Finlande - Suisse (demi-finale du Mondial U18)

C'est la demi-finale que personne n'attendait vraiment. Après avoir gagné ses quatre premiers matchs, la Russie paraissait sous contrôle, mais s'est heurtée au pays organisateur. La Suisse a sorti un match incroyable en quarts de finale, remporté 5-0, et s'offre une chance de jouer pour une médaille.

En face, la Finlande, plus habituée du carré final, portée par l'attaquant Patrik Laine, quatrième compteur du tournoi avec 6 buts et 3 assists. Mieux, le défenseur Vili Saarijärvi mène les arrières avec 3 buts et 6 assists. La Finlande s'est appuyée sur sa traditionnelle force défensive pour maîtriser la Slovaquie en quarts, 3-0. Le portier Veini Vehviläinen mène tous les gardiens du tournoi avec 1,20 buts encaissés par match et 95,65% d'arrêts. Malgré tout, la Finlande cherche sa première finale depuis 2006.

La Suisse ne lâche rien

Le public local est bien évidemment chaud bouillant pour cette demi-finale... mais la foule s'éteint un peu après 1'15" de jeu lorsque la Finlande ouvre la marque. L'inévitable prodige Puljujärvi déborde à droite et centre fort devant la cage, où traîne Saarela. Le disque finit au fond des filets (1-0).

La Suisse réagit par Auguste Impose, double buteur en quarts. Il sert Damien Riat qui, de près, ne trouve pas la faille. Ce n'est que partie remise puisque Siegenthaler lance à la cage depuis le point d'appui. Le palet traîne devant Vehviläinen et Damien Riat se montre le plus rapide pour s'emparer du rebond (1-1).

La Finlande conserve cependant la maîtrise du jeu. Confisquant le palet, les Nordiques font étalage de leur vitesse de déplacement et de leur qualité de conservation du puck. Les tirs pleuvent sur la cage de Joren van Pottelberghe, mais ils sont lointains ou extérieurs. La défense effectue un bon travail pour contenir les attaquants adverses, et octroyer quelques banderilles en contre, par Malgin, Impose ou encore Holdener.

La Suisse desserre l'étau quelque peu au fil des minutes et prend confiance offensivement, s'installant plus longuement dans la zone finlandaise. En harcelant le porteur du palet, les Helvètes privent leur adversaire de solutions. À trois minutes de la pause, cette bonne période des locaux paie. Le public explose lorsqu'un bon échec-avant provoque une perte de palet d'un défenseur nordique. Suleski récupère le disque à la bleue, s'avance et trouve la faille (1-2).

Sonnés, les blancs s'en remettent à Puljujärvi et Laine, les deux seuls hommes dangereux dans leurs rangs. La défense rouge se sacrifie au contre, mais cela ne suffit pas. Un palet contré finit dans le coin, où Saarela est le plus rapide pour s'en saisir. Il centre immédiatement poteau opposé pour Patrik Laine, complètement oublié par la défense. Cela ne pardonne pas (2-2).

Des défenses attentives 

Le deuxième tiers débute avec un bon tir masqué de Puljujärvi. Puis, Miranda concède deux minutes pour crosse haute et le jeu de puissance s'installe. Riat travaille fort pour dégager son camp, van Pottelberghe se chargeant du reste. À quelques secondes du retour de Miranda, Saarela accroche son opposant sur une mise au jeu gagnée et la supériorité change bientôt de camp. Malgin mène le jeu, s'infiltre et centre fort devant la cage. Le palet rentre, mais accompagné par le gardien et un attaquant. Le but est logiquement refusé, Hischier ayant percuté Vehviläinen. Malgin continue son festival sur la présence suivante en démarrant depuis son camp et en éliminant plusieurs adversaires avant de décocher un bon tir au cercle. Riat enchaîne avec deux tirs, puis une passe au deuxième poteau que Marchon ne parvient pas à déposer derrière un Vehviläinen ultra-rapide dans son déplacement. Le jeu de puissance ne marque pas, non sans s'être créé plusieurs occasions franches. Au retour à cinq contre cinq, Malgin slalome encore et son lancer en hauteur trouve la plaque du portier finlandais.

La Suisse profite de ce temps fort pour continuer à bombarder Vehviläinen. Après un arrêt à bout portant de van Pottelberghe sur Björkqvist, les Helvètes attaquent en nombre et Malgin puis Siegenthaler portent le danger. Les Rouges mettent la pression, avec un nouvel essai de Riat. En face, la Finlande ne paraît disposer que de deux armes, Laine et Puljujärvi, dangereux à chaque présence.

La partie se ferme dans les dernières minutes du tiers. Les deux défenses ne laissent plus rien passer. À deux minutes de la pause, Puljujärvi met encore la défense au supplice. Saarela le relaie et Siegenthaler le met au sol. Cela n'échappe pas aux arbitres. Pire pour la Suisse, Thürkauf, autre homme clé en infériorité, se rend coupable d'une faute dans la neutre. La Finlande évolue donc à 5 contre 3 pour finir le tiers. Les défenseurs bataillent au maximum et contrent un tir de Laine, puis provoquent une faute de Palmu en s'emparant d'un rebond. Le Finlandais sort pour accrochage et le public respire. Le tiers s'achève sans aucun but.

