Le premier quart de finale est connu

Le Bélarus est en quête de son dernier point pour accéder aux quarts de finale. Toute la Slovaquie croise les doigts pour une victoire de la Norvège, mais celle-ci n'a normalement plus rien à espérer.

Plus rien ? Le classement IIHF n'a pourtant rien d'anodin, surtout une année décisive pour la qualification aux Jeux olympiques. Mais ni l'Allemagne, ni la France ne peuvent plus rattraper la Norvège, qui est donc assurée d'organiser son tournoi de qualification olympique à domicile. Tout ce que les Norvégiens peuvent faire, c'est passer devant la Lettonie (si celle-ci est reléguée par la France) : ils changeraient alors d'adversaires, mais sans prédire lesquels, car tout dépend du résultat des Français cet après-midi...

Malheureusement pour les Slovaques, il est donc vrai que le Bélarus est plus motivé. cela fait deux jours que tous les médias slovaques discutent de la stratégie de leur "rival à distance" : confrontés à un dilemme similaire à celui de la France, les Biélorusses ont joué à fond hier... et n'ont obtenu qu'un des deux points recherchés. Ils risquent donc d'être fatigués dix-huit heures plus tard.

ROEST Niklas 140517 027Les Norvégiens paraissent peut-être un peu plus en jambes, mais la technique biélorusse fait la différence dès le premier jeu de puissance. Aleksei Kalyuzhny et Sergei Kostitsyn s'échangent le palet d'un cercle à l'autre pour une reprise gagnante du capitaine (0-1). Niklas Roest a laissé faire deux fois ces passes transversales à travers l'enclave...

Lorsque c'est au tour de la Norvège de jouer à un homme de plus, Patrick Thoresen n'arrive pas à se saisir d'un rebond juteux, et en plus il se rend coupable d'une crosse haute derrière la cage. Le second avantage numérique se heurte à une bonne défense d'Artyom Volkov, qui se couche devant un tir puis se relève pour dégager.

Dans les dernières secondes, Aleksander Bonsaksen perd son casque sur une rude mise en échec, et, à terre, tend la crosse pour essayer d'intercepter le palet que Shinkevich ramène dans sa zone. Même s'il rentre au banc aussitôt après, les arbitres appliquent le règlement et lui infligent deux minutes de prison pour avoir joué avec un équipement non conforme.

La pénalité est tuée en début de deuxième période mais le jeu reste peu dynamique, ce qui n'arrange sûrement pas les Slovaques. En plus, Bonsaksen n'arrive pas à rester discipliné et prend encore 2'+2' pour une crosse haute mal maîtrisée qui blesse Stasenko au visage. Quand la boîte norvégienne essaie d'être plus agressive sur le porteur de palet, Sergei Kostitsyn dribble Roest et décale du revers Dmitri Korobov dont le tir du cercle gauche bat Haugen côté mitaine (0-2). La tournée des punitions n'est pas finie : Tollefsen n'est pas au courant que la coupe du monde de rugby n'a lieu qu'en septembre au vu de son plaquage en règle. Andrei Kostsitsyn, servi dans le slot, inscrit le 0-3. Trois buts tous marqués en supériorité numérique...

KOROBOV Dmitri 120506 417Alors que tous les Slovaques désespèrent déjà, Mathis Olimb opasse en revue la défense, se place derrière la cage et sert Patrick Thoresen au premier poteau alors que le gardien Lalande attendait visiblement le palet de l'autre côté (1-3).

Plus que vingt minutes, et un quart de finale de la Slovaquie paraît une lointaine hypothèse... Andrei Kostitsyn lui redonne un peu espoir en mettant sa crosse entre les jambes de Tollefsen, mais le jeu de puissance norvégien est... peu puissant. Cela se passe mieux à cinq contre cinq. Niklas Roest ne convertit pas une bonne passe de derrière la cage de Martin Røymark, et c'est finalement le défenseur junior Mattias Nørstebø qui inscrit son troisième but de la compétition : son lancer de la ligne bleue à travers le trafic finit sa course sous la barre transversale (2-3).

