Et le Bélarus prit la tête du groupe B aux dépens des Américains

Les États-Unis ont fait fort en battant la Russie mais seulement deux points les séparent du Bélarus, leur adversaire du jour.

Un an après la fête à domicile, les Biélorusses peuvent de nouveau songer aux quarts de finale. Ce n'est plus Glen Hanlon derrière le banc, mais le nouveau sélectionneur Dave Lewis a conservé une certaine continuité. Le Bélarus a assuré l'essentiel en battant la Slovénie et le Danemark, arrachant même un point aux Slovaques. Et cela sans les stars de l'équipe Mikhail Grabovski (New York Islanders), Vladimir Denisov et Konstantin Koltsov (Ak Bars Kazan), sans oublier le jeune défenseur Roman Graborenko (New Jersey / Albany).

Néanmoins, il s'agit aujourd'hui d'un premier test d'envergure face à une jeune troupe américaine en tête du groupe B. La sélection entraînée par Todd Richards a réalisé un départ canon avec trois victoires. Il va falloir maintenant digérer le dernier succès face aux champions du monde russes. Pas forcément évident quand il s'agit de l'équipe la plus jeune du tournoi avec 24 ans de moyenne d'âge.

KALYUZHNY Alexei 100516 716Il a fallu trancher entre les deux jeunots qui ont réalisé chacun de solides performances devant les filets depuis le début du tournoi. Jack Campbell, étonnant de sérénité face à la Russie, est finalement reconduit. Il évoluera face à l'incontournable naturalisé Kevin Lalande. À noter que les États-Unis joueront à huit défenseurs, car le buteur des Jokerit, Steve Moses, s'est blessé.

Les États-Unis semblent vouloir marquer au plus vite. Lalande va être testé à de très nombreuses reprises dans ce début de match.

D'ailleurs, son coéquipier Gavrus rejoint rapidement la prison. Torey Krug est le premier à allumer la mèche en effectuant deux reprises de volée, une bloquée courageusement par le défenseur Oleg Yevenko, puis une seconde arrêtée de la mitaine par Lalande. Trevor Lewis hérite lui du puck plein axe, mais c'est sans incidence, cette première pénalité est tuée.

Pendant près de cinq minutes, le Bélarus n'ira pas visiter une seule fois la zone offensive. Et de l'autre côté, ça canarde sévère. En particulier Ben Smith, Jimmy Vesey, Matt Hendricks (deux fois). Ben Smith réalise même trois essais de suite mais la forteresse biélorusse demeure incassable. Il faut attendre six minutes de jeu pour voir une première opportunité du Bélarus avec un slap puissant d'Ivan Usenko. Et Jack Campbell doit ensuite effectuer un double arrêt devant Andrei Kostitsyn qui dévie un tir lointain avant de prendre lui-même sa chance sur le rebond.

Le Bélarus obtient à son tour son premier jeu de puissance du match suite à une interférence de Matt Hendricks. Mais hormis un lancer frappé d'Andrei Kostitsyn, rien de bien dangereux pour les États-Unis qui perdent totalement leur intensité du début de match. Leurs adversaires prennent confiance et développent davantage de possession. Alors que Ben Smith tente une déviation, Artyom Volkov réalise une bonne reprise à la limite du rond gauche mais Campbell ne laisse aucun rebond.

KULAKOV Alexander 120506 426Pour un coup de crosse sur Stepanov, John Moore offre un deuxième avantage numérique dans ce match aux hommes de Dave Lewis à 1'16" de la première pause. Ce jeu de puissance prendra vraiment de l'ampleur au retour des vestiaires avec une occasion très franche : tir d'Andrei Kostitsyn, rebond pour Andrei Stas devant le demi-cercle avec un angle totalement ouvert mais on peut constater l'excellent travail défensif de Seth Jones qui bloque la crosse de Stas, la pénalité est tuée.

À la 22e minute, Brock Nelson subtilise le palet après une relance loupée d'Andrei Kostitsyn mais Kevin Lalande effectue alors un superbe arrêt mitaine. Par la suite, Artyom Volkov sera à la limite de l'échappée mais Jack Campbell sort de ses filets pour intervenir et relancer l'équipe. Une échappée, une vraie cette fois-ci, intervient au bénéfice de Jimmy Vesey mais Lalande réalise une nouvelle parade face au tir du revers de l'ailier d'Harvard. Kitarov et Demkov inquiéteront à leur tour Jack Campbell.

