Une victoire tactique du Canada

C'est LE choc du premier tour. Les deux équipes qui ont le plus impressionné dans ce groupe A sont opposées ce soir, et le public attend ce match de pied ferme. Une salle comble pour, on l'espère, un spectacle de haut niveau.

La Suède enregistre un nouveau joueur : le défenseur de Toronto Petter Granberg. L'arrière Johan Fransson, qui était présent mais non inscrit, rentre donc à la maison sans avoir foulé la glace... Granberg est immédiatement aligné, Daniel Rahimi filant en tribunes. Mårts modifie aussi ses lignes, déplaçant ses joueurs de centres : Sjögren quitte la quatrième ligne pour rejoindre Oscar Möller, Jimmie Ericsson descend aux côtés du duo de Carolina Rask-Lindholm et le vétéran Simon Hjalmarsson débarque en quatrième ligne.

La Suède à sens unique

IMG 3211La Suède commence à combiner et il faut un bon block de Jordan Eberle pour priver Joakim Lindström du premier tir. Puis, une entrée en zone bien construite libère l'axe. Elias Lindholm reçoit alors le palet à droite et Mike Smith s'impose de la botte. Une pénalité de David Savard est appelée sur l'action. Les Canadiens cantonnent le jeu dans les bandes pour imposer leur puissance physique, ce qui libère un contre de Cody Eakin ; l'attaquant de Dallas bataille son défenseur et remet sur Couturier, qui ne peut cadrer. La Suède est bien gênée par l'échec-avant canadien et semble perplexe pour entrer en zone offensive.

Smith a passé deux minutes tranquilles, mais s'incline au retour à cinq. Loui Eriksson récupère un palet derrière le but et donne à Anton Lander, qui sort du fond. Smith, trop collé à son poteau, laisse de l'espace sur sa droite. Le grand gabarit de Lander échappe à Crosby, et a assez d'allonge pour trouver la cible (1-0).

Smith doit tout de suite sortir la mitaine sur la présence suivante : la défense canadienne n'est pas très convaincante sur ce début de match. Il y a le feu sur chaque accélération sur l'aile gauche suédoise.

IMG 3258Petit à petit, au physique, les Canadiens repartent vers l'avant. Le public reste cependant un peu sur sa faim : le jeu est plutôt fermé, avec beaucoup de passes imprécises des deux côtés. La Suède se montre un peu plus efficace et force Smith à deux bons arrêts.

Il faut attendre la quatorzième minute pour voir une belle remontée de palet canadienne, avec des passes sur la largeur jusqu'à Tyson Barrie, libéré en tête de cercle. Anders Nilsson ne tremble pas face à l'arrière de Colorado. Les contacts sont un peu plus appuyés et quelques charges font réagir le public.

À 2'39" de la pause, une attaque sur l'aile d'Oscar Klefbom se termine par un revers qui trompe Smith. Le palet a trouvé le patin de Victor Rask, qui luttait avec un défenseur (2-0)

À peine le temps d'engager que Filip Forsberg fait son show. Le rookie de Nashville déborde, tire du cercle entre les jambes, ce qui piège Smith, qui attendait sans doute un tir croisé (3-0).

Il y a des boulevards dans la défense des rouges, qui n'arrivent pas à suivre les actions dans leur propre slot. La sirène retentit au bon moment : démonstration suédoise face à une formation canadienne qui n'a pas eu la moindre action offensive dangereuse.

IMG 3272 700

McLellan change ses plans

Todd McLellan commence à changer ses lignes, limitant le temps de jeu de Duchene, MacKinnon et Savard et replaçant Sidney Crosby avec les hommes en forme, Taylor Hall et Jordan Eberle. La ligne commence tout de suite à fonctionner.

Le deuxième tiers débute dans le camp canadien, jusqu'à une énorme boulette d'un défenseur devant Nilsson. Ennis lui prend le palet, tire, Seguin prend le rebond qui file entre les jambes du gardien. Duchene se précipite mais, gêné, ne peut cadrer et voit le palet glisser du mauvais côté du poteau.

IMG 3322Le début du réveil canadien ? Pas vraiment, car la Suède contrôle globalement le jeu et place quelques piques sur le but de Smith. Le portier des Coyotes sauve ainsi un slap de Lander sur un 2-contre-1 initié par Forsberg, avec un marquage défensif très laxiste.

