Jusqu'au bout de l'ennui

Glen Hanlon se montre toujours aussi positif. Pour lui, tout va bien : l'équipe joue bien, a pris un point contre l'Autriche et trois contre la France. La presse helvète, en revanche, se montre beaucoup moins emballée...

Dans cette mentalité "positive", même les blessure de Félicien Du Bois (fracture de l'index) et de Dean Kukan (épaule), n'inquiètent pas vraiment le coach canadien, qui semble prêt à lancer Julian Walker ou Dino Wieser si l'un des six défenseurs restants se blesse.

L'Allemagne n'est pas forcément en position parfaite non plus. Les trois points arrachés contre la France font un bien fou, mais la claque contre le Canada 10-0 - la pire défaite depuis 1974 - laissera-t-elle des traces psychologiques ? Elle ne l'espère pas en tout cas, car l'année 2015 est catastrophique pour le hockey allemand, avec des relégations en U18, U20 et féminines. La fédération espère éviter le grand chelem...

Dans tous les cas, les deux équipes doivent absolument gagner pour assurer leur maintien.

L'Allemagne entre plutôt bien dans la partie, avec un échec-avant à deux qui gêne la relance suisse. Puis, sur une bonne entrée en zone offensive, Romy commet un cinglage qui n'échappe pas aux officiels. Le jeu de puissance allemand n'est pas du tout au point et Genoni ne fait face qu'à un seul tir de loin, en fin d'avantage.
IMG 2304 700Les minutes défilent sans réelles occasions, avec une équipe allemande plus entreprenante. Un contre suisse à la neuvième minute libère Romy, qui trouve Brunner en deux-contre-un mais la reprise file hors cadre. Une occasion qui réveille un peu une Suisse endormie. Quelques charges, puis une percée de Fiala, et un peu d'émotion dans l'enclave pour protéger Genoni : les Helvètes sortent de leur torpeur.

IMG 2328La partie ne s'emballe toujours pas, même si un tir de Moritz Müller perturbe un peu Genoni. Le rebond est dégagé par la défense.

Une pénalité allemande va-t-elle lancer la Suisse ? Pas vraiment. L'équipe spéciale multiplie les passes dans les patins, approximatives, et ne s'installe pas du tout. Le tiers s'achève sur un surnombre suisse - le troisième en deux matchs -, à l'issue de vingt minutes partiulièrement soporifiques.

Le jeu reprend sans aucune action notable avant la quatrième minute, où les Allemands gaspillent un 2-contre-1. La Suisse file à l'opposée et Brunner, repiquant au centre, rate le cadre. L'Allemagne commet peu après un surnombre. On peine à voir une action suisse, qui concède même un tir en contre. Quelques efforts d'Ambühl sont un peu plus intéressants à la dernière seconde de la supériorité.

À part cela, pas grand chose à signaler. Le rythme est vaguement monté, avec un peu plus d'espaces, ce qui permet à Wieser, lancé à toute vitesse, de placer sa crosse devant Pielmeier sur un centre devant le but, sans réussite. Puis, la Suisse obtient une très belle occasion. Romy est servi en retrait avec Bodenman dans le slot et le portier allemand gagne le duel. Nikolai Goc prend deux minutes sur l'action pour avoir retenu la crosse. L'équipe spéciale suisse en arrache toujours autant...
IMG 2417 700L'Allemagne prend confiance et tente quelques incursions. Patrick Reimer, notamment, s'illustre avec un tir de l'aile en utilisant le défenseur en écran. Genoni reste solide au poste. Le jeu se déroule de plus en plus dans le camp allemand, avec une bataille pour se positionner dans l'enclave. Brunner n'échappe pas à la punition pour obstruction : le tiers se termine, il y aura 1'25" de supériorité en troisième tiers.

IMG 2460Le dernier tiers est encore pire : les deux équipes sont incapables d'enchaîner les passes, ou de créer le moindre jeu collectif tourné vers l'avant. Les minutes défilent sans que les deux portiers n'aient vraiment de travail, dans un style d'une indigence rare. Après dix minutes, il n'y a qu'un tir de chaque côté ! Le troisième du tiers temps vient de la crosse de Geering, mais Pielmeier n'est pas masqué.

Et dans ce match soporifique, l'explosion de joie du public suisse est à la hauteur de leur soulagement à 7'44" du terme. Hollenstein reçoit un palet tout seul dans le slot et parvient à lever le disque du revers au dessus d'un Pielmeier au sol, après un travail de Romy et Brunner dans le coin (1-0 - photo à la fin de l'article). Le placement approximatif de la défense, qui s'occupe en surnombre d'un seul suisse dans le coin, coûte très cher.

Une obstruction allemande de Hager permet à la Suisse de disposer de deux minutes pour creuser l'écart.

La Suisse n'en profite pas, mais a pris confiance. Brunner, auteur d'un match correct, déborde à droite, s'appuie sur Romy, lequel remise sur Hollenstein, mais Pielmeier fait l'arrêt à bout portant (photo).

