Les États-Unis dans le sillage de leurs KHLers

Avant même le début de la confrontation, plusieurs contrastes apparaissent entre les États-Unis et la Finlande. La préparation tout d'abord : la Finlande sort de l'Euro Hockey Challenge avec un bilan de cinq victoires et trois défaites (dont une après prolongation) qui ont permis de procéder à une large revue d'effectif. Les Étasuniens n'ont eu qu'une rencontre face à l'Autriche, remportée 4-1, il y a trois jours à Vienne.

L'autre gros contraste réside dans l'expérience. L'équipe américaine est la plus jeune des seize participants tandis que les Nordiques sont une des plus âgées. C'est encore plus criant devant le filet puisque le phénomène de Nashville Pekka Rinne (32 ans) affronte aujourd'hui Connor Hellebuyck (21 ans). L'espoir de Winnipeg n'a qu'une saison professionnelle dans la mitaine, et il l'a disputée en ligue américaine.

NELSON Brock 140510 631La partie démarre avec une puissante mise en échec d'Antti Pihlström sur Trevor Lewis. Annonciateur d'une partie très engagée physiquement ? Pas si sûr...

La première alerte est sur le but de Connor Hellebuyck. La défense étasunienne est bien alignée à la bleue, mais Sami Lepistö parvient à la transpercer en entrée de zone. Tout en vitesse, il échoue face au portier. Réponse immédiate avec Dylan Larkin, le jeune prospect de Detroit force Pekka Rinne à s'employer de la botte.

Dans la continuité de l'action, Larkin commet un accrochage synonyme de premier avantage numérique pour les Finlandais. Ils redoublent les passes pour tenter de trouver la solution, mais Hellebuyck est peu inquiété. Le danger arrive en fin de supériorité alors que les défenseurs étasuniens bloquent plusieurs lancers consécutifs. Larkin a l'occasion d'ouvrir la marque en sortant du cachot, mais Rinne est solide.

La Finlande semble avoir une meilleure maîtrise de la rencontre, qui manque un peu de rythme. Hellebuyck comme Rinne ont du travail, mais cela se résume à des tirs faciles à repousser. Et c'est pourtant sur un tir en angle très fermé qu'arrive l'ouverture du score. Brock Nelson entre en zone et décale Steve Moses. L'ancien attaquant vedette des Jokerit Helsinki lance du revers dans un angle impossible et bat Rinne avec l'aide de la transversale (1-0, 19'37"). Le cerbère finlandais a ouvert le haut du filet à Moses et paraît bien faible ce but qui vient à point avant la pause pour donner de la confiance aux Nord-américains.

La Finlande revient des vestiaires avec la ferme intention de recoller. Elle a d'entrée une superbe occasion en se présentant à quatre contre deux, mais la finition laisse à désirer. On revient alors aux basiques pour trouver la faille. Janne Pesonen donne la rondelle à Jyrki Jokipakka à la ligne bleue. Il lance à la cage et Hellebuyck, masqué par Joonas Kemppainen, ne peut qu'effleurer la rondelle qui termine sa course au fond du but (1-1, 25'40"). La Finlande domine alors avec cinq lancers à zéro dans le tiers médian.

Le jeune prodige Jack Eichel commet une crosse haute maladroite. Aleksander Barkov entre en zone, repique au centre et lance après avoir temporisé. Son tir s'écrase sur la barre transversale. Hellebuyck doit ensuite parer un lancer frappé de Lepistö. L'orage et l'infériorité passent, et les Étasuniens prennent la Finlande en contre-attaque. Dan Sexton vole la rondelle à Tuukka Mäntylä à la ligne bleue. Il fait parler sa vitesse et se présente face à Rinne, qui relâche le puck derrière lui. Le capitaine Matt Hendricks arrive à point nommé pour conclure l'action (2-1, 31'57"). Cette même ligne remet le couvert. Sexton, collé à la bande et dans un angle fermé, trompe Rinne coin long (3-1, 34'47") !

RINNE Pekka 140510 370Les tentatives de Joonas Donskoi ou Petri Kontiola ne mettent pas Hellebuyck en difficulté. Les Finlandais accusent le coup et sont pénalisés une première fois en raison d'un cinglage d'Atte Ohtamaa. Le tiers médian se termine ainsi. Les États-Unis ont pris le dessus en forçant les erreurs adverses et en utilisant leur vitesse de patinage.

Les affaires ne s'arrangent pas pour la troupe de l'ancien Rouennais Kari Jalonen. Entre les cercles, Brock Nelson alerte Pekka Rinne, qui n'est pas masqué. Il ne parvient toutefois pas à bloquer le palet côté plaque. Nick Bonino est à l'affût et pousse la rondelle dans la cage (4-1, 46'19''). Deux minutes plus tard, l'intenable Sexton part en contre avec Hendricks qui reprend sa passe, mais Rinne bloque.

