Forsberg fait la différence

Il y a foule pour l'affiche du jour. Les Suisses sont venus en masse pour le week-end, qui voit leur pays affronter coup sur coup la Suède et le Canada.

La Suède reste sur deux matchs décevants, avec une défaite contre le Canada et une victoire sans convaincre contre l'Allemagne.

La Suède frappe la première

IMG 6157Le début de partie témoigne de l'envie des deux équipes. Du rythme, des mises en échec appuyées : ça patine vite et fort.

La première grosse occasion est en faveur de la Suède, lorsque Jimmie Ericsson reçoit le palet juste devant Genoni. Il tente de glisser la rondelle entre la jambière et le poteau mais cela ne passe pas et la défense suisse, absente sur l'action, se précipite pour verrouiller la zone.

La Suède se montre globalement plus dangereuse et portée vers l'avant. Jimmie Ericsson passe derrière la cage et est mis au sol, mais parvient à se relever. Il échange avec Rask dans le coin, qui, du revers, trouve Lindholm pour une déviation entre les jambières de Genoni (1-0).

La Suisse réagit avec une action près de la cage de Cody Almond, mais peine à enchaîner les passes. Finalement, une pénalité différée fait la différence. Mark Streit dirige le jeu et Romy et Helbling attaquent la cage. Le disque finit dans le slot. Une forêt de joueurs bataille pour le trouver, Enroth finit sur le côté mais le disque traîne et Streit parait faire mouche. Les officiels consultent la vidéo et refusent le but, estimant que Enroth l'a sauvé sur la ligne.

Ekman-Larsson prend donc ses deux minutes... Mais l'avantage numérique ne dure pas. Après un tir en force de Brunner, les Helvètes ne s'installent plus et Grossmann prend deux minutes. À quatre contre quatre, une passe longue envoie Forsberg seul sur la droite pendant un changement de ligne et le sniper de Nashville touche du métal sur son tir puissant. Dans la foulée, la Suède se rend coupable d'un surnombre. À quatre contre quatre, la Suisse s'installe bien mais manque de précision dans ses passes, avant un tir de Brunner plein axe.

Le jeu file d'un but à l'autre, à haute vitesse : les deux équipes perdent le palet aussi vite qu'elles le récupèrent. Et la Suisse concède son traditionnel surnombre, le cinquième du tournoi... Le jeu s'installe sans trouver la clé, sauf au retour à cinq contre cinq lorsque Lander trouve une transversale vers Kronwall, sortie par Genoni. La Suède vire en tête, sans vraiment briller.

La Suisse défend bien

Le deuxième tiers débute de la même manière, avec un festival de revivements dans la neutre. Un changement de ligne un peu lent de la Suisse envoie bien Ericsson en échappée, mais il lance hors cadre.

IMG 6388La Suède maîtrise la partie, avec une possession du palet importante. Ceci dit, les occasions peinent à arriver. À force de perdre des palets bêtement, les Nordiques frôlent la correctionnelle. Sur un palet mal contrôlé à la bleue offensive, la Tre Kronor voit Kevin Fiala partir en échappée. Enroth ne mord pas à la feinte et sauve de la botte. Quelques secondes plus tard, Genoni freine un tir et la rondelle glisse derrière lui : un défenseur dégage juste à temps.

La partie ne s'emballe guère. La Suède campe de plus en plus dans la zone adverse, sans parvenir à se placer en position de tir. Les essais de Lindholm d'une part, Brunner de l'autre côté, se révèlent trop en angle fermé pour menacer les portiers. Une percée de Suri ne connait pas meilleur sort, l'attaquant suisse tirant à côté.

Globalement, les Suédois dominent, conservant très bien le palet, mais sans en faire grand chose, à l'image d'une action de Josefson. L'attaquant des Devils tourne deux fois autour du but et de la défense sans être arrêté, avant de perdre le palet faute d'avoir choisi une passe ou un tir. Genoni reste heureusement bien dans son match en dépit du peu d'actions dangereuses. Il sauve devant Loui Eriksson, servi devant le but par Lander ; le palet flottant est repris mi-hauteur, sans réussite.

