Série noire pour la Russie à l'approche du Mondial

C'est la dernière répétition à l'approche du Championnat du monde en République Tchèque pour toutes les équipes, dont la Suède et la Russie.

La veille, Suédois et Russes avaient réalisé une partie étonnante puisque la Tre Kronor a mené 5-0 en début de deuxième période, avant que la Sbornaïa ne se réveille à domicile. La formation aux trois couronnes est tout de même parvenue à garder son avantage pour une victoire 5-4. Après ce match ultra offensif, on s'attend à voir une confrontation plus posée et moins impulsive.

Les gardiens n'ont pas été à la fête lors de la première confrontation mais Jhonas Enroth est confirmé au poste de titulaire, alors que Khudobin, comme prévu, a cédé sa place à Sergei Bobrovski, laissé de côté la veille.

On observe peu de changements dans l'alignement suédois, hormis les absences de Staffan Kronwall et Joel Lundqvist qui sont ménagés. Concernant Niclas Andersén, sa chance de disputer le Mondial s'est envolée. Le défenseur et capitaine de Brynäs a été touché à la hanche lors du match précédent, il disparait donc de la liste de Pär Mårts. 

Du changement, il y en a tout de même côté russe puisque le coach Oleg Znarok s'est décidé à inclure les finalistes de la Coupe Gagarine dont la ligne magique du SKA Saint-Pétersbourg. Le trio aux 61 points en play-offs Artemi Panarin - Vadim Shipachyov - Evgeni Dadonov a logiquement été conservé et le peuple russe, venu en nombre à Mytischi, espère que cette efficacité se poursuivra sous l'uniforme du pays.

MEDVEDEV Yevgeni 120520 359Prise par surprise vendredi, la Russie se met au travail d'entrée avec une domination aux tirs : 14 à 9 après vingt minutes. Pourtant, ce sont les Suédois qui ouvrent le score en fin de première période. La Tre Kronor part vite en contre, Martin Johansson est servi plein champ, l'attaquant d'Örebro résiste au pressing de Yakovlev et décoche un lancer efficace : 1-0 pour la Suède.

Au début de la deuxième période, Sjögren et Burmistrov s'expliquent et rejoignent ensemble le banc des pénalités. La Russie tire bénéfice de cette configuration à 4 contre 4 et on retrouve le trio dévastateur du SKA avec à la baguette Artemi Panarin. Panarin est en rotation dans le camp suédois, patine côté gauche et rejoint la ligne bleue, il tire avec l'élan et égalise.

Si Bobrovski s'interpose sur un 2 contre 1 mené par Ekman-Larsson et Lindholm, les Russes dominent malgré tout ce second tiers. Ils sont notamment dangereux par Sergei Shirokov (à deux reprises) et Danis Zaripov, dont le tir est dévié par le bouclier d'Enroth.

Dominée jusque là, la Suède travaille fort après la deuxième pause et bénéficie rapidement d'un jeu de puissance. La pénalité de Kovalchuk sera toutefois tuée. Les Russes reprennent progressivement leurs esprits mais l'interférence de Chudinov est fatale. La Suède installée, Oliver Ekman-Larsson s'approche du but, arme son revers mais tire finalement du poignet, un superbe but dans la lucarne opposée.

À la 49e minute, Evgeni Medvedev est fautif mais sa pénalité n'a aucune incidence. Il aura d'ailleurs l'occasion de se rattraper quelques minutes plus tard. Les Russes partent rapidement à 3 contre 2 et jouent en triangle : Dadonov à gauche pour Shipachyov à droite qui centre derrière lui pour Medvedev qui frappe (2-2).

Dans les dernières minutes, les Scandinaves se font peur avec un 2 contre 1 russe - Shirokov est trop court sur la passe de Zaripov - et une pénalité de Klingberg qui dégage bêtement hors de l'aire de jeu. Cela n'empêchera pas les deux équipes de se départager en prolongation. 1 minute et 26 secondes suffisent pour Marcus Sörensen qui reprend, en plusieurs fois, une passe de derrière la cage de Sjögren malgré la bousculade.

Le jeune attaquant de Djurgården offre une deuxième victoire à son équipe en vingt-quatre heures face aux Russes. La Suède remporte l'Euro Hockey Tour 2014/2015. Plus gênant, il s'agit d'un cinquième revers consécutif pour l'escouade d'Oleg Znarok qui termine dernière de l'Euro Hockey Tour, une première depuis 1999. À quelques jours du début des hostilités, la tension monte d'un cran avec les médias et les interviews ont tourné court après ce match.

