La Slovaquie a le réveil tardif

Au cœur de cette compétition, où la hiérarchie semble se dresser assez rapidement pour ce qui est de ce groupe B, on ne peut guère dire que l'affiche passionne les foules au-delà des frontières slovaques et slovènes. Pourtant l'enjeu est bien réel.

En prise jusqu'à maintenant à des formations modestes, la Slovaquie a su prendre des points (en prolongation), mais n'a pas forcément rassuré par la manière. Pour la Slovénie, le maintien nécessite de pouvoir prendre des points là où ils se présentent, face aux concurrents directs. La sélection du coach Kopitar, qui n'a pas encore ouvert son compteur, ne néglige pas de glaner lors de ce troisième match, face à une équipe certes supérieure mais loin d'être intouchable pour autant.

Malgré la proximité des drapeaux, la patinoire est acquise en quasi-totalité à la cause des Slovaques, qui viennent à Ostrava en voisins. Les supporters offrent un sacré spectacle dans les tribunes à l'entame de la partie. Une entame plutôt en faveur des Slovènes, qui dominent territorialement. La première possibilité est toutefois au crédit de leurs opposants, sur des lancers successifs de Daloga puis Tatar. On passe même tout proche de l'ouverture du score rapide par les coéquipiers de Gaborik, quand un palet est volé dans la palette de Tavzelj ; Pour empêcher la correctionnelle, Marcel Rodman se met à la faute, mais la Slovaquie ne profite aucunement de cette première supériorité en ne prenant aucun lancer, malgré une position idéale pour Jurco.

Les hommes à la quatrième ligne au fort accent « Magnusien » tiennent leur première chance sur une tentative de Rodman, et à leur tour les Slovaques sont pénalisés (Granak). Ce power-play blanc est bien plus convaincant, entre le gros lancer de Pretnar hors cadre et l'essai de Kranjc capté par Laco. La troisième tentative est la bonne : à la ligne bleue, ce même Ales Kranjc prend sa chance puissamment. Juste devant l'enclave, Jan Urbas est en position préférentielle pour dévier légèrement le palet de volée et tromper le cerbère Slovaque bien impuissant (0-1, 6'20").

Ce but récompense les bonnes intentions slovènes, mais semble piquer au vif les favoris qui prennent alors la pleine possession du palet. Richard Panik tient une superbe possibilité quand il prend l'axe depuis son aile avec vitesse, mais Kristan veille et ne se laisse pas surprendre. À mi-tiers les tirs à la cage se multiplient pour des Slovaques très présents dans la zone offensive depuis l'ouverture du score : Dano voit son lancer capté tandis que le tir dévié de Janosik trouve le montant droit. Il faut pour autant se méfier des contres adverses, ainsi Kopitar chipe le puck qu'il transmet à Urbas, moins en réussite cette fois-ci. Car si la vitesse est à l'évidence slovaque, les Slovènes manient le contre à merveille, en témoigne cette autre tentative de Pance qui bute sur une défense cette fois-ci efficace, mais qui a la fâcheuse tendance de perdre de nombreux palets dangereux. S'ensuit un gros cafouillage devant la cage de Kristan : Hudacek récupère un palet à quelques centimètres de la ligne de but mais est projeté au sol par une bonne partie de l'équipe slovène qui lui tombe dessus (au sens littéral du terme). Aucune faute n'est signalée.

Alors que la Slovénie fait preuve d'une grande solidarité dans la conquête de la rondelle et de rigueur dans les consignes de jeu lui permettant d'asseoir son assise et de se projeter assez rapidement vers l'avant, l'équipe slovaque tend à se scinder en deux, avec une attaque percutante mais une défense loin d'être rassurante. Dès lors, si Jurco tente un tir astucieux, la fin de période est à l'avantage des outsiders. Sur un lancer longue distance, Razingar en position idéale se voit retirer un palet par un coéquipier qui ne l'avait pas senti dans son dos. Quoiqu'il en soit c'est bien son équipe qui mène au score quand sonne la première sirène.

LACO Jan 140512 035Les intentions sont les mêmes à la reprise avec une dynamique slovène : la première opportunité est pour Ticar. Dans l'instant qui suit, le lancer de Kovacevic ne trouve pas le cadre, puis Ticar à nouveau récupère un palet joué mollement par la défense slovaque, tente le dribble sur le gardien qui ne tombe pas dans le piège.

Cela ne s'arrange vraiment pas pour les favoris du public puisque Baranka est coupable d'une interférence. Les frontaliers de l'Adriatique poussent alors pour tenter de doubler la mise. Le palet circule à merveille et les occasions sont multiples : suite à un lancer en one-timer Ticar est dangereux au rebond mais Laco s'impose, tout comme sur le lancer puissant de Kranjc qui trouve la botte du portier du Barys Astana, ou sur celui de Mursak sur lequel Urbas avait astucieusement pourtant sauté, gênant la vue du cerbère. Le powerplay ne donne rien malgré les nombreuses tentatives.

