Rouen II - Châlons (carré final de Division 3, 3e journée)

Le succès de Wasquehal en début d‘après-midi contraint les Dragons à l’emporter à l’issue des trois périodes pour viser l’une des deux premières places synonymes de montée.

Châlons, le spécialiste du suspense

De l’aile gauche, Vincent Nesa lance parfaitement la rencontre, d’un lancer sur lequel Veselovsky parait surpris (1-0 à 00'29"). Encouragés par de fidèles partisans renforcés ce jour par quelques Wasquehaliens et Marseillais, les Gaulois ripostent par leur capitaine Hanes, dans la même position, pour une issue différente à cause d’une mitaine sûre.

Une crosse haute de Grollier sur Kubovcik, touché au poignet, ouvre la voie au premier jeu de puissance châlonnais. Le trio arbitral s’enquiert de l’état de santé du Slovaque avant de confirmer, malgré la désapprobation du public, que le fautif ne restera au maximum que deux minutes à l’écart des débats. Tristant Lohou pense profiter de la présence d’un partenaire devant la cage pour tromper Aubrun, vigilant. Il recommence dans la foulée, avec succès car Pierrick Gourre prend son gardien à contre-pied (1-1 à 05'44"). Un bon lancer de Miyazaki suit, mais Rouen riposte par un gros travail de Jacques et un tir puissant d’Allouchery.

En infériorité, Hupka redouble d’efforts pour soulager son compatriote de portier surtout défié au retour à cinq. Percuté derrière la cage, Veselovsky en perd son masque, ce qui ne l’empêche pas de regagner son but avant même le coup de sifflet. Il n’hésite pas à plonger aux devants de Thomas par la suite…

Son vis-à-vis subit plusieurs contre-attaques, le jeu rouennais étant alors porté en zone offensive. Ainsi, un tir de Sucré est récupéré par Kubovcik, parti avec Hanes défier le jeune gardien, auteur d’une parade à la renverse (12'13"). Briand, en force, et Delaunois échouent à leur tour devant le dernier rempart d’une défense dépassée par un jeu rapide Hupka-Kubovcik-Delaunois. Sa seule fausse note vient d’une rondelle dégagée directement en tribune, faute annihilée par un accrocher de Delaunois dans la neutre, plus qu’un palet relâché devant Kubovcik. Le CHAR ne parvient à s’approcher de Peter Veselovsky que sur un contre de Julien Thomas, empêché par Martin Beaupertuis d’arriver jusqu’à la cage. L’attaquant normand obtient une seconde chance car un tir de pénalité lui est accordé. L’occasion de voir le cerbère préserver l’égalité du gant (19'46").

Veselovsky perd à nouveau son casque à la reprise, dans la cohue consécutive à un lancer ras glace d’Allouchery. Son vis-à-vis ternit sa prestation sur un palet envoyé au fond et mal négocié, dont David Kubovcik s’empare (1-2 à 21'54"). L’avantage ne dure pas car de la ligne bleue Jérémy Delbaere met le feu. Une pénalité est annoncée au moment où Alexandre Ferey rétablit la parité (2-2 à 23'23").

Châlons subit le jeu mais contre-attaque de façon souvent létale : Grollier est surpris par un rebond contre la bande, Hanes en profite mais Aubrun plonge avec à-propos. Sur la mise au jeu qui suit, Miyazaki donne en retrait à Davoine, qui lance sur le poteau. La vitesse du Japonais fait flancher une arrière-garde prise à revers par une longue passe vers Julien Delaunois, dont l’essai est repoussé sur Kubovcik, maladroit sur le coup.

Les Gaulois sont punis dans la continuité… et en profitent pour continuer à contre-attaquer. Hanes lutte pour employer Aubrun, puis profite d’un nouveau raté défensif (2-3 à 32'53"), avant d’être privé du doublé par un retour de Moreau. Momentanément car un tir de Molmy plus loin, le capitaine servi de près par ses deux compères creuse l’écart (2-4 à 35'23").

Loin du jeu développé lors de leur première sortie, les Dragons sont comme lors d’une partie du match de la veille méconnaissables. Les erreurs de placement et de transmissions se succèdent, la vitesse des attaquants châlonnais semblant une équation insoluble. La supériorité consécutive à une obstruction de Veselovsky n’est pas mise à profit, ce qui tranche avec la facilité affichée par David Kubovcik. Le numéro 22 subtilise le palet à Roman Moreau avant d’être à son tour stoppé illégalement. Son tir de pénalité échoue sur la botte de Tom Aubrun (39'56") mais à la reprise il efface deux joueurs et permet à Julien Delaunois, arrivé en soutien, d’ajuster l’ultime rempart à ras glace (2-5 à 42'25").

En grande difficulté, les Dragons ne donnent guère de raisons d’espérer à leurs quelques suiveurs. Le lancer haut de Maxence Grollier gêne pourtant Veselovsky, pris à défaut par une déviation de Nesa sur le tir de Clément Hondier (3-5 à 44'07"). Désormais, Ryo Miyazaki souffre alors que Hanes et Delaunois n’ont plus la facilité affichée jusque-là. Rouen enchaîne et Tony Allouchery vient apporter le soutien à Alexandre Sucré, dont il reprend la passe avec puissance et précision (4-5 à 49'08").

