Wasquehal - Châlons (carré final de Division 3, 2e journée)

Au lendemain d’une défaite amère au cours de laquelle ils ont perdu leur capitaine, sorti en cours de jeu, les Lions de Wasquehal sont en quête de rachat face aux Gaulois, eux aussi vaincus en ouverture. Le maillot d’Alexis Thomas, touché à la malléole, est d’ailleurs suspendu derrière le banc nordiste, à côté de celui de François Piquet, blessé de longue date. Comment ses partenaires auront-ils digéré cette soirée difficile ?

A priori difficilement, à observer les premiers coups de boutoir des Gaulois. Homme fort des Marnais, David Kubovcik est en effet le principal animateur des premières minutes. Servi par Delaunois face au but, il voit la botte de Fabien Chardon sortir opportunément la rondelle. Dès la mise au jeu, il rend la pareille à son numéro 10, dont la reprise est encore sauvée par le portier adverse, tout comme le lancer frappé de Tristan Lohou, repris par Kubovcik, lui aussi le plus vif au rebond. Toutefois, le partenaire habituel du défenseur passé par Reims, Peter Hupka inaugure la geôle. Sur un palet perdu dans leur zone, les Lions se font peur car Marek Hanes s’en empare et emploie à son tour Chardon, mais ils marquent sur la première action chaude. Excentré à droite, Benjamin N’Guyen n’hésite pas à lancer, avec raison car le palet demeure devant la cage, où Thomas Fauchart est le plus prompt à le glisser au fond des filets (1-0 à 06'28").

Le réalisme est clairement wasquehalien. À une relance manquée de Mencik vers Pimpernelle, qui sans contrôle oblige Chardon à dévier le palet hors de l’aire de jeu, répond un mouvement de Robin Morvan depuis le coin gauche. Le numéro 19 local s’ouvre le chemin d’une cage trouvée d’un lancer à mi-hauteur (2-0 à 07'48").

Une charge sur Anthony Kiffer attire l’attention de plusieurs acteurs, mais le jeu se poursuit et les défenseurs transmettent le palet à Thomas Fauchart, dont le contrôle lui permet de mieux tromper Veselovsky délaissé sur le coup (3-0 à 08'09"). Axel Canaguier poursuit sur la même lancée et initie un débordement sur Alexis Pimpernelle, puni pour obstruction. En supériorité, Jakub Mencik fait sentir la puissance de son lancer, détourné par un Peter Veslovsky ensuite bien épargné par le carré disposé devant lui.

Retrouvant le banni, les Châlonnais relèvent la tête et tentent de mettre du rythme. Sur deux passes manquées, Julien Delaunois semble confondre vitesse et précipitation, mais le palet demeure dans les crosses marnaises. Marek Hanes centre vers David Kubovcik, au forcing gagnant (3-1 à 12'44"). À son tour en supériorité, Tristan Lohou y va d’un nouveau lancer dans le trafic, finalement écarté. Après celle menée par Hanes, la contre-attaque de Miyazaki met encore à mal la défense, soulagée de voir le capitaine slovaque manquer une cage ouverte par une passe de Kubovcik.

On retrouve les inévitables duettistes à la reprise ; cette fois, Marek Hanes prend le temps de fixer Fabien Chardon pour trouver la faille, en vain. Le grand numéro 47 est décidément peu en verve dans le dernier geste, ne pouvant convertir la passe de l’arrière Beaupertuis. Deux fautes successives des Nordistes ne sont pas plus exploitées, la faute à un jeu trop prévisible et des palets perdus à la ligne bleue, Hupka et Delaunois optant en outre pour l’action solitaire. Il faut une relance ratée sur Molmy pour inquiéter Fabien Chardon, auteur d’un arrêt en deux temps.

Wasquehal commet deux nouvelles fautes par Verschaeve, redescendu en défense pour suppléer son capitaine habituel, et Fronty, sans plus de dégât. Tristan Lohou se démène encore de la ligne bleue, tout comme son compère Hupka, Paroissien reprenant la passe de Kubovcik vers un Chardon impeccable. De l’autre côté du glaçon, Veselovsky est peu employé depuis la reprise, à part lorsque Turpin lutte parmi deux défenseurs pour placer le bout de sa crosse. Il s’incline à nouveau, sur un centre de Fauchart, Benjamin N’Guyen devançant son plongeon (4-1 à 36'45").

