La Suède s'en sort bien

Comment la Suède a-t-elle digéré la déconvenue de la veille face au Canada ? Un match où elle a laissé autant d'énergie laissera-t-il des traces ?

L'Allemagne l'espère, histoire de décrocher peut-être des points précieux pour le maintien. Pat Cortina en a profité pour complètement modifier ses lignes, histoire de tenter de retrouver une offensive digne de ce nom.

Faux départ

La partie débute sur un tout petit rythme, avec une ambiance modeste et timide, après l'explosion de bruit du République Tchèque - France peu avant. Les Suédois mettent cinq bonnes minutes à se mettre en jambes et commencent alors à confisquer le palet, lançant quelques banderilles de la bleue ou du cercle, par Ekholm puis Forsberg. Pour l'instant, cela manque la cible ou Pielmeier tient bon.

IMG 3884 700
On peine à emballer le match des deux côtés et la partie est même interrompue plusieurs minutes pour un plexiglas brisé dans le coin. Le changement prend tant de temps que les deux équipes rentrent aux vestiaires. Une situation qui permet de réveiller le public par les nombreuses animations pendant les matchs : Kiss Cam, Dance Cam, Air Guitar... L'organisation a tout prévu et chaque match est assez plaisant de ce côté-là !

IMG 3903Cette longue interruption a dû servir à Pär Mårts pour réveiller ses joueurs, qui attaquent la cage d'entrée. Oscar Möller, à l'affût devant le slot, ouvre le score (1-0).

La machine est lancée et, sans forcer, la Tre Kronor accélère. Une montée à gauche de Mattias Sjögren revient en retrait vers Joakim Lindström, qui contrôle et lance du cercle en pleine lucarne (2-0). Sans forcer, mais presque trop facile.

L'Allemagne est sonnée mais Mattias Ekholm leur offre deux minutes de supériorité. L'équipe avec le pire pourcentage au tir de tout le tournoi tente donc de s'installer en attaque. Et pour une fois, cela paie. Sur une passe longue de Stephan Daschner, Tobias Rieder s'infiltre entre deux défenseurs, résiste au retour pour lancer au but. Marcus Kink saute sur le rebond (2-1).

IMG 3977 But 1 Allemagne 700
L'Allemagne va mieux, mais une grosse tuile lui tombe dessus. Stephan Daschner commet une énorme faute à quatre secondes de la pause sur Mattias Ekholm, qui finit en sang sur la glace. La pénalité est indiscutable et le règlement est sans appel : cinq minutes majeures. La Suède rentre au vestiaire mais aura de quoi creuser l'écart au retour. Ekholm sera de retour, remplaçant son maillot n°14 par un maillot propre floqué du n°54.

L'Allemagne saisit sa chance

La Tre Kronor est venue en touriste ce soir et le jeu de puissance manque de vitesse, de précision, de mouvement, bref, de tout ce qui fait traditionnellement la Suède. L'Allemagne pousse son adversaire dans l'entonnoir et se dégage facilement, à sa main. Bien regroupés devant le gardien, les noirs bloquent nombre de tirs.

L'Allemagne a pris confiance en tuant cette pénalité et force Enroth à effectuer deux parades de la jambière. Du fond, Rieder sert ensuite Mickael Wolf au poteau, qui ne peut éviter la botte du portier suédois, pour un superbe arrêt. Ce qui devait arriver arriva : Nicolas Krämmer vole un palet le long de la bande, résiste au retour de son défenseur et glisse le disque au fond des filets (2-2).

IMG 3991 But 2 Allemagne 700
La Suède n'est décidément pas dans un grand jour. Elle peine à développer son jeu collectif. Un cinglage sur une conservation de palet de Filip Forsberg lui permet de reprendre le fil du match, Thomas Oppenheimer filant au cachot. Malgré quelques tirs avec écran, cela n'inquiète guère Timo Pielmeier et l'Allemagne est toujours dans le coup. Au point d'obtenir une occasion spectaculaire. Patrick Reimer, oublié au marquage au deuxième poteau, n'arrive pas à lever son palet et Enroth bloque de la jambière. Le tiers se termine sur ce score de 2-2, assez étonnant mais largement mérité tant la Suède est dans le dur.

