Rinne bat le record mais n'est plus invincible

Il manque deux points au Bélarus - privé d'Andrei Kostsitsyn suspendu pour une charge à la tête dans le naufrage 0-7 contre la Russie - pour être qualifié en quart de finale.

Pour garder espoir, la Slovaquie soutient donc la Finlande, malgré l'arrière-pensée du record "moderne" d'invincibilité de son gardien Ján Lašák (datant de 2004), que Pekka Rinne pourrait battre ce soir s'il tient au moins treize minutes.

RINNE Pekka 140510 370Rinne a d'abord un début de match tranquille, voyant bien le lancer de la ligne bleue de Lisovets. Il a la vue masquée par Stepanov sur un tir de Yevenko, mais son bon positionnement suffit. Sa vraie frayeur intervient quand le lancer lointain de Stasenko, mais le chronomètre indique que le record est déjà dépassé à cette heure...

Ce record acquis, la Finlande commence à dominer et à presser son adversaire en zone offensive. Juhamatti Aaltonen perd le palet à la ligne bleue face à Andrei Stepanov qui s'échappe, mais ne trouve pas lui non plus la faille de Rinne. Meilleure équipe en infériorité numérique du tournoi, les Finlandais tuent une pénalité pour surnombre avant la pause.

La deuxième période s'ouvre par dix minutes poussives, malgré une pénalité de chaque côté. Les Finlandais se procurent de plus en plus d'occasions. Pihlström part au but mais, gêné dans son dos par Goroshko, il tire au-dessus de la transversale. Toujours en contre-attaque, Joonas Donskoi cadre son tir, mais Vitali Koval fait l'arrêt. Devenu gardien titulaire parce que Lalande est mis au repos, le vétéran est aussi vigilant sur le tir en angle de Kemppainen.

La pression devient de plus en plus forte en fin de tiers-temps. Esa Lindell délivre une passe à Jussi Jokinen qui a l'angle ouvert... mais le défenseur Nikolaï Stasenko intercepte. Jokinen est ensuite lancé par une longue passe pendant un changement de lignes adverse, et tire du revers : le rebond revient dans l'axe à Anssi Salmela, qui tire au-dessus.

Plus que vingt minutes pour voir enfin un but. Artur Gavrus sert sur un plateau son capitaine Aleksei Kalyuzhny... qui rate cette belle chance d'ouvrir le score. Les regrets ne durent pas longtemps, car la reprise de volée d'Evgeni Kovyrshin file en lucarne (0-1). Le nouveau record de Pekka Rinne s'établit donc ainsi : 238 minutes et 50 secondes sans prendre de but !

KOVAL Vitali 120506 369Les coups de sifflet, jusqu'ici rares, se succèdent alors. Lisovets met bêtement la main sur le palet, Ruutu commet une faute plus "utile" qui arrête une contre-attaque Kovyrshin/Kulakov, et enfin Barkov fait obstruction sur Koval. La Finlande joue plus d'une minute à 3 contre 5. Le Bélarus s'installe, mais pèche dans le dernier geste, à l'instar d'Artur Gavrus, seul face à une cage ouverte, qui voit Rinne sortir une mitaine irréelle !

La pénalité fatale est finalement un surnombre biélorusse. La reprise du cercle gauche de Joonas Donskoi égalise... et une minute plus tard, Teemu Hartikainen prend le rebond d'un lancer qui a frappé le fond de la balustrade (2-1). Le jeu se calme alors, et on a l'impression que la Finlande a encore le match sous contrôle.

Dave Lewis n'a cependant pas dit son dernier mot. Il sort son gardien, prend son temps mort, et le capitaine Aleksei Kalyuzhny, dans le cercle droit, tire sous la barre transversale (2-2).

Le Bélarus a un point, et cherche le second qui lui manque pour le quart de finale. Pas en prolongation, puisque Lindell couvre bien la contre-attaque de Gavrus. Pas aux tirs au but non plus, car Vitali Koval n'en arrête aucun face aux techniciens finlandais. Il faudra donc le chercher demain contre la Norvège... S'il joue avec la même combativité, c'est tout à fait dans ses cordes.

Désignés joueurs du match : Pekka Rinne pour la Finlande et Vitali Koval pour le Bélarus.

