CSKA - SKA (KHL, finale conférence ouest, match 7)

C'est peut-être le match de l'année en KHL. Un match dont les billets se sont vendus en un quart d'heure. Un énième chapitre entre la capitale moscovite et l'ancienne Léningrad. À un point culminant de cette rivalité où ces deux écuries blindées de stars n'avaient jamais bataillé. Le dernier affrontement décisif à une marche de la finale de la Coupe Gagarine. Une rencontre pour espérer encore décrocher un titre qui se refuse à ces deux équipes sous l'ère KHL.

S.Da Costa CSKAPourtant, il y a encore une semaine, une septième manche semblait totalement illusoire. Comme en saison régulière, le CSKA Moscou avait survolé les play-offs avec deux premières séries conclues rapidement : 4-0 contre Sotchi et 4-1 contre les Jokerit.

Alors quand le club de l'Armée rouge a commencé à mener 3 victoires à 0 (3-0, 3-2, 3-1) dans cette finale de conférence ouest, on ne donnait pas cher de la peau des Pétersbourgeois.

Sauf que les Moscovites ont encaissé deux revers cinglants (1-4 et 2-6) avant de s'incliner en prolongation lors du match 6.

Grâce à ce but du Norvégien Patrick Thoresen, le SKA Saint-Pétersbourg force donc un septième match à Moscou et s'offre l'opportunité d'une qualification totalement inattendue. Un miracle quand on connaît la rigueur jusqu'à maintenant du club de l'Armée rouge et de son entraîneur Dmitri Kvartalnov. Mais cette rigueur, trois joueurs de Saint-Pétersbourg l'ont explosé en quelques jours : Evgeni Dadonov, Vadim Shipachyov et Artemi Panarin ont accumulé à eux trois 21 points lors des trois victoires du SKA.

La tension est à son comble et comme souvent, le corps arbitral en a pris pour son grade, une spécialité du clan CSKA ces derniers jours, et pas seulement de la part du râleur Radulov. Quand les journalistes ont questionné Kvartalnov sur l'expulsion de son joueur Lyubimov lors du match 6, il a ironisé en qualifiant l'arbitrage de "magnifique". Des rumeurs avaient même laissé entendre que l'organisation moscovite faisait pression pour changer le corps arbitral à l'approche du match 7. Des rumeurs finalement dissipées par un communiqué de la direction du CSKA.

Kevin LalandeÉcarté pour raisons médicales, Stéphane Da Costa a fait son retour en play-offs à l'occasion du match 5. Malgré 2 réalisations en 2 matches, il n'a donc pas pu éviter la folle remontée du SKA.

Dans cette belle, le Finlandais Mikko Koskinen garde logiquement les filets de Saint-Péterbourg alors que le Canadien naturalisé biélorusse Kevin Lalande a pris définitivement le meilleur sur Stanislav Galimov pour le poste de titulaire.

La première occasion franche intervient rapidement à cause du défenseur Kiselevich qui tarde trop à dégager le camp moscovite, ça arrive très vite à Dadonov dont le tir appuyé est repoussé par Lalande. Rukavishnikov offre lui le premier jeu de puissance au CSKA. Aleksandr Radulov, excentré, frappe, le rebond est laissé libre, la teigne moscovite descend pour se joindre à la fête et marque. Mais ce but... est refusé en raison de la présence de Radulov dans le demi-cercle. Voilà qui ne va pas arranger les relations houleuses entre le clan de l'Armée rouge et le corps arbitral ! Malgré une reprise de volée de Zaitsev mais un bel arrêt de Koskinen, le SKA tue cette première pénalité.

Pendant quelques minutes, le match devient haché avec quelques déchets, mais cela ne va pas durer bien longtemps. On retrouve Radulov qui travaille fort derrière le but, en ressort et offre une passe à l'aveugle, la reprise de Lyubimov devant l'enclave est repoussée de justesse par Mikko Koskinen. C'est toutefois Saint-Pétersbourg qui va ouvrir le score. Ilya Kovalchuk tente un tir balayé de loin qui semble anodin mais le papillon de Lalande est un peu court, le puck passe entre ses genoux (0-1, 11'20").

Le CSKA tente de réagir. Si Hjalmarsson, seul, est contrôlé par la patrouille pétersbourgeoise, Stéphane Da Costa, après un contre favorable, reprend du revers mais manque de précision. On frôle toutefois la catastrophe côté moscovite à la 16e minute : Lalande concède un rebond plein axe mais sa manche droite va stopper in extremis la tentative de Mårtensson qui errait dans le coin.

