Gap - Épinal (finale de la Ligue Magnus, match 7)

La Ligue Magnus se joue encore en sept matchs ! Comme l'an dernier entre Angers et Briançon, la finale va au bout du suspense. Épinal a-t-il laissé passer sa chance ? Les joueurs de Philippe Bozon menaient trois victoires à une mais n'ont pas su conclure à la maison. Gap paraît donc bénéficier d'un avantage psychologique.

Gap réaliste

La partie démarre tambour battant. Le Blond d'un côté, Goličič et Arrossamena de l'autre, lancent les premières banderilles dès la première minute. Les visiteurs tentent d'installer leur jeu de passe et prennent possession du puck, décalant Petrák pour un tir avec écran. La vitesse du GamYo met en difficulté les Rapaces, à l'image d'un contre mené par Kuralt, ponctué d'une passe-abandon pour Ograjenšek. Fouquerel tient son équipe à bout de bras face à une formation déterminée et portée vers l'avant, n'hésitant pas à aller au contact. Gap peine à sortir de sa zone et concède deux nouveaux tirs de Béron.


LGolicica pression retombe un peu avant la mi-période et Trabichet s'essaie de loin, sans souci pour la mitaine d'Hočevar. Gap desserre l'étau à la faveur de mauvaises relances adverses. Sur l'une d'entre elles, Hočevar doit gagner un duel difficile. La partie bascule avec une passe longue parfaite de Kramar. Bostjan Goličič file au but entre les deux défenseurs et son tir ne laisse aucune chance au gardien (1-0). L'international slovène avait manqué le match 7 l'an dernier avec Briançon, il se venge là de la meilleure des manières en exploitant un changement de ligne approximatif du GamYo.

Les Rapaces ont pris la main sur le match. Arrossamena, Pard, Schmitt enchaînent. Frecon met aussi la pression sur Hočevar et la tension monte d'un cran. Les passes manquées de la défense vosgienne commencent à coûter cher et les occasions se multiplient. Baridon, Perez à leur tour mettent les arrières adverses au supplice.

Petrák charge Langlais dans le coin, et Perez tente de s'infiltrer, s'écroule : le Spinalien prend deux minutes pour un coup de crosse peu évident, l'attaquant gapençais en rajoutant un peu. Les Rapaces manquent un peu de patience en supériorité, mettant du temps à éliminer le pressing adverse le long des bandes. Mais à sept secondes de la pause, le disque revient à la bleue le long de la bande. Bartman envoie à la cage et Trabichet, parfaitement placé sur la trajectoire, semble dévier au fond des filets (2-0). Un gros coup dur pour Épinal, désormais dans une situation critique pour ce dernier match de la saison...

Les Rapaces virent en tête : après avoir laisser passer l'orage dans les premières minutes, ils ont parfaitement exploité les erreurs de relance adverses pour renverser lkuralt et arrossamenaa partie et prendre un net avantage.

Des rebondissements incessants

Épinal doit réagir en nettoyant son jeu de ses petites erreurs... Cela commence mal avec un palet perdu près du but. Pire, après un tir de Kuralt, le Slovène se rend coupable d'une crosse haute maladroite et place Gap en supériorité. Langlais mène le jeu et trouve un premier tir avant de subir un gros choc signé Vincent Kara. Hočevar sauve ensuite un tir de l'aile avec du trafic devant lui. Trabichet devant le slot subit alors les foudres des défenseurs. La pénalité est tuée et les joueurs de Philippe Bozon tentent d'attaquer la cage. La bataille le long de la balustrade est féroce et les duels intenses. La prise de risque coûte cher. Duel perdu et Arrossamena s'échappe au but. Béron le gêne suffisamment pour empêcher le tir et le lancer de pénalité est logiquement appelé. Le portier slovène reste concentré, sans faire le premier mouvement, et bloque le tir de l'attaquant gapençais. Un arrêt décisif pour maintenir son équipe dans le match. Sur l'engagement, Hordelalay déborde à droite et son tir croisé frôle la plaque de Fouquerel.