Après deux tiers, le score reste inchangé. S'il y a du rythme dans cette rencontre, la précision n'est pas du tout au rendez-vous et la Suède gère sa partie sans trop forcer. Elle a cependant perdu son capitaine Staffan Kronwall, qui ne jouera pas du tout au troisième tiers après seulement 2'47" en deuxième période.

Le réveil de la Nati

IMG 6467La fin de tiers un peu houleuse avait envoyé Lander et Helbling au cachot. À quatre-contre-quatre, la Suisse parvient à s'installer. Un tir puissant de la bleue signé Blum monte en hauteur et touche Bodenmann avant de tromper Enroth. Les Suisses explosent, mais les officiels demandent la révision vidéo, hésitant sur une crosse haute. Les Hop Suisse tombent des travées, avec un public debout qui hue les arbitres, avant de donner de la voix plus positivement en attendant la décision... C'est limite, mais cette fois-ci, ça passe : 1-1 !

Le but a réveillé le public suisse, qui chante à l'unisson. Les joueurs, eux, poussent, évoluant avec plus d'énergie qu'au deuxième tiers. Enroth sauve devant Brunner et un peu plus tard devant Streit, de l'épaule, et Josi, de l'autre côté, et de l'autre épaule... Le meilleur reste à venir avec une interception à la bleue qui crée un deux-contre-un. Fiala reprend de volée et le déplacement latéral de Enroth sauve son camp.

La Suède plie tout en se créant quelques situations, avec un tir de Josefson en angle fermé. Mais les lignes arrières commettent des erreurs inhabituelles, se mettant en danger toutes seules. Sur l'une de ces situations, Rask se rend coupable d'un cinglage et, à dix minutes du terme, place son équipe en difficulté.

Il y a rapidement le feu : Josi balance une mine de la bleue qui percute le poteau, rebondit sur l'épaule de Walker avant d'être dégagé. Dans la continuité, le disque revient dans l'enclave et est à nouveau sorti dans la confusion.

La Suède revient au complet et manque de piéger son adversaire, sur une passe en profondeur vers Lindström. Genoni le prive d'un tir d'un bon poke-check.Le portier helvète sort encore un tir de l'aile de Lindholm, puis un lancer de Möller, bien servi en profondeur, avec une belle mitaine. Le jeu penche désormais pour la Suède et Klefbom trouve le poteau à quatre minutes de la fin.

Le public sent que le KO est proche, d'un côté ou de l'autre. À 1'52" de la fin, Petter Granberg écope de deux minutes pour retenir sur un contre de Blum. La Suisse ne prend aucun risque et laisse filer les dernières secondes : prolongation !

Elle commence par deux accrochages dans le camp suédois sur des attaquants suisses, que les officiels laissent passer. Les Jaunes partent à l'attaque et Ahnelöv pivote, attaque la cage et se heurte à la jambière de Genoni. La Suède domine le temps supplémentaire et Traschler finit par être sanctionné pour harponnage. Sanction immédiate : mise au jeu gagnée par la Suède, Ekman-Larsson échange avec Möller avant de tirer au but. Eriksson bataille sur le rebond et Forsberg ligne de fond donne la victoire à son camp (2-1, photo).

IMG 6481 But Forsberg 700

Les supporters suisses peuvent tout de même chanter, car leur équipe a peut-être produit son meilleur match du tournoi. La Suède semble accuser le coup de la défaite face au Canada et n'a pas vraiment produit le jeu léché du début du tournoi depuis. Malgré tout, la Tre Kronor arrive à trouver un moyen de gagner à chaque fois...

Désignés joueurs du match : Eric Blum (Suisse) et Jhonas Enroth (Suède).

