Châlons - Marseille (carré final de Division 3, 1re journée)

Le carré final s’ouvre par un affrontement entre deux clubs novices à ce niveau. Les Gaulois de Châlons-en-Champagne ont réussi à renverser le léger avantage acquis par Orcières dans les Hautes-Alpes, pour passer le cap des quarts de finale, barré par Briançon II en 2012, équipe dont une partie de l’effectif évolue aujourd’hui chez les Griffes de l’Ours… Quant aux Spartiates, ils ont également dû lutter jusqu’en fin de rencontre pour se défaire des Titans de Colmar, à l’issue d’un troisième tiers-temps très animé.

Les Méridionaux sont les plus dangereux en début de match ; Pierre Bennett s’infiltre, imité par Garnier peu après, pour tester Veselovsky, tout aussi vigilant lorsque Pagni contourne la cage. Un faute de ce dernier sur le dernier rempart lance les Marnais. Peter Hupka lance ainsi de la bleue. Malgré un bon mouvement de Seryy pour lancer Novotny depuis la zone neutre d’une glace que des contingences extra-sportives ont empêché de fouler il y a quelques années chez les Lions (au contraire de son compère Nikita Smirnov, qui n’est pas rentré de Russie), la première ligne des Gaulois prend le costume d’animateur principal. Les lancers se succèdent vers Cyprien Bautru : Kubovcik et Briand testent l’ancien portier d’Aubagne, impeccable du gant sur un essai de Molmy.

Bien repliés sur Roman Novotny, les Châlonnais s’épargnent le danger en infériorité après une charge appuyée de Fournon sur Bennett, car les lancers bleus manquant le cadre. En pareille situation sur une faute de Malo, Bautru est bien plus employé, contraint qu’il est, masqué, de faire face à une tentative de Tristan Lohou. En pressant devant la cage, David Kubovcik croit un instant au but (14'59"). Un avertissement pour la défense marseillaise, incapable de sortir la rondelle, que l’attaquant slovaque catapulte au fond des filets (1-0 à 17'32"). En fin de période, Julien Delaunois passe près de profiter de nouvelles largesses, sa reprise manquant de puissance.

Le scénario est tout autre à la reprise. Le capitaine Roman Novotny décide de prendre les choses en mains, d’un lancer dans un angle fermé pour surprendre Peter Veselovsky sur sa gauche (1-1 à 20'55"). L’ancien Tourangeau pense doubler la mise dès la remise en jeu, du même endroit. Il récupère son propre rebond, contourne le but et s’essaie à nouveau, mais la crosse du Slovaque dévie la rondelle au-dessus du plexi.

Les encouragements du groupe de supporters marseillais redoublent au moment où les verts sont punis pour surnombre. Le défenseur Thomas Lebailly cause des soucis à des Gaulois incapables de sortir la rondelle et débordés par Luc Tardif. Certes, une contre-attaque de Beaupertuis, reprise au centre par Kubovcik, emploie enfin Bautru, les Spartiates prennent pour la première fois les devants sur une accélération plein axe de Bennett au milieu de défenseurs stoïques, jusqu’à ajuster le dernier rempart (1-2 à 24'29").

Une offrande de Novotny, posté derrière le but pour attendre la reprise sans contrôle de Julien Rives aurait pu permettre aux Marseillais de se détacher. Las, un surnombre permet aux Champardenais d’investir une zone offensive que seul Kubovcik, hyperactif, parvient alors à intégrer. À mi-distance, Marek Hanes ne laisse pas passer sa chance, d’un lancer que Bautru ne peut que freiner (2-2 à 31'13"). De quoi vexer Pierre Bennett, insaisissable sur l’aile gauche, d’où il repique pour rétablir l’avance phocéenne (2-3 à 32'16").

On pense que le ciel est tombé sur la tête des Gaulois, secoués par un lancer de Joris Cella, sur lequel Veselovsky perd ses appuis et la rondelle, récupérée par Bennett, du regard. Ils ripostent par un réalisme insolent, grâce à Loïs Paroissien, échappé sur la droite, d’où il loge le disque entre les bottes de Bautru (3-3 à 35'16") et un dédoublement de passes remarquable de la doublette slovaque Hanes-Kubovcik (4-3 à 38'35"), sur lequel l’arrière-garde bleue est dépassée. Morgan Pagni, d’abord stoppé par un plongeon adverse, tente de rediriger un palet aérien expédié par Romain Lecoq, en vain ; c’est à nouveau menés d’un but que les Marseillais regagnent le vestiaire.

L’avance aurait même pu être plus large au début du troisième tiers-temps. Vivien Capocci rate une relance, mais Julien Delaunois manque de lucidité au moment de tromper Cyprien Bautru. Si bien qu’après Novotny au deuxième acte, c’est au tour de Luc Tardif de sonner la révolte. L’ancien international reprend le palet à Briand dans la zone neutre pour aller inquiéter Peter Veslovsky en tentant de profiter de l’écran d’un défenseur. Le Slovaque relâche ensuite un tir de Vivien Huerta, sur lequel il finit par se coucher. Quand Robin Garnier vient à son tour le défier de la droite, il ne peut que dévier le palet au-dessus de son épaule, l’objet de toutes les convoitises poursuivant sa trajectoire au fond des filets (4-4 à 45'51").