Le match est de plus en plus animé : Pard entre en contact avec Hočevar dans la zone et le gardien reste au sol. Les officiels sanctionnent Pard à juste titre et le portier spinalien met du temps à se relever et semble bien touché ; le genou paraît avoir un peu tourné sur le contact. Il reste finalement en jeu.

Jeu moisand chamde puissance pour le GamYo, qui tourne un peu dans le vide, avant de bénéficier d'une deuxième faute de Frecon dans le slot. Plus d'une minute de double avantage pour un nouveau tournant du match. Petrák tire de volée, puis en hauteur pour un bel arrêt de Fouquerel de la mitaine. Gap revient à quatre, mais pas à cinq : Maxime Moisand, plein axe, transperce la foule sur une passe de Valier, avec Baazi planté devant Fouquerel (2-1).

Épinal retrouve la confiance et des jambes. Plch déboule et son tir mi-hauteur finit sa course dans la mitaine de Fouquerel. L'impact physique monte encore d'un cran, le GamYo cherchant à appuyer. Ograjenšek charge Baridon à deux reprises et le Gapençais répond sous le nez des officiels. Baridon est puni de 2'+2' et le Spinalien de 2' dans l'affaire, pour un nouveau jeu de puissance vosgien. Petrák manque une bonne occasion, ratant son contrôle au deuxième poteau, avant de frôler la réussite en combinant avec Kloz. Les joueurs de Luciano Basile s'en sortent, malgré une ultime chance de Kuralt, et la coupe continue sa balance entre les deux camps...

Ce temps fort du GamYo n'est pas exploité et, comme au premier tiers, Gap se montre réaliste. Sébastien Rohat récupère dans la neutre, déborde sur l'aile gauche et, au cercle, trompe Hočevar côté plaque d'un tir précis en lucarne à deux minutes de la pause (3-1). Quelques secondes plus tard, Arrossamena commet une faute inutile sur Plch et les Vosgiens cherchent à revenir avant la sirène, sans se montrer dangereux, faute de précision. Gap compte toujours deux buts d'avance et n'est plus qu'à vingt minutes de son premier titre depuis trente-sept ans.action

Un public en feu

Le reliquat de jeu de puissance permet au GamYo de s'installer d'entrée dans la zone adverse. Petrák obtient une nouvelle occasion franche au second poteau. Malheureusement pour les Rapaces, Sébastien Rohat se blesse seul, le patin bloqué dans la glace sur un grand écart. Le buteur décisif reste longtemps sur la glace et sort péniblement, aidé de ses coéquipiers, touché aux ischio-jambiers.

RICHTERkarel20141202250Épinal confisque le disque et crée le jeu. Malheureusement pour les Vosgiens, Goulet accroche Da Costa sur un contre et touche Pard en frappant le disque après le coup de sifflet. Volontaire ou non, ce geste lui vaut dix minutes de méconduite.

Les Rapaces vont-ils encore marquer en plein temps fort adverse ? Ritz et Goličič combinent pour cela, sans réussite. Et la partie rebondit encore lorsque Peter Valier vole un palet à Valchař et file au but. L'échappée du Spinalien fait mouche entre les jambières de Fouquerel (3-2).

Les rebondissements ne sont pas finis car le jeu de puissance se poursuit. Palet mal dégagé, Ritz renvoie à la cage et Richter dévie (4-2). Gap manque de réussir le break total lorsque Valchař glisse le disque dans la course d'Arrossamena. Kloz l'accroche mais cet avantage numérique, hormis un tir hors cadre d'Arrossamena, ne donne rien. Cette situation a eu le mérite de casser l'élan vosgien. La mécanique se remet péniblement en route, avec un bon tir de Kuralt sorti par Fouquerel.

Il reste dix minutes et Gap entame une tactique encore plus prudente, sans aucun échec avant. Une trappe en zone neutre qui vise à exploiter le moindre contre. Gap se sacrifie en défense, contrant les tirs pour protéger Fouquerel. La coupe semble prendre la direction des Hautes-Alpes. Épinal ne parvient pas à obtenir de réelle occasion. Un revers de Plch a 2'30" de la fin file à côté, et Philippe Bozon pose son temps mort suite à un dégagement interdit, avant de sortir son gardien pour un attaquant. Mais la mise au jeu est perdue et Perez lance un trois contre un, finissant lui même le travail cage vide (5-2).