Peter Veselovsky calme un temps les ardeurs de Moreau, à la réception d’une passe de l’arrière du but. Wilfried Molmy a beau opposer un deuxième lancer aux onze alignés par ses adversaires depuis le début du tiers, il est vite rappelé à ses tâches défensives. Arnaud Briand cingle  Vincent Nesa, permettant au jeu de puissance de se déployer, jusqu’à l’arrivée de Germain Raimbourg pour reprendre victorieusement la passe de Moreau vers le deuxième poteau (5-5 à 56'22").

Les vagues haut-normandes se succèdent sur une formation champardenaise éprouvée. Vincent Nesa soigne ses statistiques d’un centre précis pour Alexandre Sucré (6-5 à 56'49"). Improbable quelques minutes auparavant, ce retournement de situation cause une (provisoire) égalité entre les trois formations à six points, dont deux sont au bord de la glace en observateur.

Un ultime espoir demeure pour les Gaulois car Germain Raimbourg est exclu pour avoir violemment heurté Martin Beaupertuis devant le banc (58'13"). Marek Hanes donne l’impression de manquer la dernière opportunité, échouée dans les bottes de Tom Aubrun. Personne, à part peut-être les hommes d’Ari Salo, ne pourra toutefois reprocher au Slovaque de manquer de conviction. Posté derrière le but alors que les dernières secondes s’égrènent, il parvient à redresser la situation et devancer le déplacement d’Aubrun, alors que le chronomètre annonce qu’il reste 0,3 secondes (6-6 à 59'59") !!!

L’explosion de joie est surtout marquée sur le bord de la glace. Derrière la table de marque, les Lions se congratulent, célébrant le titre qui s’ouvre à eux. Devant leur vestiaire, les Marseillais communient avec leurs supporters. Côté châlonnais, la réaction est contrastée, tant la victoire paraissait en bonne voie. Dernier clin d’œil d’un carré final acharné et spectaculaire, qui se terminera en prolongation.

À ce jeu, démarré en avantage numérique, les Gaulois sont les principaux animateurs, par Hanes et Lohou, à la recherche de la lucarne. L’accélération de Molmy est suivie par Miyazaki, frustré pour la dernière fois. Revenu à quatre, le CHAR termine le week-end sur une note positive. Hondier et Nesa trouvent les ressources pour ouvrir la cage à Jérémy Delbaere (7-6 à 67'06"), réussite synonyme de deuxième victoire en trois matchs, toutefois dérisoire.

Auteur de 26 points et composé des trois meilleurs pointeurs du carré final, le trio Kubovcik-Hanes-Delaunois aura animé les trois jours passés dans le Nord. Cela ne fut pas suffisant pour une équipe très spectaculaire, mais qui aura encaissé 10 de ses 20 buts dans la dernière période de chaque rencontre, ne ripostant qu’à trois maigres reprises.


Rouen - Châlons 7-6 (1-1, 1-3, 4-2, 1-0)
Dimanche 19 avril 2015 à 16h00 à la patinoire Serge Charles de Wasquehal. 300 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart assisté de Frédéric Massé et Samuel Fessier.
Pénalités : Rouen 39' (4’, 10’, 5’+20’, 0’), Châlons 12' (4’, 6’, 2’, 0’).
Tirs : Rouen 43 (13, 10, 17, 3), Châlons 44 (12, 19, 4, 9).

Évolution du score :
1-0 à 00'29" : Delbaere assisté de Hondier
1-1 à 05'44" : Lohou assisté de Kubovcik et Hanes (sup. num.)
1-2 à 21'54" : Kubovcik
2-2 à 23'23" : Ferey assisté de Delbaere et Moreau
2-3 à 32'53" : Hanes assisté de Delaunois (inf. num.)
2-4 à 35'23" : Hanes assisté de Kubovcik et Delaunois
2-5 à 42'25" : Delaunois assisté de Kubovcik et Lohou
3-5 à 44'07" : Nesa assisté de Hondier et Sucré
4-5 à 49'08" : Allouchery assisté de Sucré
5-5 à 56'22" : Raimbourg assisté de Hondier et Thomas (sup. num.)
6-5 à 56'49" : Sucré assisté de Nesa et Allouchery
6-6 à 59'59" : Hanes assisté de Kubovcik et Delaunois (sup. num.)
7-6 à 67'06" : Delbaere assisté de Hondier et Nesa


Rouen

Gardien : Tom Aubrun

Défenseurs : Clément Hondier - Maxence Grollier ; Pierrick Gourre - Alexandre Sucré ; Tony Allouchery.

Attaquants : Jérémy Delbaere - Vincent Nesa (A) - Thomas Saunier ; Julien Thomas - Roman Moreau (C) - Germain Raimbourg (A) ; Maxime Dordet - Valentin Jacques - Alexandre Ferey ; Antoine Alexandra.

Châlons

Gardien : Peter Veselovsky.

Défenseurs : Tristant Lohou - Peter Hupka ; Martin Beaupertuis - Wilfried Molmy ; Elie Fournon.

Attaquants : David Kubovcik - Marek Hanes (C) - Julien Delaunois ; Ryo Miyazaki - Arnaud Briand - Florent Domaine (A) ; Loïs Paroissien - Melvin Bayen - Alexis Pimpernelle (A).

Remplaçants : Alexis Bachetti (G), Nathan Dutat.