Le show Oscar Möller

IMG 4015La reprise est tendue, mais la Suède contrôle plutôt le jeu. C'est sur une action en apparence anodine qu'elle finit par trouver la clé. Le palet revient à la bleue vers Staffan Kronwall, qui lance un tir croisé cherchant clairement John Klingberg. Le défenseur s'avançait dans le slot marqué par un joueur adverse et parvient à dévier le palet en pleine lucarne opposée (3-2). Un but magnifique et inattendu compte tenu de la position du buteur !

Les joueurs de Pat Cortina accusent le coup et Björn Krupp sort pour avoir retenu un joueur. La Suède trouve assez vite le poteau, puis s'installe face à un penalty-kill qui n'a encaissé aucun but dans ce tournoi. L'Allemagne parvient à conserver cette statistique, mais craque un peu plus tard devant un exploit individuel de Möller. Il récupère un palet maintenu le long de la bande, efface un arrière sur un pas, s'avance au cercle sans opposition et trouve l'espace entre les jambières (4-2).

IMG 4240 But Suéde 700

La Suède a sérieusement haussé son niveau de jeu dans ce troisième tiers et retrouvé son efficacité devant le but... Mais pas la discipline, Sjögren sortant quelques présences plus tard. Klefbom l'imite et donne 18 secondes de double avantage. Malgré une bonne possession en zone offensive et quelques tentatives, l'Allemagne se heurte à Enroth et une défense attentive. La Suède plie et tue la pénalité, et casse juste après. Plachta est tout heureux de recevoir le palet entre les cercles et d'avoir tout le temps du monde pour fusiller Enroth en lucarne (4-3).

La Suède s'accroche à son avance et manque de creuser l'écart quand Jimmie Ericsson s'échappe sur la gauche, mais il tire hors cadre.

IMG 4216Il reste moins d'une minute lorsque Pat Cortina pose son temps mort et sort Pielmeier pour un attaquant. Un ultime tir de Patrick Hager avec Wolf devant la cage ne suffit pas : victoire suédoise, dans la douleur.

L'Allemagne a sans doute réalisé son meilleur match du tournoi, mais cela n'a pas suffi, avec quatre buts encaissés. L'attaque a retrouvé des couleurs et peut espérer de bonnes choses ce vendredi contre la Lettonie, dans un nouveau match crucial pour le maintien.

La Suède peut souffler : après quatre matchs en cinq jours, la Tre Kronor a assuré les trois points, et c'est tout ce qui compte. Même quand cela ne va pas fort, il y a toujours un joueur pour tirer l'équipe. Après le triplé de Forsberg, puis celui d'Eriksson, le héros du jour est Oscar Möller avec deux buts et deux passes...

Désignés joueurs du match : Oscar Möller (Suède) et Tobias Rieder (Allemagne)

Commentaires d'après-match :

Staffan Kronwall (défenseur de la Suède) : "Il faut donner un coup de chapeau à l'Allemagne, qui a beaucoup tiré au but. Nous n'étions pas dans un bon jour, avec quatre matchs en cinq jours, mais nous aurions tout de même dû être capables de faire le boulot mieux que cela, d'être plus malins. Après la coupure du premier tiers, nous sommes revenus un peu hésitants, je ne sais pas si cela a impacté notre jeu. Möller a réussi un match incroyable, et c'est la force de notre équipe. Chaque soir, un joueur différent fait la différence. Nous avons besoin d'offensive de tous les joueurs et c'est un nouveau chaque soir qui marque."

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Un match difficile pour nous, après le gros match d'hier. Ce match contre l'Allemagne nous faisait peur pour cela. Mais seule la victoire compte et je suis fier que mon équipe ait pu s'en sortir après cinq matchs en six jours. Nous avons réussi à marquer beaucoup de buts encore."