Andrei Kostitsyn est réprimandé pour une crosse haute devant Hendricks. Eichel cherche la déviation de Lewis, Arcobello trouve Bonino en transversale, mais Lalande ne se laisse pas surprendre face aux tentatives américaines. Le Bélarus se sort de cette phase d'infériorité et ouvre le score après une incroyable séquence au rythme effréné : 2 contre 1 biélorusse sabordé, puis 3 contre 2 américain avec Larkin trop individualiste, dégagement côté droit atterrissant dans la crosse d'Artur Gavrus qui délivre un tir croisé parfait (0-1, 31'11").

Et cela donne des ailes aux joueurs de l'est. Stepanov et Kulakov offrent une belle combinaison, arrêtée de justesse par Campbell. Mais une fois encore, le mauvais repli américain fait des dégâts. Sergei Kostitsyn est à la récupération et lance Artyom Volkov côté droit, Campbell s'incline (0-2, 33'01").

La faute de Kitarov offre aux Américains une chance de revenir dans cette partie. Mais en dehors d'un tir lointain de Justin Faulk, rien à signaler. Et encore une fois, le manque de vigilance des États-Unis en couverture défensive fait mal. Aleksandr Kitarov sort de prison, hérite du palet et s'avance couloir droit, il frappe, Campbell laisse un rebond devant lui que ne laisse pas passer Kitarov, il triple la mise pour le Bélarus dans l'angle découvert (0-3, 36'06"). Un but copier-coller des deux premiers : une transition rapide côté droit et un repli tardif des Américains.

NELSON Brock 140510 631C'est le temps de l'encart publicitaire pour les chaînes de télévision, l'occasion pour Todd Richards de remettre les idées en place à ses joueurs. Et cela fonctionne. Le "petit" génie Jack Eichel réalise une superbe séquence : l'attaquant de Boston University est à la récupération en zone offensive, s'avance poteau gauche et passe poteau opposé où se trouve Brock Nelson qui réduit l'écart (1-3, 37'21"). Le surdoué de "BU" sera étincelant juste avant la deuxième pause alors que les Américains sont en supériorité numérique. Eichel est dangereux à plusieurs reprises et se trouve à l'origine d'une double occasion Nelson / Krug. 

Très impliqué en seconde période, Jack Eichel le sera trop au début de la troisième puisqu'il fait trébucher Kovyrshin. Un jeu de puissance exploité par Aleksei Kalyuzhny. Le capitaine du Dinamo Minsk est posté à droite sur la ligne de but, il frappe dans un angle fermé, la rondelle est alors déviée par Ben Smith qui marque dans son propre but (1-4, 41'15"). Les Américains commencent à prendre cher et il leur faut réagir au plus vite. Après un 3 contre 2 manqué et une reprise non cadrée de Trevor Lewis, Kalyuzhny retient Ben Smith. Les États-Unis marquent enfin leur deuxième but - en quinze jeux de puissance - à 5 contre 4 dans ce tournoi. Servi par Eichel, c'est Torey Krug qui s'y colle avec une puissante reprise de volée de la ligne bleue (2-4, 45'35").

Mais malgré un essai dangereux de Ben Smith, les espoirs américains vont fondre avec encore une mauvaise communication défensive. Aleksei Kalyuzhny parvient à partir seul dans le dos de l'arrière-garde américaine et trompe entre les jambes Campbell (2-5, 48'23"). Même si Lewis et Moore sont en bonne position, le Bélarus tient son résultat grâce à une vigilance accrue dans les dernières minutes, ils ne laissent rien filer. Et Gavrus est même proche de mettre un sixième pion. Les derniers coups de baguette d'Eichel ne servent plus à grand chose, si ce n'est pour épater la galerie, l'affaire est pliée.

