Suède - République Tchèque (Mondiaux 2015, groupe A)

Tout un peuple derrière son équipe : la République Tchèque fait son entrée dans le tournoi, avec d'entrée un match au sommet contre la Suède.

Tout le pays est en effervescence, avec une organisation soignée et des conditions idéales pour ces Championnats du monde. Mieux, la légende Jaromír Jágr est sortie de sa retraite internationale pour un dernier tournoi à domicile, où il encadrera les stars montantes telles que Jakub Vorácek ou Tomáš Hertl. Le poste de gardien a été renforcé par Ondrej Pavelec, tout juste éliminé des playoffs NHL après une excellente saison pour Winnipeg. Le public a quelques inquiétudes sur la défense cependant. La motivation et l'énergie de jouer devant son public sera très importante pour passer outre.

L'effectif suédois apparaît plus équilibré, avec des gardiens corrects, une défense renforcée par le brillant et très offensif Oliver Ekman-Larsson et plusieurs vétérans rompus à l'exercice. L'attaque n'affiche aucune star mondiale, mais plusieurs jeunes talents prometteurs, comme Filip Forsberg ou le duo de Carolina Elias Lindholm - Victor Rask. Les vétérans des championnats européens auront cependant les premiers rôles, notamment Oscar Möller, brillant lors du dernier Mondial à Minsk, ou encore Jimmie Ericsson.

150501 266 700Une affiche magnifique sur le papier pour ce premier jour de tournoi... Côté spectacle, le show d'ouverture est idéal : un côté magique et rêveur avec les mascottes Bob et Bobek sortant d'un chapeau magique, un concert de rock, un hymne national repris par toute une patinoire... Le public est fin prêt !

La Suède réaliste

Ceski, Ceski ! Les Tchèques sont là et surmotivés. Vorácek le montre d'entrée avec une mise en échec au fond, suivi par Jágr à la protection de palet toujours aussi impressionnante. La Suède est étouffée. Quoique...

Première incursion suédoise en attaque et le capitaine Joel Lundqvist, complètement seul, reprend de volée et ouvre la marque (0-1). Le placement approximatif de la défense a coûté cher sur ce revirement dans leur propre zone et cette récupération de Jacob Josefson, alors que Nemec sortait de la glace...

Un but qui semble avoir plombé le moral des Tchèques, soudain moins précis. Ils tentent bien de partir à l'abordage mais s'exposent aux contres. Sur l'un d'entre eux, Filip Forsberg passe la défense en revue et contraint Martin Erat à l'accrochage. Le froid réalisme scandinave est à son sommet. Le disque tourne et revient sur le capitaine Staffan Kronwall sur l'aile. Au cercle, il surprend Salak, bien masqué (0-2).

150501 345La réaction tchèque survient sur un changement de ligne un peu court des Suédois, qui permet à Sobotka de s'infiltrer entre deux défenseurs. Il se présente seul devant Enroth, le fixe mais ne parvient pas à glisser le disque sous la jambière.

Une action qui réveille les Tchèques, portés par Vorácek. Une très longue présence offensive expédie Elias Lindholm dans le box des punis. Le jeu de puissance s'installe bien, le palet tourne et un tir de la bleue signé Nakládal finit par tromper Enroth, bien gêné par la présence de Jágr devant lui (1-2). Le but est finalement attribué à Jágr, qui devient le buteur le plus âgé de l'histoire du tournoi.

La furia tchèque met la défense en difficulté. Zatovic et Koukal combinent bien et la confusion dans le slot manque de profiter à ce dernier, pour un rebond à bout portant. Il y a le feu à chaque attaque. L'agressivité vers l'avant des Tchèques finit cependant par dépasser les bornes et à une minute de la pause, Klepiš est sanctionné pour un cinglage. Oscar Möller mène la danse et s'offre un bon tir du cercle, sorti par Salak.

Une bonne gestion

La reprise se fait donc à un de moins côté tchèque. La Suède n'en profite pas et les Tchèques reprennent la possession du palet. Klepiš fait très mal à la défense dans une action près du slot, et pousse Ahnelöv à l'obstruction. 

150501 370 700

Enroth réalise deux parades exceptionnelles face à Jágr, planté devant lui pour dévier un centre de Vorácek (photo). Le rebond est pris et sorti encore une fois. La Suède plie, mais ne rompt pas. Par Marts doit cependant poser son temps mort, son équipe étant sur la glace depuis bien longtemps et venant de commettre un dégagement interdit.

Cette défense "victorieuse" a un peu cassé le rythme tchèque. La Suède reprend le fil et Ekman-Larsson s'offre une percée ponctuée d'un tir mi-hauteur masqué, dévié par Salak hors de danger. Malheureusement pour la Tre-Kronor, Lander prend deux minutes. Jágr se lance dans un numéro de soliste qui fait se lever le public, mais Enroth gagne son duel. Michal Jordán n'a pas plus de réussite de loin, malgré le trafic.