Galvanisé, Tardif envoie un nouveau missile, bien capté alors que Pagni surveille tout rebond éventuel. Le cinglage de Molmy sur cet attaquant permet au numéro 10 d’accentuer la pression. Les Spartiates paraissent en mesure de prendre les devants et Julien Rives harangue ses troupes. Depuis le coin droit, Bennett alerte Seryy pour une reprise à bout portant bien négociée par Veselovsky, dont les attaquants cherchent leur second souffle.

On voit ainsi Kubovcik et Miyazaki regagner le banc avec lenteur. Le Japonais se démène toutefois pour oublier la fatigue, éviter Lebailly et expédier le palet en force vers une cage gardée par un Bautru demeuré concentré et épargné par un sacrifice de Lecoq devant Delaunois. Deux erreurs auront raison des Gaulois. À la bleue, Arnaud Briand manque un contrôle et voit le disque lui échapper au profit de Nicolas Casini. Le numéro 69 décale son capitaine Novotny sur la droite, pour une tentative repoussée par Peter Veselovsky vers Julien Rives, qui a bien suivi malgré le plongeon d’un défenseur marnais (4-5 à 56'52").

À peine le temps de célébrer ce but que Huerta est puni, sept secondes plus tard. Il faut donc lutter pour préserver cette précieuse avance, que Lohou, de la ligne bleue, tente d’annihiler. Bautru bloque la rondelle et permet aux Marseillais de souffler. Ses partenaires dégagent leur camp, que les Châlonnais tentent de réinvestir rapidement. Mais la longue relance se transforme en dégagement interdit. La mise au jeu, effectuée dans le cercle droit, échappe totalement à Peter Veslovsky, incroyablement surpris, ce qui réduit totalement les quelques espoirs (4-6 à 58'25") finalement tués par Romain Lecoq, assez habile de sa zone pour trouver la cage vide (4-7 à 59'02").

Défiés durant deux périodes par des Gaulois très actifs et réalistes, les Spartiates ont parachevé leur première victoire à l’issue d’un dernier acte bien maîtrisé (4-0). Effondré, Peter Veslovsky reçoit les consolations de partenaires généreux, portés par un premier trio de qualité, mais en manque d’énergie sur la fin.


Châlons-en-Champagne - Marseille 4-7 (1-0, 3-3, 0-4)
Vendredi 17 avril 2015 à 17h00 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 300 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart, Frédéric Massé et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Châlons-en-Champagne 6' (2’, 2’, 2’), Marseille 8' (4’, 2’, 2’).
Tirs : Châlons-en-Champagne 38 (15, 12, 11), Marseille 36 (6, 17, 13).

Évolution du score :
1-0 à 17'32" : Kubovcik assisté de Hanes et Fournon
1-1 à 20'55" : Novotny assisté de Rives
1-2 à 24'29" : Bennett assisté de Lebailly
2-2 à 31'13" : Hanes assisté de Hupka et Delaunois (sup. num.)
2-3 à 32'16" : Bennett assisté de Casini et Garnier
3-3 à 35'16" : Paroissien assisté de Beaupertuis
4-3 à 38'35" : Hanes assisté de Kubovcik et Delaunois
4-4 à 45'51" : Garnier assisté de Bennett et Lebailly
4-5 à 56'52" : Rives assisté de Casini et Novotny
4-6 à 58'25" : Seryy (inf. num.)
4-7 à 59'02" : Lecoq, cage vide

Châlons

Gardien : Peter Veselovsky (sorti de 58'25" à 59'02").

Défenseurs : Tristan Lohou - Peter Hupka ; Martin Beaupertuis - Wilfried Molmy ; Elie Fournon.

Attaquants : David Kubovcik - Marek Hanes (C) - Julien Delaunois ; Ryo Miyazaki - Arnaud Briand - Florent Domaine (A) ; Loïs Paroissien - Melvin Bayen - Alexis Pimpernelle (A).
Remplaçant : Alexis Bachetti (G).

Marseille

Gardien : Cyprien Bautru

Défenseurs : Baptiste Schmittlin (A) - Thomas Lebailly ; Vivien Huerta - Julien Malo ; Joris Cella - Romain Lecoq.

Attaquants : Luc Tardif - Roman Novotný (C) - Julien Rives ; Vivien Capocci - Pierre Bennett - Robin Garnier ; Andrei Seryy – [poste tournant] - Morgan Pagni ; Nicolas Casini, Audrick Alga.

Remplaçants : Pierre Navarro (G), Grégory Trucy, Julien Graziani.