Vyacheslav BykovÀ moins de deux minutes de la fin, Panarin empêche Hjalmarsson d'armer : nouvelle supériorité numérique pour l'Armée rouge. Da Costa se met de suite en évidence avec une belle reprise de volée. Il effectue ensuite une action de toute beauté, éliminant le défenseur adverse Nikolai Belov, il se retrouve alors seul face à Koskinen qui intervient de la mitaine. Malgré de nouvelles occasions de Radulov et un jeu de puissance plutôt actif, le SKA entraîné par Vyacheslav Bykov mène toujours d'un but après vingt minutes de jeu.

Saint-Pétersbourg se retrouve donc de nouveau à cinq joueurs de champ en début de deuxième période et peut tenter de doubler la mise. Kovalchuk sert Thoresen, isolé à droite, mais Kevin Lalande couvre suffisamment l'angle. On craint le pire du côté du CSKA quand sa pile électrique Radulov se télescope avec Nikolai Belov. Si ce dernier s'en sort bien, on ne reverra Radulov que quelques minutes plus tard, le temps qu'il retrouve ses esprits. On craint ensuite le pire pour Koskinen, le gardien du SKA contrôle mal un essai de Mamin, le palet flotte dans les airs mais cela n'a aura aucune incidence, tout comme l'occasion de Hjalmarsson qui suit.

Dmitri KvartalnovÀ la 24e minute, le CSKA concède sa première pénalité, Panin renversant Kablukov. Le lancer de Thoresen atterrit dans le gant de Lalande, la prison expire mais Moscou va pourtant déchanter. Le SKA procède à une contre-attaque rapide, Evgeni Dadonov frappe une première fois, il est contré mais obtient justement le contre favorable, il loge alors le puck dans la lucarne (0-2, 27'33").

La troupe de Kvartalnov (photo ci-contre) n'a désormais plus de questions à se poser et Stéphane Da Costa permute avec Lyubimov. Le Français retrouve donc la première ligne avec Radulov et Grigorenko, ce dernier s'offrant une bonne occasion face à Koskinen.

Cervenka a peut-être un puck de 3-0 mais le pressing moscovite est plus que jamais intense. Et cela va fonctionner. Grigorenko, le long de la bande, transmet à Andrei Stas qui frappe de loin, Radulov dévie devant le but (1-2, 36'07").

Mikko Koskinen doit ensuite faire face à Da Costa servi par Radulov, puis Radulov servi par Da Costa (!) mais le Finlandais termine vainqueur de ces duels. Il cèdera quelques secondes plus tard. Igor Grigorenko file sur son aile droite et sert à ses côtés Da Costa, l'international tricolore réalise un lancer magnifique dans la lucarne opposée (2-2, 39'13"). En l'espace de trois minutes, le CSKA a réussi à remonter deux buts, le match est relancé à un tiers du verdict !

Supporteurs CSKAAvec ses 30 buts en saison régulière et son troisième à ses trois derniers matches, Stéphane Da Costa est un fin buteur. Au début de la troisième période, il parvient aussi à provoquer la défense du SKA le long de la bande, envoyant Chudinov en prison.

Cependant, le CSKA peine à s'installer puis à créer du danger. On retiendra surtout une passe dans le dos, derrière la cage, de Mursak mais la reprise de Lyubimov est mal ajustée. 

Da Costa continue de s'illustrer dans ce match au sommet. Avec un jeu à trois avec Radulov et Grigorenko à la 48e minute. Avec une feinte de corps une minute plus tard qui met en transe le public moscovite, son tir passe néanmoins au-dessus de la cage.

De l'autre côté, Kevin Lalande résiste face à une poussée du SKA signée Cervenka et Ericsson. Toutefois, il ne pourra rien faire sur une astucieuse déviation de Patrick Thoresen qui exploite un tir d'Anton Belov (2-3, 50'41"). Le CSKA égalise dans la foulée mais... le but est refusé pour une crosse haute de Lyubimov ! Ça va encore râler dans les chaumières de Moscou ! Lyubimov qui, quelques instants plus tard, offre dans son dos une passe en or à Hjalmarsson mais le Suédois loupe le cadre !

Le SKA contrôle, n'hésite pas à jouer sur la largeur afin de gagner du temps. Les minutes passent et le CSKA dégaine ses dernières cartouches, sort son gardien... jusqu'à ce que Da Costa soit pénalisé pour une crosse haute involontaire sur Anton Belov à 23 secondes de la fin ! Un véritable coup du sort pour le Français, exemplaire durant ce match au sommet, qui scelle malencontreusement le résultat.

Déception Da CostaIls l'ont fait ! Mené 3-0 dans la série, le SKA Saint-Pétersbourg signe une quatrième victoire consécutive après un match très accroché. Pour la première fois, le SKA accède (enfin) à la finale de la Coupe Gagarine et devra déjouer l'Ak Bars de Kazan et sa muraille suédoise quasi imprenable, Anders Nilsson.

Après une saison impressionnante, le CSKA chute donc en finale de conférence, stade de la Ligue Continentale que l'Armée rouge n'avait pourtant jamais atteint.

