Un Danemark disséminé face à la Russie

Au lendemain d'un calvaire face au Bélarus, le Danemark remet le couvert face à un adversaire bien plus effrayant.

Mardi après-midi, les Danois de Janne Karlsson ont livré une très bonne impression... pendant une période (1-0). La réaction des Biélorusses a été fatale et l'équipe scandinave a totalement perdu pied. Pourtant, il va falloir mettre la nervosité au placard. Et retrouver l'état d'esprit de ce premier tiers réussi la veille après lequel Dave Lewis, coach du Bélarus, reconnaissait que son équipe s'en était bien sortie... avant de surclasser finalement ces Danois 5-1.

Après les Biélorusses, c'est au tour de leurs cousins russes de défier le Danemark. La troupe d'Oleg Znarok, frustrée par le dernier revers subi face aux jeunes Américains, a bénéficié d'un jour de repos supplémentaire. C'est la huitième fois depuis les Championnats du monde 2003 que les deux équipes se rencontrent et jamais le Danemark n'a pu s'imposer.

Karlsson ne peut malheureusement compter sur toutes ses forces pour batailler face à l'ogre russe. Le surdoué Oliver Bjorkstrand, récemment éliminé en WHL, était trop juste pour être en uniforme aujourd'hui et deux autres joueurs sont en tribune, suspendus après la joute contre le Bélarus : le défenseur Jesper B. Jensen et l'attaquant Mathias Bau Hansen. Cela s'annonce d'autant plus rude que le Danemark ne se présente qu'avec cinq défenseurs.

KULYOMIN Nikolai 120520 361Critiqué pour le manque de contribution offensive de certaines de ses lignes, Znarok propulse le jeune prodige Vladimir Tarasenko sur le troisième trio en lieu et place d'Ilya Kovalchuk, rétrogradé sur le quatrième. Le gardien de Rødovre Sebastian Dahm aura la lourde tâche de résister aux assauts de la Russie. En face, Znarok opte une fois encore pour Sergei Bobrovsky.

Et Dahm est rapidement sollicité. Devant l'enclave, Malkin est tout proche d'ouvrir le score, servi par Kulyomin... qui se fait pénaliser en voulant récupérer le palet dans le coin. La Russie tue cette pénalité mais reste méfiante et ne maîtrisera la possession que progressivement. La jeune star Tarasenko commence à trouver ses aises en contre-attaque, il est lancé à la limite du hors-jeu, protège bien son palet mais Dahm s'interpose.

Après une bonne récupération en entrée de zone, Dadonov pousse à la faute Jakobsen : c'est le premier jeu de puissance des Russes. Mozyakin est omniprésent avec quelques reprises et une belle transversale pour Malkin mais Dahm agite la mitaine. Cette supériorité sera néanmoins validée, Evgeni Dadonov sert Artemi Panarin qui reprend de volée (1-0, 10'53").

Le Danemark tente de réagir avec notamment Jesper Jensen qui touche la plaque de Bobrovsky... mais la Russie marque derrière. Malgré le repli de Jensen, Evgeni Malkin résiste, conserve le palet le long de la bande derrière le but, se retourne et remet plein champ à Sergei Mozyakin qui reprend de volée, c'est poteau rentrant (2-0, 13'17").

La Russie domine outrageusement les débats. Frederik Storm essaie à plusieurs reprises de sonner la révolte mais la défense de la Sbornaïa est vigilante, y compris en infériorité. Et pour un slashing de Nichlas Jensen sur le buzzer, la Russie entame la seconde période en avantage numérique. Le Danemark s'en sort mais la domination russe se prolonge. Sebastian Dahm réalise alors deux arrêts superbes du gant face à Viktor Tikhonov puis devant Nikolaï Kulyomin.

GREEN Morten 100516 589À la 27e minute, les hommes de Karlsson se font de nouveau pénaliser, Mads Bødker faisant tomber Plotnikov. La reprise de Malkin, détournée de la plaque par Dahm, permet aux Russes de s'illustrer rapidement mais ils éprouvent des difficultés à s'installer en zone d'attaque. Les Danois sont agressifs et finissent par tuer la pénalité... dans le camp russe.

Auteur d'une reprise de volée, le capitaine Morten Green est toujours présent chez ses adversaires, il obtient de nouveau le puck côté droit, déborde sans aucune couverture et tire, la rondelle touche le patin de Kulikov avant de mourir dans les filets russes (2-1, 29'35"). Le grand fautif sur cette action est Kovalchuk, immobile devant la percée de Green. Une implication défaillante sanctionnée par Znarok puisque son capitaine verra son temps de jeu diminuer au fil du match.

La Sbornaïa tente de réagir avec une longue séquence dans le camp danois mais avec beaucoup de maladresse dans la finition.

Et à la 34e minute, c'est au tour des Danois de faire le forcing et Belov fait chuter Madsen. Bien installés en supériorité, les Scandinaves n'en profitent pas. Dommage car la Russie va accroître son avance. Pas par Anisimov qui voit le puck bloqué en papillon par Dahm. Mais par Evgeni Dadonov qui dévie au passage un lancer lointain de Medvedev (3-1, 38'45").

De nouveau à l'abri, les Russes se mettent en évidence au début du troisième tiers-temps par Malkin, Anisimov et Tikhonov mais, sur cette dernière action, Shirokov fait interférence devant le but. La pénalité sera tuée mais cela n'empêche pas Nichlas Hardt de réaliser deux reprises de volée. Cela ira mieux peut-être à 5 contre 4 puisque la Russie hérite d'une deuxième prison en l'espace de cinq minutes. Et le Danemark a le droit à un nouveau petit coup de main. Après la statue Kovalchuk dans le jeu défensif, Sergei Shirokov, sous la pression de deux attaquants danois, ne trouve rien de mieux que dégager plein axe... sur Thomas Spelling qui frappe en pointe et surprend Bobrovsky (3-2, 49'36"). Le Danemark est une fois de plus relancé grâce à la maladresse russe.

