Suisse - Russie (Euro Hockey Challenge, match 3)

Les Russes se sont sentis un peu trop à domicile en Allemagne où tous leurs supporters sur place avaient paru se rassembler. Qu'ils se rassurent, cela ne doit plus être le cas à Genève : les organisateurs ont soigneusement placé un drapeau suisse sur chaque siège pour aider les spectateurs à soutenir leur équipe. Seule fausse note dans ce patriotisme encadré : l'hymne suisse joué avant le match a été amputé avant la fin par une sono apparemment défaillante. Oups...

La Russie, championne du monde en titre, se sent déjà en confiance. Elle regorge comme toujours d'ailiers, auxquels il faut juste trouver des centres... Radulov et Grigorenko ont illuminé toute la saison du CSKA, avec ou sans le Français Stéphane Da Costa au centre. La ligne "nationale" du SKA Saint-Pétersbourg (Panarin-Shipachyov-Dadonov) parait quant à elle "toute prête" pour la sélection. Et en ce début de camp de préparation, les duettistes de Magnitogorsk, Sergei Mozyakin et Danis Zaripov, ont semblé parfaitement fonctionner avec Aleksandr Popov au centre.

SURI Reto 130518 363Mais pour ce troisième match de l'Euro Challenge, le staff russe a souhaité tester d'autres combinaisons et a séparé Mozyakin de Zaripov. Cela ne semble pas les troubler : les meilleures occasions de la première période sont pour leurs partenaires de ligne, Popov, Kokarev et Shirokov. Face à toutes ces tentatives russes, Daniel Manzato s'interpose cependant avec brio.

La Suisse connaît de bons débuts de tiers. C'était déjà le cas dès le coup d'envoi avec la ligne Brunner-Romy-Hollenstein. C'est vrai aussi en deuxième période. Auteur de belles montées offensives, le défenseur Eric Blum met le feu dans le slot russe, ce sur quoi Tristan Scherwey enchaîne par une bonne occasion. Mais ce temps fort se termine par... une pénalité stupide de Denis Hollenstein en zone offensive ! En supériorité numérique, le trio magique est remis ensemble. Sur des assistances de Zaripov et Popov, Sergei Mozyakin marque alors en lucarne. Néanmoins, Reto Suri égalise tout de suite sur une contre-attaque en utilisant son défenseur comme écran à son tir.

Ces deux buts successifs réchauffent l'ambiance un peu poussive. Les 5400 spectateurs se mettent enfin à encourager leur équipe, l'intensité sur la glace augmente également, tout comme la fréquence des coups de sifflet.

En troisième période, Sergei Shirokov redonne l'avantage à la Russie, mais la Suisse égalise encore par l'intermédiaire de Julian Walker, qui n'a pas son pareil pour aller au charbon et qui conclut ainsi le travail préparatoire de Scherwey. Plus la fin approche, et plus les Helvètes se sentent pousser des ailes. Ils acculent les visiteurs sur leur but, et Gaëtan Haas, qui fait son trou dans cette équipe nationale, y marque son premier but : un but décisif à trois minutes de la fin face aux champions du monde, pas mal !

Décisif ? En fait, non. Faux espoir ! Aleksandr Popov dribble toute la défense et le gardien Manzato pour remettre encore les équipes à parité. On joue donc une prolongation, sachant que Schlumpf a pris 2'+2' juste avant la fin du temps réglementaire. La Suisse évolue donc à 3 contre 4 pendant quatre minutes, qui semblent interminables. Un tir dévié de Sergei Mozyakin finit par donner la victoire aux visiteurs.

Désignés joueurs du match : Reto Suri pour la Suisse et Sergei Shirokov pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "La Suisse est un adversaire bien organisé et intéressant. Ils sont vite entrés dans le match et ont adopté un rythme élevé. Mais nos gars ont bien tenu. Il y a eu beaucoup de choses intéressantes, donc je pense que le public a apprécié le match. Je suis satisfait du résultat, mais il nous reste du travail."

 

Suisse - Russie 3-4 a.p. (0-0, 1-1, 2-2, 0-1)
Mercredi 8 avril 2015 à 19h45 à la patinoire des Vernets, Genève. 5457 spectateurs.
Arbitrage d'Andreas Koch et Daniel Stricker (SUI) assistés de Balazs Kovacs et Marc-Henri Progin
(SUI).
Pénalités : Suisse 12' (2', 6', 4', 0'), Russie 6' (0', 4', 2', 0').
Tirs : Suisse 31 (8, 11, 12, 0), Russie 38 (17, 10, 8, 3).

Évolution du score :
0-1 à 26'20" : Mozyakin assisté de Zaripov et Popov (sup. num.)
1-1 à 27'28" : Suri assisté de Schlumpf
1-2 à 42'48" : Shirokov assisté de Zaripov
2-2 à 47'24" : Walker
3-2 à 56'35" : Haas assisté de Suri
3-3 à 58'30" : Popov assisté de Kokarev
3-4 à 61'54" : Mozyakin assisté de Zaripov et Antipin (sup. num.)


Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein (C, -1, 2') - Kévin Romy (2') - Damien Brunner (-1, 2')
Reto Suri (+2) - Cody Almond (+1) - Thomas Rüfenacht (+1)
Mathias Bieber (+1) - Gaëtan Haas - Simon Bodenmann
Tristan Scherwey - Raffaele Sannitz - Julian Walker

Défenseurs :
Robin Grossmann - Romain Loeffel
Eric Blum (+1) - Dean Kukan (+1)
Joël Genazzi - Dominik Schlumpf
Larri Leeger - Timo Helbling (6')

Gardien :
Daniel Manzato

Remplaçant : Benjamin Conz (G). En réserve : Christopher Bertschy, Fabrice Herzog, Étienne
Froidevaux, Lino Martschini.

Russie

Attaquants :
Anton Slepyshev (-2) - Andrei Loktionov (-1) - Sergei Plotnikov (-2)
Sergei Shirokov (A) - Egor Averin - Danis Zaripov (C)
Sergei Mozyakin (+1) - Aleksandr Popov (+1) - Denis Kokarev (+1)
Dmitri Kagarlitskiy - Ilya Zubov (-1) - Nikita Soshnikov
Daniil Apalkov

Défenseurs :
Evgeni Biryukov (2') - Viktor Antipin (+1)
Egor Yakovlev (A, -2, 2') - Ilya Lyubushkin (-1)
Artyom Blazhievskiy - Pavel Koledov
Albert Yarullin - Mikhaïl Grigoriev (2')

Gardien :
Konstantin Barulin

Remplaçant : Aleksei Murygin (G). En tribunes : Vladislav Gavrikov, Andrei Mironov, Vladimir Galuzin, Evgeni Timkin, Pavel Chernov, Maksim Karpov.