La Suède finit par desserrer l'étau. Hjalmarsson percute et s'offre un tir. Le disque reste en zone offensive, et Victor Rask reçoit le palet de Lindholm dans l'enclave. Son pivot peu académique fait mouche (1-3). Douche froide dans les tribunes après ce but des Carolina Hurricanes...

La réponse sur la glace ? Sobotka trouve Klepiš en retrait et la reprise plein axe est sortie de la botte par Enroth. Pas plus de succès pour Hertl, libéré au centre. Le champion du monde 2013 se montre intraitable ce soir, et permet à son équipe de conserver deux buts d'avance après quarante minutes.

150501 493Furia tchèque et final renversant

Vingt minutes pour revenir : sacré défi pour des Tchèques portés par leur public, mais qui manquent de précision devant Enroth. Une présence offensive bien construite expédie Joakim Lindström sur le banc. Une chance en or que les Tchèques ne manquent pas. Un tir lointain de Nemec perturbe Enroth masqué et Tomas Hertl parvient à reprendre le rebond (2-3).

Un retour ? La Suède est contre. Encore une fois, elle répond au temps fort adverse avec un réalisme froid et Joakim Lindström est bien seul pour reprendre la passe de Möller (2-4).

Pas le temps de souffler ceci dit, car Jacob Josefson concède deux minutes pour accrochage. C'est l'un des éléments du penalty-kill suédois, ce qui force à des ajustements. La Suède défend bien et ne concède guère d'opportunités. En revanche, cela devient plus physique. Jágr, puis Koukal, sortent péniblement de la glace après des duels dans l'enclave.

Les Tchèques parviennent finalement à revenir - encore une fois - avec un contre bien mené. Möller et Lindström se gênent et Hejda lance un trois-contre-deux. Il pivote pour centrer vers Dominik Simon, qui ne paraît pas en bonne position. L'attaquant de vingt ans surprend tout le monde avec un revers bien placé (3-4).
150501 527Sur la présence suivante, Cervenka échappe à la défense, remonte toute la patinoire et ajuste la lucarne du revers (4-4). La patinoire explose !

La Suède s'est endormie et l'a payé cher. On sent désormais de la fébrilité et des erreurs inédites jusqu'alors. Dans ces cas là, on s'en remet aux joueurs en forme et le une-deux Lindström-Sjögren manque de peu de doucher le public.

Les Tchèques, eux, ne lâchent rien. À trois minutes de la sirène, Ekman-Larsson ne parvient pas à maîtriser Dominik Simon, qui lui file entre les patins comme une anguille dans le coin. Le palet file devant la cage. Novotny lance une première fois et le rebond tombe sur la crosse de Zatovic (5-4).

Pär Mårts n'a plus de temps mort et sort rapidement Enroth pour un attaquant. Il reste une poignée de secondes. Fini ? non ! Joakim Lindström est servi au cercle et rate complètement son tir, qui se transforme en passe décisive bonifiée par Sjögren (5-5).

Les Tchèques prennent un coup sur la tête à moins d'une minute du terme, et manquent de se faire surprendre à 25 secondes de la sirène. Sur cette nouvelle offensive suédoise, Simon Hjalmarsson est mis au sol. Salak fait l'arrêt sur la ligne et Vorácek sort pour cet accrochage, juste avant la prolongation.

Une prolongation spectaculaire et mouvementée. La Suède s'appuie sur son homme en forme en cherchant Joakim Lindström, qui lance à deux reprises du cercle droit. Puis, Ekman-Larsson s'infiltre dans la défense et Salak sauve son camp, ainsi que sur une échappée partielle de Loui Eriksson. Les Tchèques reviennent à cinq et Michal Jordán lance un deux-contre-un, avant de tirer en deux temps au but. Enroth sauve de la botte, puis chauffe sa mitaine devant Sobotka et Klepiš. La séance de fusillade départagera les deux équipes.

La Suède entame la séance avec le jeune Elias Lindholm, qui marque côté plaque, mi-hauteur (0-1).
Jakub Klepiš feinte et Enroth sauve le revers.
Jacob Josefson, efficace dans l'exercice cette saison avec New Jersey, échoue cette fois-ci sur la plaque de Salak.
L'égalisation vient du capitaine Vorácek, qui, à toute petite vitesse et excentré, trouve la faille côté opposé (1-1).
Oliver Ekman-Larsson ajuste Salak à son tour en pleine lucarne côté bouclier (1-2, photo).
Vladimír Sobotka imite son capitaine en ralentissant, fixe, mais ne trouve pas d'espace. Enroth sauve et la Suède part avec deux points.