Et Sebastian Dahm résiste, successivement à Shipachyov, Dadonov... puis Dadonov et Shipachyov ! À cinq minutes de la fin, le bras se lève à l'encontre du Danemark, au plus mauvais moment. Anisimov a le visage en sang et l'arbitre annonce une crosse haute... qui n'en est pas une puisqu'Oliver Lauridsen a en fait joué de l'épaule contre la balustrade, c'est ce contact qui a fait saigner l'attaquant de Columbus. Fausse alerte... puisque le corps arbitral revient sur sa décision !

De toute façon, cela n'empêche pas la Russie de corser l'addition. Lors d'une échappée à trois, Malkin alerte Kulyomin qui passe finalement à Sergei Moyakin, le renard de Magnitogorsk s'approche, fait coucher Dahm en armant le revers et loge le palet sous la barre (4-2, 57'03"). Après un relais côté droit, Vladimir Tarasenko obtient le puck et adresse un superbe lancer pleine lucarne, au-dessus de l'épaule gauche de Sebastian Dahm (5-2, 57'51").

Plus aucun suspense donc pour la Russie qui s'impose sans pour autant avoir impressionné. On sait combien il est difficile pour les Russes de se présenter à 100% durant toutes les rencontres des Mondiaux. Néanmoins, le manque d'implication et de concentration leur ont coûté deux buts. Quant aux vaillants Danois, ils ont joué la carte de l'outsider sous-estimé à fond. Leur engagement aujourd'hui peut rendre optimiste quant à leur opération maintien.

Élus joueurs du match : Sergei Mozyakin pour la Russie, Patrick Bjorkstrand pour le Danemark.

Commentaires d'après-match 

Artemi Panarin (attaquant de la Russie) : "Nous avons marqué des buts mais nous n'avons pas joué avec la manière comme nous devrions le faire aux Championnats du monde. Il nous faut encore travailler dur. Des adversaires plus difficiles se profilent et cette compétition sera de toute façon de plus en plus difficile."

Evgeni Malkin (attaquant de la Russie) : "Je pense que j'ai contribué plus aujourd'hui. Peut-être faut-il que je récupère un peu, j'ai obtenu du repos et je me sens mieux. Je travaille mieux avec mes partenaires. Je prends du plaisir à jouer sur cette ligne, nous avons essayé de créer des opportunités et de marquer."


Russie - Danemark 5-2 (2-0, 1-1, 2-1).
Mercredi 6 mai 2015 à la CEZ Arena d'Ostrava. 7682 spectateurs.
Arbitrage de Timothy Mayer (USA) et Tobias Bjork (SUE) assistés de Bevan Mills (CAN) et Anton Semjonov (EST).
Pénalités : Russie 12' (4', 2', 6'), Danemark 10' (4', 4', 2').
Tirs : Russie 33 (8, 13, 12), Danemark 20 (9, 5, 6).

Évolution du score :
1-0 à 10'53" : Panarin assisté de Dadonov et Shipachyov (sup. num.)
2-0 à 13'17" : Mozyakin assisté de Malkin 
2-1 à 29'35" : Green assisté de Spelling et O.Lauridsen
3-1 à 38'45" : Dadonov assisté de Medvedev et Chudinov (sup. num.)
3-2 à 49'36" : Spelling (sup. num.)
4-2 à 57'03" : Mozyakin assisté de Kulyomin et Malkin
5-2 à 57'51" : Tarasenko assisté d'Antipin et Plotnikov


Russie

Attaquants :
Artemi Panarin - Vadim Shipachyov - Evgeni Dadonov
Sergei Mozyakin (+2) - Evgeni Malkin (A, +2, 2') - Nikolaï Kulyomin (+2, 2')
Vladimir Tarasenko (+1) - Artyom Anisimov - Sergei Plotnikov 
Sergei Shirokov (2') - Viktor Tikhonov - Ilya Kovalchuk (C, -1)

Défenseurs :
Anton Belov (2') - Yegor Yakovlev
Dmitri Kulikov (+1, 2') - Viktor Antipin (+3)
Maxim Chudinov - Evgeni Medvedev (A, 2')
Andrei Mironov

Gardien :
Sergei Bobrovsky.

Remplaçant : Anton Khudobin (G). En réserve : Konstantin Barulin (G). Blessés : Evgeni Biryukov (D, fracture de la mâchoire), Danis Zaripov (A, épaule).

Danemark

Attaquants :
Nichlas Hardt (2') – Julian Jakobsen (-1, 2') – Nichlas Jensen (-1)
Patrick Bjorkstrand (-1) – Jesper Jensen (A, -2) – Frederik Storm (-1)
Thomas Spelling (+1) – Morten Green (C, +1) – Kim Staal (+1)
Kirill Starkov (-1) – Anders Poulsen (-1)

Défenseurs :
Markus Lauridsen (-1) – Emil Kristensen (-1)
Oliver Lauridsen (-2, 2') - Bjorn Uldall
Mads Bødker (-1, 2')

Gardien :
Sebastian Dahm

Remplaçant : Patrick Galbraith (G). En tribune : Simon Nielsen (G), Daniel Nielsen (D), Jesper B. Jensen (D, suspendu), Mathias Bau Hansen (A, suspendu), Morten Poulsen (A, main).