Un final complètement fou

Au retour des vestiaires, la Suisse a un avantage numérique de moins d'une minute, mais aucune action dangereuse n'a le temps de se produire. Le jeu devient ensuite plus physique, avec quelques contacts appuyés. Patrik Laine, impressionnant dans ce match, efface encore ses défenseurs. Fuchs n'a d'autre choix que de l'accrocher et la Suisse doit encore défendre à quatre. Une action controversée ne tarde pas. Le long de la bande, Hischier doit lâcher sa crosse dans un contact, réclamant une obstruction de Puljujärvi. Rien n'est sifflé et le palet file à l'opposée pour une volée gagnante de Saarela (3-2). La faute paraissait pourtant évidente et l'action a sans doute attiré l'attention des coéquipiers d'Hischier, qui ont ainsi oublié Saarela au marquage. Le public manifeste son désaccord avec cette non-décision, mais Puljujärvi concède rapidement deux minutes et l'occasion de revenir au score se présente donc. Les tirs pleuvent sur Vehviläinen, solidement campé sur ses appuis.

Le public pousse son équipe, qui semble accuser le coup. La Finlande prend de plus en plus possession du disque et patine avec un temps d'avance. Sur un long dégagement vers la droite, Puljujärvi prend de vitesse son défenseur et centre en retrait vers Patrik Laine plein axe. Le grand attaquant ne manque pas l'offrande, pour son quatorzième point du tournoi (4-2).

La Suisse n'abandonne pas. Pinana de loin, Impose dans l'enclave, testent Vehviläinen à huit minutes de la fin. Suleski, Hischier, Forrer tentent également leur chance consécutivement. La pression suisse finit par payer à deux minutes du terme. Le bon travail dans le coin de Thürkauf libère le palet vers la bleue, où un tir du point d'appui signé Siegenthaler file au but. Hischier, planté devant Vehviläinen, dévie (4-3). Il reste moins de deux minutes mais rien n'arrête la Suisse.

La pression est considérable, le gardien sort pour un attaquant. Impose récupère derrière la cage et ressort le palet pour Riat. Le tir de l'attaquant de Malmö transperce Vehviläinen et il égalise à 41 secondes de la fin ! Les locaux arrachent donc une prolongation (4-4) et rêvent encore de finale.

La rédemption de Saarela

Les deux camps s'offrent rapidement des situations chaudes, notamment Malgin, dont le tir patient force Vehviläinen à réaliser un arrêt difficile. Saarela commet une faute et la Suisse se place en supériorité. Le palet tourne mais sans occasion franche. Finalement, Saarela revient sur la glace et reçoit le palet. Il fonce dans la neutre, profitant de la fatigue de la défense, déborde à gauche et parvient à déjouer van Pottelberghe en hauteur (5-4).

Victoire de la Finlande dans la douleur, face à une formation suisse déchaînée. Les Nordiques s'en sont remis à leur premier trio, avec un but et une passe de Puljujärvi, deux buts de Laine et deux buts de Saarela. Le reste de l'effectif a paru aux abonnés absents. La Suisse n'a pas réussi à contenir ce trio, mais a tout de même impressionné par son abnégation défensive, sa combativité et beaucoup de talent offensif, avec un Malgin de feu. Il reste une médaille de bronze à conquérir face à l'ogre canadien...

 

Finlande - Suisse 5-4 après prolongation (2-2, 0-0, 2-2, 1-0)
Samedi 25 avril 2015, 19h. Arena de Zug, Suisse.
Arbitrage de Brett Iverson et Marian Rohatsch assistés de Martin Korba et Nicolas Piché.
Pénalités : Finlande 10' (2', 4', 2', 2') Suisse 10' (2', 6', 2', 0')
Tirs : Finlande 28 (9, 10, 8, 1), Suisse 33 (10, 11, 11, 1)

Récapitulatif du score
1-0 à 01'15" : J. Puljujärvi assisté de J. Välimäki
1-1 à 04'45" : D. Riat assisté de J. Siegenthaler et A. Impose
1-2 à 16'59" : K. Suleski assisté de D. Malgin
2-2 à 19'04" : P. Laine assisté de A. Saarela
3-2 à 42'54" : A. Saarela assisté de J. Niemelä (sup. num.)
4-2 à 48'17" : P. Laine assisté de J. Puljujärvi
4-3 à 58'04" : N. Hischier assisté de J. Siegenthaler et C. Thürkauf
4-4 à 59'19" : D. Riat assisté de A. Impose et D. Malgin
5-4 à 65'19" : A. Saarela assisté de J. Mattila


Finlande

Attaquants :
Petrus Palmu - Jonne Tammela - Julius Nättinen
Aleksi Saarela - Jesse Puljujärvi - Patrik Laine
Kasper Björkqvist - Joonas Niemelä - Jesper Mattila
Arttu Ruotsalainen - Topi Piipponen - Sami Tavernier

Défenseurs :
Vili Saarijärvi - Otto Leskinen
Markus Niemeläinen - Veeti Vainio
Julius Mattila - Juuso Välimäki
Robin Salo

Gardien :
Veini Vehviläinen

Remplaçant : Christian Heljanko (G). En tribunes : Nico Viksten (G)

Suisse

Attaquants :
Damien Riat - Auguste Impose - Denis Malgin
Makai Holdener - Nico Hischier - Nathan Marchon
Dominik Volejnicek - Calvin Thürkauf - Sandro Forrer
Marco Miranda - Robin Fuchs - Raphael Prassl

Défenseurs :
Livio Stadler - Jonas Siegenthaler
Alain Bircher - Serge Weber
Kristian Suleski - Christian Pinana

Gardien :
Joren van Pottelberghe (sorti de sa cage de 58'20" à 59'19")

Remplaçant : Daniel Muff (G). En tribunes : Tim Guggisberg (G), Roger Karrer (D, blessé), Dominik Diem (A)