Le déblocage pour Kovalchuk et pour Malkin ?

Le Bélarus devrait normalement n'être qu'une formalité pour la Russie, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui puisqu'il est même premier de la poule.

C'est sans doute pour cela que les Russes ne changent pas de gardien. Ils se souviennent que les erreurs de Barulin ont rendu l'équipe nerveuse face à la Slovénie, et ils jouent donc la sécurité en maintenant Sergei Bobrovski dans les cages.

L'enjeu concerne toujours les lignes offensives. Seul le trio du SKA Saint-Pétersbourg fonctionne parfaitement. L'ancienne ligne de Magnitogorsk (Mozyakin-Malkin-Kulyomin) a un peu commencé à se trouver, mais la grande interrogation concerne le capitaine Ilya Kovalchuk, renvoyé en quatrième ligne. Même si Oleg Znarok dit que les blocs ne sont même pas numérotés ni hiérarchisés, il y a quand même une ligne qui est restée sur le banc à la fin du dernier match, et c'est bien la "quatrième", avec Kovalchuk...

TARASENKO Vladimir 110515 234Aujourd'hui, cependant, Kovalchuk est replacé sur un nouveau trio avec les joueurs de NHL Anisimov et Tarasenko. Et à la dixième minute, c'est bien lui qui ouvre le score. "Kovy" part en contre sur l'aile droite, prêt à la passe, mais voit qu'Anisimov est pris par un défenseur et, d'un rapide mouvement de la palette, tire en fait au premier poteau (0-1).

Le Bélarus a eu ses occasions pendant cette première période. Artur Gavrus a obligé Bobrovski à un arrêt difficile, relâchant un rebond dans l'axe, mais sans aucun rouge placé pour le reprendre. À la seizième minute, Maksim Chudinov est sanctionné d'un tir de pénalité pour avoir accroché Artyom Demkov, mais la botte de Bobrovsky est plus rapide que l'attaquant biélorusse.

Autant les vingt premières minutes laissent augurer d'un match équilibré, auant la suite est à sens unique. La défense rouge est souvent dépassée. Servi à la ligne bleue par une longue passe d'Anisimov, Vladimir Tarasenko échappe au marquage du géant Oleg Yevenko, prend deux mètres d'avance sur lui en quelques coups de patin et, seul face à Lalande, le bat à mi-hauteur côté plaque (0-2). En supériorité numérique, Vadim Shipachyov est absolument seul pour recevoir la passe au second poteau d'Artemi Panarin (0-3).

Ce but n'est pas la faute du gardien, mais si Kevin Lalande cède sa place, c'est en raison d'une blessure au tendon d'Achille. Son remplaçant Igor Brikun n'est guère plus heureux : Panarin met dans le vent le pauvre défenseur Ilya Shinkevich en un contre un pour inscrire le quatrième but (0-4).

Dans l'exercice du tir de pénalité, la Russie est aussi plus efficace que le Bélarus. Quand Sergei Shirokov subit un cinglage de Korobov, il se fait justice en tirant côté mitaine de Brikun (0-5). Viennent ensuite les jeux de puissance. Evgeni Dadonov se retrouve à 2 contre 1 avec pour seul défenseur Oleg Yevenko, qui essaie de descendre sa grande carcasse pour empêcher la passe... et devient alors un plot facile à contourner, avant de tirer entre les bottes de Brikun. Dans l'exercice du patinage entre les plots de chantier, Evgeni Malkin vire autour de Shinkevich puis de Sergei Kostsitsyn pour le 0-7.

MALKIN Evgeni 100516 559C'est un petit événement : cela faisait 18 matchs que Malkin n'avait pas mis de but cette saison, et il en avait marre que les journalistes le lui rappellent constamment. À l'image de son numéro 11, la Russie est-elle enfin débloquée ? Cette fois, contrairement à sa défaite contre la France il y a deux ans, elle n'a pas failli en ce 9 mai, jour de commémoration de la Seconde Guerre Mondiale.

Présent depuis deux ans sans jouer, le gardien Anton Khudobin a lui aussi le droit de participer à la fête, et partage le blanchissage de Bobrovsky en entrant en jeu pour les quatre dernières minutes.

