Wasquehal - Valenciennes (Division 3, quart de finale retour)

Victoire frustrante...

La traditionnelle Nord Cup s’est soldée le midi par la victoire des U11 du Sokil Kiev, mais le week-end pascal est loin d’être terminé pour le club du Président Guy Decock. Désigné hôte du carré final en cas de qualification, Wasquehal doit confirmer à domicile sa large victoire engrangée à Valigloö. L’horaire inhabituel n’empêche pas le public de se masser dans la petite patinoire métropolitaine, où les sièges trouvent rapidement preneur, et où les derniers arrivés se massent sur le pourtour du glaçon. Dans cette assistance chamarrée, au milieu de jeunes joueurs de Dunkerque, Lasalle ou Dubaï, ils sont nombreux à avoir fait le court déplacement depuis le Hainaut, emplis d’espoir ou simplement venus assister à la dernière rencontre de leurs protégés…

Chaque formation est contrainte d’évoluer avec cinq défenseurs, en raison des forfaits, d’un côté, de Terrenoire, de l’autre de Guerra, blessé à Nantes. En attaque, si Piquet et Vienne sont des absents de longue durée, Valenciennes doit parer aux défections de deux joueurs de centre, Brayden Clancy reparti outre-Atlantique et Jérôme Stachowiak, qui avait suppléé le Canadien en première ligne à l’aller. Seuls huit avants sont alignés par les Diables, le jeune Steenkiste demeurant sur le banc. Au Belge Harmegnies et à l’ancien Wasquehalien Lageard, capitaine d’un soir, de multiplier les présences.

Si la première escarmouche provient de N’Guyen, il ne faut pas attendre longtemps pour voir une riposte de Lukas Cvejn. Contrarié au match aller, le très offensif défenseur slovaque expédie la rondelle à quelques centimètres du gant de Fabien Chardon et du cadre. Le surnombre sifflé à l’encontre des visiteurs, rués sur Grégory Dubois à l’affût d’un rebond de Canaguier, ne les perturbe qu’un temps. Wasquehal évolue assez bas et guette l’occasion de contrer. La passe de Lejeune trouve ainsi Turpin sur la droite, et l’ancien Dunkerquois efface Lageard pour s’ouvrir le chemin d’une cage qui se dérobe à son essai du revers.

Le pressing de Marek Matej se fait ressentir jusqu’à Chardon, touché par le Slovaque. En écartant son adversaire, Benjamin Louf récolte une première pénalité, qui permet aux Diables d’accentuer la pression. Lukas Janos confirme ses bonnes dispositions du match aller et oblige Chardon à écarter vers sa droite une rondelle que Thomas tente de dégager. Le palet heurte un patin et revient vers le centre, où Anthony Wagret ne laisse pas passer l’opportunité d’ouvrir la marque (0-1 à 10’12").

Sorte de quatrième attaquant, Janos est ensuite contré en zone offensive par Axel Canaguier, parti défier un Glevanak soulagé de voir le caoutchouc passer hors-cadre. Plus réaliste, Valenciennes double toutefois la mise par son entraîneur-joueur, revenu de l’arrière du but pour ajuster Chardon, bien seul sur le coup (0-2 à 11’25").

Deux dégagements interdits et un soutien grandissant pour les visiteurs augurent des tourments pour les Lions. Ces derniers ont la bonne idée de se donner rapidement un peu d’air sur une ouverture millimétrée de Benjamin Louf vers Turpin, parti dans le dos de Louis Camurat ajuster Glevanak de près (1-2 à 14’03").

Et c’est au tour des Diables de concéder un dégagement interdit, ainsi qu’une pénalité, conséquence d’un travail de Benjamin Lejeune dans le coin. En infériorité, Wagret est encore là pour dégager un camp seulement pris à revers sur une accélération de Canaguier côté droit. La plus grosse frayeur est pour Milan Glevanak, qui reçoit dans le casque une rondelle violemment expédiée par Maxime Boschetti. Après plusieurs secondes, le gardien se relève enfin et rassure son banc, y compris lorsqu’il lui faut mettre fin à la seule occasion wasquehalienne, une reprise de près de Dubois suite à une faute de Lageard, trop véhément sur une situation chaude devant la cage.