La statistique du différenciel des face-offs apparaît, elle est largement en faveur des Slovaques, mais jusqu'alors c'est le seul chiffre en leur faveur tant l'équipe est à la peine. Jusqu'alors est le terme approprié, car les minutes qui vont suivre auront tendance à inverser l'ordre des choses. Dano tente un tour de cage mais à l'aide de Robar, Kristan gèle le palet. Tatar a ensuite une belle carte à jouer sans réussite, et Music lui répond mais bute sur Laco. Les joueurs de Vladimir Vujtek sont une fois encore mieux à mi-tiers, et Bartovic tente à son tour.

La dynamique est bonifiée par la pénalité concédée par les Slovènes, en l'occurrence Urbas. Si Kopitar porte malgré tout le danger en contre-attaque et échoue sur un Laco chanceux, se demandant bien où la rondelle a atterri, les Slovaques se montrent plus incisifs sur ce power-play que sur le précédent. Tomas Tatar ne cadre pas, puis le slapshot en force de Bartovic est contré avant qu'il n'atteigne la cage. On retrouvera d'ailleurs le joueur du Slovan Bratislava sur la plus grosse chance de cette supériorité numérique : sur une accélération de Jurco, Bartovic est servi devant la cage ouverte par un Kristan en retard, mais rate totalement sa reprise.

La Slovénie a souffert en infériorité mais a résisté, et surprend presque son adversaire au retour à 5 contre 5 sur un lancer de Mursak, Laco fait l'arrêt nécessaire. L'occasion leur est offerte de respirer suite à une pénalité très sévère appelée contre Tatar, plus victime que coupable sur l'affaire. Le moment serait alors optimal pour les Lynx de prendre un ascendant psychologique important avec un deuxième but qui viendrait saluer les efforts de résistance. Après un lancer de Pretnar suivant celui de Sabolic, le dernier cité est à son tour envoyé en prison pour interférence sur Laco.

Au power-play suivant le 4 contre 4, Kristan s'interpose tour à tour devant Sersen et Jurcina, et au retour au complet la similitude avec la première période se vérifie une fois de plus, le contrôle du palet est pour les Slovènes en fin de tiers, après avoir fait preuve d'une grosse solidité défensive. Malgré tout, Gaborik prend sa chance, et Kristan se couche sur le puck. Une fois n'est pas coutume, un certain nombre de sifflets accompagnent l'entrée aux vestiaires des joueurs slovaques.

SERSEN Michal 130506 049Les maillots floqués de la double croix d'argent n'ont plus le choix : il faut montrer un bien meilleur visage dans l'ultime période s'ils ne veulent pas être victimes de la surprise du jour. Ils en témoignent la volonté dès l'entame sur un superbe lancer de Gaborik stoppé par un non moins superbe réflexe de Kristan. Un gardien moins en verve quand il perd un palet derrière sa cage, mais Jurco n'en profite pas. Les fortes intentions sont clairement slovaques et les opposants se préparent à souffrir tout au long de ce dernier tiers-temps. Il ne leur reste que certains contres devenus de plus en plus rares pour prendre un peu d'air. Sur l'un d'entre eux, Urbas voit son essai repoussé par Laco, le palet dans les airs est attrapé par Mursak, trop proche de l'enclave pour pouvoir en bénéficier efficacement.

Robert Kristan continue de maintenir sa sélection à flot en s'opposant à Surovy, mais la pression est telle que les Slovènes sont poussés à la faute, une crosse haute de Sabolic. Les Slovaques font le siège du but adverse, mais leur manque de hargne sur les nombreux rebonds laissés lors de cette supériorité n'est pas pour les aider dans leur objectif. Alors Marko Dano tente une incursion en solitaire et en puissance, mais c'est infructueux. La Slovénie tue une fois encore la pénalité grâce à un Kristan impérial, comme sur ce lancer ras de glace de Jurco.

Une nouvelle chance leur est toutefois offerte dans l'instant suivant, c'est cette fois-ci Music qui est prié d'aller répéter ses gammes sur le banc de prison. Les supporters slovaques jouent alors pleinement leur rôle et poussent leurs protégés à aller chercher l'égalisation. Ce ne sera pas pour Meszaros dans l'immédiat (arrêt de Kristan), ni pour Hudacek qui ne cadre pas son one-timer. Mais ce n'est que partie remise, car suite à un jeu de puissance bien construit, Surovy remet à Meszaros qui depuis la ligne bleue a le temps de régler la mire et de fusiller le gardien slovène contraint de s'incliner pour la première fois (1-1, 47'57"). Le défenseur des Sabres de Buffalo inscrit ici son troisième but dans la compétition.

