Les Russes appellent leurs premiers joueurs de NHL

La Russie a appelé les deux mêmes gardiens de NHL que l'an passé, Sergei Bobrovsky et Anton Khudobin, pour les championnats du monde. Le staff a déclaré qu'il compterait bien sur Semyon Varlamov - qui a eu les meilleures statistiques des gardiens russes de NHL cette saison - mais que celui-ci faisait face à "certains aspects légaux" liés à son affaire de violence conjugale de la saison passée : toute charge a été abandonnée au pénal, mais il reste poursuivi au civil.

Quant au défenseur Voïnov, contre qui les charges semblent plus lourdes (raison pour laquelle il a été suspendu indéfiniment par la NHL), tout cas de conscience est épargné même s'il avait pu quitter le pays, ce qui semble improbable en attendant son procès repoussé à juillet prochain. Il s'est en effet déchiré le tendon d'Achille en s'entraînant avec l'équipe (simple entraînement déjà controversé) et doit être opéré.

Si Bobrovsky et Khudobin ont la voie libre, c'est que les gardiens étrangers dominent la KHL. Malgré sa saison moyenne, Konstantin Barulin reste le candidat probable à la troisième position et a joué chaque match avec la Russie jusqu'ici. Mais ce soir, la Russie choisit de faire débuter Evgeni Murygin, gardien originaire de Khabarovsk qui a déjà 28 ans. Elle repose aussi ses meilleurs attaquants Mozyakin et Zaripov. En clair : elle a choisi de faire jouer une équipe B pour ce match à La Chaux-de-Fonds. Ceci dit, la Suisse a aussi laissé Damien Brunner en tribune.

SHIROKOV Sergei 120520 360Frustrée de victoire in extremis lors de la première confrontation, l'équipe de Glen Hanlon a les moyens de prendre sa revanche dans une patinoire des Mélèzes bien remplie. Elle prend le contrôle du jeu, et à la dixième minute, Julian Walker signe son troisième but dans cette préparation d'un tir précis en lucarne. Un avantage qui dure... moins de trente secondes. Vladimir Galuzin égalise sur un tir dévié.

Le gardien Benjamin Conz se montre solide pendant une infériorité numérique en début de deuxième période, et peu à peu les Suisses reprennent leur forechecking. Oleg Znarok prend même un temps mort juste avant la mi-match pour recadrer ses hommes, mais ceux-ci font toujours des présences trop longues avec l'éloignement des bancs. Le capitaine Denis Hollenstein concrétise la domination sur passe de Martschini. Cette fois, la Suisse, restant agressive sur le porteur du palet, tient cette avance jusqu'à la pause, malgré une double infériorité et un tir sur le poteau de Shirokov, capitaine russe d'un soir.

Au retour au complet lors du troisième tiers-temps, Gaëtan Haas s'échappe seul vers le but et est accroché par Sergei Plotnikov. Le pénalty semble net, et les Russes s'étonnent eux-mêmes que l'arbitre Danny Kurmann, ne le siffle pas en faveur de ses compatriotes, se contentant de deux minutes de pénalité. Une fois sorti de prison, ce même Plotnikov reçoit le palet de Shirokov - qui l'a volé à Martschini - et marque sur un tir pourtant anodin et excentré. Dommage pour le gardien Conz, qui gâche un peu sa prestation alors que la concurrence est toujours féroce dans les cages suisses (on attend encore Berra et les finalistes de LNA Genoni et Flüeler).

La partie s'achemine vers les tirs au but, et Znarok tente alors un coup de poker en sortant Murygin au profit de Barulin. Le gardien sorti du chapeau n'était pas une bonne idée : il encaisse 2 pénaltys sur 4 et Reto Suri donne donc la victoire à la Suisse.

Le bilan est positif pour la Suisse qui a rivalisé aussi bien contre les Finlandais que contre les Russes, deux équipes estampillées KHL. Parmi les bonnes impressions, le travailleur Julian Walker se crée des occasions tout en étant utile en infériorité. La Nati se rendra dans une composition presque inchangée au Danemark (seul Herzog est retranché) avant de récupérer ses finalistes du championnat pour aller en France.

