Mondial féminin : démonstration bleue

Après un jour de repos, le Mondial D1A a repris ses droits à Rouen à l'occasion de la troisième journée.

Affiche Mondial féminin RouenUne troisième journée qui a des airs de finale entre Tchèques et Autrichiennes. La République Tchèque, désignée favorite, a tenu son rang : 5-1 contre la Lettonie et 4-0 contre la France. Mais l'Autriche, elle aussi invaincue, a impressionné : 8-2 contre le Danemark et 5-2 contre la Norvège. Des résultats relativement surprenants puisque l'équipe féminine d'Autriche n'est jamais allée aux Jeux Olympiques, elle n'a jamais participé à un Mondial Élite et elle avait terminé avant-dernière de Division 1A il y a un an.

Mais ça a mal commencé pour les Autrichiennes qui se sont retrouvées en double désavantage numérique dès la sixième minute de jeu. Les Tchèques vont alors en profiter rapidement, c'est le moins que l'on puisse dire. Seulement cinq secondes après la deuxième pénalité autrichienne (!), Aneta Ledlova a ouvert le score. Une ouverture du score éphémère puisque l'inévitable Anna Meixner a marqué son troisième but de la compétition... 44 secondes plus tard alors que l'Autriche avait encore une fille en prison ! De quoi enrager les Slaves dans les minutes qui ont suivi puisqu'elles mèneront 3-1... après seulement 11 minutes de jeu !

Malgré ce début de match percutant, le score demeurera inchangé pour la quasi totalité de la rencontre. Jusqu'à ce que Alena Polenska ne réalise un doublé en marquant le but du 4 à 1 à trois minutes de la fin. Invaincue après trois matches, la République Tchèque fait un pas de plus vers la promotion dans l'élite mondiale.

Plus tôt dans la journée, le Danemark et la Norvège s'affrontaient pour une rencontre 100% scandinave. Et après une première déroute face à l'Autriche (2-8), les Danoises se sont bien rattrapées avec une deuxième victoire à l'issue de la troisième journée. Josefine Jakobsen, joueuse de l'Université du Dakota du Nord, a inscrit un deuxième doublé en deux parties et c'est Julie Clayton (20 ans) qui a réussi ce jeu blanc devant les filets en essuyant 22 lancers norvégiens.

Après une défaite sèche face aux Tchèques, les Bleues, qui ne comptaient qu'un point au classement, se devaient de réagir contre l'équipe présumée la plus faible du tournoi, la Lettonie. Après un premier match difficile face aux Norvégiennes (5-6), la titulaire habituelle Caroline Baldin avait été écartée pendant les deux premières périodes face aux Tchèques avant d'effectuer une période blanche en remplaçant Jeanne Morin. L'invincibilité de la gardienne grenobloise dure désormais 80 minutes puisqu'elle n'a concédé aucun but face aux Baltes.

Remontées à bloc, les Bleues ont mis du coeur à l'ouvrage dès le début du match : elles menaient 4-0 après seulement quatorze minutes de jeu grâce à la capitaine Marion Allemoz (deux fois), la benjamine du groupe Chloé Aurard (16 ans) et Lore Baudrit. A la 27e minute, Léa Parment alourdira le score avec ce qui fut le troisième but en supériorité numérique des Françaises dans cette partie. Marion Allemoz parachèvera un coup du chapeau dans le troisième tiers-temps et Estelle Duvin ira de son essai dans la dernière minute : 7-0 pour la France ! C'est la première Marseillaise à Rouen pour des Bleues qui entretiennent un très mince espoir dans sa course à l'élite. Le spectacle était toutefois au rendez-vous. Il devra se poursuivre ce jeudi contre l'Autriche.