IMG 2525 700

À deux minutes de la fin, Müller fait trébucher un attaquant suisse lancé et laisse son camp finir le match en infériorité. La Suisse n'arrive pas à s'installer et les passes sont toujours aussi imprécises, mais ils obtiennent une deuxième faute et un cinq-contre-trois. Temps mort demandé par Hanlon pour cette dernière minute. La préparation de sert à rien : la qualité de passe déplorable et les hors-jeu à répétition ne font pas changer le score.

La Suisse écrase l'Allemagne 1-0... Vite, oublions cette purge !

Désignés joueurs du match : Timo Pielmeier (Allemagne) et Leonardo Genoni (Suisse)

Commentaires d'après match :

IMG 2495 ButGlen Hanlon (entraîneur de la Suisse) : "Quand votre adversaire perd 10-0 le match précédent, ce n'est jamais facile et l'Allemagne a eu une belle réaction. C'était un match dur, nous sentions que le match se jouerait sur un seul tir. Il y a eu une opportunité, sur la crosse d'un joueur en lequel nous croyons beaucoup. Je suis quelqu'un de très positif et j'ai choisi d'être fier de mes joueurs quand nous gagnons, j'aime le hockey et je crois en mes joueurs. Quel bien cela ferait-il d'être négatif ? C'est sûr, je ne vais pas vous dire que nous avons fait un grand match. C'était un match ennuyeux, mais cela fait partie du sport : parfois, il faut savoir gagner 1-0, parfois 6-5."

Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "C'était une réaction positive après la défaite contre le Canada. Sur le plan défensif, et intensité, les joueurs ont répondu présent. Ils ont limité les tirs adverses, le penalty-kill a été solide. La défense nous a tenus dans le match. Malheureusement, nous n'avons pas réussi offensivement. Notre jeu de puissance... Le penalty-kill suisse a été bon. C'est une manière difficile de perdre un match, pour lequel vous avez bien rebondi après un match difficile. Il va falloir créer du jeu offensif au prochain match."

Mickael Wolf (attaquant de l'Allemagne) : "Le match typique contre la Suisse, comme à chaque fois qu'on les affronte. Peu de buts marqués, peu d'occasions... Il faut que nous lancions plus au but, attaquer la cage. Ce soir, nous avons trop cherché la passe."

Leonardo Genoni (gardien de la Suisse) : "Un match serré, dur, avec un premier but très tardif. Il fallait rester concentré et c'était mentalement usant. Je suis content du blanchissage, surtout parce qu'il signifie une victoire ! Ce n'est pas le premier match que je joue avec très peu de tirs. Un match dure soixante minutes de toute façon, il faut être capable de les tenir. Le tournoi est excellent, l'un des meilleurs que j'ai joué, avec encore 10 000 spectateurs aujourd'hui. Jagr ? Le meilleur joueur tchèque c'est sûr, je n'ai jamais vu autant de gens porter le maillot d'un joueur !"

 

Suisse - Allemagne 1-0(0-0, 0-0, 1-0)
Mardi 5 mai 2015, 16h15. O2 Arena de Prague. 10253 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord (SUE) et Viacheslav Bulanov (RUS) assistés de Masi Puolakka (FIN) et Peter Sefcik (SVK)
Tirs : Suisse 18 (4, 8, 6), Allemagne 18 (8, 6, 4)
Pénalités : Suisse 6' (4', 2', 0'), Allemagne 12' (2', 4', 6')

Récapitulatif du score
1-0 à 52'16" : Hollenstein assisté de Brunner et Romy

 

Allemagne

Attaquants
Yasin Ehliz - Daniel Pietta - Patrick Reimer (A)
Yannic Seidenberg (-1) - Brent Raedeke (-1) - Marcus Kink (A, -1)
Tobias Rieder - Patrick Hager (2') - Michael Wolf (C)
Matthias Plachta - Kai Hospelt - Thomas Oppenheimer (2')
Nicolas Krämmer

Défenseurs
Justin Krueger - Moritz Müller
Stephan Dashner - Patrick Köppchen
Benedikt Kohl (-1) - Nikolai Goc (-1, 4')
Björn Krupp

Gardien : Timo Pielmeier (2')

Remplaçant : Dennis Endras (G). En tribunes : Jens Baxmann (D), Oliver Mebus (D), Christoph Ullmann (A), Danny Aus den Birken (G)

Suisse

Attaquants
Denis Hollenstein (+1) - Kevin Romy (+1, 2') - Damien Brunner (+1, 2')
Kevin Fiala - Cody Almond - Reto Suri
Simon Bodenmann - Matthias Bieber - Andres Ambühl (A)
Dino Wieser - Morris Trachsler - Julian Walker
Reto Schäppi

Défenseurs
Roman Josi (A, +1) - Eric Blum (+1)
Mark Streit (C) - Patrick Geering
Robin Grossmann - Timo Helbing

Gardien : Leonardo Genoni

Remplaçant : Reto Berra (G). En tribunes : Timo Helbling (D), Daniel Manzato (G), Tristan Scherwey (A). Blessés : Dean Kukan (D, épaule), Félicien Du Bois (D, doigt cassé)

IMG 2493 But 700