Nilsson n'est pas en reste, avec deux arrêts décisifs sur Crosby dans l'axe puis Seguin, servi sur l'aile avec l'aide de la bande. Mais la défense suédoise commence à paniquer. Klefbom relance mal derrière son but et les attaquants canadiens convergent vers la cage. À l'issue d'un gros cafouillage, avec des essais de O'Reilly et Burns, Ekblad parvient à contrôler le palet, se remettre sur son côté fort et marquer dans la cage déserte, à la colère des Suédois, qui estiment que Nilsson a été écarté du jeu irrégulièrement (3-1). Pär Mårts demande un temps mort immédiatement, suite à cette série d'erreurs de relance et un peu de nervosité auprès des officiels.

Cela ne change pas grand chose car le Canada prend de la vitesse. Eakin décolle de la neutre sur l'aile gauche et Nilsson ne laisse pas de rebond devant Toffoli. Le Canada a le vent en poupe et Taylor Hall tente un tour de cage. Puis, Giroux trouve une passe magique qui échappe de peu à Barrie, lancé dans le dos de la défense.

Les affaires de la Suède ne s'arrangent pas du tout. Revirement dans la neutre et Burns trouve Hall lancé dans l'axe entre les défenseurs. L'attaquant des Oilers se présente seul devant Nilsson mais est balancé par Klingberg avant de tirer. Le tir de pénalité est indiscutable et Hall fusille Nilsson entre les jambes (3-2).IMG 3442 700

IMG 3455 But Hall 700
La Suède sonnée repart devant. Lander reprend du volée du passe du coin et Smith écarte le danger de la plaque, avant de stopper une nouvelle tentative quelques secondes plus tard. Ce petit élan suédois n'est pas du goût de McLellan, qui prend son temps mort sur un dégagement interdit. Un choix payant. Le Canada repart à l'attaque et Ekblad est décalé à la bleue, shoote et trouve la déviation de Couturier entre les jambières (3-3).
IMG 3553 700Les Rouges sont revenus et ont un relâchement coupable. La Suède lance une passe de la bleue vers une volée ligne de fond. Le tir est bloqué mais le duel dans le fond est gagné. Le palet est ressorti pour Möller qui a reculé au cercle et expédie un missile en lucarne (4-3).

Le Canada réagit immédiatement et Nathan MacKinnon, chaud comme une bouillotte depuis le début, en vient aux mains avec le défenseur Staffan Kronwall. Ils prennent chacun deux minutes. Le match est fou et les combinaisons des Canadiens en attaque donnent le tournis à la défense : des passes du revers, des écrans, des pivots... Une créativité rare à ce niveau. La Suède conserve un petit avantage à l'issue d'un tiers-temps complètement fou.

Le Canada finit fort

IMG 3342Un but de retard pour les Canadiens, qui s'emploient de ce pas à attaquer la cage de Nilsson, avec deux joueurs qui convergent sur le but au moindre tir. La Suède réplique par une accélération de Rask. Smith ne laisse aucun rebond.

Le jeu avec les bandes est une spécialité canadienne. Spezza déboule encore et Nilsson laisse un rebond, dégagé devant Duchene. Le portier suédois est à son meilleur en sortant la mitaine sur un tir de Toffoli, bien servi entre les cercles par Ennis depuis le coin. Le duo récidive quelques instants plus tard : Toffoli voit le disque filer derrière Nilsson, mais hors cadre. Forsberg démarre à son tour à l'opposée et Smith repousse le lourd tir du sniper de Nashville. McLellan coupe son banc et MacKinnon, Spezza, Duchene ne jouent presque plus, Savard plus du tout.

Le Canada pousse encore. Un palet sauvé couché sur la ligne bleue offensive est renvoyé au fond, Crosby le prend à Klefboim et le ressort vers Eberle qui laisse passer pour Wiercioch. L'arrière d'Ottawa fusille Nilsson en hauteur (4-4).

IMG 3608 But EnnisLes rouges continuent à coller la pression sur la défense adverse. Seguin est mis au sol près du but et c'est une supériorité numérique pour le Canada. Le jeu de passe fonctionne : Ennis nettoie la lucarne côté mitaine, du cercle gauche (4-5, photo).

La Suède est menée pour la première fois, dans les cordes. Ekman-Larsson sonne la charge d'un tir voilé de l'aile, sans réussite. À deux minutes du terme, Nilsson sort pour un attaquant. Seguin intercepte dans la neutre, pivote et marque cage vide (4-6).