Le jeu de puissance des Métropolitains, punis à leur tour pour surnombre à la reprise, tranche avec celui de leurs voisins. Servi devant l’enclave, Anthony Wagret contrôle et croise parfaitement son lancer pour signer un deuxième triplé, après celui qui permit aux rouges de renverser la tendance à Nantes (1-3 à 21’53"). L’hémorragie n’est pas terminée : alerté d’une longue passe, Benjamin De Gubernatis se heurte à la mitaine du gardien adverse, encore là lorsque l’entraîneur-joueur entrevoit le quadruplé, en récupérant le palet derrière le filet sur un pressing de Matej aux dépens de Dubois. Privé durant quelques minutes de Maxime Boschetti, heurté au visage par un tir, Wasquehal voit en outre Axel Canaguier pénalisé 2'+10' pour une charge à la tête.

Valenciennes brille de nouveau en avantage numérique. La rondelle circule avec aisance jusqu’à Janos, qui, d’une passe transversale parfaitement ajustée, décale Matej, bien placé (1-4 à 26’55"). Pris de vitesse comme toute sa défense, Fabien Chardon se rattrape lorsque Rémi Lageard, lui aussi à la récupération du caoutchouc derrière la cage, essaie de le surprendre du revers, avant d’écarter un nouveau tir puissant de Wagret, N’Guyen nettoyant les abords de l’enclave sur le rebond.

Alors que la relance devient un exercice délicat pour les Lions, au jeu de passes nettement moins alerte que lors de la première manche, le public acquis à leur cause craint le scénario catastrophe. Il se remet à y croire quand François Marchal fait trébucher Thomas Fauchart au niveau de sa ligne bleue. Mais le jeu de puissance ne tourne pas comme lors des dernières sorties et aucun palet n’est expédié vers le but, Mencik attendant le retour au complet pour trouver une possibilité de lancer, pressé qu’il est par une défense très dynamique.

Revenus au complet, les Hennuyers prennent le contrôle des opérations. Voyant De Gubernatis sur le point de profiter d’une cage ouverte, Louf revient à temps et retarde l’échéance… jusqu’à ce que Rémi Lageard, à la ligne bleue, ne reprenne sans contrôle un palet mal dégagé, expédié sur la gauche du portier (1-5 à 36’05). L’enthousiasme est à son paroxysme sur les sièges et escaliers investis, faute de place, par les partisans venus de la cité de Watteau, et n’a d’égal que la stupéfaction locale. Vainqueur en ouverture du championnat avant de céder d’un but en fin de rencontre au retour, le groupe emmené par Anthony Wagret et David Selin, dont les frères Maxence et Cyril s’affrontent en finale de Division 2, est en train de jouer un très mauvais tour à son rival du jour et entrevoit une qualification a priori très compromise quelques heures plus tôt.

Afin de préserver cet écart, synonyme de prolongation, il faut tout d’abord aux Diables demeurer disciplinés. Un faire-trébucher de Louis Camurat quinze secondes après le cinquième but n’est pas mis à profit par les hommes de Frédéric Nilly, sans solution et même auteurs d’un dégagement interdit. De retour, Axel Canaguier sonne la révolte sur un raid et défie Selin avant de perdre l’équilibre devant la cage. Une longue séquence de double supériorité numérique s’ouvre car Selin et Matej sont envoyés en geôle sur le coup. Wagret et Janos se démènent pour dégager par deux fois une rondelle très convoitée sur un cafouillage consécutif à un tir de Benjamin N’Guyen et sur laquelle Lukas Cvejn se couche. Dans l’affaire, un autre cadre est sanctionné, Lukas Janos, peu avant le deuxième coup de sirène.

Reparti avec deux hommes supplémentaires, Wasquehal montre un visage plus incisif en début de troisième période. Surtout l’œuvre de défenseurs, les lancers se succèdent : Mencik, Fronty et Louf emploient tour à tour Glevanak. La pression semble devoir se maintenir pour ce dernier car le retour sur la glace de Janos n’est que provisoire. Ses attaquants ne profitant pas plus de cette neuvième faute, Benjamin Louf remonte le palet et vise une lucarne bien protégée. Demeuré aux avant-postes au retour à égalité numérique, le défenseur est en position idéale pour trouver la faille sur une passe de Maxime Boschetti vers le deuxième poteau (2-5 à 48’11").

Le joueur de centre reprend son rôle de passeur pour lancer Robin Morvan, arrêté irrégulièrement par Mathieu. L’occasion, à huit minutes du terme, de s’épargner une fin de rencontre tendue face à des assaillants devenus moins dangereux et peu disciplinés ? Pas vraiment car Anthony Wagret contre Sébastien à l’abord de la zone offensive et initie un deux-contre-un avec Marek Matej, ce dernier lui remettant le palet pour une intervention salvatrice, du gant, de Fabien Chardon.

