Une leçon suédoise

L'Autriche a réussi son entrée dans le tournoi en battant la Suisse hier. Le match du jour contre la Suède n'apparaît pas forcément une priorité aux yeux des joueurs, qui ont clairement ciblé le match contre la France mardi puis celui contre l'Allemagne pour sortir enfin de l'ascenseur avec la division 1.

Ce n'est donc pas une surprise de voir le gardien remplaçant, René Swette, aligné aujourd'hui contre les Scandinaves.

La victoire inaugurale face aux Tchèques la place la Suède en bonne position en vue des quarts de finale - une qualification qui a toujours constitué une formalité pour la Tre Kronor. Il s'agit aujourd'hui de continuer à travailler les automatismes et à régler les petits détails. Remplaçant vendredi, Anders Nilsson reçoit le poste de gardien titulaire pour ce match face au promu.

Un quart d'heure pour se mettre en jambes

La Suède débute par un festival Loui Eriksson, qui efface son défenseur et s'offre le premier tir du match. Pour le reste, le début est plutôt brouillon avec une série de passes mal ajustées et de palets mal contrôlés des deux côtés.

IMG 0594 700

L'Autriche obtient une première occasion à son tour, puis une supériorité pour une faute de Forsberg. Elle ne s'installe pas et, de retour au complet, les Scandinaves reprennent le contrôle du palet. Un bel échange de passes en zone offensive libère Oscar Möller pour un bon tir du cercle.

IMG 0560L'Autriche ne s'en laisse pas compter et ne recule pas du tout, au contraire. Plusieurs présences longues en zone offensives et quelques bons décalages ne suffisent pas à menacer Nilsson, mais le jeu évolue dans le camp des jaunes.

Valeureuse, l'Autriche finit tout de même par encaisser un but contre le cours du jeu. Une longue passe envoie Loui Eriksson en échappée et Swette fait l'arrêt. Filip Forsberg a suivi sur le rebond, bataille le long de la bande, empêche le palet de sortir à la bleue et parvient on ne sait trop comment à se remettre dans le bon sens. Il ajuste Swette d'un tir puissant en hauteur (0-1).

Schumnig prend deux minutes sur la présence suivante et les Scandinaves s'installent. Hormis un tir de Forsberg, la possession est stérile et il faut attendre le retour du puni pour voir un joli jeu de Klingberg, qui s'infiltre depuis le cercle gauche. Swette parvient à sauver son camp.

La mécanique est lancée. La quatrième ligne effectue un superbe forecheck. Jacob Josefson maintient le jeu en zone offensive, Joel Lundqvist met une boîte derrière la cage et libère ainsi le palet pour Mattias Sjögren, qui sert Oscar Klefbom lancé dans le slot (0-2).

Dominateurs dans les bandes, les Suédois marquent presque de la même manière moins d'une minute plus tard. Encore un duel gagné derrière la cage, encore un service devant le but, et Anton Lander traverse l'enclave pour gonfler le score (0-3).

Attaque-défense

Le deuxième tiers reprend sur un nouveau tir de Forsberg, que Swette peine à retenir de la botte. L'Autriche tente sa chance peu après, puis bataille dans le coin. Rahimi assène une sévère mise en échec dans le dos et les arbitres lui donnent 2'+10'. Le jeu de puissance autrichien ne s'installe pas et Nilsson n'a qu'un arrêt à effectuer. Au retour à cinq contre cinq, Michael Raffl traverse toute la patinoire et parvient à trouver Lebler en retrait pour une reprise immédiate. Nilsson ne cède pas.

Quand la Suède prend le palet en revanche, elle ne le lâche plus. La circulation est incroyablement fluide, le palet tourne dans les bandes et les décalages s'ouvrent. À ce petit jeu, la quatrième ligne Josefson-Lundqvist-Sjögren se met particulièrement en valeur. Une longue présence de plus d'une minute, qui aboutit à un décalage parfait en tête de cercle pour Sjögren qui échoue sur le masque de Swette.

