Slovénie - États-Unis (Mondiaux 2015, groupe B)

C'est la dernière chance pour la Slovénie : si elle ne prend pas au moins un point, elle sera certaine de redescendre en division I sans même attendre le dernier match contre le Danemark (qui sera sauvé).

Difficulté supplémentaire : Robert Sabolič est suspendu pour une faute (non sifflée) survenue pendant le match contre la Norvège, une charge dans le dos de Sørvik qu'il a projeté dans la bande. La ligne inséparable Sabolič-Tičar-Jeglič est donc brisée, et le coach Matjaž Kopitar la disperse pour composer des lignes offensives inédites (Jeglič avec Kopitar et Muršak avec Tičar). Pas idéal pour une attaque déjà dans le doute, à l'heure d'affronter l'étonnant Connor Hellebuyck, meilleur gardien de ce début de championnat du monde.

Les Américains ont attribué leur dernière place en attaque : plutôt que d'attendre Johnny Gaudreau qui ne sera pas disponible avant le quart de finale, avec peu de temps pour s'intégrer, ils ont fait venir Charlie Coyle (35 points cette saison avec le Wild du Minnesota) qui aura deux rencontres de poule pour s'ajuster à ces partenaires, placé sur la ligne de Lee et Larkin.

NELSON Brock 140510 631Les États-Unis entrent mieux dans le match. Après quatre minutes, le tir d'Anders Lee touche le bout du manche de la crosse de Kristan. Sur la mise au jeu, les Américains dominent le haut de la zone et récupèrent systématiquement les rebonds dans une séquence installée. Laissé tout seul au poteau gauche par Stebih, Brock Nelson a le temps de contrôler la passe de derrière la cage de Mike Reilly et d'ajuster l'angle ouvert (0-1).

Le jeu se rééquilibre. Anže Kopitar sait qu'il focalise l'attention américaine, et comme il attire toute la défense, il décale ainsi Žiga Pance côté gauche, mais le lancer est trop centré sur Connor Hellebuyck. La Slovénie se met en difficulté toute seule par un surnombre, puis par un coup du capitaine Razingar sur Morin. Brock Nelson, tout seul au rebond dans le dos de Kranjc, a encore un but facile, son sixième dans la compétition (0-2).

Une odeur de division I plane déjà sur la Slovénie, mais elle revient bien plus fort en deuxième période. Jan Muršak trouve une superbe passe pour envoyer Rok Tičar et Žiga Pance à 2 contre 1 : le revers du joueur de centre passe sous la crosse du défenseur américain, Pance reprend... et le palet est miraculeusement repoussé par le manche du bâton de Hellebuyck ! Le gardien américain repousse aussi une tentative à bout portant de Kopitar, servi par Jeglič.

Profitant d'une perte de palet de Muršak au passage de la ligne bleue offensive, Jack Eichel part en breakaway, déborde le pauvre défenseur Blaž Gregorc, mais bute sur Kristan. Malgré cette action, c'est le jeu de transition slovène qui s'avère de plus en plus redoutable. Une contre-attaque lancée par Klemen Pretnar bénéficie d'un excellent relais du revers de Ken Ograjenšek sur l'aile gauche : le Spinalien voit qu'Arcobello a foncé sur lui et délaissé l'axe, où Aleš Mušič avance seul pour ajuster - enfin - Hellebuyck, qui trônait jusque là à 97,5% d'arrêts dans ce Mondial (1-2).

Les Slovènes profitent alors de leur premières supériorités numériques. Pendant que Brock Nelson est en prison, une bonne circulation de palet met Mitja Robar en bonne position, mais son slap n'est pas cadré. Celui d'Aleš Kranjc est plus précis et offre un rebond de Jan Muršak avec la cage grande ouverte... mais le défenseur Connor Murphy met sa jambe en opposition et contre le palet. Nouvelle chance quand le "joker" Charlie Coyle subit une grosse mise en échec (légale) de Robar et prend deux minutes de pénalité en exerçant des représailles. Kranjc trouve Blaž Gregorc près de la cage, mais c'est cette fois Seth Jones qui contre le tir avec sa crosse. En contre-attaque durant l'infériorité, le tir d'Arcobello frappe l'extérieur du poteau.

GARDINER Jake 140510 571Les Américains n'ont tiré que trois fois au but en vingt minutes, mais ils redémarrent bien plus fort en troisième période. Seth Jones lance de la bleue, Trevor Lewis peine à maîtriser le rebond, mais Brock Nelson vient encore se placer excellemment pour bénéficier d'une cage ouverte. Un hat-trick ? Non, car Jack Eichel touche le palet à cinquante centimètres de la ligne et "s'approprie" ainsi son premier but en championnat du monde (1-3). Au voleur !