La Suède n'abdique pas et Eriksson, servi au deuxième poteau, manque le cadre. Installée, la Tre Kronor fait tourner son palet mais ne tente pas suffisamment sa chance, cherchant le décalage parfait. Le Canada ne tremble pas et s'offre donc un succès de prestige.

Une victoire 6-4 dans un match où les défenses ont énormément souffert face à la vitesse des attaques. Le Canada remporte là une victoire avant tout mentale et tactique. Menés 3-0, les joueurs ont su trouver les clés pour réagir et enfoncer le clou, dominant complètement les deuxième et troisième tiers. Les modifications tactiques de McLellan ont payé, mais il y a encore du travail pour décrocher le titre. À commencer par un travail sur le jeu défensif... La Suède, sonnée, cherche encore à comprendre comment la situation a pu se retourner. Pär Mårts a lui aussi du travail devant lui, mais il sait bien que la vérité des quarts de finale est loin d'être celle des matchs de poule.

Désignés joueurs du match : Oliver Ekman-Larsson (Suède) et Aaron Ekblad (Canada)

Commentaires d'après-match :

Oscar Möller (attaquant de la Suède) : "Nous avions le momentum et la pression, puis nous avons commencé à gaspiller des palets et ces revirements les ont remis sous contrôle. Cela nous a coûté cher. Il faut se souvenir de ce qui a marché en première période et utiliser cela pour le prochain match."

Oliver Ekman-Larsson (défenseur de la Suède) : "C'est dur à digérer, car le départ avait été très bon. C'est devenu difficile en deuxième, nous avons reculé et leur avons laissé du temps et de l'espace. Il reste quelques matchs avant les quarts, il va falloir se concentrer sur ceux-là. Nous avons perdu trop de palets et arrêté de patiner au cours du match."

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Nous avons joué une très belle première période, mais nous n'avons pas su gérer cette situation. Les joueurs ont cherché à éviter la pression, au lieu d'aller dedans. Il faudra apprendre à jouer plus d'un tiers-temps. Comme contre les Tchèques, nous avons encaissé beaucoup de buts. On doit gagner avec quatre buts marqués. Il y a beaucoup à apprendre de ce match, qui servira au prochain."

Jordan Eberle (attaquant du Canada) : "Une belle victoire, après un début très difficile. Ils nous ont acculé dans notre camp et marqué plusieurs buts. Le changement de ligne ? C'est fun de jouer avec Hall et Crosby, ils donnent du temps et de l'espace."

Jason Spezza (attaquant du Canada) : "La première période a été difficile, mais nous avons fait de grandes deuxième et troisième périodes. La profondeur de notre équipe, c'est notre force, les quatre lignes ont contribué. Nous avons eu un but important en supériorité, ce qui n'avait pas trop fonctionné jusque là. Cette fois, nous avons concrétisé cette chance. La discipline ? Nous savons que les choses sont sifflées différemment ici, donc nous en parlons beaucoup avant. Nous avons réussi à limiter les occasions adverses grâce à cela, et il le faut car les équipes de ce tournoi ont d'excellents jeux de puissance. Ce match a bien testé le caractère de l'équipe et nous avons besoin de cela, de hauts et de bas, pour avancer. Après le premier tiers, on s'est dit qu'il restait beaucoup de hockey à jouer. Le changement de lignes, c'est la beauté de notre équipe, la profondeur de banc et c'est un luxe pour l'entraîneur."

