La Suède surclasse la Russie... avant de se faire surclasser !

La préparation monte d'un ton à une semaine du Championnat du monde de Prague avec notamment l'arrivée des renforts NHL.

DANIELSSON Nicklas 140515 338Cela dit, l'apport des renforts de la Ligue Nationale est tout de même assez léger pour des Russes qui évoluent à domicile. Le gardien Anton Khudobin (Caroline), le défenseur Dmitri Kulikov (Floride) et l'attaquant Artyom Anisimov (Columbus) sont les seuls NHLers présents pour le moment. On peut toutefois rajouter le jeune Valeri Nichushkin qui a connu une dernière saison difficile à cause des blessures mais, malgré seulement 13 parties disputées cette saison, Oleg Znarok avoue le trouver plus mature et souhaite lui donner une chance.

Alors que Sergei Bobrovski n'a pas encore été incorporé dans l'effectif - il sera aligné ce samedi - l'encadrement russe espère voir arriver Evgeni Malkin - fantomatique avec des Penguins déjà éliminés - et Pavel Datsyuk - toujours occupé dans une lutte serrée face à Tampa Bay.

Dans le clan suédois par contre, c'est une profusion de joueurs NHL avec dix représentants. À sa liste, Pär Mårts a rajouté Loui Eriksson - joueur de confiance puisqu'il s'agira de son cinquième Mondial - ainsi que les finalistes de la Coupe Gagarine : Jimmie Ericsson (SKA St.Pétersbourg), Oscar Möller et Anders Nilsson (Ak Bars). Indétrônable lors du Mondial à Minsk il y a un an, Nilsson a réalisé une saison exceptionnelle en KHL et sera en concurrence avec Jhonas Enroth cette année. Le gardien de Dallas, rempart du sacre mondial en 2013, a donc tout intérêt à se mettre en évidence pour son premier match de la saison avec la Suède à Mytischi. 

Même à domicile, la Russie se fait surprendre. Après seulement 1'25" de jeu, Elias Lindholm bat son coéquipier de club Khudobin ! Le calvaire ne fait que de commencer. Après un superbe travail d'Anton Lander qui se retrouve par deux fois à terre mais récupère à chaque fois le palet, le néo-Lausannois Nicklas Danielsson double la mise devant le demi-cercle de Khudobin. C'est ensuite Oliver Ekman-Larsson qui enfonce le clou pour le 3-0. Enfin, à deux minutes de la première pause, André Petersson marque de loin, c'est 4-0 !

Et on en est même à 5-0 en début de deuxième période ! Anton Lander et Nicklas Danielsson partent en 2 contre 1 mais Lander la joue seul et loge la rondelle pleine lucarne. L'addition devient sacrément salée et la Russie, jusque-là surclassée, se doit de réagir devant son public consterné. 1'21" après le cinquième pion de la Tre Kronor, Sergei Plotnikov ouvre (enfin) la marque pour la Sbornaïa. Dans ce tiers médian, les Russes auront tout de même secoué leurs adversaires puisqu'ils auront comptabilisé 22 lancers.

Mis au placard sous l'ère Bilyaletdinov, Sergei Mozyakin, le meilleur joueur de l'ère KHL, réalise un doublé. Et à un quart d'heure de la fin, la ligne Mozyakin - Popov - Nichushkin, tranchante durant ce match, s'illustre une nouvelle fois, Popov permettant à la Russie de revenir d'un but ! Enroth a donc finalement subi le même sort que Khudobin ! Malgré l'incroyable scénario de ce match, le retournement de situation ne se produira pas malgré deux derniers jeux de puissance à l'avantage des hommes de Znarok.

La Suède s'impose donc 5-4 dans un match où la rigueur défensive et l'imperméabilité des gardiens n'ont pas été forcément au rendez-vous avec deux équipes qui ont dominé chaque moitié de la rencontre. La mise au point aura lieu ce samedi, toujours à Mytischi.


Russie - Suède 4-5 (0-4, 2-1, 2-0).
Vendredi 24 avril 2015 à l'Arena Mytischi. 10300 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Robin Šír (TCH) assistés de Viktor Birin et Aleksei Medvedev (RUS).
Pénalités : Russie 6' (2', 0', 4'), Suède 10' (2',4', 4').
Tirs : Russie 38 (4, 22, 12), Suède (11, 5, 5).

Évolution du score :
0-1 à 01'25" : Lindholm assisté de Klefbom 
0-2 à 08'44" : Danielsson assisté de Lander et Rahimi
0-3 à 13'27" : Ekman-Larsson assisté de Lindström
0-4 à 18'05" : Petersson assisté de Johansson
0-5 à 26'19" : Lander assisté de Lindström et Klefbom
1-5 à 27'40" : Plotnikov assisté de Averin et Apalkov
2-5 à 36'55" : Mozyakin assisté de Popov et Nichushkin
3-5 à 42'49" : Mozyakin assisté de Kulikov et Nichushkin
4-5 à 45'55" : Popov assisté de Mozyakin et Blazhievsky


Russie

Attaquants :
Egor Averin (+1) - Daniil Apalkov (+1) - Sergei Plotnikov (A, 2')
Sergei Mozyakin - Aleksandr Popov (C, -1) - Valeri Nichushkin (2')
Anton Slepyshev (-1) - Andrei Loktionov (-1) - Denis Kokarev (A, -1)
Anton Burdasov - Aleksandr Burmistrov - Viktor Tikhonov
Sergei Shirokov

Défenseurs :
Egor Yakovlev - Mikhaïl Grigoriev (2') 
Victor Antipin (-1) - Dmitri Kulikov
Andrei Zubarev (-2) - Andrei Mironov (-3) 
Roman Rukavishnikov - Artem Blazhievsky

Gardien :
Anton Khudobin [sorti de 58'49" à 59'11" puis à 59'24"]

Remplaçant : Albert Yurallin (G).

Suède

Attaquants :
Simon Hjalmarsson - Mattias Sjögren - André Petersson (+1)
Marcus Sörensen (+1) - Victor Rask (+1) - Elias Lindholm (+1)
Joakim Lindström (+3) - Anton Lander (+3, 2') - Nicklas Danielsson (+2, 2')
Jacob Josefsson - Joel Lundqvist (A) - Andreas Thuresson
Martin Johansson (+1)

Défenseurs :
Staffan Kronwall (C) - John Klingberg
Oliver Ekman-Larsson (+1) - Oscar Klefbom (+3)
Daniel Rahimi (A, +3, 4') - Jonas Ahnelöv (+2)
Johan Fransson (+1) - Niclas Andersén

Gardien :
Jhonas Enroth

Remplaçant : Joel Lassinatti (G).