Wasquehal - Marseille (carré final de Division 3, 3e journée)

À un horaire inhabituel, la dernière journée du carré final s’ouvre comme le samedi par l’affrontement des deux formations ayant gagné la veille. Au moins une place en Division 2 se joue, voire deux si un sursaut châlonnais épargne les observateurs de calculs savants. Un point commun relie les équipes : elles ont toutes deux perdu un joueur au cours du tournoi, car Robin Garnier est comme Alexis Thomas contraint au forfait pour cause de blessure à la malléole.

Les Spartiates sont bousculés dès le coup d’envoi par des Lions très entreprenants. Thomas Fauchart déborde Romain Lecoq pour la première intervention de Bautru, et un coup de sifflet sanctionne Lebailly après moins de deux minutes pour une obstruction sur Canaguier. Ce dernier se montre très actif sur le jeu de puissance et trouve une mitaine sécurisante sur son passage. Cyprien Bautru est encore à l’œuvre sur un slap de Mencik, qu’il détourne de la plaque, et une percée de Fauchart. Wasquehal remporte plusieurs mises au jeu et pousse, mais cherche son second souffle, concédant deux dégagements interdits. Luc Tardif se met alors en marche, récupère le palet dans la neutre, accélère à droite et lance haut vers Chardon.

La réaction des Nordistes ne tarde pas : à droite, Grégory Dubois attend l’arrivée de Boschetti, dont l’essai perturbe le portier, obligé de le relâcher. Le Nantais d’origine retrouve ses bonnes dispositions en bloquant le tir de Turpin, avant que Canaguier ne trouve, du revers, la barre transversale.

Dans la continuité de cette frayeur, Wasquehal poursuit son travail de harcèlement dans la zone, où Benjamin Louf est puni pour obstruction. Appliqués, les hommes de Frédéric Nilly empêchent leurs visiteurs de lancer pendant ces deux minutes, et se montrent mêmes les plus dangereux. Échappé sur la droite, Axel Canaguier parvient à trouver Maxime Boschetti au centre ; le tir en force du néo-capitaine est bien capté par Bautru. Ce dernier est ensuite défié par Thomas Fauchart, repris fautivement par le capitaine Novotný. Le tir de pénalité subséquent est transformé avec calme par le numéro 18, à mi-hauteur sur le côté droit du but (1-0 à 10'07"). Insaisissable sur l’aile gauche, Axel Canaguier prend la défense de vitesse dans la même minute pour doubler la mise dans un angle restreint (2-0 à 10'36").

Bien lancés, les Lions subissent la riposte marseillaise, venue d’un « ancien » de la maison. Au contraire de son compère Nikita Smirnov, Andrei Seryy n’avait pu fouler la glace de Serge-Charles lors de son arrivée en France en 2011. Il semble revanchard en ce dimanche et sème le trouble sur la gauche, d’où le Russe oppose un tir croisé difficile pour Fabien Chardon, impeccable ensuite sur deux accélérations de Luc Tardif, toutes deux effectuées sur la droite et ponctuées de lancers puissants à ras glace.

Wasquehal bénéficie d’occasions plus franches lorsque Julio Malo trébuche et laisse le champ libre à Benjamin Lejeune, qui oblige Bautru à détourner le palet au-dessus du but, et quand Axel Canaguier subtilise le palet au défenseur pour l’expédier sur le poteau. Sanctionnés pour un surnombre, les Lions subissent un quatrième lancer de Tardif, bien bloqué, et une salve de Novotný, mais terminent le premier tiers-temps plus fort. En pressant la cage, Benjamin Lejeune passe près de profiter d’un rebond consécutif au tir de Sébastien Fronty. Un autre surnombre, sifflé cette fois à l’encontre de Spartiates très mécontents, les expose un peu plus. Maxime Boschetti redirige le lancer de Dubois au ras du cadre puis ouvre sur Canaguier, déjoué par un Bautru bien placé.

À la reprise, le MHC est piqué au vif. Luc Tardif charge Lejeune contre la balustrade, Pierre Bennett adresse un lancer croisé en hauteur dévié de la plaque et Andrei Seryy, marqué par Verschaeve, tente de surprendre Chardon, sauvé par sa barre transversale. Le gardien ne doit qu’à sa vigilance les échecs de Lebailly et Novotný à l’affût du rebond. Albin Terrenoire en prison, Roman Novotný poursuit sa montée en puissance. Discret en début de rencontre, le capitaine tchèque arme un lancer de la ligne bleue, relâché par Chardon sur Julien Rives, dont la reprise manque de puissance. S’il frôle la correctionnelle sur un contre de N’Guyen aux dépens de Luc Tardif, Marseille doit attendre le retour à cinq pour réduire l’écart. Nicolas Casini contrôle le palet et expédie un bon lancer croisé millimétré (2-1 à 27'40").

Leur adversaire remis en selle, les Lions tremblent en voyant leur dernier rempart étendu sur la glace après un choc avec Vivien Huerta. Touché à l’épaule, Fabien Chardon est soigné plusieurs minutes alors que Pierre Bennett, sanctionné dans la mêlée, est invité à gagner le banc des pénalités. Une minute plus tard Luc Tardif le rejoint pour une charge très appuyée dans le dos de Canaguier. Les discussions s’éternisant, le grand numéro 10 en profite pour demeurer sur le glaçon et distiller plusieurs conseils à ses partenaires. Frédéric Nilly est quant à lui excédé par la décision concomitante du trio arbitral de sanctionner son banc pour retard de jeu. Ses joueurs se chargent de lui rendre le sourire sur la séquence à 4 contre 3. Grégory Dubois expédie un missile, repris également en force par Benjamin Turpin (3-1 à 30'24").