Non seulement la Slovénie s'est à nouveau éloignée de son objectif, mais en plus elle ne signe pas un seul tir cadré pendant les onze premières minutes du troisième tiers-temps, jusqu'à une dangereuse tentative de Rok Tičar.

Les jeux sont presque faits, mais Klemen Pretnar reçoit une mauvaise relance de Jake Gardiner dans l'axe, et Seth Jones met sa crosse au visage du défenseur slovène en essayant de le bloquer. C'est le powerplay de la dernière chance, et le dernier tir de Tičar est le plus menaçant, avec un rebond de Muršak juste devant Hellebuyck, qui repousse encore. Matjaž Kopitar sort son gardien, mais un dernier sacrifice défensif de Nick Bonino pour bloquer deux tirs de suite (un de la jambe gauche et l'autre du patin droit) assure la victoire américaine.

Adieu à l'élite pour la Slovénie, pour qui Anže Kopitar n'aura rien changé. Au contraire, l'attaque slovène a été bien moins tranchante que lors de ses deux précédentes tentatives de prendre pied à ce niveau, alors que le joueur des Kings de Los Angeles n'était pas là.

Désignés joueurs du match : Jan Muršak pour la Slovénie et Brock Nelson pour les États-Unis.

Commentaires d'après-match

Žiga Jeglič (attaquant de la Slovénie) : "Nous avions besoin d'un point, mais nous avons très mal commencé et nos hésitations nous ont coûté deux buts. Nous avons essayé d'attaquer dans les deux dernières périodes, mais nous n'avons pas pu remédier à nos petites erreurs. À chaque fois que nous montons dans l'élite, c'est difficile. Oui, nous avons participé aux Jeux olympiques, mais dans l'ensemble, nous avons peu d'opportunités de nous montrer au monde. Nous devons revenir encore plus forts, dès que possible. La situation n'est pas rose pour notre hockey de clubs. Nous n'avons qu'un club professionnel, les autres ont des problèmes financiers. Nous avons aussi une base réduite de joueurs. C'est difficile d'avoir des joueurs particulièrement jeunes, que les coaches envoient trop tôt dans le hockey adulte et qui ne sont pas prêts. La clé est de faire en sorte que la majorité de nos joueurs évolue dans des championnats d'élite. Nous avons une jeune génération qui a beaucoup appris ici."

 

Slovénie - États-Unis 1-3 (0-2, 1-0, 0-1)
Dimanche 10 mai 2015 à 20h15 à la CEZ Arena d'Ostrava. 8202 spectateurs.
Arbitrage d'Aleksi Rantala (FIN) et Roman Gofman (RUS) assistés de Rudolf Tosenovjan (TCH) et Anton Semjonov (EST).
Pénalités : Slovénie 4' (4', 0', 0') ; États-Unis 6' (0', 4', 2').
Tirs : Slovénie 22 (6, 8, 8) ; États-Unis 17 (9, 3, 5).

Évolution du score :
0-1 à 04'17" : Nelson assisté de Reilly et Lewis
0-2 à 16'32" : Nelson assisté de Lewis et Faulk (sup. num.)
1-2 à 26'54" : Mušič assisté d'Ograjenšek et Pretnar
1-3 à 41'09" : Eichel assisté de Nelson et Lewis


Slovénie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Jan Urbas - Anže Kopitar (A) - Žiga Jeglič
Žiga Pance - Rok Tičar (-1) - Jan Muršak (-1)
Boštjan Goličič - Aleš Mušič - Ken Ograjenšek (-1)
Tomaž Razingar (C, 2') - Marcel Rodman (A) - Miha Verlič

Défenseurs :
Mitja Robar - Sabahudin Kovačevič
Aleš Kranjc (-1) - Blaž Gregorc (-1)
Klemen Pretnar - Miha Štebih
Luka Vidmar - Andrej Tavželj

Gardien :
Robert Kristan [sorti de 57'27" à 58'00" et de 58'14" à 59'42"]

Remplaçant : Gašper Krošelj (G). En réserve : Luka Gračnar (G, blessé), Žiga Pavlin (D). Suspendu : Robert Sabolič (A).

États-Unis

Attaquants :
Anders Lee - Dylan Larkin - Charlie Coyle (2')
Ben Smith (-1) - Mark Arcobello (-1) - Jimmy Vesey (-1)
Brock Nelson (+2, 2') - Jack Eichel (+2) - Trevor Lewis (A, +2)
Matt Hendricks (C) - Nick Bonino - Jeremy Morin
Dan Sexton

Défenseurs :
Torey Krug (-1) - Justin Faulk (A, -1)
Mike Reilly (+2) - Seth Jones (+2, 2')
John Moore - Connor Murphy
Jake Gardiner

Gardien :
Connor Hellebuyck

Remplaçant : Alex Lyon (G). En réserve : Jack Campbell (G), Zach Redmond (D), Steve Moses (A, "bas du corps").