe en faisant trébucher Nicolas Ritz devant l'arbitre, ce qui complique encore les choses pour les Gamyo. Gap ne prend pas de risque pour éviter les contres et la pénalité est tuée par Épinal malgré quelques situations chaudes devant Hocevar. Il reste maintenant trois minutes et Hordelalay puis Kuralt ratent une déviation devant Fouquerel, le palet passant à quelques centimètres de la cage.

Deux minutes restantes, temps mort demandé par Épinal suite à un dégagement interdit "donné" par Nicolas Ritz. Et Philippe Bozon retire bien sur son gardien à cette occasion. Le faceoff est gagné par les Spinaliens et un premier tir arrive sur Fouquerel depuis la bleue. Puis Épinal continue de pousser vers la cage de Gap et Fouquerel doit même dégager le palet. Malgré les essais vosgiens, Gap marque en cage vide à 8 secondes de la fin par Bostjan Golicic.

action

C'est fini, Gap est venu chercher cette victoire à Épinal et la finale se jouera donc dans les Alpes sur un septième match. Tout aurait pu être différent sur ce troisième tiers, Épinal aurait pu aussi virer en tête. Mais c'est Gap qui réalise l'exploit de gagner dans cette arène spinalienne. Luciano Basile a su prendre un bon temps mort a la fin du deuxième tiers qui a sûrement évité a son équipe de sombrer face à des Spinaliens remontés comme des pendules.

Verdict dimanche soir donc pour cette finale de Ligue Magnus, et ce encore sur L'Equipe21 avec Guillaume Claret et Jonathan Zwikel. Cette chaîne propose beaucoup de hockey en ce moment (l'équipe de France demain soir), il faut aussi en profiter.

Pierre Barthélemy-Ivanoff & Jérémie Dubief

 

Épinal - Gap 2-4 (1-1, 1-1, 0-2)
Vendredi 3 avril à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1500 spectateurs environ (feuille de match, a priori plutôt 2500).
Arbitrage de Nicolas Barbez et Jimmy Bergamelli assistés de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Épinal 8' (4', 2', 2') ; Gap 6' (4', 2', 0')
Tirs : Épinal 31 (12, 12, 7) ; Gap 30 (8, 13, 9)

Évolution du score :
1-0 à 09'22" : Kara assisté de Plch et Petrak
1-1 à 11'31" : Valchar assisté d'Arrossamena et Trabichet (sup. num.)
2-1 à 25'30" : Richter assisté de Golicic
2-2 à 35'41" : Le Blond assisté de Kara et Valier
2-3 à 47'15" : Pard assisté de Schmitt et Trabichet
2-4 à 59'52" : Golicic assisté de Pard et Ritz (cage vide)

 

Épinal

Attaquants :
Vincent Kara - Matthieu Le Blond - Peter Valier
Anže Kuralt - Grégory Beron - Ken Ograjenšek
Nicolas Leonelli - Michal Petrák - Ján Plch (A)
Yannick Offret (A) - Pierre-Charles Hordelalay - Martin Charpentier

Défenseurs :
Maxime Ouimet (C) - Alain Goulet
Vojtěch Kloz - Maxime Moisand
Gašper Sušanj - Aziz Baazzi

Gardien :
Andrej Hočevar (sorti de sa cage à 58'11")

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Anthony Rapenne, Peter Slovák. Absents : Maxime Martin, Nathan Ganz (choix de l'entraîneur).

Gap

Attaquants :
Boštjan Goličič - Nicolas Ritz - Karel Richter
Radim Valchař - Mickaël Perez (A) - Nicolas Arrossamena
Paul Schmitt - Kevin Da Costa - Nicholas Pard
Jérémy Baridon - Sébastien Rohat (A) - Matthieu Frecon

Défenseurs :
Brett Bartman - Chad Langlais
Dominik Kramár - Matt Wahl
Ryan Ruikka - Teddy Trabichet (C)

Gardien :
Clément Fouquerel.

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Alexandre Cornaire, Loïc Chapelier. Absents : Roman Vondráček (clavicule), Charles Lavigne (G, adducteur droit), Matt Carter (suspendu pour contrôle positif à l'éphédrine).