Suisse - Finlande (Euro Hockey Challenge, match 2)

La Finlande avait rarement disposé aussi tôt d'autant de titulaires un mois avant les championnats du monde. Il faut dire qu'un Petri Kontiola par exemple a vécu une année difficile : après avoir échoué à se faire une place en NHL, il est retourné en KHL mais n'a mis qu'un but dans toute la saison et a souffert du dos. Il doit donc passer par les fourches caudines d'un mois entier de camp d'entraînement. Il n'est toujours pas un joueur à vocation défensive, et s'il a joué en infériorité au premier match, il y a encaissé un but. Il devra donc s'améliorer de beaucoup pour ne pas perdre sa place après quatre grandes compétitions consécutives (trois Mondiaux et les JO).

Autre joueur peu à son avantage au premier match, le gardien Atte Engren, en qui on voyait une vraie chance de jouer son premier match en championnat du monde. Il est remplacé par Juuse Saros, le gardien junior qui a peu perdu de son aura victorieuse après les derniers Mondiaux juniors où il n'a pu défendre son titre.

KONTIOLA Petri 140510 296Juuse Saros n'est pas vraiment inquiété par les tirs helvétiques, jusqu'à ce que la Suisse essaie d'accentuer la pression dans le slot. Une échaffourée y éclate et Max Wärn est pénalisé pour une charge avec la crosse. Le jeu de puissance de la Nati est en manque d'idées, et une minute après le retour au complet, Teemu Hartikainen conclut une passe de Salminen.

L'infériorité numérique fonctionne toujours pour la Suisse, et après avoir tué deux pénalités enchaînées en fin de première période, les Suisses montent enfin à l'offensive à la reprise. Le défenseur Dominik Schlumpf se procure une bonne occasion, mais rate la finition. C'est d'ailleurs le cas de tous ses coéquipiers. La première ligne est moins tranchante ce soir, et l'attaque helvétique retombe donc dans ses éternelles difficultés offensives, notamment par manque d'intensité devant le but.

La Finlande, mieux organisée et mieux préparée qu'au premier match, remporte donc une victoire logique, Mika Niemi ajoutant un deuxième but. À sa quatrième sélection, Juuse Saros poursuit donc ses incroyables statistiques en équipe nationale : moyenne de buts encaissés de 0,25 et pourcentage d'arrêts de 98%. Il n'a certes rien eu d'exceptionnel à faire, mais devrait être au moins le troisième gardien finlandais aux Mondiaux, comme l'an passé. Voire mieux ?

Laissé sur le banc au premier match, Mikko Rantanen, le talent de 18 ans du TPS Turku, a fait ses débuts en équipe de Finlande aujourd'hui. Très attendu à la prochaine draft NHL, il a amené la vivacité de son jeune âge, et il a finalement échappé au "cut". Les autres joueurs de quatrième ligne ont été coupés, malgré le but marqué, mais pas lui.

La Finlande espère maintenant que l'arrivée de son partenaire Aaltonen puisse réveiller Kontiola, peu à l'aise ici avec des ailiers physiques mais peu créatifs. Sinon, une alternative au centre (Petteri Wirtanen) arrive aussi, ainsi qu'une nouvelle fournée d'ailiers de gros gabarit (Osala, Joensuu et Petrell).

Dans le camp suisse, la nouvelle du jour est l'annonce de la retraite internationale de Martin Plüss après 239 sélections en équipe de Suisse. On attend donc trois autres Bernois (Blum, Rüfenacht et Scherwey), trois Genevois (Romy, Loeffel et Almond), et Dean Kukan, vainqueur de Ligue des Champions à Lulea. Ils remplaceront les jeunes (Fora, Kparghai, Kamerzin, Rossi) et Romano Lemm. Cela aurait certes fait une belle histoire, mais le joueur de Kloten n'est pas revenu à son meilleur niveau après sa tumeur au cerveau il y a trois ans.

 

Suisse - Finlande 0-2 (0-1, 0-0, 0-1)
Vendredi 3 avril 2015 à 15h45 à la St. Jakob Arena de Bâle. 4150 spectateurs.
Arbitrage de Mark Wiegand et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Balazs Kovacs et Marc-henri Progin (SUI).
Pénalités : Suisse 10' (4', 2', 4'), Finlande 6' (2', 2', 2').
Tirs : Suisse 34 (13, 11, 10), Finlande 31 (11, 8, 12).

Évolution du score :
0-1 à 14'36" : Hartikainen assisté de Wärn
0-2 à 52'02" : Niemi assisté de Lepistö et Wärn


Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein (C, -1, 2') - Gaëtan Haas (-1) - Damien Brunner (-1)
Lino Martschini - Mathias Bieber (-1) - Reto Suri
Simon Bodenmann (-1) - Romano Lemm (-1) - Mathias Rossi
Julian Walker - Raffaele Sannitz - Fabrice Herzog (2')

Défenseurs :
Timo Helbling (-1, 2') - Robin Grossmann (-1, 2')
Larri Leeger (-1, 2') - Dominik Schlumpf
Jérémie Kamerzin - Clarence Kphargai (-1)
Joël Genazzi

Gardien :
Benjamin Conz

Remplaçant : Daniel Manzato (G). En réserve : Michael Fora, Étienne Froidevaux.

Finlande

Attaquants :
Sakari Salminen (+1) - Jarkko Immonen (C, +1) - Teemu Hartikainen (+1)
Antti Pihlström - Petri Kontiola - Tommi Huhtala
Harri Pesonen - Juha-Pekka Hytönen - Ossi Louhivaara
Max Wärn (+2, 2') - Mika Niemi (+1) - Mikko Rantanen (+1)

Défenseurs :
Sami Lepistö (+2) - Juuso Hietanen (A, +2)
Ville Lajunen Anssi Salmela
Esa Lindell - Tuukka Mäntylä (2')
Tommi Kivistö - Ilari Melart (2')

Gardien :
Juuse Saros

Remplaçants : Atte Engren (G), Veli-Matti Savinainen. En réserve : Teemu Eronen.