En face, l'Autriche attaque sporadiquement et manque d'exploiter un palet perdu. Le défenseur feinte le tir et trouve Michael Raffl au poteau, qui ne cadre pas la cage ouverte. Sanction immédiate à l'opposée avec le doublé de Forsberg, qui s'infiltre, déshabille son défenseur et glisse doucement le palet entre les jambières de Swette (0-4).

Une minute plus tard, après un nouveau bon shift de la quatrième ligne, Lindholm provoque un revirement dans la neutre et file tout seul au but, repique vers la cage et sale l'addition (0-5, photo).

IMG 0683 But 700
Rotter récupère ensuite un palet sur le côté et voit des défenseurs suédois chuter. Il sert Geier dans l'axe, tout seul... au-dessus ! Le disque file dans l'autre sens et le réalisme suédois fait mouche. Les casquettes volent sur la glace, Filip Forsberg termine son triplé en traversant la défense comme des plots de chantier, et Swette laisse sa place à Starkbaum (0-6).

L'Autriche manque pour sa part cruellement du froid réalisme suédois. Fischer obtient une superbe échappée et Nilsson en grand écart le prive du but du bout de la botte (photo). Une pénalité est appelée sur l'action et le jeu de puissance ne dure pas puisque Pallestrang sort lui aussi.
IMG 0716 700Le quatre-contre-quatre ressemble à un jeu de puissance tant les Suédois se régalent à la passe. Klingberg est superbement servi mais ne lève pas son palet et se heurte à la botte de Starkbaum. Pas mieux pour Josefson servi par un contre favorable. La démonstration continue : Eriksson en échappée et Starkbaum se couche, puis sauve une attaque Eriksson-Forsberg, une percée de Kronwall, une déviation de Rask, un débordement d'Ahnelöv... Le score de 6-0 n'est pas cher payé pour l'Autriche après deux périodes.

Une bonne entrée de Starkbaum

Une crosse haute d'entrée n'aide pas les affaires autrichiennes. La défense s'accroche et contre plusieurs tentatives de tirs, face à une équipe suédoise en roue libre. Bon, le match reste en attaque-défense, mais les Suédois cherchent presque trop le jeu parfait, un but avec les cinq joueurs qui touchent le palet... Le jeu de passes suédois est ébouriffant sur ce match et Lindholm en profite. Seul devant le gardien, il ne peut tirer, gêné par un cinglage. Le jeu de puissance débute par un tir d'Ekholm, qui venait de feinter son adversaire direct, et se termine par un lancer de Lindström. La Suède a beaucoup tourné, mais peu lancé finalement.

La Suède continue de camper dans la zone autrichienne, avec une possession de palet de l'ordre de 90%/10%... Une nouvelle longue présence aboutit à une nouvelle pénalité autrichienne, les défenseurs étant de plus en plus retard, déboussolés par les changements de directions permanents des attaquants et des passes transversales millimétrées.

IMG 0804À un de plus, cela devient encore plus difficile. Ekman-Larrson est libéré au cercle droit et Starkbaum doit se coucher, incertain de son arrêt. C'est la seule occasion des joueurs de Pär Mårts, qui se heurtent toujours à Starkbaum, solide depuis son entrée en jeu.

Après ce quart d'heure sans voir le palet, l'Autriche sauve finalement l'honneur sur sa première occasion du tiers. Un duel gagné au fond permet de remettre en retrait vers Dominique Heinrich, qui profite d'un écran pour tromper Nilsson et réveiller ses supporters (6-1).

Starkbaum reste irréprochable de son côté, avec un superbe arrêt sur une déviation entre les cercles. À trois minutes du terme, Forsberg prend deux minutes pour un coup de genou. L'avantage numérique est de courte durée puisque Herburger sort à son tour pour crosse haute. Le match est de toute façon plié depuis bien longtemps.

Une solide victoire de la Suède, qui a parfaitement répondu présent. Après un quart d'heure médiocre, la machine s'est mise en route et peut faire peur. Mieux, les jeunes pousses suédoises ont pris leurs responsabilités : la relève est bien là.

Désignés joueurs du match : Filip Forsberg (Suède) et Dominique Heinrich (Autriche)

Commentaires d'après-match :

Jimmie Ericsson (attaquant de la Suède) : "Le premier but a été très important. Ce n'était pas un match facile, nous avons eu du mal à poser notre jeu, nous courions après eux au début. Après le but, nous avons bien joué défensivement et offensivement. Au deuxième, nous marquions quasiment à volonté."