Cet avantage de trois buts est assez flatteur pour Wasquehal. À l’affût du rebond occasionné par un boulet de canon de Briand, Florent Domaine vient le rappeler une demi-minute plus tard (4-2 à 37'19"). La première ligne des Gaulois tourne très souvent, pour un danger quasi-permanent. C’est encore elle qui riposte à un deux-contre-un wasquehalien. Marek Hanes lance au-dessus puis échoue dans sa quête d’un trou de souris entre Chardon et le poteau.

Son adversaire revenu à deux longueurs, Wasquehal reprend le jeu avec plus d’entrain. Parti en contre, Angielczyk ne trompe pas Veselovsky en visant le haut du but. À droite, le tir du revers de Boschetti manque de puissance, comme celui de Fauchart un peu plus tôt. Un lancer frappé de Verschaeve et une reprise instantanée de Boschetti font chauffer le Slovaque, arrivé d’Amérique du Nord en 2013.

Timide depuis la reprise, David Kubovcik sonne la charge après cinq minutes. Déjoué par Chardon, le remuant attaquant voit ensuite Benjamin Louf se sacrifier devant lui. Pour retarder l’échéance. Le moindre oubli peut être sanctionné immédiatement par le numéro 22, dont la passe millimétrée ouvre la cage à Marek Hanes, enfin en réussite (4-3 à 46'09").

Sentant le souffle de leur concurrent dans le dos, les Lions concèdent ensuite deux dégagements interdits. La situation est tendue, mais Arnaud Briand se rend coupable d’un accrocher, mis à profit par Maxime Boschetti pour dribbler un adversaire et lancer. Le caoutchouc repoussé par Veselovsky devant la cage où Grégory Dubois presse, arrive sur Axel Canaguier (5-3 à 50'09").

Ce cinquième but est de trop pour les Gaulois, défiés ensuite par Kiffer. Perdant momentanément Benjamin Louf, puni pour faire-trébucher, Wasquehal ne laisse que peu d’espaces aux Champardenais. Seul Peter Hupka parvient à déjouer le rideau défensif, d’un tir dans le trafic écarté par le gant de Fabien Chardon.

Elie Fournon réclame aux nombreux supporters venus de la préfecture de la Marne un surcroît d’encouragements. S’il est écouté, le temps-mort et la sortie prématurée de son dernier rempart ne sont pas suivis d’effets. Dans la cage désertée, Maxime Boschetti donne un peu plus d’ampleur à cette victoire de l’espoir (6-3 à 59'33"). Après Marseille, Wasquehal aura donc eu raison de Châlonnais légitimement déçus, pour préserver ses chances de montée.



Wasquehal – Châlons 6-3 (3-1, 1-1, 2-1)
Samedi 18 avril 2015 à 18h00 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 350 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart assisté de Frédéric Massé et Louis Fleury.
Pénalités : Wasquehal 12' (2’, 8’, 2’), Châlons 16' (2’+10’, 2’, 2’).
Tirs : Wasquehal 32 (12, 8, 12), Châlons 48 (19, 17, 12).

Évolution du score :
1-0 à 06'28" : Fauchart assisté de N’Guyen et Dubois (sup. num.)
2-0 à 07'48" : Morvan assisté de Boschetti et Verschaeve
3-0 à 08'09" : Fauchart assisté de Fronty et Dubois
3-1 à 12'44" : Kubovcik assisté de Delaunois et Hanes
4-1 à 36'45" : N’Guyen assisté de Kiffer et Fauchart
4-2 à 37'19" : Domaine assisté de Miyazaki et Briand
4-3 à 46'09" : Hanes assisté de Kubovcik et Delaunois
5-3 à 50'09" : Canaguier assisté de Dubois et Boschetti (sup. num.)
6-3 à 59'33" : Boschetti (cage vide)


Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Sébastien Fronty ; Albin Terrenoire - Jakub Mencik ; Thibault Verschaeve - Benjamin Louf.

Attaquants : Anthony Kiffer - Benjamin N’Guyen - Thomas Fauchart (A) ; Simon Angielczyk - Benjamin Lejeune - Benjamin Turpin ; Robin Morvan - Maxime Boschetti (C) - Axel Canaguier.

Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Nicolas Hamoudi.

Châlons

Gardien : Peter Veselovsky (sorti de 58'52" à 59'33").

Défenseurs : Tristan Lohou - Peter Hupka ; Martin Beaupertuis - Wilfried Molmy ; Elie Fournon.

Attaquants : David Kubovcik - Marek Hanes (C) - Julien Delaunois ; Ryo Miyazaki - Arnaud Briand - Florent Domaine (A) ; Loïs Paroissien - Melvin Bayen - Alexis Pimpernelle (A).

Remplaçants : Alexis Bachetti (G), Nathan Dutat.