Todd McLellan (entraîneur du Canada) : "En première, nous avons réagi plus qu'agi. Ils étaient durs, rapides, exécutaient leurs passes avec précision, et nous les regardions. Nous avons beaucoup parlé à la pause, avons dit des vérités aux joueurs. Des choses dures à entendre, mais ils en avaient besoin. Il fallait revenir en essayant au moins de rendre le match serré. La clé, c'est notre premier but, car si nous prenons le 4-0, ça aurait été insurmontable. Puis, nous nous sommes sentis de mieux en mieux. Comme Pär Mårts l'a dit, il y a beaucoup à apprendre. Quel que soit votre nationalité, le hockey vous apprend des leçons, à mémoriser pour progresser. C'est notre premier signe d'adversité et le positif, c'est que nous l'avons traversé.
Le déplacement de Crosby sur une autre ligne ?
Cela fait partie des choses dont on a parlé à la première pause. Nous voulions aller plus au fond de la patinoire pour mieux produire du jeu. Les lignes ne fonctionnaient pas bien, et les joueurs ont bien répondu. Hall, Eberle et Crosby se sont bien entendus, avec un créateur, un buteur et un joueur qui travaille près du but. Mais les autres lignes ont aussi bien répondu.
Que s'est-il dit d'autre ? Vous avez parlé de vérités...
Nous avons utilisé les mots lents, passifs, et peut-être mous... Décrire la façon dont ils avaient joué en première période. Il fallait prendre des décisions sur la façon dont ils voulaient jouer, collectivement. Ils ne pouvaient pas attendre que la victoire leur tombe dans les bras. Le groupe a bien réagi. La défense a commencé à être plus mobile, à apporter l'aide en attaque grâce à une bonne couverture. L'échec-avant à un joueur ne fonctionnait pas face à des défenseurs-passeurs comme les Suédois, donc nous avons aussi changé le forecheck. Nous avons cette capacité offensive, mais il faut tout de même creuser son chemin pour gagner, s'améliorer chaque jour. C'est un groupe avec beaucoup de fierté, qui sait la route à parcourir pour gagner. Ils ne voulaient pas continuer ainsi. Dans le premier tiers, nous n'avions pas le palet, nous patinions derrière et nous ne tirions pas au but. Nous en avons discuté à la pause et nous avons joué plus près de la cage, nous avons été plus combatifs dans ces zones et cela a fini par donner plus de tirs en notre faveur et moins d'occasions pour eux."

 

Suède - Canada 4-6 (3-0, 1-3, 0-3)
Mardi 6 mai 2015, 20h15. O2 Arena de Prague, République Tchèque. 16695 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Wehrli (SUI) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Masi Puolakka (FIN) et Miroslav Lhotsky (TCH).
Tirs : Suède 32 (14, 9, 9), Canada 39 (5, 19, 15)
Pénalités : Suède 4' (0', 2', 2'), Canada 4' (2', 2', 0')

Récapitulatif du score
1-0 à 05'06" : Lander assisté de Eriksson et Granberg
2-0 à 17'21" : Rask assisté de Klefbom et Lindholm
3-0 à 17'49" : Forsberg assisté de Ekman-Larsson et Klingberg
3-1 à 26'43" : Ekblad assisté de Burns et O'Reilly
3-2 à 31'27" : Hall (tir de pénalité)
3-3 à 34'23" : Couturier assisté de Ekblad
4-3 à 35'19" : Möller assisté de Sjögren et Ekman-Larsson
4-4 à 50'24" : Wiercioch assisté de Eberle et Crosby
4-5 à 53'31" : Ennis assisté de Hall et Spezza (sup. num.)
4-6 à 58'10" : Seguin assisté de O'Reilly (cage vide)

 

Suède

Attaquants
Filip Forsberg (+2) - Anton Lander (+1) - Loui Eriksson (+3)
Oscar Möller (+1) - Mattias Sjögren - Joakim Lindström (-1)
Elias Lindholm (-1) - Jimmie Ericsson (A, -2) - Victor Rask
Joel Lundqvist (A, -1) - Simon Hjalmarsson (-1) - Jacob Josefson (-2)
Nicklas Danielsson

Défenseurs
Oscar Klefbom - Oliver Ekman Larsson
John Klingberg (+1) - Staffan Kronwall (C, 2')
Mattias Ekholm (-1) - Petter Granberg (2')
Jonas Ahnelöv

Gardiens : Anders Nilsson

Remplaçant : Jhonas Enroth (G). En tribunes : Daniel Rahimi (D).

Canada

Attaquants :
Nathan MacKinnon (2', -2) - Sidney Crosby (C, -2) [puis Duchene à 20'00"] - Jason Spezza (A, +1)
Tyler Ennis (+1) - Claude Giroux (+2) - Tyler Seguin (+1)
Taylor Hall - Matt Duchene [puis Crosby à 20'00"] - Jordan Eberle
Cody Eakin (-1) - Ryan O'Reilly (+1) - Tyler Toffoli
Sean Couturier (+1)

Défenseurs :
Dan Hamhuis (A, -1) - Brent Burns (+1)
Jake Muzzin (-2) - Tyson Barrie (+1)
Aaron Ekblad (+3) - Patrick Wiercioch (+1)
David Savard (-1)

Gardien :
Mike Smith

Remplaçant : Martin Jones (G). En tribunes : Brayden Schenn (A).

IMG 3316 700