Finlande – Slovaquie (Mondiaux 2015, groupe B)

Battue par la Norvège mercredi soir, la Slovaquie est sonnée et se présente devant la Finlande avec toujours les mêmes incertitudes quand à son futur dans la compétition. Tomáš Kopecký, le capitaine banni contre les Scandinaves, fait son retour dans l'effectif, mais en quatrième ligne.

Tomáš Tatar est associé en première attaque en compagnie de Marián Gáborík et Tomáš Surový. On attend beaucoup de ce trio offensif pour contrecarrer une équipe en forme ascendante. La formation des Tatras n'a plus battu son adversaire du jour en compétition officielle depuis le 28 avril 2004 et sa victoire en poule aux Mondiaux à… Ostrava, déjà !

Les Slovaques profitent d'entrée d'un changement de lignes finlandaises pour mener un 2 contre 1. Tomáš Tatar est soutenu par Tomáš Surový au centre mais préfère y aller seul dans le cercle droit : son tir est repoussé du gant par Juuse Saros (00'28). Tomáš Jurčo est esseulé entre les deux cercles mais ne cadre pas (05'14). La Double-Croix est bien en place et en mouvement dans les premières minutes, ce qui dénote avec ses autres entames jusqu'ici.

Pourtant, la Finlande réagit vivement et se créé des occasions nettes dans les cinq minutes suivantes. Janne Pesonen tire les fruits de son fore-checking en fond de zone et tente alors que l'angle est fermé : Juhamatti Aaltonen récupere le palet fuyant, se repositionne dans le slot mais bute sur Ján Laco (5'54). Aleksander Barkov manque de précision sur le rebond de la frappe d'Anssi Salmela (6'06). À la suite d'un engagement dans le cercle droit slovaque, Jussi Jokinen se déporte dans le coin puis centre pour Salmela, démarqué au second poteau et qui oblige Laco au grand écart (7'24). L'orage finlandais s'estompe après que Pesonen a repris le rebond de Aaltonen devant Laco, qui s'y prend à deux fois pour stopper le danger (9'54).

La Double-Croix, acculée dans son camp, respire enfin après dix minutes difficiles. Le jeu s'équilibre quelque peu, la partie est rythmée et les deux formations font preuve d'une même agressivité sur la rondelle. Les joueurs des Tatras partent en contre à 3 contre 2, Jurčo frappe entre les deux cercles, le rebond (de l'attaquant de Detroit ou de Salmela ?) lobe le portier et Libor Hudáček pousse au fond d'un coup de bâton à hauteur de transversale. Les arbitres refusent immédiatement l'ouverture du score pour crosse haute, décision confirmée par le visionnage vidéo de l'action (11'48).

La dynamique bleue est freinée par le cinglage de Marko Daňo sur Jryki Jokipakka (15'26). Les hommes de Vladimír Vůjtek gèrent bien la première minute d'infériorité, tout comme la seconde malgré une pression offensive plus soutenue des Leijonat. Le score reste vierge au retour aux vestiaires malgré la reprise, de dos, de Marek Viedenský dans le rond gauche qui échoue sur Saros (19'05). Le même Viedenský file en prison avec Leo Komarov après un vif échange entre les deux gaillards (19'16). 

Le deuxième tiers-temps est haché par les pénalités. Marián Gáborík accroche Atte Ohtamaa (20'49) mais, là encore, hormis un lancer dans l'axe de Salmela qui finit dans le plastron de Laco (22'24), rien de menaçant n'est à signaler. La défense slovaque se montre solide et contient bien les offensives des Lions, qui ont pourtant déjà cadré deux fois plus que leurs adversaires à la 24e minute (16 contre 8). Pour autant, les tirs en question sont lointains et ne surprennent que rarement la vigilance de Laco. 

Une crosse haute d'Antti Pihlström atteint Michel Miklík en fond de zone slovaque (27'17). Et comme Ohtamaa accroche Jurčo derrière la cage, la Finlande doit évoluer à deux éléments de moins pendant près d'une demi-minute (28'52). Les deux formations semblent visiblement peu inspirées sur leurs unités spéciales puisque la Slovaquie, à son tour, galvaude l'aubaine, d'abord en se montrant statique, puis en concédant une pénalité lorsque Tatar fait trébucher Komarov sur un contre finlandais (30'11). Mário Bližňák chipe le puck en zone neutre mais gaspille son break-away en allant trop à gauche, permettant ainsi à Saros de fermer l'angle (31'06).

Les cinq dernières minutes du tiers-temps sont finlandaises. Jokinen est démarqué dans l'enclave mais frappe à côté (34'58). Joonas Donskoi, dans l'axe, voit sa tentative repoussée du gant par le gardien slovaque (35'21). Laco est encore décisif devant Donskoi lorsqu'il est le plus prompt à réagir de la mitaine sur un palet flottant au poteau droit (35'30). Ils ont beau être les plus actifs en attaque, les vice-champions du Monde n'en reste pas moins inefficaces, même si Milan Jurčina, coupable d'obstruction sur Salmela, leur procure une nouvelle supériorité en fin de période.

Il ne manque plus que des buts à ce match intéressant à suivre jusqu'à maintenant. Les bleus sont les plus entreprenants en début de troisième acte, mais ne se créent cependant que des demi-occasions sur des frappes à distance. Le tempo de la partie perd peu à peu en intensité, les défenses fermant davantage le jeu à l'approche de la sirène. La Finlande, désormais plus discrète en attaque, trouve pourtant la faille sur une frappe de Esa Lindell envoyée depuis la « bleue » et déviée dans le slot par Donskoi (1-0, 50'28).