Désignés joueurs du match : Artur Gavrus pour le Bélarus et Ilya Kovalchuk pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Dave Lewis (entraîneur du Bélarus) : "Je voudrais féliciter la Russie pour son très bon match. À partir de la deuxième période, nos adversaires ont joué avec beaucoup de vitesse et de technique. Nous n'avons plus eu aucune chance."

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Je voudrais féliciter le pays entier, le monde entier, en ce Jour de la Victoire. Aujourd'hui, c'était un jour vraiment important, les 70 ans de la Victoire. Les joueurs étaient un peu nerveux à l'échauffement. Bon, ils ont su gérer leurs émotions. Dieu soit loué, tout s'est bien passé. Le trio Kovalchuk-Anisimov-Tarasenko a bien fonctionné, Ilya [Kovalchuk] et Vovka [Tarasenko] ont dit qu'ils aimaient cette ligne. En ce qui concerne les engagements [où la Russie a encore été dominée], nous les travaillons à chaque séance d'entraînement. Depuis le premier jour."

 

Bélarus - Russie 0-7 (0-1, 0-3, 0-3)
Samedi 9 mai 2015 à 12h15 à la CEZ Arena d'Ostrava. 8363 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Stricker (SUI) et Daniel Piechaczek (ALL) assistés de Jimmy Dahmen (SUE) et Nicolas Fluri (SUI).
Pénalités : Bélarus 18' (0', 4'+10', 4') ; Russie 4' (0', 4', 0').
Tirs : Bélarus 13 (6, 2, 5) ; Russie 32 (7, 12, 13).

Évolution du score :
0-1 à 09'53" : Kovalchuk assisté de Kulyomin et Anisimov
0-2 à 21'33" : Tarasenko assisté d'Anisimov et Medvedev
0-3 à 29'24" : Shipachyov assisté de Panarin et Dadonov (sup. num.)
0-4 à 32'22" : Panarin assisté de Shipachyov et Mironov
0-5 à 42'51" : Shirokov (tir de pénalité)
0-6 à 44'49" : Dadonov assisté de Malkin et Kovalchuk (sup. num.)
0-7 à 51'04" : Malkin assisté de Tarasenko et Mozyakin (sup. num.)


Bélarus

Attaquants :
Sergei Kostitsyn (2') - Aleksei Kalyuzhny (C, 2'+10') - Andrei Kostitsyn (A, +2)
Sergei Drozd (-2) - Andrei Stas (-1) - Artur Gavrus (-1)
Aleksandr Kulakov - Yevgeni Kovyrshin - Andrei Stepanov
Aleksandr Kitarov (-2) - Artyom Volkov (-2) - Artyom Demkov (-1)
Aleksei Yefimenko

Défenseurs :
Dmitri Korobov (A) - Ivan Usenko
Oleg Yevenko (-2) - Nikolai Stasenko (-2)
Ilya Shinkevich (-1) - Yevgeni Lisovets (-1, 2')
Nikita Ustinenko

Gardien :
Kevin Lalande puis Igor Brikun à 29'24"

En réserve : Vitali Koval (G), Oleg Goroshko (D), Sergei Demagin (A).

Russie

Attaquants :
Artemi Panarin (+1, 2') - Vadim Shipachyov (+1, 2') - Evgeni Dadonov (+1)
Ilya Kovalchuk (C, +2) - Artyom Anisimov (+2) - Vladimir Tarasenko (+2)
Sergei Mozyakin - Evgeni Malkin (A) - Nikolaï Kulyomin
Sergei Shirokov - Viktor Tikhonov - Sergei Plotnikov

Défenseurs :
Anton Belov (+1) - Yegor Yakovlev (+1)
Maxim Chudinov (+1) - Evgeni Medvedev (A, +1)
Dmitri Kulikov - Viktor Antipin (+1)
Andrei Mironov (+1)

Gardien :
Sergei Bobrovsky puis Anton Khudobin à 56'11"

En réserve : Konstantin Barulin (G), Evgeni Biryukov (D, fracture de la mâchoire), Danis Zaripov (A, épaule).