Les encouragements wasquehaliens rivalisent désormais avec ceux menés par « El Diablo » et sa bande, au moment où Axel Canaguier voit la passe de Dubois filer devant sa crosse. Un surnombre remet la pression dans la zone locale, investie par Lukas Janos et son lancer puissant. La plus grosse occasion échoit à Matej, qui suit une percée de Wagret dans la défense mais ne cadre pas son lancer, dans un angle certes difficile, vers une cage ouverte, le coach se heurtant de la bleue à un Chardon qui goûte peu à la farce. Comme début décembre, c’est Axel Canguier, servi en profondeur par Grégory Dubois, qui clôt la marque et tue les derniers espoirs valenciennois, en venant tromper Milan Glevanak, dépité (3-5 à 58'24"), comme son compatriote de défenseur Janos, exclu après avoir heurté Thibault Verschaeve à la tête à deux secondes de la sirène.

Le rideau tombe sur une saison très animée pour les visiteurs, passés par toutes les émotions au cours de l’après-midi, entre espoir d’une qualification improbable et frustration d’un dernier vingt difficile, au cours duquel ils apparurent moins menaçants pour leurs voisins, après avoir effacé plusieurs pénalités pour certaines évitables. Sentiment contrasté également pour les Lions, soulagés de se qualifier. Mais s’ils sont les seuls à atteindre le carré final en se qualifiant de plus d’un but sur les deux matchs des quarts de finale, les hommes de Frédéric Nilly ont perdu leur invincibilité à domicile.

Commentaires d’après-match

David Selin (défenseur de Valenciennes) : "Je pense que nous avons fait le match qu’il fallait. On savait que les Wasquehaliens n’aiment pas jouer contre nous, il convenait de mettre de l’intensité dès le début. Nous avons toujours un problème pour gérer les temps faibles. De plus, les pénalités nous handicapent et notre banc est moins fourni. La large défaite chez nous fait mal, à 1-4 ou 2-4 cela aurait été différent. Le positif de cette saison est que l’on est parvenu à remplacer des cadres par des gars en France depuis un moment et loin d’être des mercenaires. On sent beaucoup d‘attente autour du club, avec notamment du public nombreux. Avec Anthony nous essayons de construire sans brûler les étapes."


Wasquehal – Valenciennes 3-5 (1-2, 0-3, 2-0)
Lundi 7 avril 2015 à 17h00 à la patinoire Serge-Charles de Wasquehal. 350 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart et Julien Peyre.
Pénalités : Wasquehal 18' (2’, 4’+10’, 2’), Valenciennes 45' (6’, 10’, 4’+5’+20’).
Tirs : Wasquehal 39 (9, 10, 20), Valenciennes 32 (11, 12, 9).

Évolution du score :
0-1 à 10'12" : Wagret assisté de De Gubernatis (sup. num.)
0-2 à 11'25" : Wagret assisté de Lageard
1-2 à 14'03" : Turpin assisté de Louf et Dubois
1-3 à 21'53" : Wagret assisté de De Gubernatis et Cvejn (sup. num.)
1-4 à 26'55" : Matej assisté de Janos et Wagret (sup. num.)
1-5 à 36'05" : Lageard assisté de Wagret et Cvejn
2-5 à 48'11" : Louf assisté de Boschetti
3-5 à 58'24" : Canaguier assisté de Dubois


Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon

Défenseurs : Grégory Dubois - Sébastien Fronty ; Alexis Thomas (C) - Benjamin Louf ; Jakub Mencik.

Attaquants : Thibault Verschaeve - Benjamin N’Guyen - Thomas Fauchart (A) ; Simon Angielczyk - Benjamin Lejeune - Benjamin Turpin ; Robin Morvan - Maxime Boschetti (A) - Axel Canaguier.

Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Nicolas Hamoudi, Anthony Kiffer. Absents : François Piquet (ligaments), Valentin Vienne, Albin Terrenoire.

Valenciennes

Gardien : Milan Glevanak

Défenseurs : David Selin (A) - Lukas Janos ; Louis Camurat - Lukas Cvejn ; Ludovic Mathieu.

Attaquants : Anthony Wagret - Allan Harmegnies - Marek Matej ; François Marchal -  Rémi Lageard (C) - Benjamin De Gubernatis ; Vincent Grenier - Thomas Van Desteene.

Remplaçants : Romain Drouin (G), Maxime Steenkiste. Absents : Anthony Guerra et Jérôme Stachowiak (blessés), Brayden Clancy.