IMG 0587Loui Eriksson (attaquant de la Suède) : "C'est vraiment agréable de jouer dans cette équipe, avec de nouveaux joueurs. L'Autriche a très bien débuté, mais nous avons pris le contrôle après le premier but. Nous nous sommes créés beaucoup d'occasions. [Sur la saison de Boston] Une année difficile, il y a eu des blessures-clés et beaucoup de pression sur les vingt derniers matchs, avec ce retour d'Ottawa. C'est vraiment décevant."

Daniel Ratushny (entraîneur de l'Autriche) : "Les premières quinze minutes étaient correctes, ensuite, ils n'étaient plus de notre niveau. Plus rapides, plus costauds, plus précis dans les petits espaces. Ils ont dominé, ont marqué encore et encore. Nous avons été meilleurs en troisième période, ce qui est positif, de même que notre jeu en infériorité. C'est douloureux mais très instructif, c'est une bonne leçon à utiliser pour s'améliorer, être plus rapides, plus réactifs."

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Un match piège, lorsque tout le monde s'attend à ce que vous gagniez. Le premier quart d'heure aurait pu basculer des deux côtés et je suis content que nous ayons marqué les premiers. Après, nous avons été excellents pendant vingt-cinq minutes. C'est très agréable de voir les jeunes joueurs répondre présent, et je suis très content de cette victoire."

 

Autriche - Suède 1-6 (0-3, 0-3, 1-0)
Dimanche 3 mai 2015, 12h15. O2 Arena de Prague, République Tchèque. 14051 spectateurs.
Arbitrage de Roman Gifman (RUS) et Daniel Stricker (SUI) assistés de Miroslav Lhotsky (TCH) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Autriche 12' (2', 2', 8'), Suède 18' (2', 4'+10', 2').
Tirs : Autriche 17 (7, 4, 6), Suède 41 (13, 17, 11).

Récapitulatif du score :
0-1 à 13'38" : Forsberg
0-2 à 18'37" : Klefbom assisté de Sjögren et Josefson
0-3 à 19'18" : Lander assisté de Eriksson et Forsberg
0-4 à 28'22" : Forsberg assisté de Eriksson et Ekman-Larsson
0-5 à 29'13" : Lindholm
0-6 à 31'14" : Forsberg assisté de Lander et Ekman-Larsson
1-6 à 53'17" : Heinrich assisté de Komárek et Latusa

 

Autriche

Attaquants
Brian Lebler (A, -1) - Michael Raffl - Raphael Herburger (2', -2)
Manuel Latusa (-2) - Thomas Raffl (C, -2) - Konstantin Komárek (-3)
Manuel Geier (-2) - Thomas Hundertpfund (-1) -Rafael Rotter (-1)
Nikolas Petrik (A) - Mario Fischer (-1) - Manuel Ganahl
Alexander Cijan

Défenseurs :
Florian Iberer (-2) - Patrick Peter (2', -2)
Dominique Heinrich - Alexander Pallestrang (4')
Florian Mühlstein (-3) - Martin Schumnig (4', -2)
Daniel Mitterdorfer (-1)

Gardien : René Swette puis Bernhard Starkbaum à 31'14"

En tribunes : David Medlene (G)

Suède

Attaquants
Filip Forsberg (+4, 4') - Anton Lander (+4) - Loui Eriksson (+4)
Oscar Möller - Jimmie Ericsson (A) - Joakim Lindström
Elias Lindholm - Simon Hjalmarsson - Victor Rask (2')
Joel Lundqvist (A, +1) - Mattias Sjögren (+1) - Jacob Josefson (+1)

Défenseurs
Oscar Klefbom (+2) - Oliver Ekman Larsson (+2)
John Klingberg (+2) - Staffan Kronwall (C, +1)
Jonas Ahnelöv (+1) - Daniel Rahimi (2'+10')
Mattias Ekholm (+1)

Gardien : Anders Nilsson

Remplaçant : Jhonas Enroth (G)