Rouen II - Marseille (carré final de Division 3, 2e journée)

La rencontre entre les vainqueurs du premier jour doit permettre à l’un des deux protagonistes de voir s’entrouvrir les portes de la Division 2.

Conscients de l’importance de prendre un bon départ, les Marseillais démarrent la rencontre par plusieurs charges très appuyées, venues de Tardif et Bennett, réunis sur la première ligne. Mais Romain Lecoq est puni après seulement dix-neuf secondes, obligeant son portier à s’employer très vite face à Maxime Dordet.

Rouen tarde à enchaîner et, au complet, les Spartiates réagissent par Morgan Pagni, avant d’être punis pour un surnombre. Le jeu de puissance normand tarde à se mettre en route : Delbaere manque sa passe et la paire Tardif-Bennett montre à nouveau la voie en gagnant de précieuses secondes, seul un lancer très lointain de Clément Hondier occupant Cyprien Bautru.

En pareille situation suite à une charge trop appuyée de Nesa dans la neutre, les Méridionaux se montrent nettement plus tranchants. Tom Aubrun doit s’employer sur les essais de Tardif, côté gauche, et Bennett, de l’autre aile. La deuxième opportunité, ouverte par un cinglage de Sucré, est la bonne pour l’attaque massive. Luc Tardif part de son camp et transperce la défense haut-normande, la paire Grollier-Hondier étant prise de vitesse (0-1 à 12'15") et Cyprien Bautru glanant une mention d’assistance sur le coup. Puis Morgan Pagni n’est pas loin de profiter d’un oubli de Roman Moreau. À la déconcentration se mêle l’indiscipline, Germain Raimbourg accrochant Roman Novotný, qui se tient le visage. Toutefois, Robin Garnier manque le cadre grand ouvert par une passe de Pierre Bennett, et Vivien Huerta rejoint le Rouennais en prison.

Habile à quatre contre quatre, Rouen se procure sa plus belle occasion peu avant la pause, par Vincent Nesa, dont l’essai heurte le cadre. Le jeu de puissance n’est pas le point fort des Dragons en ce début d’après-midi. Avec pourtant deux hommes de plus, Germain Raimbourg voit Luc Tardif lui griller la politesse, feinter Aubrun et manquer le break de peu. C’est pourquoi le lancer de Clément Hondier à la ligne bleue surprend tout le monde, Bautru compris (1-1 à 26'04").

Voici les Rouennais relancés, et bien plus agressifs dans la foulée de ce but. Alexandre Sucré prend le temps de contrôler une passe précise de Thomas pour contraindre Cyprien Bautru à détourner la rondelle au-dessus de la cage. La mitaine de l’ancien Aubagnais chauffe sur un tir en force de Nesa et un beau mouvement de Dordet a raison de Casini, sans que le centre ne puisse être repris. Au plus fort de la domination rouennaise, Alexandre Sucré est cependant piégé par Roman Novotný, dont l’avancée sur la droite est ponctuée d’un tir précis sous la barre (1-2 à 34'46").

Le CHAR a vite l’occasion de recoller au score. Robin Garnier fait trébucher son adversaire, Monsieur Peyre lève le bras et Aubrun déserte la cage. Clément Hondier hérite du palet face à la cage et l’expédie au ras du poteau gauche. Le jeu de puissance des protégés d’Ari Salo s’apparente à un diesel. La rondelle circule jusqu’à Vincent Nesa, posté à la ligne bleue, pour un tir repoussé par le gant de Bautru. La pression demeure aux abords de la cage, et six secondes après le retour au complet, les Marseillais constatent les dégâts sur une passe de Sucré reprise par Thomas devant la cage. Après un léger flottement, le trio arbitral juge que la rondelle a bien franchi la ligne (2-2 à 37'17").

La deuxième période plus convaincante des jaunes et noirs aurait pu leur permettre de prendre les devants si la passe de Delbaere vers Nesa sur un deux-contre-un avait été plus ajustée. La défense marseillaise, à l’image de Cyprien Bautru, empêtré dans les patins de Romain Lecoq, souffle à la deuxième sirène, peu après avoir concédé deux dégagements interdits.