Letrabichet cœur n'y est plus guère côté spinalien, même si Plch tente encore un bon tir bloqué par Fouquerel, impérial. À quelques secondes de la fin, Petrák lance de l'aile et Valier, en écran, gêne Fouquerel pour un but anecdotique (5-3). Le gardien sort à nouveau et le tir de Petrák sur mise au jeu file cette fois à côté. Malgré une ultime échauffourée devant la cage gapençaise, témoin de la frustration du GamYo, la messe est dite.

Les Rapaces de Gap renversent donc un handicap de trois victoires à une pour s'offrir le titre. Le deuxième de rang pour Luciano Basile avec deux équipes différentes ; le premier depuis 1978 pour Gap. Une solide prestation pleine d'opportunisme, avec des buts à des moments clés, en plein temps fort adverse.

Épinal a peut-être laissé passer sa chance au match cinq, avec cette égalisation gapençaise au buzzer du premier tiers. Un but qui a complètement relancé Gap dans la série.

Gap participera donc à la ligue des Champions la saison prochaine et fête ce joli retour de 1-3 par un tour d'honneur à Alexandre Cornaire, qui met fin à sa carrière de la plus belle des manières.

Meilleur joueur de la finale : Teddy Trabichet (Gap)

Commentaires d'après-match (au micro de L'Équipe 21)

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : "Ça n'a pas été notre meilleur match ce soir, on a été hyper-réalistes. Je ne sais pas comment on l'a fait, mais on l'a fait. C'est à l'image de notre saison : beaucoup de solidarité, et un groupe qui a travaillé fort dès le mois d'août et n'a rien lâché."

 

Gap - Épinal (2-0, 1-1, 2-2)
Dimanche 5 avril à 15h à l'Alp'Arena de Gap.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Jimmy Bergamelli assistés de Pierre Dehaen et Yann Furet.
Pénalités : Gap 12' (2', 10', 0') ; Épinal 30' (0', 6', 4'+20')
Tirs : Gap 26 (13, 3, 10) ; Épinal 21 (3, 9, 9)

Évolution du score :
1-0 à 12'37" : Goličič assisté de Kramár et Ruikka
2-0 à 19'53" : Bartman assisté de Perez (sup. num.)
2-1 à 29'00" : Moisand assisté de Valier et Hordelalay (sup. num.)
3-1 à 37'38" : Rohat assisté de Da Costa et Perez
3-2 à 44'58" : Valier (inf. num.)
4-2 à 45'33" : Richter assisté de Ritz (sup. num.)
5-2 à 57'59" : Perez assisté de Valchař (cage vide)
5-3 à 59'23" : Valier assisté de Petrák


Gap

Attaquants :
Boštjan Goličič - Nicolas Ritz - Karel Richter
Radim Valchař - Mickaël Perez (A) - Nicolas Arrossamena
Paul Schmitt - Kevin Da Costa - Nicholas Pard
Jérémy Baridon - Sébastien Rohat (A) - Matthieu Frecon

Défenseurs :
Brett Bartman - Chad Langlais
Dominik Kramár - Matt Wahl
Ryan Ruikka - Teddy Trabichet (C)

Gardien :
Clément Fouquerel.

Remplaçants : Aurélien Bertrand (G), Alexandre Cornaire, Loïc Chapelier. Absents : Roman Vondráček (clavicule), Charles Lavigne (G, adducteur droit), Matt Carter (suspendu pour contrôle positif à l'éphédrine).

Épinal

Attaquants :
Vincent Kara - Matthieu Le Blond - Peter Valier
Anže Kuralt - Grégory Beron - Ken Ograjenšek
Nicolas Leonelli - Michal Petrák - Ján Plch (A)
Yannick Offret (A) - Pierre-Charles Hordelalay - Martin Charpentier

Défenseurs :
Maxime Ouimet (C) - Alain Goulet
Vojtěch Kloz - Maxime Moisand
Gašper Sušanj - Aziz Baazzi

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçants : Pierre Mauffrey (G), Anthony Rapenne, Peter Slovák. Absents : Maxime Martin, Nathan Ganz (choix de l'entraîneur).