La Norvège s'installe résolument en zone offensive face à une équipe biélorusse de plus en plus passive. Les lancers se multiplient. À l'instar d'Andrej Stas restant étendu sur un cross-check de Morten Ask, les Biélorusses accentuent les petites fautes norvégiennes, comptant sur leur planche de salut (le powerplay), mais les arbitres ont rangé leurs sifflets. Ils le ressortent pour sanctionner Volkov, qui a fait trébucher Bastiansen, mais la pénalité est annulée cinquante secondes plus tard par une dureté de Martinsen après le coup de sifflet.

Les minutes ont défilé. Même si Roy Johansen sort son gardien, c'est trop tard pour les Norvégiens, et surtout pour les Slovaques, éliminés des phases finales.

Le Bélarus ira donc à Prague affronter le Canada en quart de finale. Mais pour en sortir vainqueur, il faudra montrer bien plus que dans ce match où les rouges se sont contentés de leurs buts en supériorité numérique et n'ont tiré que 17 fois sur la cage adverse.

Désignés joueurs du match : Mathis Olimb pour la Norvège et Aleksei Kalyuzhny pour le Bélarus.

 

Norvège - Bélarus 2-3 (0-1, 1-2, 1-0)
Mardi 12 mai 2015 à 12h15 à la ČEZ Aréna d'Ostrava. 8812 spectateurs.
Arbitrage de Pavel Hodek (TCH) et Marcus Vinnerborg (SUE) assistés de Bevan Mills (CAN) et Paul Carnathan (USA).
Pénalités : Norvège 16' (6', 6', 4') ; Bélarus 10' (4', 0', 6').
Tirs : Norvège 24 (5, 3, 16) ; Bélarus 17 (3, 10, 4).

Évolution du score :
0-1 à 07'29" : Kalyuzhny assisté de S. Kostitsyn et A. Kostitsyn (sup. num.)
0-2 à 29'01" : Korobov assisté de S. Kostitsyn et Kalyuzhny (sup. num.)
0-3 à 32'03" : A. Kostitsyn assisté de Kalyuzhny et Stepanov (sup. num.)
1-3 à 32'20" : Thoresen assisté de M. Olimb et Holøs
2-3 à 45'13" : Nørstebø assisté de M. Olimb et Thoresen


Norvège

Attaquants :
Mathis Olimb (+2) - Morten Ask (+2, 2') - Patrick Thoresen (A, +2, 2')
Ken Andre Olimb - Anders Bastiansen (A) - Mats Rosseli Olsen
Niklas Roest - Andreas Stene - Martin Røymark
Andreas Martinsen (4') - Kristian Forsberg - Robin Dahlstrøm puis à 40' Mathias Trettenes

Défenseurs :
Mattias Nørstebø (+2) - Jonas Holøs (+2)
Ole-Kristian Tollefsen (C, 2') - Mats Trygg
Alexander Bonsaksen (6') - Daniel Sørvik

Gardien :
Lars Haugen [sorti à de 58'03" à 58'33" et de 58'40" à 60'00"]

Remplaçants : Lars Volden (G), Henrik Ødegaard. En réserve : Stefen Søberg (G), Stefan Espeland
(D), Jonas Djupvik Løvlie (A).

Bélarus

Attaquants :
Sergei Kostitsyn - Aleksei Kalyuzhny (C) - Andrei Kostitsyn (2')
Sergei Drozd (-1, 2') - Andrei Stas (-1) - Artur Gavrus (-1)
Aleksandr Kulakov - Yevgeni Kovyrshin - Andrei Stepanov
Aleksandr Kitarov (-1) - Artyom Volkov (-1, 2') - Artyom Demkov (-1)
Aleksei Yefimenko

Défenseurs :
Dmitri Korobov (A, -1, 2') - Ivan Usenko (-1)
Oleg Yevenko (-1, 2') - Nikolai Stasenko (-1)
Ilya Shinkevich - Oleg Goroshko
Yevgeni Lisovets

Gardien :
Kevin Lalande

Remplaçant : Vitali Koval (G). Non utilisés : Igor Brikun (G), Nikita Ustinenko (D), Sergei Demagin (A).