Défections chez le premier adversaire de la France

L'Allemagne, premier adversaire de la France samedi prochain au championnat du monde, a toujours le désavantage d'être renforcée tardivement par les finalistes de la DEL.

Il est compliqué d'intégrer des joueurs en fin de préparation, surtout après des play-offs usants. Ces dernières années, la motivation semblait parfois manquer de part et d'autre. Cette année, Geoff Ward, l'entraîneur de Mannheim a donc été nommé il y a deux semaines comme entraîneur-adjoint, histoire sans doute de faciliter le passage de ses nombreux internationaux au sein de l'équipe d'Allemagne.

Ward a même essayé de convaincre son vétéran Jochen Hecht, qui avait annoncé sa retraite internationale en 2011. Désigné meilleur joueur des play-offs, Hecht, qui semble connaître une seconde jeunesse à 37 ans, a sérieusement réfléchi à un retour. Le problème, c'est qu'il aurait fallu l'inscrire comme athlète international à l'agence nationale anti-dopage allemande il y a six mois (pour permettre des contrôles hors compétition), pas y réfléchir une semaine à l'avance... L'hypothèse a donc dû être abandonnée.

MAUER Frank 130503 383Sur les 10 autres joueurs de Mannheim, il n'en reste déjà plus que 7. Tout le monde avait vu Frank Mauer sortir sur civière pendant la finale, personne ne s'étonne de son forfait même s'il s'était efforcé de reprendre le jeu malgré son genou récalcitrant. En revanche, la blessure de Sinan Akdag, datant de janvier et apparemment réveillée récemment, était inconnue : il va se faire opérer de l'épaule. Or, Akdag est le meilleur arrière allemand de DEL, auteur d'une saison parfaite pour Mannheim. Son coéquipier de la défense championne, Denis Reul, s'est lui aussi dit blessé.

Au même moment, Dennis Seidenberg, à qui le staff a voulu laisser tout le temps de se décider ("surtout ne pas le presser" était le mot d'ordre) alors que sa saison avec les Boston Bruins est finie depuis plus de deux semaines, vient de dire non. Même le fait de retrouver son frère Yannic ne l'a donc pas fait venir... Une agence de presse cite la fatigue, une autre évoque soudain une blessure au poignet. Le prétexte serait peut-être crédible dans un autre cas, mais Seidenberg n'est jamais venu représenter l'Allemagne depuis plus de cinq ans... L'absence de son collègue Christian Ehrhoff pose moins de questions puisque le défenseur de Pittsburgh n'a effectivement pas joué depuis trois semaines (et une collision contre la bande après une charge de Tarasenko).

L'Allemagne avait donc bien besoin d'ajouter un neuvième match de préparation pour composer son équipe malgré tous ces problèmes. La Slovénie était également très demandeuse puisque, tous les adversaires d'élite étant pris par les huit parties de l'Euro Challenge, elle a été contrainte d'affronter des rivaux de division inférieure.

WOLF Michael 130505 292Hormis le premier trio Ehliz-Pietta-Reimer, déjà formé ce week-end, Pat Cortina a recomposé toutes ses lignes. Son équipe domine le début de match, mais encaisse l'ouverture du score sur sa première pénalité, un but du défenseur Klemen Pretnar.

L'Allemagne parvient à renverser la marque à la mi-match. Michael Wolf, en deux contre un, signe un tir parfait dans la lucarne la plus proche. Moins de deux minutes plus tard, Yasin Ehliz inscrit son cinquième but de la préparation (ses coéquipiers en comptent deux au maximum) en positionnant sa crosse pour dévier la passe de Patrick Reimer.

Les deux gardiens finalistes de DEL ont alterné pour jouer une moitié de match chacun. Timo Pielmeier a remplacé Dennis Endras, et il encaisse l'égalisation de la star slovène Anze Kopitar, un slap dans le haut du filet. L'Allemagne est proche de reprendre l'avantage, mais ce but marqué du patin par Michael Wolf est logiquement annulé.

Au début du troisième tiers-temps, c'est au tour de la Slovénie de changer de gardien : Luka Gracnar succède à Kristan. Quand les Slovènes perdent un palet en zone neutre, Tobias Rieder, finalement l'unique renfort NHL des Allemands, mène la contre-attaque, et Patrick Hager se montre le plus rapide pour pousser un palet traînant derrière la ligne. La Slovénie donne tout pour égaliser : Kovacevic ne trouve que le gant du Pielmeier, Kranjc tire sur le poteau, et c'est finalement un tir puissant de Ziga Pance qui arrive à ses fins à quatre minutes de la fin. Un retard de jeu du naturalisé Brent Raedeke met l'Allemagne en infériorité numérique, mais même si Kopitar reste sur la glace pendant toute la supériorité numérique, la Slovénie n'en profite pas.

Après une prolongation sans but (la meilleure occasion revenant à Pretnar), il faudra sept tirs au but de part et d'autre pour départager les deux équipes. L'Allemagne décroche donc une petite victoire, la Slovénie a confirmé sa compétitivité au plus haut niveau, mais pour les deux équipes, les choses sérieuses commencent samedi après-midi quand elles débuteront au championnat du monde...

 

Allemagne - Slovénie 3-3 (0-1, 2-1, 1-1, 0-0) / 3-2 aux tirs au but
Mercredi 29 avril 2015 à 19h30 au Wellblechpalast de Berlin. 4060 spectateurs.
Pénalités : Allemagne 10', Slovénie 6'.

Évolution du score :
0-1 à 11'52" : Pretnar assisté de Robar et Ticar (sup. num.)
1-1 à 29'38" : Wolf assisté de Hager et Müller
2-1 à 31'10" : Ehliz assisté de Reimer et Pietta
2-2 à 36'08" : Kopitar assisté de Mursak et Urbas
3-2 à 43'23" : Hager assisté de Rieder et Kohl
3-3 à 56'03" : Pance assisté de Kopitar et Kovacevic

Tirs au but :
Allemagne : Rieder (manqué), Krueger (manqué), Reimer (réussi), Plachta (réussi), Ehliz (manqué), Oppenheimer (manqué), Hospelt (réussi).
Slovénie : tirs réussis par Jan Mursak et Rok Ticar


Allemagne

Attaquants :
Yasin Ehliz - Daniel Pietta - Patrick Reimer
Yannic Seidenberg - Brent Raedeke - Marcus Kink
Tobias Rieder - Patrick Hager - Michael Wolf
Matthias Plachta - Kai Hospelt - Thomas Oppenheimer
Christoph Ullmann

Défenseurs :
Justin Krueger - Moritz Müller
Jens Baxmann - Oliver Mebus
Benedikt Kohl - Nikolai Goc
Björn Krupp

Gardien :
Dennis Endras puis à 31' Timo Pielmeier.