Mais le défenseur est puni au retour des vestiaires, obligeant les siens à se recroqueviller devant la cage jusqu’à une salve de Clément Hondier, à la suite duquel Schmittlin est à son tour invité à se calmer en prison. Germain Raimbourg lance dans le trafic, occasionnant un surcroît de pression sur une formation marseillaise sortie de cette période sans trop de dégâts. Au retour à forces égales, le jeu transite d’un camp à l’autre, mais les défenses se replient à temps et le rythme redescend peu à peu.

Luc Tardif est de nouveau à la manœuvre, d’un lancer surpuissant bien négocié par Tom Aubrun, qui freine la rondelle du bâton et la capte du gant. Sous la houlette de son homme fort, Marseille reprend des couleurs. Lecoq lance à son tour dans le trafic, puis la tentative de Lebailly est arrêtée avant de pouvoir atteindre la cage ; Nicolas Casini lutte pour s’en emparer mais Aubrun gèle la rondelle.

Les Spartiates sont coupés dans leur élan sur une erreur de Julien Rives à quatre minutes du terme de la partie. Le généreux attaquant passé par Toulon et Avignon s’empare du casque préalablement perdu au centre du glaçon, ce qui soulève les remontrances du corps arbitral. Une faute de Roman Moreau sur Seryy parti en contre rééquilibre les forces une minute plus tard.

Le match bascule quand Vincent Nesa voit le palet lui échapper derrière son but. Pierre Bennett a bien senti le coup et trouve Luc Tardif au centre. Face à la spontanéité de son assaillant, Tom Aubrun ne peut que s’incliner, la rondelle finissant dans sa lucarne (2-3 à 57'29"). Ironie de l’histoire, à trois secondes près la veille, le CHAR avait profité de pareille mésaventure pour venir à bout de Wasquehal. Il ne reviendra pas, malgré une dernière faute de Novotný et la sortie prématurée de son gardien.

Bien regroupés dans leur zone, les Marseillais ne lâchent pas leur précieux avantage. L’explosion de joie au coup de sirène final montre qu’un grand pas a été franchi vers l’objectif affiché en début de saison.


Rouen - Marseille 2-3 (0-1, 2-1, 0-1)
Samedi 18 avril 2015 à 14h30 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 200 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté d’Aurélien Smeeckaert et Samuel Fessier.
Pénalités : Rouen 12' (6’, 4’, 2’), Marseille 20' (6’, 6’, 8’).
Tirs : Rouen 30 (8, 15, 7), Marseille 26 (9, 8, 9).

Évolution du score :
0-1 à 12'15" : Tardif assisté de Bautru (sup. num.)
1-1 à 26'04" : Hondier assisté de Saunier
1-2 à 34'46" : Novotny assisté de Rives
2-2 à 37'17" : Thomas assisté de Sucré
2-3 à 57'29" : Tardif assisté de Bennett


Rouen

Gardien : Tom Aubrun (sorti à 59'20")

Défenseurs : Clément Hondier - Maxence Grollier ; Pierrick Gourre - Alexandre Sucré ; Tony Allouchery.

Attaquants : Jérémy Delbaere - Vincent Nesa (A) - Thomas Saunier ; Julien Thomas - Roman Moreau (C) - Germain Raimbourg (A) ; Maxime Dordet - Valentin Jacques - Alexandre Ferey ; Antoine Alexandra.

Marseille

Gardien : Cyprien Bautru

Défenseurs : Joris Cella - Romain Lecoq ; Vivien Huerta - Julien Malo ; Baptiste Schmittlin (A) - Thomas Lebailly.

Attaquants : Luc Tardif – Pierre Bennett - Robin Garnier ; Nicolas Casini - Roman Novotný (C) - Julien Rives ; Vivien Capocci - Andrei Seryy - Morgan Pagni.

Remplaçants : Pierre Navarro (G), Grégory Trucy, Julien Graziani, Audrick Alga.