Quant à la Russie, elle se sépare de trois joueurs de second rang (Gavrikov, Chernov et Kagarlitsky) pour accueillir ceux du CSKA. Surtout, elle a sélectionné ses premiers joueurs de NHL : outre les gardiens, il s'agit du défenseur Dmitri Kulikov et du centre Artyom Anisimov. Si tous ces joueurs seront pris comme titulaires à des postes où l'on a besoin d'eux, la situation est différente concernant Naïl Yakupov : il est invité à se montrer "compte tenu de l'attention que le staff porte aux jeunes joueurs". C'est loin d'être un tapis rouge, mais comme l'ancien numéro 1 de draft semble avoir enfin des critiques positives en NHL ces dernières semaines, c'est sans doute le moment de lui donner sa chance.

Désignés joueurs du match : Julian Walker pour la Suisse et Sergei Plotnikov pour la Russie.

 

Suisse - Russie 3-2 t.a.b. (1-1, 1-0, 0-1, 0-0, 1-0)
Vendredi 10 avril 2015 à 20h00 à la patinoire des Mélèzes, La Chaux-de-Fonds. 5547 spectateurs.
Arbitrage de Danny Kurmann (SUI) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Franco Espinoza et Michael Tscherrig (SUI).
Pénalités : Suisse 12' (4', 6', 2', 0'), Russie 8' (2', 2', 4', 0').
Tirs : Suisse 21 (9, 2, 9, 1), Russie 23 (6, 8, 6, 3).

Évolution du score :
1-0 à 09'52" : Walker
1-1 à 10'21" : Galuzin assisté de Chernov
2-1 à 29'17" : Hollenstein assisté de Martschini
2-2 à 44'28" : Plotnikov assisté de Shirokov

Tirs au but :
Russie : Shirokov (arrêté), Soshnikov (réussi), Apalkov (arrêté).
Suisse : Hollenstein (arrêté), Martschini (arrêté), Loeffel (réussi).
Tireurs supplémentaires : Suri (S, réussi), Soshnikov (R, poteau).


Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein (C, +1) - Kévin Romy (+1, 2') - Lino Martschini
Reto Suri - Cody Almond - Thomas Rüfenacht (4')
Mathias Bieber (+1) - Gaëtan Haas (+1, 2') - Simon Bodenmann
Tristan Scherwey (-2, 2') - Raffaele Sannitz (-2) - Julian Walker
Fabrice Herzog

Défenseurs :
Robin Grossmann - Timo Helbling
Romain Loeffel (+2) - Dean Kukan (+1)
Larri Leeger (-1) - Dominik Schlumpf (-1, 2')
Joël Genazzi

Gardien :
Benjamin Conz

Remplaçant : Daniel Manzato (G). En réserve : Christopher Bertschy (blessé), Eric Blum, Damien Brunner, Étienne Froidevaux.

Russie

Attaquants :
Sergei Shirokov (C, +1) - Andrei Loktionov (+1) - Sergei Plotnikov (+1, 2')
Anton Slepyshev (-1) - Egor Averin - Denis Kokarev (2')
Maksim Karpov - Daniil Apalkov (-1) - Nikita Soshnikov (-1)
Pavel Chernov - Vladimir Galuzin - Evgeni Timkin

Défenseurs :
Andrei Mironov (-2, 2') - Viktor Antipin (-2)
Egor Yakovlev (A, +1) - Mikhaïl Grigoriev (+1)
Artyom Blazhievskiy (+1) - Pavel Koledov (+1, 2')
Vladislav Gavrikov - Albert Yarullin

Gardien :
Aleksei Murygin

Remplaçant : Konstantin Barulin (G). En tribunes : Evgeni Biryukov, Ilya Lyubushkin, Danis Zaripov, Sergei Mozyakin, Aleksandr Popov, Dmitri Kagarlitskiy, Ilya Zubov.