Néanmoins, au-delà du résultat final, la performance russe demeure satisfaisante avec une formation proche de celle du Mondial. Il y aura peut-être Evgeni Malkin... ou pas. Fantomatique avec les Penguins de Pittsburgh - 0 point, il s'est même excusé auprès des fans après l'élimination - il avait annoncé qu'il ne souffrait que de blessures superficielles. Znarok avait alors annoncé sa volonté de le sélectionner car "tout le pays le veut". Sauf que Malkin a dernièrement indiqué qu'il pourrait manquer le Mondial pour raison de santé, sa présence n'est donc pas assurée. Artyom Blazhievski, Andrei Zubarev, Anton Slepyshev, Daniil Apalkov et Anton Burdasov ont quant à eux été priés de quitter le navire.

Côté suédois, ce sont Sörensen et donc Andersén, ainsi que Joel Lassinantti, Fredrik Pettersson Wentzel, André Petersson et Per Åslund qui ont été remerciés. Pär Mårts a cependant appelé les gardiens Markus Svensson et Anders Nisson, les attaquants Oscar Möller, Jimmie Ericsson et Loui Eriksson. Alors qu'une dizaine de joueurs NHL garnissent déjà l'effectif, le sélectionneur Tre Kronor a tout de même annoncé que d'autres renforts de la Ligue Nationale pourraient faire le voyage à Prague. Ce ne sera pas le cas des jumeaux Sedin, qui ont renoncé, alors que Gabriel Landeskog doit être opéré du poignet. Filip Forsberg - remarquable à sa première saison complète avec Nashville - Mattias Ekholm, Erik Karlsson, Mika Zibanejad, Alexander Steen, etc, il y a l'embarras du choix !


Russie - Suède 2-3 après prolongation (0-1, 1-0, 1-1, 0-1)
Samedi 25 avril 2015 à 17h00 à l'Arena Mytischi. 6782 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Robin Šír (TCH) assistés de Viktor Birin et Aleksei Medvedev (RUS).
Pénalités : Suède 10' (0', 4', 6', 0'), Russie 12' (0', 8', 4', 0').
Tirs : Suède 37 (14, 19, 4, 0), Russie 27 (9, 5, 9, 4).

Évolution du score :
0-1 à 17'31" : Johansson assisté de Sjögren et Petersson
1-1 à 23'57" : Panarin assisté de Shipachyov
1-2 à 47'52" : Ekman-Larsson assisté de Klingberg (sup. num.)
2-2 à 51'00" : Medvedev assisté de Dadonov et Shipachyov
2-3 à 61'26" : Sörensen assisté de Sjögren 


Russie

Attaquants :
Artemi Panarin (+2) - Vadim Shipachyov (+2) - Evgeni Dadonov (+1)
Sergei Shirokov (-1) - Artyom Anisimov (-2) - Danis Zaripov (C, -1)
Ilya Kovalchuk (A, 4') - Andrei Loktionov - Valeri Nichushkin
Egor Averin - Aleksandr Burmistrov (2') - Viktor Tikhonov (-1)

Défenseurs :
Anton Belov - Maksim Chudinov (2')
Evgeni Medvedev (2') - Egor Yakovlev (-1)
Evgeni Biryukov - Dmitri Kulikov (+1)
Andrei Mironov - Mikhaïl Grigoriev

Gardien :
Sergei Bobrovski

Remplaçant : Anton Khudobin (G).

Suède

Attaquants :
Martin Johansson (+1) - Mattias Sjögren (+2, 2') - André Petersson (+1, 2') 
Marcus Sörensen (+1) - Victor Rask - Elias Lindholm 
Joakim Lindström (-1) - Anton Lander (-1) - Nicklas Danielsson (A, 2')
Per Åslund (-1) - Jacob Josefsson (-1) - Andreas Thuresson (-1)
Simon Hjalmarsson

Défenseurs :
Daniel Rahimi (C, 2') - Jonas Ahnelöv 
Oliver Ekman-Larsson (2') - Oscar Klefbom 
Johan Fransson - John Klingberg (2')

Gardien :
Jhonas Enroth

Remplaçant : Fredrik Petterson-Wentzel (G).