Mickael Wolf (attaquant de l'Allemagne) : "C'était notre meilleur match, nous méritions mieux. Un bon match, serré... mais rien à ramener, aucun point. Maintenant, il va falloir récupérer, avec un petit footing, et le plus de sommeil possible, avant de rejouer demain. Nous avons tout donné, dans un effort collectif. Nous nous sommes créés beaucoup d'occasions. Nous avons bataillé dur en infériorité pendant cinq minutes et cela nous a donné de l'énergie."

Pat Cortina (entraîneur de l'Allemagne) : "Encore une défaite difficile... Nous avons bien débuté, avec de la combativité et un meilleur contrôle du palet. J'ai aussi aimé notre jeu en infériorité et en supériorité. Les joueurs ont bien répondu aux changements de ligne que nous avions travaillé à l'entraînement ce matin. Mais pour avoir une chance dans ce genre de match, il faut élever sa combativité. Nous espérions qu'ils seraient un peu fatigués physiquement comme mentalement. Nous sommes passés tout près, quelques petites erreurs nous coûtent le match. Ceci dit, l'attaque a progressé et l'ensemble était d'un meilleur niveau. Il va falloir confirmer cela demain."


Suède - Allemagne 4-3 (2-1, 0-1, 2-1)
Jeudi 7 mai 2015, 20h15. O2 Arena de Prague, République Tchèque. 16137 spectateurs.
Arbitrage de Pavel Hodek (TCH) et Maxim Sidorenko (BLR) assistés de Fraser McIntyre (USA) et Peter Sefcik (SVK).
Tirs : Suède 35 (10, 13, 12), Allemagne 27 (8, 9, 10)
Pénalités : Suède 6' (2', 0', 4'), Allemagne 29' (5'+20', 2', 4')

Récapitulatif du score 
1-0 à 11'19" : Möller assisté de Lindström et Sjögren
2-0 à 12'44" : Lindström assisté de Möller
2-1 à 15'48" : Kink assisté de Rieder et Daschner (sup. num.)
2-2 à 29'30" : Krämmer
3-2 à 42'56" : Klingberg assisté de Kronwall et Möller
4-2 à 48'40" : Möller assisté de Ekman-Larsson et Lindström
4-3 à 54'39" : Plachta assisté de Hospelt et Seidenberg

 

Suède

Attaquants
Filip Forsberg (-2) - Anton Lander (-2) - Loui Eriksson (-2)
Oscar Möller (+4) - Mattias Sjögren (+4, 2') - Joakim Lindström (+4)
Jimmie Ericsson (A) - Victor Rask - Elias Lindholm
Jacob Josefson - Joel Lundqvist (A) - Simon Hjalmarsson
Nicklas Danielsson

Défenseurs
Oscar Klefbom (2') - Oliver Ekman Larsson (+1)
John Klingberg (+1) - Staffan Kronwall (C, +1)
Mattias Ekholm (2') - Petter Granberg (+1)
Daniel Rahimi

Gardien : Jhonas Enroth

Remplaçant : Anders Nilsson (G). En tribunes : Jonas Ahnelöv (D)

Allemagne

Attaquants
Yasin Ehliz (-1) - Patrick Hager (-1) - Patrick Reimer (A, -1)
Tobias Rieder - Daniel Pietta - Michael Wolf (C)
Matthias Plachta (-1) - Kai Hospelt (-1) - Marcus Kink (A, -2)
Nicolas Krämmer - Brent Raedeke - Thomas Oppenheimer (2')
Yannic Seidenberg (+1)

Défenseurs
Justin Krueger (+1) - Moritz Müller (+1)
Stephan Daschner (-1, 5'+20') - Patrick Koppchen (-1)
Benedikt Kohl (-2) - Nikolai Goc (-1)
Björn Krupp (-1, 2')

Gardien : Timo Pielmeier

Remplaçant : Dennis Endras (G). En tribunes : Jens Baxmann (D), Oliver Mebus (D), Christoph Ullmann (A), Danny Aus den Birken (G)