Etats-Unis - Finlande (finale du Mondial U18)

La dernière fois que la Finlande disputait la finale, c'était en 2006, pour une défaite contre les États-Unis, bien sûr. Il y a de la revanche dans l'air mais la mission ne sera pas simple. Les Américains, forts de leur programme de sélection qui joue toute l'année ensemble, survolent le tournoi dont ils ont gagné six des sept dernières éditions. Plus de dix ans de podium : le Mondial U18 est leur propriété.

La Finlande enregistre un renfort de dernière minute. Sebastian Aho, héros de toute une ville (Oulu) hier après son but en prolongation du match 7 en finale de Liiga, a pris l'avion tôt le matin pour disputer cette finale.

Aho sur sa lancée

Et cela ne traîne pas. Matthews manque une action d'entrée et la Finlande déboule en contre. Chad Krys est battu et Sebastian Aho décolle, crée un deux-contre-un et offre le premier but du match à Julius Nättinen après dix-sept secondes de jeu (0-1). Douche froide sur le favori avec cet exploit individuel d'Aho, à peine descendu d'avion !

Les Américains doivent donc faire le jeu et s'y emploient. Interception de Colin White, qui part en tour de cage et délivre une passe dans le slot à Brendan Warren, qui oblige Vehviläinen à briller. Le rythme est très élevé dans ces premières minutes, les deux formations se rendant coup pour coup. D'un côté, Fischer perd un palet à la bleue offensive et Palmu tente de s'échapper. Il est repris et les Américains partent de l'autre côté pour une chance à bout portant de Greenway. À la huitième minute, Auston Matthews fait parler sa vitesse, dépasse son défenseur et attaque la cage. Vehviläinen sauve de justesse.

Le jeu est si rapide que les deux équipes commettent des erreurs coupables en défense, perdant des palets bêtement en essayant d'emballer la partie. Vehviläinen reste intraitable, bloquant un nouvel essai de Warren sur une mise au jeu, puis un tir de Tkachuk et un slap lointain de Matthews. La pression monte sur la défense finlandaise. Sur une longue passe, Bracco s'infiltre dans la défense à son tour, patiente, fixe... mais tire sur le gardien. 

Les bleus sont dominés et jouent en contre. Le duo Puljujärvi-Laine fait tout de même tourner la défense en bourrique et Sarthou doit s'employer pour tenir le score. Kunin, Roslovic, Tkachuk attaquent la cage à leur tour, jouant de plus en plus près du but. Vehviläinen ne laisse aucun rebond. Les contres finlandais, à l'image d'une percée de Saarela, illustrent une défense américaine à la limite de la rupture. Une barre de Mattila d'un côté, un arrêt de Vehviläinen, une série de Sarthou... Le jeu file d'un but à l'autre.

Les arrêts de jeu sont rares dans ce tiers temps joué à cent à l'heure. Après une action dangereuse de la ligne Aho, Tkachuk démarre en deux-contre-un et Vehviläinen sort l'arrêt devant Roslovic avec un déplacement rapide. Les vingt minutes ont filé à toute vitesse et les Nordiques virent en tête.

Un scénario inchangé

Vehviläinen a dû stopper 19 tirs en premier tiers : tiendra-t-il tout le match à ce rythme ? Il en donne l'impression en tout cas, avec un nouvel arrêt difficile sur une déviation de Roslovic d'un tir de McAvoy. Puis, Roslovic slalome, relayé par Matthews, et le portier s'impose encore. Il y a des boulevards en contre et il faut un retour spectaculaire de Keller pour couper une passe destinée à Laine, seul devant le but. L'attaquant percute son propre gardien dans la foulée, mais a sauvé son camp.

Les actions se déroulent malgré tout principalement dans le camp nordique. Les attaquants atatquent la cage, cherchant des rebonds sur des tirs lointains. White et Bracco mettent ainsi la pression à la sixième minute, suivis de Greenway et Fischer.

Le rythme ne retombe pas dans cette partie, où les deux équipes accélèrent à chaque présence. Après une action confuse dans la neutre, les États-Unis parviennent à récupérer et échanger en zone offensive. Caleb Jones reçoit la passe dans le dos de la défense en fonçant vers la cage, met Vehviläinen au sol, soulève son palet et lève les bras... Mais non ! Le portier finlandais a encore réalisé un miracle de la mitaine ! Ce n'est pas fini et on a parfois l'impression que les Américains jouent en supériorité numérique. Bracco, Kunin, Greenway... les tirs pleuvent de tous les côtés.

La Finlande ne lance son deuxième tir de la période qu'à trois minutes de la fin. Mais c'est une énorme occasion et Sarthou s'interpose avec brio. Une minute après, Tammela, accroché, parvient à pousser le palet juste avant le poke-check de Sarthou. Le disque finit sur le poteau ! Aucune pénalité n'est appelée, et sur la présence suivante, la Finlande est sanctionné pour retard de jeu, avec un palet dégagé par dessus le plexiglas... et un deuxième ! Les Américains bénéficient de 1'32" de double supériorité pour finir la deuxième période. La défense finlandaise joue superbement le coup, portée par Saarela. Aucun tir dangereux n'apparaît et la sirène retentit...

