Mondial féminin : les Bleues décrochent le bronze

Hormis la République Tchèque, sûre de rejoindre l'élite mondiale, le podium restait à définir avec un espoir de médaille pour les Bleues en cette dernière journée.

Anna MeixnerL'Autriche termine finalement en argent. Sans surprise après un parcours impressionnant et un seul faux pas face aux championnes tchèques. L'offensive autrichienne a régalé : elles ont marqué huit buts lors du premier match et elles en ont marqué huit autres à l'occasion de la dernière journée. D'ailleurs, quatre de leurs joueuses terminent aux quatre premières places des meilleures marqueuses.

Cette fois-ci, la victime s'appelle la Lettonie, déjà condamnée à la relégation en Division 1B. Surclassées dans ce match, comme tout au long du tournoi, les Baltes n'ont tenu qu'un quart d'heure avant de sombrer. Anna Meixner, jeune attaquante des Sabres de Vienne, a une fois de plus épaté la galerie avec un quadruplé. Elle aura totalisé huit réalisations dans cette compétition. Sa collègue de Vienne Nicole Arnberger a obtenu son premier départ du tournoi devant les filets et signe un jeu blanc en bloquant les 16 lancers lettons.

Pour que les Bleues conservent un espoir de décrocher le bronze, il fallait que la République Tchèque batte déjà la Norvège. Ce que les Slaves ont fait, mais difficilement. Dans un match accroché, les deux équipes étaient à 1-1 à la mi-match puis à 2-2 à dix minutes de la fin.

Le salut est venu de Tereza Vanisova... à trois minutes de la fin... en infériorité numérique ! Katerina Mrazova consolidera ensuite le succès en cage vide. La République Tchèque s'impose 4-2 et demeure invaincue dans ce tournoi. Dans un an, elles s'envoleront pour Kamloops, Colombie-Britannique, retrouvant l'élite mondiale après deux ans d'absence. A l'image de la gardienne surdouée Klara Peslarova (18 ans) élue meilleure gardienne du Mondial une deuxième année de suite, c'est la récompense d'un système mettant en avant une jeune génération qui fonctionne : depuis la création du Mondial U18 en 2008, la République Tchèque a toujours sa place parmi le top 8 et elles ont même remporté le bronze en 2014. 

20150418009 RTC winner WWCD1A Rouen

Restait donc aux Bleues de profiter de ce coup de pouce et de gagner dans le temps réglementaire. L'enjeu de ce France-Danemark ne s'arrête pas seulement au statut de petite finale. A trois ans des Jeux olympiques de  Pyeongchang en Corée du Sud, le classement international, si cher au coach des Bleues Grégory Tarlé, a son importance dans le cadre des qualifications. Trois places séparent la France (14e) du Danemark (11e) au ranking de 2014 sachant que les résultats aux Mondiaux 2015 et 2016 seront pris en compte pour établir le tournoi de qualification des JO. Mais le Danemark est devenu une vraie bête noire pour les Bleues, les Danoises ayant remporté les trois dernières confrontations dont un cinglant 5-1 il y a un an.

Sauf que la dernière fois que la France a gagné, c'était... en Normandie, à Caen à l'occasion du Mondial Division 2 2011. De retour en glace normande, les Françaises ont bien l'intention de remettre les pendules à l'heure.

Affiche Mondial féminin RouenPour ce match, Caroline Baldin cède sa place à Jeanne Morin qui effectue un deuxième départ dans ce Championnat du monde rouennais. Cependant, les Françaises se mettent en difficulté à la neuvième minute puisque Léa Parment et Lara Escudero rejoignent, à 41 secondes d'intervalle, la prison. En double avantage numérique, les Danoises ne laissent pas passer leur chance et marquent... par deux fois. A 30 secondes d'intervalle, la capitaine Marie Henriksen et Josefine Persson permettent de mener 2-0. Toutefois, à 1'22" de la première pause, Anouck Bouché permet à la France de revenir à une unité.

Une fois de plus, le public est venu en nombre, ils sont 2222 spectateurs et les Bleues se voient pousser des ailes. La France obtient un troisième jeu de puissance dans ce match, suite à un slashing d'Asperup.

Passeuse après une bonne récupération sur le premier but, Soline Fohrer égalise à la 33e minute avec une superbe déviation dont l'origine est un lancer lointain de Virginie Bouetz-Andrieu, la défenseure des Stars de Montréal. 

Les deux équipes se maîtrisent ensuite, les minutes défilent et l'ombre d'une prolongation - et donc l'absence de médaille pour les Bleues - commence à planer. Jeanne Morin s'interpose même sur un 2 contre 1 des Danoises qui aurait pu être fatal. Mais à quatre minutes de la fin, Léa Villiot libère son équipe ! Une joueuse de champ du Danemark en remplacement de Julie Clayton, sur le banc, ne changera rien. La France termine en bronze ce Mondial D1A de Rouen !

Avant la compétition, les Bleues rêvaient de l'élite mondiale. Une envie née de l’enthousiasme d'un tournoi à domicile. Mais cet enthousiasme, parfois débordant, ne pouvait rien face à une République Tchèque au-dessus du lot. Cet objectif sera peut-être plus abordable l'année prochaine.

Quoi qu'il en soit, la France fait mieux que l'année dernière en gagnant une place : elle se classe à la onzième place mondiale alors qu'elle occupait le dix-septième rang en 2012. Alors que la sélection U18 découvrira l'élite pour la première fois l'année prochaine, cette progression est prometteuse pour le Championnat du monde 2016. Avant de batailler pour l'un des deux billets encore disponibles pour les JO 2018.

 

Tous les résultats des championnats du monde féminins

Classement :

1. République Tchèque 15 pts
2. Autriche 12 pts
3. France 7 pts
4. Danemark 6 pts
5. Norvège 5 pts
6. Lettonie 0 pt

Meilleures marqueuses :

1. Anna Meixner (Autriche) 11 pts
2. Eva Maria Beiter-Schwarzler (Autriche) 10 pts
3. Denise Altmann (Autriche) 9 pts
4. Victoria Hummel (Autriche) 8 pts
5. Marion Allemoz (France) 7 pts

Meilleures buteuses : 

1. Anna Meixner (Autriche) 8
2. Eva Maria Beiter-Schwarzler (Autriche) 7
3. Marion Allemoz (France) 4

Récompenses :

Meilleure gardienne : Klara Peslarova (Rép.Tchèque)

Meilleure défenseure : Aneta Tejralova (Rép.Tchèque)

Meilleure attaquante : Anna Meixner (Autriche)