La Slovaquie ne relâche aucunement son étreinte. C'en est tel que Ticar doit offrir un nouveau power-play aux Slovaques. Celui-ci est débridé, mais pour autant peu de lancers sont pris, si ce n'est par Jurcina et Surovy. Un gros cafouillage devant la cage vient clore la supériorité bleue. Les deux stars des Kings de Los Angeles se mettent alors à l'évidence tour à tour, d'abord par Kopitar qui échoue sur un bel arrêt de Laco, puis de l'autre côté Gaborik mis en échec par un impressionnant Kristan. Sauf que ce dernier ne peut faire de miracles non plus, et quand le n°12 slovaque hérite du palet à l'entrée de zone offensive, il dribble Mitja Robar et lance immédiatement sur la droite du malheureux gardien, résolu à aller chercher la rondelle au fond de son filet (2-1, 54'16").

C'est cruel pour de courageux Slovènes, mais pas illogique tant la Slovaquie a pris le dessus dans cet ultime tiers. Le jeu se calme alors, entre des Slovaques tenant enfin le leadership espéré, et des Slovènes qui ont pris un sacré coup sur le casque. Matjaz Kopitar prend son temps mort à 1 minute 39 du terme, afin d'organiser la sortie de Kristan. Mais cette sortie vient tardivement, la faute à la présence slovaque sur tous les palets. Quand le surnombre slovène se met enfin en place, les Lynx ne parviennent à s'installer et au final ne prennent pas le moindre tir. Pire encore, à l'ultime seconde de jeu, Gaborik reçoit un palet sur la ligne centrale et fait parler sa précision pour l'envoyer dans la cage délaissée malgré le trafic des défenseurs blancs (3-1, 59'59").

C'en est terminé des espoirs des Slovènes qui une fois de plus ont montré de très belles choses, mais qui doivent s'incliner à la fatigue et à l'inexpérience dans le troisième tiers-temps. Les Slovaques remportent leur première victoire en temps réglementaire dans cette compétition, mais sont toujours invaincus malgré des copies loin d'être irréprochables. Ils pointent après 3 journées à la deuxième place du groupe B.

Désignés hommes du match : Jan Laco pour la Slovaquie, Robert Kristan pour la Slovénie.

 

Slovaquie – Slovénie 3-1 (0-1, 0-0, 3-0)
Mardi 5 mai 2015 à 20h15 à la CEZ Arena d'Ostrava.
Arbitrage de Konstantin Olenin (RUS) et de Roman Gofman (RUS) assistés d'Anton Semjonov (EST) et de Paul Carnathan (USA)
Pénalités : Slovaquie 6' (2', 4', 0') ; Slovénie 12' (2', 4', 6')
Tirs : Slovaquie 33 (8, 8, 17) ; Slovénie 23 (5, 14, 4)

Evolution du score :
0-1 à 06'20'' : Urbas assisté de Kranjc et Kovacevic (sup. num)
1-1 à 47'57'' : Meszaros assisté de Surovy (sup. num)
2-1 à 54'17'' : Gaborik assisté de Hudacek et Surovy
3-1 à 59'59'' : Gaborik (en cage vide)

 

Slovaquie

Attaquants :
Marián Gáborík (+2) – Marko Daňo – Tomáš Kopecký (C)
Richard Pánik (+1) – Mário Bližňák – Milan Bartovič (A)
Tomáš Jurčo – Marek Viedenský – Tomáš Tatar (2')
Tomáš Surový (+1) – Libor Hudáček (+1) – Patrik Lušňák (+1)
Vladimír Dravecký

Défenseurs :
Andrej Meszároš (+1) – Dominik Graňák (A, 2')
Michal Sersen (+2) – Milan Jurčina (+1)
Adam Jánošík – Marek Ďaloga
Ivan Baranka (2')

Gardien : Ján Laco (+2)

Remplaçants : Július Hudáček (G), Juraj Mikuš (D), Michel Miklík (A). En réserve : Branislav Konrád (G).

Slovénie

Attaquants :
Anže Kopitar (A, -1) - Jan Urbas (2', -1) - Jan Muršak (-1)
Robert Sabolič (4', -2) - Rok Tičar (2', -2) - Žiga Jeglič (-1)
Žiga Pance - Aleš Mušič (2') - Tomaž Razingar (C)
Boštjan Goličič - Marcel Rodman (A, 2') - Ken Ograjenšek

Défenseurs :
Aleš Kranjc - Klemen Pretnar
Blaž Gregorc (-1) - Mitja Robar (-2)
Luka Vidmar - Sabahudin Kovačevič
Miha Štebih - Andrej Tavželj

Gardien :
Robert Kristan (-1)

Remplaçants : Gašper Krošelj (G), Žiga Pavlin (D), Miha Verlič (A). En réserve : Luka Gračnar (G).