Le mur Vehviläinen

Le scénario du match ne varie pas au troisième tiers-temps. Les Américains campent devant le but de Vehviläinen, sans réussite. Pire, Jeremy Bracco commet un faire trébucher en zone offensive et la Finlande respire. Malheureusement, les Nordiques ne parviennent pas vraiment à inquiéter Sarthou, gênés par un pressing agressif des Américains. Au retour à cinq, les États-Unis repartent vers l'avant. Matthews envoie au fond, Tkachuk bataille et parvient à surprendre tout le monde en remisant vers la cage. Tout le monde, sauf Roslovic, qui reprend entre les jambières de Vehviläinen (1-1). Explosion de joie américaine, et surtout énorme soulagement...

Les États-Unis subissent un petit contrecoup et se crééent moins d'occasions par la suite. Il faut attendre la treizième minute pour que Vehviläinen soit mis en danger, par un tour de cage de Boka. À trois minutes du terme, le duo Tkachuk-Matthews attaque encore le but adverse : le gardien, solide sur ses appuis, ne craque pas.

La partie est nerveuse, les deux équipes ne prenant plus guère de risques. Les Américains continuent à confisquer le disque et à travailler derrière le but, menés par Matthews et Tkachuk, très en vue. La Finlande n'est pas en reste avec une ultime occasion de Puljujärvi et un bel arrêt de Sarthou à quelques secondes de la fin.

Attaque-défense

Vingt minutes à quatre contre quatre, avant une séance de fusillade de trois tireurs si nécessaire. Les règles sont simples et le stress élevé. Sebastian Aho, buteur la veille en prolongation, sera-t-il encore le héros du jour ? Il va en tout cas y avoir de la place pour des joueurs rapides dans cette configuration.

Et cela commence fort, avec des occasions de Bracco et White à bout portant. Les États-Unis s'installent et forcent les Finlandais à subir des présences très longues. Le jeu de passe des Blancs dissèque la défense et libère de bonnes solutions. Matthews trouve par exemple McAvoy, qui échoue sur Vehviläinen, auteur là de son cinquantième arrêt du soir. Puis, il stoppe un tir de l'aile signé Bracco, après une passe-abandon de Matthews. White profite à son tour d'une crosse cassée chez un défenseur adverse pour frôler la barre. L'attaque-défense continue... Fitzgerald, Bracco, échouent sur le mur finlandais, puis Matthews trouve la barre et encore Vehviläinen sur sa route ! C'est le neuvième tir cadré du match pour le jeune talent...

En face ? un petit tir en douze minutes, puis un deuxième après un tour de cage de Tammela, contrôlé par Sarthou.

Le compteur de tirs grimpe, grimpe... Et le 63e est le bon. McAvoy lance l'action, Jeremy Bracco s'infiltre et trouve Colin White planté dans l'enclave. Il trouve la faille à quelques minutes de la fusillade (2-1).

La meilleure équipe du tournoi et du match est finalement récompensée. Cruel pour Vehviläinen, spectaculaire pendant toute cette finale. Les États-Unis sont (encore) champions du monde U18.


États-Unis - Finlande 2-1 après prolongation (0-1, 0-0, 1-0, 1-0)
Dimanche 26 avril 2015, 19h, Arena de Zug, Suisse.
Arbitrage de Brett Iverson (CAN) et Marian Rohatsch (ALL) assistés de Alexander Otmakhov (RUS) et Nicolas Piché (CAN)
Tirs : États-Unis 62 (19, 15, 10, 18), Finlande 20 (10, 3, 5, 2)
Pénalités : États-Unis 2' (0', 0', 2', 0'), Finlande 4' (0', 4', 0', 0')

Récapitulatif du score
0-1 à 00'17" : J. Nattinen assisté de S. Aho
1-1 à 48'41" : J. Roslovic assisté de M. Tkachuk et C. Krys
2-1 à 72'44" : C. White assisté de J. Bracco


États-Unis

Attaquants
Matthew Tkachuk - Auston Matthews - Jack Roslovic
Jeremy Bracco (2', +1) - Clayton Keller - Colin White (+1)
Luke Kunin - Jordan Greenway - Christian Fischer
Brendan Warren - Mike Floodstrand - Tage Thompson
Troy Terry

Défenseurs
Joseph Masonius - Casey Fitzgerald (+1)
Caleb Jones - Nick Boka
Chad Krys - Charlie McAvoy Jr (+1)

Gardien
Evan Sarthou

Remplaçants : Jake Oettinger (G)
En tribune : Luke Opilka (G), Steven Ruggiero (D)

Finlande

Attaquants
Sebastian Aho (+1) - Jonne Tammela (+1) - Julius Nättinen (+1)
Aleksi Saarela - Jesse Puljujärvi - Patrik Laine
Kasper Björkqvist (-2) - Joonas Niemelä (-1) - Jesper Mattila
Arttu Ruotsalainen - Topi Piipponen - Petrus Palmu
Sami Tavernier

Défenseurs
Vili Saarijärvi (-1) - Otto Leskinen (-1)
Markus Niemeläinen - Veeti Vainio
Julius Mattila (-2) - Juuso Välimäki
Robin Salo

Gardien
Veini Vehviläinen
Remplaçant : Christian Heljanko (G)
En tribunes : Nico Viksten (G)