Impressionnante, la saison de Stéphane Da Costa l'a été également, lui qui a pris un risque en fermant la porte de l'Amérique du Nord pour changer d'air dans le grand circuit de l'est. Reste à savoir de quoi son avenir sera fait, sachant qu'il n'avait signé que pour un an à Moscou. En tout cas, ses performances sont motifs d'espoir pour l'équipe de France qui peut se féliciter d'avoir un tel joueur dans ses rangs.

Commentaires d'après-match

Aleksandr Radulov (attaquant du CSKA Moscou) : "Je pense que nous avons réalisé de bonnes séries. Nous nous sommes battus, nous avons tout essayé, certains gars s'en sont sortis avec des blessures. Chacun a cru en l'autre, nous avons joué comme une équipe. Je remercie sincèrement les entraîneurs, le personnel tout autour et le club pour sa bonne saison. Parce que j'ai rarement connu une telle année dans ma carrière. Nous étions vraiment une équipe."

Stéphane Da Costa (attaquant du CSKA) : "Nous avons réussi à égaliser dans ce match. Mais le troisième but du SKA a totalement détruit tous les efforts que nous avions faits pour revenir à 2-2. Nous avions trois matches à gagner pour se qualifier pour le prochain tour. Le SKA s'en est servi pour se relancer et ils ont remporté les quatre derniers. Cette série était serrée. Vous pouvez dire que la saison du CSKA a été très bonne mais je ne suis pas satisfait. Je suis très déçu. Nous étions si près de cette finale."

Ilya Kovalchuk (attaquant du SKA Saint-Pétersbourg) : "Je me sens bien, il y a un sentiment d'accomplissement, le fait d'aller encore plus loin. Voilà cette série terminée face à un adversaire de grand calibre. Ce n'est pas pour rien qu'ils ont gagné la saison régulière. Mais nous sommes parvenus à changer le cours de la série en montrant davantage de caractère. Il nous faut désormais retrouver des forces, récupérer et se préparer pour Kazan."

Mikko Koskinen (gardien du SKA Saint-Pétersbourg) : "Avant le match, je n'étais pas nerveux. Je savais que nous pouvions gagner, j'ai cru en cette équipe. Le moment-clé aura été le but de Thoresen, qui a anéanti le CSKA et décidé du résultat. Quant à ma conversation avec Radulov, c'était juste une petite discussion. Pendant toute la série, j'ai essayé de lui mettre une petite pression psychologique, je lui ai dit qu'ils allaient perdre."


CSKA Moscou - SKA Saint-Pétersbourg 2-3 (0-1, 2-1, 0-1).
Mardi 7 avril 2015 à 19h30 au Palais des Glaces de Moscou. 5600 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin et Aleksei Anisimov assistés de Dmitri Sivov et Sergei Shelyanin.
Pénalités : CSKA 8' (0', 2', 6'), SKA 10' (4', 0', 6').
Tirs : CSKA 37 (12, 16, 9), SKA 22 (8, 9, 5).

Évolution du score :
0-1 à 11'20" : Kovalchuk assisté de Thoresen
0-2 à 27'33" : Dadonov assisté de Shipachyov
1-2 à 36'07" : Radulov assisté de Stas et Grigorenko
2-2 à 39'13" : Da Costa assisté de Grigorenko et Korotkov
2-3 à 50'41" : Thoresen assisté de A. Belov et Chudinov


CSKA Moscou

Attaquants :
Roman Lyubimov - Igor Grigorenko - Aleksandr Radulov (A)
Simon Hjalmarsson - Stéphane Da Costa (2') - Jan Mursak
Igor Volkov - Evgeni Korotkov - Vladimir Zharkov
Maksim Mamin - Andrei Stas - Igor Makarov
Nikita Kvartalnov.

Défenseurs :
Denis Denisov (C) - Nikita Zaitsev
Aleksei Bondarev - Bogdan Kiselevich
Grigori Panin (6') - Stanislav Yegorshev
Georgi Misharin.

Gardien :
Kevin Lalande [sorti à 58'38"] .

Remplaçant : Stanislav Galimov (G).

SKA Saint-Pétersbourg

Attaquants :
Ilya Kovalchuk (C) - Tony Mårtensson - Patrick Thoresen (A)
Artemi Panarin (2') - Vadim Shipachyov - Evgeni Dadonov
Roman Cervenka - Jimmie Ericsson - Anton Burdasov (4')
Aleksei Ponikarovsky - Ilya Kablukov - Pyotr Khokhryakov
Aleksandr Barabanov.

Défenseurs :
Maksim Chudinov (2') - Anton Belov
Nikolai Belov - Andrei Kuteikin
Dinar Khafizullin - Roman Rukavishnikov (2')
Dmitri Yudin.

Gardien :
Mikko Koskinen.

Remplaçant : Ilya Ezhov (G).