Les Slováci ne lâchent pas l'affaire pour autant. Profitant d'une ultime supériorité numérique (faire trébucher de Barkov, 52'25), ils pressent et Gáborík pénètre activement dans l'enclave mais le rebond est remarqué trop tard par Surový en lutte au corps-à-corps avec Saros (53'10).

Les troupes de Kari Jalonen doublent la mise sur un tir à bout portant de Juhamatti Aaltonen entre les deux cercles, à la conclusion d'un beau travail de Pesonen derrière la cage (2-0, 55'33), et il semble que la partie soit définitivement pliée. Laco déserte son poste dans la dernière minute mais le va-tout est vain : Komarov intercepte et ajuste le score en cage vide (3-0, 59'53).

Deux jours avant le début de la rencontre, la presse spécialisée slovaque spéculait autour de l'invincibilité en cours de Pekka Rinne (193'41), en passe de battre le record « ère moderne » de Ján Lašák (206'26) établi en 2004. Il faudra encore attendre pour être fixé. Une chose est sûre en revanche, c'est qu'avec Juuse Saros, garant du quatrième match successif sans but encaissé pour la Finlande, la Double-Croix n'a pas gagné au change !

Désignés joueurs du match : Juuse Saros (Finlande) et Ján Laco (Slovaquie). 

Réactions d'après-match 

Kari Jalonen (entraîneur de la Finlande) : « Je dois remercier mes joueurs, ils ont effectué du bon boulot. (…) Ça a été un match serré jusqu'au bout. Je félicite mes joueurs pour leur esprit de combativité et leur performance collective. À la fin on a montré notre force. On a eu besoin de beaucoup de patience. La Slovaquie a offert une belle prestation, en dépit du fait que nous ayons trouvé la voie du succès, que je considère comme très précieux. »

Vladimír Vůjtek (entraîneur de la Slovaquie) : « Aujourd'hui, contre un adversaire fort, nous avons réalisé notre meilleur match. Nous avons eu quelques occasions qui auraient pu décider du match. Nous avons joué à cinq contre trois pendant vingt-cinq secondes et si nous voulons connaître le succès contre ce genre d'adversaire nous devons mettre à profit ces opportunités. Malheureusement, nous n'y sommes pas parvenus et les Finlandais ont plié le match dans les dix dernières minutes. »

Tomáš Tatar (attaquant de la Slovaquie) : « J'ai cru jusqu'à la fin du match qu'on y arriverait, mais on ne peut pas gagner sans marquer. On a décidément des problèmes à mettre des buts. On a joué une partie équilibrée mais on encaisse malheureusement un but et, après, on est hyper tendus. Ce n'est pas possible que ça soit toujours les gardiens des équipes adverses qui soient désignés meilleurs joueurs à la fin des matches !»

 

Finlande – Slovaquie 3-0 (0-0, 0-0, 3-0)

Samedi 9 mai 2015 à 16h15 à la ČEZ Aréna d'Ostrava. 8812 spectateurs. 

Arbitrage de Marcus Vinnerborg (SUE) et Konstantin Olenin (RUS) assistés de Bevan Mills (CAN) et Paul Carnathan (USA). 

Pénalités : Finlande 8' (2', 4', 2') ; Slovaquie 10' (4', 6', 0')

Tirs : Finlande 31 (13, 8, 10) ; Slovaquie 22 (8, 2, 12)

 

Évolution du score :

1-0 à 50'28'' : Donskoi assisté de Lindell et Jokinen 

2-0 à 55'33'' : Aaltonen assisté de Pesonen et Kemppainen

3-0 à 59'53'' : Komarov (cage vide)

 

 

Finlande

 

Attaquants :

Tuomo Ruutu (A) – Petri Kontiola – Leo Komarov (2', +1) 

Jussi Jokinen (C, +1) – Aleksander Barkov (2', +1) – Joonas Donskoi (+1) 

Antti Pihlström (2') – Jarkko Immonen (+1) – Ossi Louhivaara

Janne Pesonen (+1) – Joonas Kemppainen (+2) – Juhamatti Aaltonen (+1)

 

Défenseurs : 

Sami Lepistö (A) – Juuso Hietanen 

Esa Lindell (+1) – Anssi Salmela (+1)

Atte Ohtamaa (2', +1) – Topi Jaakola (+1) 

Jyrki Jokipakka (+1) – Tuukka Mäntylä (+1) 

 

Gardien : 

Juuse Saros

 

Remplaçant : Atte Engren (G). Non-utilisés : Pekka Rinne (G), Juha-Pekka Hytönen (A), Teemu Hartikainen (A). 

 

Slovaquie

 

Attaquants :

Marián Gáborík (2', -1) – Tomáš Surový (-1) – Tomáš Tatar (2')

Tomáš Jurčo (-1) – Marek Viedenský (2') – Libor Hudáček (-1) 

Milan Bartovič (A, -2) – Mário Bližňák (-2) – Richard Pánik (-1) 

Marko Daňo (2') – Tomáš Kopecký (C) – Michel Miklík (-1)

Vladimír Dravecký 

 

Défenseurs :

Andrej Meszároš (-1) – Dominik Graňák (A, -1) 

Marek Ďaloga (-2) – Juraj Mikuš (-1) 

Michal Sersen – Milan Jurčina (2') 

Adam Jánošík (-1) 

 

Gardien : Ján Laco [sorti de 59'07'' à 59'53''].

 

Remplaçant : Július Hudáček (G). Non-utilisés : Branislav Konrád (G), Ivan Baranka (D), Patrik Lušňák (A).