Les supporters finlandais peuvent faire la moue en tribunes. Leur équipe n'y arrive pas et Connor Hellebuyck ne voit pas beaucoup le caoutchouc. Steve Moses fait une nouvelle fois parler sa vitesse sur un énième contre étasunien. Parti sur l'aile gauche, il repique au centre, mais son lancer manque le cadre. Nick Bonino était pourtant bien placé au second poteau.

Une obstruction de Matt Hendricks offre un ultime powerplay aux joueurs du Nord de l'Europe. Pekka Rinne quitte son filet à quatre minutes de la sirène, en vain. Si Trevor Lewis manque une bonne occasion de sceller la marque en cage vide, le capitaine Matt Hendricks ne laisse pas passer sa chance (5-1, 57'22").

Les États-Unis l'emportent donc après un début de match poussif. La Finlande était bien entrée dans le match, mais a peu à peu sombré, pas aidée par un gardien de but très peu inspiré et responsable de quatre buts encaissés.

Désignés meilleurs joueurs : Steve Moses (USA) et Joonas Kemppainen (FIN).

Commentaires d'après-match

Matt Hendricks (attaquant des États-Unis) : « Connor [Hellebuyck] a fait quelques arrêts clés pour nous garder dans le match. Nous avons ensuite capitalisé sur nos occasions de but. Nous voulons être l'équipe qui travaille le plus dur dans ce tournoi. Chaque équipe vous dira probablement la même chose. C'est notre objectif et notre devise. Nous avons aussi de la technique et de la vitesse. »

Dan Sexton (attaquant des États-Unis) : « Nous n'avons été ensemble que depuis cinq jours et l'on a enfin joué un 'vrai' match face à un solide adversaire. Nous nous attentions à une partie serrée, marquer sur le peu d'occasions que nous avons eues nous a donné de la confiance. Nous devrons mieux jouer défensivement pour les prochaines rencontres. »



États-Unis - Finlande 5-1 (0-1, 1-2, 0-2)
Vendredi 1er mai 2015 à 16h15 à la CEZ Arena d'Ostrava. 8812 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Bjork (SUE) et Viacheslav Bulanov (RUS) assistés de Vit Lederer (TCH) et Rudolf Tosenovjan (TCH).
Pénalités : États-Unis 8' (4', 2', 2'), Finlande 4' (0', 2', 2').
Tirs : États-Unis 27 (11, 9, 7), Finlande 30 (14, 8, 8)

Évolution du score :
1-0 à 19'37" : Moses assisté de Nelson et Krug
1-1 à 25'40" : Jokipakka assisté de Pesonen et Kemppainen
2-1 à 31'57" : Hendricks assisté de Sexton
3-1 à 34'47" : Sexton assisté de Krug et Hendricks
4-1 à 46'19" : Bonino assisté de Moses et Nelson
5-1 à 57'22" : Hendricks assisté de Larkin (cage vide)


États-Unis

Attaquants :
Brock Nelson (+2) – Steve Moses (+2) – Nick Bonino (+2)
Anders Lee – Mark Arcobello – Jeremy Morin
Jimmy Vesey (-1) – Jack Eichel (2', -1) – Trevor Lewis (A, -1)
Matt Hendricks (C, 2', +3) – Dylan Larkin (2', +3) – Dan Sexton (+3)
Ben Smith

Défenseurs :
Torey Krug (2', +3) – Justin Faulk (A, +4)
Mike Reilly (-1) – Seth Jones (+1)
John Moore – Connor Murphy (+1)
Jake Gardiner

Gardien :
Connor Hellebuyck

Remplaçant : Jack Campbell (G). Non alignés : Zach Redmond, Stefan Matteau (blessé).

Entraîneur : Todd Richards

Finlande

Attaquants
Tuomo Ruutu (A, -1) – Petri Kontiola (-1) – Juhamatti Aaltonen
Jussi Jokinen (C, -2) – Aleksander Barkov (-2) – Joonas Donskoi (-1)
Antti Pihlström (-1) – Jarkko Immonen (-1) – Teemu Hartikainen (-1)
Janne Pesonen – Joonas Kemppainen (-1) – Ossi Louhivaara (-2)

Défenseurs
Sami Lepistö (A, -1) – Juuso Hietanen
Anssi Salmela (2', -1) – Esa Lindell (-1)
Atte Ohtamaa (2') – Topi Jaakola
Tuukka Mäntylä (-2) – Jyrki Jokipakka (-2)

Gardien
Pekka Rinne [sorti de 55'37" à 57'22"]

Remplaçant : Juuse Saros (G). En réserve : Atte Engren (G).

Entraîneur : Kari Jalonen