Le jeu reprend avec quatre éléments de chaque côté, et une contre-attaque menée par Boschetti, dont la passe file hors de portée de Canaguier. Du possible 4-1 on passe à 3-2 dans la minute suivante, moment choisi par Julien Malo pour envoyer un palet flottant vers la cage, dévié opportunément par Andrei Seryy (3-2 à 31'50").

Le match s’affole un peu plus vingt secondes plus tard car Vivien Capocci est sanctionné pour crosse haute (2’+2’). Depuis la droite, Benjamin Turpin cherche le doublé, retardé par une intervention du bâton de Cyprien Bautru. Les quatre minutes sont effacées sans autre péripétie, jusqu’à une faute étonnante d’Andrei Seryy, qui saute de façon inexplicable sur Benjamin Louf derrière le but wasquehalien. La cage méridionale est prise d’assaut. Benjamin N’Guyen centre vers son ancien équipier dunkerquois Boschetti, pour une reprise écartée de façon spectaculaire de la botte.

Encore débordé, comme Malo, par Fauchart, Marseille a l’occasion en début de troisième tiers-temps de revenir suite à une obstruction de son ancien joueur Benjamin Louf sur Morgan Pagni, positionné devant la cage. Roman Novotný emploie Chardon, qui rassure tout le monde en opposant le bras, ainsi que la mitaine à Pagni, isolé par Julien Rives. La pénalité tuée, Axel Canaguier fait profiter l’assistance d’un slalom entre trois adversaires, qu’il ne peut conclure victorieusement car arrivé en bout de course. Qu’importe, Robin Morvan suit, pour son troisième filet en autant de journées (4-2 à 44'12").

Les Lions poursuivent le forcing sur une défense montrant des signes de fatigue, encore défiée par Boschetti, dont l’accélération ne surprend pas Bautru. Mais Andrei Seryy se montre également déterminé, luttant dans le slot pour loger le palet sous la barre (4-3 à 48'04"). Dans la minute suivante, les explications entre Kiffer et Schmittlin privent chaque camp d’un élément. À ce jeu, Pierre Bennett parvient à trouver l’espace suffisant pour se démarquer à gauche, recevoir la passe de Huerta et défier Fabien Chardon, solide. L’ancien Caennais remet le couvert rapidement, le rebond de son lancer arrivant sur Roman Novotný, lui aussi impuissant.

À l’affût entre les cercles, Benjamin Turpin pense soulager les Lions, mais Bautru lui oppose un sauvetage important pour laisser les Spartiates à l’affût dans les dernières minutes. À condition de rester disciplinés. Une charge avec la crosse de Romain Lecoq plombe les velléités phocéennes avec environ trois minutes à jouer. Benjamin Louf entend sceller le sort de ses anciennes couleurs, d’un tir en force, cependant il lui faut s’attacher au repli défensif sur Thomas Lebailly, dont la contre-attaque est enrayée par un plongeon de son homologue défenseur. D’un geste similaire, Bautru stoppe le raid de Canaguier, voyant ensuite la pression s’accentuer devant sa cage. Le temps mort demandé par les joueurs des Boûches-du-Rhône ne leur permettra pas de revenir, ni même de porter le danger dans le camp nordiste. Comme Andrei Seryy, sanctionné à deux secondes du terme pour méconduite et très remonté à l’égard des arbitres, ils gardent un sentiment amer de leur dernière rencontre du week-end.

À l’issue d’une partie bien abordée et à force de discipline, Wasquehal empoche sa deuxième victoire pour rattraper Marseille : 6 points, 13 buts marqués et 10 buts encaissés chacun ! Les Lions espèrent ne pas voir Rouen l’emporter à l’issue des soixante minutes pour gagner leur premier titre de champion de France de Division 3.


Wasquehal – Marseille 4-3 (2-0, 1-2, 1-1)
Dimanche 19 avril 2015 à 12h30 à la patinoire Serge-Charles de Wasquehal. 350 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté d’Aurélien Smeeckaert et Louis Fleury.
Pénalités : Wasquehal 12' (4’, 4’, 4’), Marseille 28' (4’, 8’, 6’+10’).
Tirs : Wasquehal 42 (16, 11, 15), Marseille 34 (12, 10, 12).

Évolution du score :
1-0 à 10'07" : Fauchart, tir de pénalité (inf. num.)
2-0 à 10'36" : Canaguier assisté de Boschetti et Verschaeve
2-1 à 27'40" : Casini
3-1 à 30'24" : Turpin assisté de Dubois (sup. num.)
3-2 à 31'50" : Seryy assisté de Kieffer et Fauchart
4-2 à 44'12" : Morvan assisté de Canaguier et Dubois
4-3 à 48'04" : Seryy assisté de - et Bennett


Wasquehal

Gardien : Fabien Chardon

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Sébastien Fronty ; Albin Terrenoire - Jakub Mencik ; Thibault Verschaeve - Benjamin Louf.

Attaquants : Anthony Kiffer - Benjamin N’Guyen - Thomas Fauchart (A) ; Simon Angielczyk - Benjamin Lejeune - Benjamin Turpin ; Robin Morvan - Maxime Boschetti (C) - Axel Canaguier.

Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Nicolas Hamoudi.

Marseille

Gardien : Cyprien Bautru

Défenseurs : Joris Cella - Romain Lecoq ; Vivien Huerta - Julien Malo ; Baptiste Schmittlin (A) - Thomas Lebailly.

Attaquants : Audrick Alga - Pierre Bennett - Luc Tardif ; Nicolas Casini - Roman Novotný (C) - Julien Rives ; Vivien Capocci - Andrei Seryy – Morgan Pagni.

Remplaçants : Pierre Navarro (G), Grégory Trucy, Julien Graziani.