Désignés joueurs du match : Jakub Vorácek (République Tchèque) et Oliver Ekman-Larsson (Suède)

150501 655 but vainqueur 700

Réactions d'après-match :

Jacob Josefson (attaquant de la Suède) : "Il y a eu des hauts et des bas dans ce match. Nous nous attendions à un début difficile, devant leur public, et nous avons répondu présent. Malheureusement, nous avons commis des erreurs qui leur ont donné des chances de marquer. Les supporters étaient formidables. Cette saison, j'ai beaucoup progressé, j'ai fait des pas dans la bonne direction pour devenir un joueur NHL régulier. Je dois continuer à travailler comme cela. L'or ? C'est toujours l'objectif de la Suède, mais le chemin sera encore long et il faut rester humbles."

Joakim Lindström (attaquant de la Suède) : "C'était un premier match fou qui aurait pu basculer des deux côtés. Il nous a fallu faire preuve de caractère en troisième tiers pour revenir comme cela."

Jakub Vorácek (attaquant de la République Tchèque) : "Dix buts, du spectacle et beaucoup de caractère pour remonter le score. Nous allons travailler sur certains aspects, des erreurs qui nous ont coûté des buts. C'est malgré tout un match très positif. Face à une très bonne équipe, ce genre de choses arrive, mais ce n'est jamais fini tant que le coup de sifflet final n'est pas donné. Salak nous a sauvés durant la prolongation. Il y avait de la nervosité au début du match, cela arrive quand on joue devant son public, qui a été incroyable."

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "C'était un bon match à jouer, avec une foule nombreuses et bruyante, qui met de la pression sur l'équipe locale. Nous avions connu la même chose en 2012. Nous avons trouvé des solutions à ce problème, grâce à nos jeunes joueurs, très talentueux. Je trouve qu'il est très juste que nous n'ayons que deux points et les Tchèques un, au lieu de trois pour nous."

Vladimir Ruzicka (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons couru après le score tout du long, ce n'était pas facile. Dès que l'on revenait, ils marquaient à nouveau. Il a fallu beaucoup de détermination pour revenir. Malheureusement, une pénalité leur donne le but égalisateur."

 

République Tchèque - Suède 5-6 aux tirs au but (1-2, 0-1, 4-2, 0-0, 0-1)
Vendredi 1er mai 2015, 20h15. O2 Arena de Prague. 17383 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Piechaczek (ALL) et Aleksi Rantala (FIN) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Sakari Suominen (FIN).
Tirs : République Tchèque 28 (4, 8, 12, 4), Suède 25 (10, 4, 7, 3)
Pénalités : République Tchèque 8' (4', 0', 4', 0'), Suède 10' (2', 4', 4', 0')

Récapitulatif du score
0-1 à 03'23" : Lundqvist assisté de Sjögren et Josefson
0-2 à 07'30" : Kronwall assisté de Ekholm et Lander
1-2 à 13'28" : Jágr assisté de Nakládal et Vorácek (sup. num.)
1-3 à 34'34" : Rask assisté de Lindholm et Hjalmarsson
2-3 à 42'52" : Hertl assisté de Nemec et Klepiš (sup. num.)
2-4 à 44'08" : Lindström assisté de Möller
3-4 à 51'34" : Simon assisté de Hejda
4-4 à 52'31" : Cervenka assisté de Vorácek et Cáslava
5-4 à 56'53" : Zatovic assisté de Novotny et Simon
5-5 à 59'07" : Sjögren assisté de Lindström et Klingberg (attaquant supplémentaire)


Suède

Attaquants :
Filip Forsberg (-1) - Anton Lander (2', -1) - Loui Eriksson (-1)
Joakim Lindström (2') - Jimmie Ericsson (A) - Oscar Möller
Simon Hjalmarsson (+1) - Victor Rask (+1) - Elias Lindholm (2', +1)
Jacob Josefson (2') - Mattias Sjögren - Joel Lundqvist

Défenseurs :
Oliver Ekman Larsson (-1) - Oscar Klefbom (-2)
John Klingberg (+1) - Staffan Kronwall (C, +1)
Daniel Rahimi - Jonas Ahnelöv (2')
Mattias Ekholm (+1)

Gardiens : Jhonas Enroth (sorti de sa cage de 58'15" à 59'07")

Remplaçant : Anders Nilsson (G)

République Tchèque

Attaquants :

Martin Erat (2', -1) - Vladimír Sobotka (-1) - Jakub Vorácek (C, 2')
Jakub Klepiš (2') - Jan Kovár - Jaromír Jágr (A)
Tomáš Hertl (-1) - Jirí Novotný - Roman Cervenka
Martin Zatovic (+1) - Petr Koukal (2') - Dominik Simon (+1)

Défenseurs :
Jan Hejda (A) - Ondrej Nemec (+2)
Jan Kolár (+1) - Jakub Nakládal (-1)
Petr Cáslava - Jakub Krejcík (-1)
Michal Jordán

Gardiens : Alexander Salák

Remplaçant : Ondrej Pavelec (G)