Pour la première fois de son histoire - en six rencontres en quinze ans - le Bélarus bat les États-Unis. Un Kevin Lalande solide, un match propre défensivement et une maîtrise des espaces, la sélection de Dave Lewis ne s'offre pas seulement un succès de prestige, elle prend la tête du groupe B ! Auréolés d'un succès sur la Russie, voilà les jeunes Américains qui retombent violemment sur terre malgré un début tonitruant. Il faudra réagir dès vendredi face au Danemark et rester mobilisés tout au long de la partie cette fois-ci.

Élus joueurs du match : Mark Arcobello pour les États-Unis, Aleksei Kalyuzhny pour le Bélarus.

Commentaires d'après-match

Jack Eichel (attaquant des États-Unis) : "Nous leur avons laissé beaucoup trop de possession. Nous avons connu quelques déboires en zone offensive qui leur ont permis de se créer des contre-attaques. Ils ont pris l'avantage là-dessus."

Todd Richards (entraîneur des États-Unis) : "Nous avons rapidement créé un momentum qu'ils ont repoussé par leur travail et leur discipline. Ils ont fait face au courant et nous ont poussé dans nos retranchements." 

Sergei Kostitsyn (attaquant du Bélarus) : "Nous avons obtenu quelques contre-attaques qui ont fonctionné. Ils ont fait des erreurs défensives dont nous avons pu profiter. Ce n'est pas forcément que les États-Unis étaient faibles en défense, c'est juste que nous étions plus forts offensivement."


États-Unis - Bélarus 2-5 (0-0, 1-3, 1-2).
Jeudi 7 mai 2015 à 16h15 à la CZE Arena d'Ostrava. 6648 spectateurs.
Arbitrage de Konstantin Olenin (RUS) et Roman Gofman (RUS) assistés de Vit Lederer (TCH) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : États-Unis 8' (4', 2', 2'), Bélarus 10' (2', 6', 2').
Tirs : États-Unis 30 (13, 10, 7), Bélarus 23 (7, 11, 5).

Évolution du score:
0-1 à 31'11" : Gavrus assisté de Lisovets et Shinkevich
0-2 à 33'01" : Volkov assisté de S.Kostitsyn 
0-3 à 36'06" : Kitarov assisté de S.Kostitsyn
1-3 à 37'21" : Nelson assisté d'Eichel
1-4 à 41'15" : Kalyuzhny assisté d'A.Kostitsyn et Usenko (sup.num.)
2-4 à 45'35" : Krug assisté d'Eichel et Lewis (sup.num.)
2-5 à 48'23" : Kalyuzhny assisté d'A.Kostitsyn et Lisovets

États-Unis

Attaquants :
Jeremy Morin – Nick Bonino (-1) – Anders Lee (-1)
Jimmy Vesey (-1) – Mark Arcobello (-2) – Ben Smith (-1) 
Brock Nelson – Jack Eichel (+1, 2') – Trevor Lewis (A, +1, 2') 
Matt Hendricks (C, -1, 2') – Dylan Larkin (-2) – Dan Sexton (-2) 

Défenseurs :
Torey Krug (-2) – Justin Faulk (A, -1)
Mike Reilly – Seth Jones
John Moore (-1, 2') – Connor Murphy (-2)
Zach Redmond - Jake Gardiner

Gardien :
Jack Campbell

Remplaçant : Connor Hellebuyck (G). En réserve : Steve Moses (A, blessé). 

Bélarus

Attaquants :
Aleksei Kalyuzhny (C, +2, 2') – Andrei Kostitsyn (A, +1, 2') – Sergei Kostitsyn (+3) 
Sergei Drozd – Andrei Stas – Artur Gavrus (+1, 2')
Aleksandr Kulakov – Andrei Stepanov (2') – Yevgeni Kovyrshin 
Artyom Demkov – Aleksandr Kitarov (+1, 2') – Artyom Volkov (+1)
Aleksei Yefimenko

Défenseurs :
Ivan Usenko (+1) – Dimitri Korobov (A, +1)
Nikolai Stasenko (-1) – Oleg Yevenko (-1)
Ilya Shinkevich (+3) – Yevgeni Lisovets (+3)
Nikita Ustinenko 

Gardien :
Kevin Lalande 

Remplaçant : Igor Brikun (G). En tribune : Vitali Koval (G), Oleg Goroshko (D), Sergei Demagin (A).