Finlande : R.Quemener & A.Guttig sacrés et plébiscités

Rien ou presque ne pouvait stopper cette saison les Jukurit, portés par deux Bleus, alors que la bataille finale en Liiga fait rage.

mikkelinjukuritlogoEncensés pour leurs performances individuelles dans le second échelon finlandais, Anthony Guttig et Ronan Quemener ont remporté leur premier trophée collectif à l'étranger. Les Jukurit de Mikkeli avaient déjà remporté la saison régulière pour la quatrième fois ces cinq dernières années mais ils n'ont pas failli lors des play-offs.

Après avoir balayé KeuPa en quart puis Hokki en demi-finale, les Jukurit défiaient le Kookoo de Kouvola, dont la candidature a été retenue il y a quelques mois pour rejoindre la Liiga. Restait au club de Mikkeli de mettre la main sur ce titre de champion de Metis une deuxième fois en trois ans.

La formation de Savonie du sud, après un premier succès, a connu un étonnant faux pas à Kouvola, dominée 5-0 dont trois buts en quatorze minutes. Mais ces Jukurit ont eu du répondant, à l'image de leur gardien tricolore. Après deux nouvelles victoires, les Jukurit de Mikkeli ont toutefois été poussés en prolongation lors du match 5 sans que les deux équipes ne puissent marquer dans le temps réglementaire. C'est finalement Nestori Lähde qui a offert le Graal à domicile, devant 4300 spectateurs, aux Jukurit après dix minutes de temps supplémentaire.



Cet ultime succès 1-0, cela signifiait un quatrième blanchissage pour Ronan Quemener, son treizième de l'année. Des jeux blancs en pagaille, de solides statistiques - 92,3% d'arrêts en saison régulière, 94,6% en play-offs - quelques trophées individuels, Ronan Quemener a fait fort pour sa première expérience à l'étranger. Il aura donc son mot dire dans la hiérarchie de l'équipe de France et devrait obtenir des sollicitations plus qu'intéressantes.

Tout comme Anthony Guttig, déjà l'un des meilleurs joueurs de Mestis la saison dernière avec Hokki. Cette année sous les couleurs des Jukurit, il a terminé en troisième position des meilleurs marqueurs des play-offs mais avec sept matches de moins que les deux premiers : il a totalisé 14 points dont 6 buts en seulement 12 parties. Des statistiques flatteuses qui ont permis au casque d'or de l'équipe d'être nommé meilleur joueur des play-offs. Rappelons que Quemener, avant le début des séries, a été désigné meilleur gardien, meilleure recrue et meilleur joueur étranger de Mestis.

En dépit du forfait de Pierre-Édouard Bellemare, c'est des étoiles plein les yeux et la valise pleine de trophées que ces deux renforts vont se greffer à l'équipe de France.



Oulun Kärpät LogoEn Liiga, les demi-finales promettaient du spectacle puisque l'on retrouvait les quatre meilleures équipes de la saison régulière : Kärpät et JYP, Tappara et Lukko. Du spectacle il y en a eu, de même que du suspense puisque les deux séries ont eu besoin d'un septième match pour déterminer les finalistes ! 

Entre le Kärpät d'Oulu et le JYP de Jyväskylä, l'avantage de la glace a eu son importance puisque, après six manches, chaque adversaire avait remporté ses trois joutes à domicile. Dans le match 7, le vétéran Esa Pirnes (38 ans) a inscrit le premier et le dernier but - en cage vide - de Kärpät, permettant à "l'hermine" de s'imposer 4-2 contre JYP, évidemment à la maison. Le champion sortant est encore en finale et prétend à un septième sacre dans son histoire.

391px Logo of Tappara.svgEn finale, Kärpät allait retrouver le Tappara de Tampere pour la deuxième année consécutive, deux équipes qui avaient déjà terminé aux deux premières places de la saison régulière ces deux dernières années. Pourtant, à l'image de sa saison spectaculaire du bas au haut du classement, la "hache" de Tampere est revenue de loin. Le Lukko de Rauma a en effet mené la série 3-1 et s'apprêtait à rejoindre la finale, sa seule et unique datant de 1988.

C'était sans compter sur une résurrection du Tappara qui a alors aligné trois succès de rang pour se qualifier : 2-0, 4-3 et 4-2.

Saluons tout de même la performance du Lukko de Rauma, demi-finaliste une quatrième fois ces cinq dernières années, avec certes un effectif expérimenté mais quasiment entièrement finlandais. Le gardien américain Ryan Zapolski et l'attaquant Aaron Gagnon étaient les seuls renforts étrangers cette saison dans cette ville de Rauma bordant la mer de Botnie.

JYP est toutefois parvenu à décrocher la médaille de bronze aux dépens de Lukko, sa sixième médaille ces sept dernières années. Sur ce match de la troisième place, c'est le défenseur expérimenté Mikko Luoma qui a marqué le but décisif de cette victoire 2-1. Cette partie a marqué le clap de fin pour deux joueurs qui se faisaient face. Le prolifique Québécois Éric Perrin, capitaine du JYP et au sein du club depuis 2010, quitte Jyväskylä pour raison économique, non sans émotion. Perrin devrait rejoindre Turku et le TPS la saison prochaine. Le contexte économique difficile, c'est ce qui a poussé Ville Nieminen à annoncer sa retraite à 38 ans après 362 matches de championnat, 385 en NHL, une Coupe Stanley et une médaille d'argent aux Jeux olympiques de Turin. 

Les retournements de situation, le Tappara ne les connaît que trop bien. L'année dernière en finale, le club de Tampere menait 3 manches à 1 avant de céder trois fois face à Kärpät, dont la dernière en prolongation sur un but de Juhamatti Aaltonen. C'est donc désormais l'heure de la revanche ! 

Et pour le moment, cette finale est partie pour se finir en sept manches après trois matches disputés. Les trois n'ont vu que des succès avec un seul but d'écart et les deux premiers se sont même terminés en prolongation. Teemu Aalto (Tappara) et Ivan Huml (Kärpät) ont permis à leur équipe de s'imposer dans le temps supplémentaire. Kärpät est parvenu néanmoins à reprendre la main dans cette série à l'issue du match 3 (3-2) malgré un doublé du très efficace Olli Palola côté Tappara. Et "l'hermine" s'est même emparée du match 4 grâce à un but - encore - en prolongation de Julius Junttila. Kärpät est à une victoire du titre.