Commentaires d'après-match :

Cody Almond (attaquant de la Suisse) : "Nous avons joué plus physique aujourd'hui sur la ligne avec Julian Walker. Il le fallait car en face c'est une équipe rapide, difficile à jouer lorsque qu'elle tourne en attaque. Nous avons marqué en supériorité, mais nous avons manqué pas mal de chances car leur penalty-kill a été bon. Les fans étaient très enthousiastes et c'était un match plaisant à jouer. Ce soir, nous allons analyser le match et bien récupérer avant le match de demain contre le Canada."

Oscar Möller (attaquant de la Suède) : "C'est sûr, j'aimerai faire la différence à chaque match, mais pour cela je dois encore beaucoup travailler. Les deux derniers matchs étaient difficiles. L'Allemagne avait beaucoup d'énergie, la Suisse était très disciplinée sur le plan tactique. Ils ont eu des belles occasions ce soir. La France ? Une équipe physique, rapide, qui patine beaucoup et a un bon échec-avant. Stéphane Da Costa sera peut-être de retour, c'est un excellent joueur. Roussel est très bon lui aussi, ça ne sera pas facile."

Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Un bon match, disputé avec fierté. Nous avons très bien joué aux deux premiers tiers face à une bonne défense suisse, contre qui il est toujours difficile de marquer. Nous nous sommes créés beaucoup d'occasions et nous prendrons les deux points."

Glen Hanlon (entraîneur de la Suède) : "Un match plaisant, rythmé. Il y avait beaucoup de vitesse et de technique. Les deux équipes se sont bien battues, je crois que les deux équipes peuvent être fières de leur match. Nous voulions vraiment gagner, avant d'affronter un adversaire très fort demain, le Canada."

IMG 6222 700


Suède - Suisse 2-1 après prolongation (1-0, 0-0, 0-1, 1-0)
Samedi 9 mai 2015, 20h15. O2 Arena de Prague, République Tchèque. 15201 spectateurs.
Arbitrage de Maksim Sidorenko (BLR) et Viacheslav Bulanov (RUS) assistés de Sakari Suominen (FIN) et Jon Kilian (NOR)
Tirs : Suède 29 (8, 7, 10, 4), Suisse 16 (5, 2, 8, 1)
Pénalités : Suède 10' (4', 2', 4', 0'), Suisse 8' (4', 2', 0', 2')

Récapitulatif du score
1-0 à 07'17" : Lindholm assisté de Rask et Ericsson
1-1 à 40'34" : Bodenmann assisté de Blum et Ambühl
2-1 à 63'49" : Forsberg assisté de Eriksson et Ekman-Larsson (sup. num.)
 

Suède

Attaquants
Filip Forsberg - Anton Lander (2') - Loui Eriksson 
Oscar Möller - Mattias Sjögren - Joakim Lindström
Jimmie Ericsson (A, +1) - Victor Rask (2') - Elias Lindholm
Jacob Josefson - Joel Lundqvist (A) - Simon Hjalmarsson
Nicklas Danielsson

Défenseurs
Oscar Klefbom (-1) - Oliver Ekman Larsson (2', -1)
John Klingberg (+1) - Staffan Kronwall (C, +1)
Mattias Ekholm - Petter Granberg (2')
Jonas Ahnelöv

Gardien : Jhonas Enroth

Remplaçant : Anders Nilsson (G). En tribunes : Daniel Rahimi (D)

Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein - Kevin Romy - Damien Brunner
Kevin Fiala - Cody Almond - Reto Suri
Matthias Bieber (-1) - Andres Ambühl (A) - Simon Bodenman
Dino Wieser - Morris Trachsler (2') - Julian Walker
Reto Schäppi

Défenseurs :
Roman Josi (A, +1) - Eric Blum (+1)
Mark Streit (C, -1) - Patrick Geering (-1)
Robin Grossmann (2') - Timo Helbling (2')

Gardien : Reto Berra

Remplaçants : Leonardo Genoni (G), Dean Kukan (D). En tribunes : Daniel Manzato (G), Tristan Scherwey. Blessé : Félicien Du Bois (D, doigt cassé)

IMG 6300 700