Commentaires d'après-match

Sergei Kostitsyn (attaquant du Bélarus) : "Si on a battu Rinne, cela signifie que nous sommes plus techniques que les adversaires précédents de la Finlande. En fait, il y a eu des occasions que Rinne a sauvées, d'autres où nous n'avons pas marqué. Nous aurions dû gagner dans le temps réglementaire, sans nos propres erreurs et cette pénalité. Je suis sûr que nous battrons la Norvège si nous jouons notre hockey."

Dave Lewis (entraîneur du Bélarus) : "J'ai parlé dans l'ascenseur avec mon homologue finlandais. Et nous sommes arrivés à un consensus : c'était un grand match. Haute qualité, de l'intrigue jusqu'à la fin, d'excellents tirs, du talent individuels... J'ai déjà dit aux joueurs qu'ils pouvaient être fiers d'eux. Il faut se souvenir que dans les cages adverses, il y a un des meilleurs gardiens du monde."

Kari Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "L'équipe a fait un excellent travail. Nous avons laissé peu d'espaces. J'étais confiant de notre succès aux tirs au but. Nous avons un trio performant qui a confirmé ses qualités."

Pekka Rinne (gardien de la Finlande) : "Franchement, je suis content que ce soit fini. Maintenant je n'aurai plus à y penser, les journalistes vont arrêter de me harceler de questions pour savoir comment je me sens après un blanchissage. Même si, bien sûr, c'est agréable de réussir une performance historique. Le plus important n'est pas le record mais la victoire d'équipe. Nous avons commencé par une défaite embarrassante contre les États-Unis, mais nous avons vite retrouvé notre jeu, et j'espère que cela ne se reproduira plus."

 

Finlande - Bélarus 3-2 t.a.b. (0-0, 0-0, 2-2, 0-0, 1-0)
Lundi 11 mai 2015 à 16h15 à la ČEZ Aréna d'Ostrava. 8812 spectateurs.
Arbitrage de Daniel Stricker et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Rudolf Tosenovjan (TCH) et Anton Semjonov (EST).
Pénalités : Finlande 8' (2', 2', 4', 0') ; Bélarus 6' (0', 2', 4', 0').
Tirs : Finlande 25 (10, 8, 5, 2) ; Bélarus 25 (7, 3, 13, 2).

Évolution du score :
0-1 à 45'09" : Kovyrshin assisté de Stepanov et Kulakov
1-1 à 51'57" : Donskoi assisté de Lindell et Jokinen (sup. num.)
2-1 à 52'51" : Hartikainen assisté de Jaakola et Kemppainen
2-2 à 59'29" : Kalyuzhny assisté de S. Kostitsyn et Gavrus

Tirs au but :
Finlande : Immonen (réussi), Donskoi (réussi), Jokinen (réussi).
Bélarus : S. Kostsitsyn (arrêté), Stepanov (réussi).


Finlande

Attaquants :
Tuomo Ruutu (A, 2') - Petri Kontiola - Leo Komarov (-1)
Jussi Jokinen (C) - Aleksander Barkov (2') - Joonas Donskoi
Antti Pihlström - Jarkko Immonen (-2) - Teemu Hartikainen
Janne Pesonen - Joonas Kemppainen - Juhamatti Aaltonen

Défenseurs :
Sami Lepistö (A) - Juuso Hietanen
Esa Lindell - Anssi Salmela
Atte Ohtamaa (-1) - Topi Jaakola (-1, 2')
Jyrki Jokipakka - Tuukka Mäntylä

Gardien :
Pekka Rinne

Remplaçant : Juuse Saros (G). Non utilisés : Atte Engren (G), Juha-Pekka Hytönen (A), Ossi Louhivaara (A).

Bélarus

Attaquants :
Sergei Kostitsyn - Aleksei Kalyuzhny (C) - Artur Gavrus
Sergei Drozd - Andrei Stas (+1) - Aleksei Yefimenko (2')
Aleksandr Kulakov (+1) - Yevgeni Kovyrshin (+1) - Andrei Stepanov (+2)
Aleksandr Kitarov - Artyom Volkov - Artyom Demkov
Sergei Demagin

Défenseurs :
Dmitri Korobov (A, -1) - Ivan Usenko (+1)
Oleg Yevenko (+1) - Nikolai Stasenko (+1)
Ilya Shinkevich (-1) - Oleg Goroshko
Yevgeni Lisovets (2')

Gardien :
Vitali Koval [sorti de 58'40" à 58'43" et de 58'50" à 59'29"]

Remplaçant : Igor Brikun (G). Non utilisés : Kevin Lalande (G, tendon d'Achille), Nikita Ustinenko (D), Andrei Kostitsyn (A, suspendu).